Navigation – Plan du site

Emmanuelle Heidsieck, Il risque de pleuvoir

Igor Martinache
Il risque de pleuvoir
Emmanuelle Heidsieck, Il risque de pleuvoir, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2008, 124 p., EAN : 9782020953504.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l'édition du 21 mai 2008 de l'hebdomadaire satyrique

1Il n'est pas habituel de rendre compte de romans sur Liens Socio. Pourtant, si on accepte l'hypothèse selon laquelle les représenttions exercent une influence parfois déterminante sur la marche de nos sociétés, il n'est pas absurde de se pencher parfois ici sur l'actualité littéraire. Ainsi, Jean-Luc Porquet, le jouissif chroniqueur du Canard Enchaîné ne s'y est-il pas trompé en dédiant récemment l'un de ses billets hebdomadaires au roman de sa consoeur Emmanuelle Heidsieck 1. Celui-ci nous plonge en effet dans les eaux glacés du calcul assurantiel, d'où son titre : Il risque de pleuvoir faisant allusion à la fois à la mathématique probabiliste, dont le rôle est essentiel dans la "discipline", et à l'avis de tempête qui menace la Sécurité Sociale, l'ouragan se nommant "assurances privées".

2Pour évoquer cette évolution préoccupante de notre système social, et plus particulièrement ici de sa branche santé, l'auteure choisit un procédé plutôt original. Le protagoniste de son histoire n'est en effet pas un "gentil" militant altermondialiste, mais un cadre « supérieur », haut placé dans la hiérarchie d'une compagnie d'assurances. Nous voilà ainsi logés dans le cerveau d'Antoine Rougemont -c'est son nom-, alors qu'il assiste aux funérailles de la soeur de son ex-épouse, Inès.

3Alors que le rituel chrétien de la messe se déroule dans sa solennité propice à la rêverie, les pensées se succèdent dans l'esprit du narrateur qui, confronté une fois de plus à l'expérience de la mort, fait le point sur son existence. Premier constat : difficile d'y démêler relations personnelles et professionnelles. Ainsi, cette cérémonie constitue-t-elle une sorte de « retour aux sources » pour Antoine, qui y retrouve sa belle-famille, au sens propre comme au sens figuré. Son ancienne femme s'est en effet remariée avec le P-DG d'un groupe d'assurances concurrent, et c'est donc une bonne partie des cadres du secteur qui se presse dans l'église, à côté de la famille d'Inès. Une manière sans doute pour l'auteure de suggérer qu'au-delà de la concurrence « libre et non faussée » que prônent les libéraux les plus convaincus, la connivence est plutôt de rigueur dans la petite sphère des hauts dirigeants d'une même branche professionnelle. Après tout, les ennemis, syndicalistes ou, dans une bien moindre mesure, députés, sont communs...

  • 2 Voir l'usage que celui-ci fait en effet de la notion de « carrière » à propos notamment des fumeurs (...)
  • 3 Sur la nature duquel il ne faudrait pas se leurrer pour autant, comme nous l'a bien enseigné Marcel (...)
  • 4 Ce que confirme un autre ouvrage édifiant paru récemment d'Antoine Darima (un pseudonyme), Guide pr (...)

4Dans ses songes, Antoine retrace également la trajectoire de ses homologues, des carrières qui correspondent bien à une forme de déviance, selon la définition d'Howard Becker 2  : une déviance par rapport aux relations d'amitié telles qu'elles semblent normées dans nos sociétés contemporaines : définies par le désintéressement 3, la franchise et la fidélité. Autant de « vertus » dont il semble falloir s'affranchir pour réussir dans la hiérarchie « managériale » 4. Derrière les apparences du « tous amis », il incombe ainsi de se montrer plus rusé que l'adversaire, tel Alexandre Cadassus, le nouveau mari d'Inès, qui réussit à écarter un jeune « loup » trop ambitieux en lui « offrant » une promotion en trompe-l'oeil...

  • 5 Cf « Quelques propriétés des champs » dans Questions de sociologie, Minuit, 1980, pp.113-120
  • 6 Voir par exemple les ouvrages de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon comme Voyage en grande bou (...)
  • 7 « On ne met pas de bijoux quand on est en deuil. Si le carton d'invitation porte la mention « tenue (...)

5Et au-delà de ce « panier de cadres » dont la description dressée par Emmanuelle Heidsieck possède tous les traits du « champ » tel que l'a défini Pierre Bourdieu 5, ce sont quelques bribes d'un portrait de la grande bourgeoisie conforme aux (trop rares) travaux sociologiques sur le sujet 6 que nous propose la romancière, avec sa culture particulièrement marquée de l'« entre-soi » faite de lieux de convivialité très fermés, comme les « grandes » écoles de commerce ou d'ingénieurs par lequelles passent la plupart des enfants de ce milieu, ou le « Tir aux pigeons », luxueux club sportif installé dans le Bois-de-Boulogne, sa consommation ostentatoire et ses relations extrémement codifiées dont les « formes » ne cessent jamais de fonctionner, y compris lorsqu'il s'agit d'enterrer un proche 7...

  • 8 Lire Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, 1995
  • 9 Un personnage qui fait certainement allusion à François Ewald, philosophe au CNAM, ex-maoïste et ex (...)
  • 10 Voir du même Robert Castel, L'Insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?, Seuil, coll. « La Ré (...)
  • 11 Appelée aussi « dossier médical personnel »
  • 12 La Commission Nationale Informatique et Liberté, censée garantir la protection des données personne (...)

6Mais le coeur du roman palipite ailleurs. Du côté de la protection sociale, dont le (récent) développement est indissociable de celui de la société salariale, comme l'a magistralement montré Robert Castel 8, et que l'auteure nous retrace synthétiquement sous prétexte de présenter les recherches historiques d'un professeur du Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM) 9 et ami d'Antoine, du moins jusqu'à ce qu'il ne le trahisse lui aussi pour servir sa carrière. Cette Sécurité sociale est aujourd'hui menacée dans toutes ses dimensions 10, autrement dit les quatre grands « risques » contre lesquelles elle est censée prémunir : chômage, vieillesse, famille et maladie. C'est justement la mort imminente de cette dernière branche qu'attendent impatiemment les dirigeants de l'assurance française, leur perspective de juteux bénéfices supplémentaires. Derrière le sempiternel argument consistant à affirmer que toute économie supplémentaire leur permet de réduire le montant des primes, les assureurs fictifs animés par Emmanuelle Heidsieck exercent ainsi un intense lobbying auprès des pouvoirs publics afin de pouvoir croquer le « fruit défendu », en l'occurence l'accès aux « données de santé » personnelles des assurés sociaux. Autrement dit la liste des pathologies dont est atteint chacun d'entre nous 11, brisant de ce fait le sacro-saint secret médical, avec à la clé les possibilités de sélection que l'on devine entre les « bons » et les « mauvais » assurés, déchirant ainsi le « voile d'ignorance » essentiel au fonctionnement de la solidarité entre malades et bien portants. Bien entendu, les assureurs avancent à pas feutrés, ne demandant dans un premier temps qu'un accès à des données anonymisées informatiquement. Il s'agit en effet de préparer progressivement l'opinion, CNIL 12 comprise. Car c'est bien avant tout une entreprise idéologique que cette privatisation rampante de la Sécurité sociale, dont une offensive avait déjà failli réussir sous le gouvernement Juppé en 1997, comme le rappelle l'auteure.

  • 13 « Les noces du risque et de la politique », Le Débat, n° 109, avril 2000, symbole aussi des noces d (...)
  • 14 La société du risque, Flammarion, coll. « Champs », 2003, [éd.originale : 1986]
  • 15 Que l'auteur de ce compte-rendu s'avoue bien incapable de juger, et ne peut que témoigner du plaisi (...)
  • 16 « Pour les accidents d'avion, il y a les conventions de Varsovie et de Montréal, une vie équivaut à (...)
  • 17 Hippocrate malade de ses réformes, éditions du Croquant, 2007, voir un compte-rendu ici

7Un « combat » dans lequel l'article de la revue Le Débat où François Ewald et Denis Kessler 13 divisent notamment la société entre « risquophobes » et « risquophiles », mais aussi plus indirectement l'ouvrage majeur d'Ulrich Beck 14 ont constitué des munitions de choix. Elles n'ont en particulier sans doute pas été étrangères, comme le suggère l'auteure, à l'influence prise au MEDEF par la fédération des assurances. Au-delà de ses qualités littéraires 15, le roman d'Emmanuelle Heidsieck vaut le détour par sa finesse socio-politique. Par un habile dosage entre réalité et fiction, la romancière éveille notre attention sur une véritable « contre-révolution » en matière de protection sociale, et qui se joue actuellement en sourdine. Elle parvient du reste à donner corps à cette menace en dépeignant ses maîtres d'oeuvre - fictifs certes mais « sociologiquement vraisemblables »- et plus encore en les confrontant à l'expérience de la maladie ou de l'accident des autres, qu'ils ne savent plus qu'appréhender par les nombres, déformation professionnelle oblige16. L'ouvrage aurait pu s'intituler « chronique d'une mort annoncée » - celle de la Sécurité sociale- si Gabriel Garcia Marquez n'était déjà passé par là. Et malheureusement, comme le confirme le récent ouvrage de Frédéric Pierru 17, toute ressemblance avec des personnages -et une évolution politique- existants y est loin d'être fortuite...

Haut de page

Notes

1 Voir l'édition du 21 mai 2008 de l'hebdomadaire satyrique

2 Voir l'usage que celui-ci fait en effet de la notion de « carrière » à propos notamment des fumeurs de marijuana dans Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, 1985 [édition originale  : 1963]

3 Sur la nature duquel il ne faudrait pas se leurrer pour autant, comme nous l'a bien enseigné Marcel Mauss dans son Essai sur le don, PUF, 2007 [1923], dont on peut consulter un compte-rendu ici

4 Ce que confirme un autre ouvrage édifiant paru récemment d'Antoine Darima (un pseudonyme), Guide pratique pour réussir sa carrière en entreprise. Avec tout le mépris et la cruauté que cette tâche requiert, La Découverte, coll. « Zones », avril 2008, que l'on peut lire en ligne à partir du lien suivant

5 Cf « Quelques propriétés des champs » dans Questions de sociologie, Minuit, 1980, pp.113-120

6 Voir par exemple les ouvrages de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon comme Voyage en grande bourgeoisie : Journal d'enquête, PUF, 2005 ou Sociologie de la bourgeoisie, La Découverte, coll."Repères", 2000, ou encore Ni vue ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgoise de Beatrix Le Wita, éditions de la MSH, 1988

7 « On ne met pas de bijoux quand on est en deuil. Si le carton d'invitation porte la mention « tenue de soirée », les hommes portent un habit, éventuellement un smoking, avec une chemise blanc à col cassé » (p.87)

8 Lire Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, 1995

9 Un personnage qui fait certainement allusion à François Ewald, philosophe au CNAM, ex-maoïste et ex-disciple de Michel Foucault qui sert de caution théorique aux assureurs dans leur « croisade » idéologique contre la Sécurité sociale

10 Voir du même Robert Castel, L'Insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?, Seuil, coll. « La République des idées », 2003 où l'auteur montre bien l'absurde découplage de la sécurité physique et de la protection sociale dans les représentations dominantes

11 Appelée aussi « dossier médical personnel »

12 La Commission Nationale Informatique et Liberté, censée garantir la protection des données personnelles des différents citoyens - voir sur cette question l'ouvrage dirigé par Laurent Mucchielli, La frénésie sécuritaire, Seuil, 2008, et notamment la contribution de Pierre Piazza. Un compte-rendu est disponible ici

13 « Les noces du risque et de la politique », Le Débat, n° 109, avril 2000, symbole aussi des noces du patronat et d'une partie du monde académique...

14 La société du risque, Flammarion, coll. « Champs », 2003, [éd.originale : 1986]

15 Que l'auteur de ce compte-rendu s'avoue bien incapable de juger, et ne peut que témoigner du plaisir (perturbant) procuré par cette lecture...

16 « Pour les accidents d'avion, il y a les conventions de Varsovie et de Montréal, une vie équivaut à cent seize mille euros, sans compter les dommages et intérêts » (p.94)

17 Hippocrate malade de ses réformes, éditions du Croquant, 2007, voir un compte-rendu ici

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Emmanuelle Heidsieck, Il risque de pleuvoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 31 mai 2008, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/590

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page