Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marion Tillous (dir.), Espace, ge...

Marion Tillous (dir.), Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19

Joséphine Ernotte
Espace, genre et violences conjugales
Marion Tillous (dir.), Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, coll. « GéoTraverses », 2022, 160 p., ISBN : 978-2-37924-258-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 San Martin Eva, « La dimension spatiale de la violence conjugale », Thèse de doctorat en aménagemen (...)

1Quels effets la crise sanitaire de la Covid-19 a-t-elle eu sur les violences conjugales ? C’est à cette question que se proposent de répondre les auteur.rices de cet ouvrage dirigé par Marion Tillous. Liant ambitions didactique et scientifique, iels explicitent l’intérêt d’une approche géographique, en termes méthodologiques et théoriques, des violences au sein des couples. Quant à la période de confinement, elle fait l’effet d’un miroir grossissant pour observer la dimension spatiale des violences conjugales, dimension que met en avant Eva San Martin dans son travail de thèse1. L’apport de l’ouvrage est alors de souligner que les évolutions liées à la crise sanitaire n’ont pas changé la nature des logiques spatiales des violences conjugales mais les ont amplifiées.

  • 2 Weber Max, Le Savant et le Politique, Paris, Plon, 1959.

2En alliant les apports du féminisme matérialiste à l’étude des violences sexuelles et de genre, les auteur.rices montrent que celles-ci sont un phénomène structurel situé sur un continuum spatial, allant de l’espace public à l’espace privé. Iels questionnent alors la responsabilité de l’État, détenteur du monopole de la violence légitime comme le propose Max Weber2, dans les violences relevant de l’espace privé, espace dans lequel l’État cède son monopole aux maris. Dans cette perspective, il apparaît pertinent de questionner les effets des politiques menées par l’État pendant le confinement en matière de restriction de la mobilité et de prise en charge des violences conjugales. À partir de ce cadre théorique, les auteur.rices proposent une méthodologie à la fois qualitative et quantitative. Sur le plan qualitatif, 25 entretiens ont été menés avec des victimes de violence conjugale et 87 auprès des professionnel.les de la prise en charge des victimes en Haute-Garonne et en Isère. En termes quantitatifs, un questionnaire a été diffusé auprès d’environ 3 000 personnes, interrogeant les conséquences de la crise sanitaire sur la mobilité des femmes et des hommes dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie, où se situent les départements précédemment évoqués.

  • 3 Sánchez de Madariaga Inès, « The mobility of care. Introducing new concepts in urban transportation (...)

3Dans un premier chapitre, Julie Bulteau, Esté R. Torres et Marion Tillous proposent une analyse des pratiques spatiales genrées au sein des couples, en étudiant la mobilité des hommes et des femmes à partir de l’enquête par questionnaire. Les résultats montrent que les femmes effectuent en temps normal plus de déplacements mais parcourent moins de distance et passent moins de temps que les hommes à se déplacer. Cette disparité peut s’expliquer par la division sexuelle du travail et notamment par la notion de « mobility of care »3 qui permet de décrire spécifiquement les déplacements ayant pour but de prendre soin d’un.e proche, potentiellement à proximité de leur domicile. Alors que ces différences tendaient à se réduire dans le contexte français avant la crise sanitaire, la période du confinement marque l’inversion de cette tendance. En effet, les différences entre hommes et femmes en termes de nombre de déplacements, de distance parcourue et de temps passé en déplacement semblent significatives par rapport à la période qui précède la crise sanitaire. Après le confinement, pendant la période de couvre-feu qui suit et qui marque un allègement des mesures restrictives de déplacement, elles ne reviennent pas au niveau pré-confinement, qui marquait une tendance à la réduction des différences entre hommes et femmes. Il pourrait être intéressant de poursuivre l’étude durant une période sans restriction sanitaire pour déterminer si la mobilité des femmes est revenue à cette tendance pré-confinement.

  • 4 Stark Evan, Coercive Control. How Men Entrap Women in Personal Life, New York, Oxford University Pr (...)
  • 5 San Martin Eva, « La dimension spatiale de la violence conjugale ». Thèse de doctorat en aménagemen (...)
  • 6 Stark Evan, Coercive Control. How Men Entrap Women in Personal Life, New York, Oxford University Pr (...)

4Dans un second chapitre, Eva San Martin et Marion Tillous recentrent leur analyse sur les logiques spatiales des violences dans les couples à partir des entretiens menés avec les victimes. Iels reprennent la notion de « contrôle coercitif »4, qui renvoie aux formes de contrôle, par les auteurs de violences, des pratiques spatiales et corporelles des femmes victimes. Par l’utilisation de logiciels de localisation en direct, les conjoints peuvent par exemple surveiller les déplacements des victimes. Cela a pour conséquence une « déprise spatiale »5 pour les femmes victimes, i.e. un « rétrécissement progressif de l’espace vécu » (p. 59) à l’intérieur et à l’extérieur du domicile. Les victimes tentent, face à ce contrôle, de résister via la création de « zones de sécurité »6, physiques ou mentales, qui permettent de se recréer un « espace à soi » (p. 78) mais aussi de se défendre face aux violences. Pendant le confinement, les mesures du gouvernement visant à contrôler les déplacements des individus ont renforcé le contrôle des conjoints. Pour les femmes séparées de leurs conjoints, au contraire, elles ont permis de créer une « relative bulle protectrice » (p. 88), qui n’est pas tant liée au fait que les femmes s’éloignent mais plutôt au fait que les conjoints sont maintenus à distance.

5Dans un troisième chapitre, Pauline Delage, Eva San Martin et Marion Tillous analysent, à partir des entretiens menés avec les professionnel.les, les conditions du maintien de l’accompagnement des victimes. Dans un contexte national favorable à la reconnaissance des violences conjugales, comme le montre l’organisation d’un Grenelle sur cette thématique en 2019, la crise sanitaire a vu apparaître de nouveaux dispositifs visant à répondre à la potentielle mise en danger des victimes par les mesures de confinement. À titre d’exemples, des stands de signalement de violences ont été mis en place dans des centres commerciaux et les professionnel.les de la prise en charge ont pris contact avec des pharmacien.nes. Ainsi, les mesures permettant d’améliorer l’écoute des victimes se sont révélées relativement efficaces d’après les professionnel.les. Malgré tout, la prise en charge qui suit le signalement a été ralentie pendant la crise sanitaire, par la suspension de certaines procédures de justice notamment. Par ailleurs, le suivi des victimes a été rendu difficile par l’impossibilité de maintenir des entretiens en face à face ainsi que la nécessité de protéger du virus les bénévoles et salariés des structures d’accueil. Face à cela, iels ont su adapter leur tâche en développant des modes de suivi à distance. Les restrictions spatiales du confinement ont également accentué des contrastes territoriaux dans le vécu et la prise en charge des violences, entre zones rurales d’un côté, moins accessibles et moins dotées en service, et zones urbaines de l’autre, où la prise en charge a pu être maintenue plus facilement. Les femmes victimes de violence se sont retrouvées plus isolées dans les espaces ruraux.

6En fin de compte, cet ouvrage propose une étude complète des violences conjugales pendant la crise sanitaire, alliant à la fois le point de vue des victimes et des professionnel.les de la prise en charge. De plus, il met en avant l’idée d’une responsabilité de l’État dans la sphère privée, dans la mesure où les règles sanitaires de contrôle des mobilités ont redoublé le contrôle des conjoints sur les déplacements des victimes et où les mesures étatiques visant à réduire les violences durant la crise sanitaire ont eu une efficacité relative. Le choix de la période de mars 2020 à mars 2021 paraît particulièrement heuristique dans la mesure où il permet de révéler des logiques spatiales structurelles propres aux violences conjugales et de mettre en avant l’intérêt certain de la géographie pour l’étude de cet objet. Par ailleurs, le ton employé allie scientificité et pédagogie, permettant à l’ouvrage de s’adresser à un public large. Les annexes sont très riches et permettent d’accéder au détail d’une méthodologie très complète (guides d’entretien, détail des profils des enquêté.es). On peut également noter la rigueur du propos, visible dans l’explicitation du choix des termes utilisés et de leur emploi (le choix et l’emploi au féminin du terme de « victime » sont justifiés, comme les différents emplois de l’écriture inclusive, etc.). Pour prolonger la réflexion, il pourrait être intéressant, comme le notent les auteur.rices au début de l’ouvrage (p. 13), de produire des données incluant plus de personnes transgenres pour évaluer si des logiques spatiales spécifiques sont à l’œuvre dans les violences dont elles sont victimes.

Haut de page

Notes

1 San Martin Eva, « La dimension spatiale de la violence conjugale », Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et de l’urbanisme, 2019, Bordeaux, université Bordeaux-Montaigne.

2 Weber Max, Le Savant et le Politique, Paris, Plon, 1959.

3 Sánchez de Madariaga Inès, « The mobility of care. Introducing new concepts in urban transportation », in Inès Sánchez de Madariaga et Marion Roberts (dir.), Fair Shared Cities. The Impact of Gender Planning in Europe, Aldershot/New York, Ashgate, 2013, p. 51-66.

4 Stark Evan, Coercive Control. How Men Entrap Women in Personal Life, New York, Oxford University Press, 2007.

5 San Martin Eva, « La dimension spatiale de la violence conjugale ». Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et de l’urbanisme, 2019, Bordeaux, université Bordeaux-Montaigne.

6 Stark Evan, Coercive Control. How Men Entrap Women in Personal Life, New York, Oxford University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joséphine Ernotte, « Marion Tillous (dir.), Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58992

Haut de page

Rédacteur

Joséphine Ernotte

Doctorante en géographie à l’Université d’Artois, agrégée de géographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search