Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Juliette Galonnier, Stéphane Lacr...

Juliette Galonnier, Stéphane Lacroix et Nadia Marzouki (dir.), Politiques de lutte contre la radicalisation

Thomas Pierre
Politiques de lutte contre la radicalisation
Juliette Galonnier, Stéphane Lacroix, Nadia Marzouki (dir.), Politiques de lutte contre la radicalisation, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « L'enjeu mondial », 2022, 188 p., ISBN : 9782724639407.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif se veut à la fois descriptif – il expose l’action publique de la lutte contre la radicalisation dans différents pays – et analytique. En effet, les contributeurs ne se contentent pas de brosser un portrait des politiques publiques de lutte contre la radicalisation menées à travers le globe, ils décrivent aussi les façons dont elles ont été mises en place, les publics visés par ces politiques publiques, ainsi que l’intérêt que peuvent en tirer les Etats, aussi bien au niveau national qu’international. La plupart des politiques publiques semblent prendre l’islam et les musulmans pour cibles principales. Elles s’ancrent dans une logique préventive : les individus sont surveillés à plus ou moins grande échelle. L’ouvrage est composé de chapitres chacun consacré à une région du monde, ce qui permet d’aborder la situation de certains pays rarement voire jamais étudiés dans la recherche française contemporaine. Les auteurs s’appuient sur des exemples en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique.

2En avant-propos, Juliette Galonnier, Stéphane Lacroix et Nadia Marzouki expliquent le flou qui règne autour de la définition de la radicalisation, laquelle ne fait toujours pas consensus. Ils précisent aussi que, comme vont le décrire finement les chapitres suivants, les pouvoirs publics abordent cette question avant tout par le prisme sécuritaire, dans une logique préventive. L’ouvrage se concentre sur les politiques publiques contre la radicalisation islamiste, celles-ci se focalisant quasi-exclusivement sur l’islam. Tout au long du livre, le lecteur pourra s’apercevoir qu’à travers les différents pays étudiés, les musulmans représentent la principale population visée par ces politiques de lutte contre la radicalisation.

3Dans le premier chapitre, Didier Bigo et Emmanuel-Pierre Guittet se penchent sur la France. Les politiques publiques y sont pensées avant tout dans une logique préventive, qui crée une « culture du soupçon » (p. 19). Les pouvoirs publics et les services de police ont mis en place une importante surveillance des individus perçus comme à risque de radicalisation (musulmans pour la quasi-totalité), en bafouant parfois l’État de droit. Il arrive, en effet, que le soupçon dépasse la preuve dans le système judiciaire. Le renseignement, qui peut se fonder sur une interprétation de signaux dits « faibles », a parfois un poids important dans la gestion des individus, que cela soit en prison ou en amont par la surveillance des personnes, pour la plupart « fichées S ». Les potentiels « radicalisés » voient (entre autres) leurs fréquentations et leur consommation de contenus en ligne contrôlées de près. Conséquence : un déterminisme criminel ressort de ces politiques publiques. Dans la conception française de la radicalisation, certains individus, tout particulièrement les musulmans, seraient ainsi plus à même de devenir dangereux. On passe ainsi d’une logique de gestion du risque à une anticipation du risque.

4Claire de Galembert met, quant à elle, la focale sur les prisons françaises, au cœur de l’action publique de lutte contre la radicalisation. Les prisons sont marquées par une certaine ambivalence : d’une part, elles sont perçues comme un incubateur de radicalisation, d’autre part la prison est censée, par ses fonctions (de dissuasion et de réinsertion), prévenir un tel risque. De nombreuses expertises sont sollicitées par les pouvoirs publics pour aider à la déradicalisation : policière, scientifique et religieuse. Globalement, la politique de lutte contre la radicalisation en prison est déterminée par plusieurs facteurs. Premièrement, elle a été conçue dans la précipitation. En effet, elle a dû répondre rapidement à des exigences des pouvoirs publics dans une logique répressive, en réaction à l’actualité. Ensuite, de nombreux détenus (très majoritairement musulmans) y sont surveillés et contrôlés avec une intensité extrême, ce sur la base de soupçons rarement étayés par des faits, ce qui va à l’encontre de l’État de droit. Enfin, son efficacité n’est pas suffisamment évaluée.

5Le troisième chapitre a pour champ d’étude la Norvège, le Royaume-Uni et les Balkans. Tom Pettinger nous montre que si de multiples mouvements violents existent dans ces pays, c’est le djihadisme, donc l’islam, qui fait l’objet des luttes contre la radicalisation. D’autres mouvements, commettant également des actions violentes, ne font pas l’objet de ces campagnes. En Norvège, les politiques publiques ne visaient pas de groupes d’extrême-droite pourtant actifs, jusqu’à l’attentat de Breivik en 2011. Dans les Balkans, malgré la guerre ethnique, le racialisme est également à l’œuvre : la déradicalisation se focalise sur l’islam. Au Royaume-Uni, le programme PREVENT, qui a largement été repris à travers le monde, a été instauré à la suite des attentats de Londres de 2005. Auparavant, l’IRA, qui a commis nombre d’attaques, n’a pas fait l’objet de plan similaire. La lutte contre le terrorisme et la violence est donc sélective, comme cela se voit dans un autre pays traité à la fin de l’ouvrage : les Etats-Unis.

6Dans le quatrième chapitre, Erik Share et Stéphane Lacroix se penchent sur plusieurs pays arabes marqués par l’autoritarisme politique et une forte instabilité : l’Égypte, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis. Si ces pays sont considérés en Occident comme étant le berceau du djihadisme, ils sont aussi perçus comme des pionniers de la lutte contre la radicalisation. La politique de prévention suit la logique des quatre « R » : révisionnisme idéologique (changer la doctrine des groupes violents) ; rééducation idéologique (atténuer les idées radicales des membres des organisations arrêtés) ; réforme religieuse (légitimer l’islam du pouvoir) ; répression (mettre au ban les opposants). Ces pays autoritaires et leurs dirigeants voulant avant tout conserver leur pouvoir, de telles politiques publiques leur permettent d’assurer leur mainmise sur l’État en étiquetant les opposants politiques comme des radicalisés dangereux pour la sécurité de la nation. Ces dirigeants mettent ainsi au ban les individus remettant en cause leur légitimité. Les réponses sont toujours répressives, avec pour objectif d’imposer la doctrine du pouvoir en place.

7Jérôme Doyon analyse également un pays à l’autoritarisme marqué : la Chine, qui réprime les Ouïghours. Des camps d’internement ont été bâtis par l’État chinois pour lutter, du moins officiellement, contre l’extrémisme qui est considéré comme un élément constitutif de l’ethnie musulmane. Il s’agit en réalité d’un projet assimilationniste, qui vise uniquement les musulmans. S’impose un système de surveillance à grande échelle, qui se centre sur cette communauté ouïghoure. L’intégralité de cette ethnie est visée par ces politiques publiques de contrôle, chaque individu étant perçu comme un possible danger pour le pays. Ainsi, la déradicalisation apparaît en Chine comme un instrument de l’État pour stigmatiser une minorité et l’assimiler de force, prétextant un risque de terrorisme. Là encore, la politique de lutte contre la radicalisation est racialiste, permettant, comme dans les pays arabes étudiés plus tôt, de maintenir le pouvoir en place.

8Le pénultième chapitre de ce livre collectif, rédigé par Vincent Foucher, se concentre sur le Nigéria et sa lutte contre le groupe armé Boko Haram. C’est le seul pays étudié dans un contexte de guerre. Si de nombreux programmes de lutte contre la radicalisation ont été importés, c’est Operation safe corridor, un programme déployé en prison, qui est étudié. L’auteur se fonde sur des entretiens menés avec des individus suivis par ce programme. Les prisonniers doivent s’y porter volontaires, et passer des « examens » pour montrer leur allégeance à l’État. L’objectif est la réintégration sociale et civique des prisonniers, et d’encourager la défection des soldats toujours actifs au sein du groupe armé. Toutefois, si beaucoup ont posé les armes, la plupart conservent leur rigorisme religieux. L’objectif de faire régresser le recours à la violence a en partie été atteint, même si, sur la masse de soldats, peu en sont réellement sortis. La réinsertion reste compliquée, à l’instar de la France, précédemment étudiée.

9Le dernier chapitre de ce livre, écrit par Sahar Aziz, se consacre aux États-Unis, et aux évolutions des politiques publiques au fil des différentes administrations depuis les attaques du 11 septembre 2001. Le renseignement, comme en France, a été largement mis à contribution, au prix de l’atteinte aux libertés de toute une communauté : les musulmans. En effet, depuis 20 ans désormais, ils sont la cible prioritaire et quasi-exclusive des politiques publiques de lutte contre la radicalisation. Si cette situation s’est atténuée avec le président Obama, la politique de Donald Trump a de nouveau ciblé les musulmans, les stigmatisant encore plus. Là encore, comme au Royaume-Uni, les autres groupes faisant preuve de violence ont été mis de côté. Ce n’est qu’à partir de l’assaut du Capitole en janvier 2021 que l’intégrisme chrétien et le suprémacisme blanc sont apparus comme des problèmes publics relevant de la lutte contre la radicalisation. Toutefois, le paradigme demeure sécuritaire, et les musulmans restent toujours au centre de l’attention.

10L’ouvrage est conclu par un texte d’Olivier Roy. Il explique à juste titre que les « radicalisés » sont perçus comme n’ayant pas compris l’islam. Cela revient à dépolitiser leurs idées et actions, en réduisant leurs revendications politiques à de seules convictions religieuses. Il interroge également la réelle motivation des pouvoirs publics : la fin de la violence, ou la condamnation morale de certaines convictions religieuses comme l’islam, stigmatisées par l’État ? Tout au long de l’ouvrage, plusieurs focus sont proposés. Citons celui de Géraldine Casutt sur l’importance de la question du genre, largement omise par les pouvoirs publics qui réduisent les actions des femmes à un rôle émotionnel ou familial. Par ailleurs, chaque chapitre s’accompagne d’une carte ou d’un graphique illustrant les politiques publiques de lutte contre la radicalisation. Claires et synthétiques, ils permettent à chaque auteur d’indiquer ce qui est mis en place dans le pays ou la région du monde qu’il traite. Cet ouvrage se distingue ainsi par sa grande clarté : parfaitement structuré, il donne à voir un vaste panel des politiques de lutte contre la radicalisation, tout en restant concis. Il montre comment, à travers les différents pays étudiés, les politiques publiques de lutte contre la radicalisation se concentrent de façon presque exclusive sur l’islam, en ciblant les musulmans. Les États mettent en place des systèmes de surveillance, dans une perspective de prévention des risques. Un ouvrage à mettre entre les mains de tous ceux s’intéressant à l’action publique ou à la radicalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pierre, « Juliette Galonnier, Stéphane Lacroix et Nadia Marzouki (dir.), Politiques de lutte contre la radicalisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 novembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58943

Haut de page

Rédacteur

Thomas Pierre

Diplômé du Master Sciences Sociales du Politique de l'IEP de Strasbourg et d'un Master en sociologie de l'université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search