Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Anne Jonchéry et Sylvie Octobre (...

Anne Jonchéry et Sylvie Octobre (dir.), L’éducation artistique et culturelle. Une utopie à l’épreuve des sciences sociales

Joris Cintéro
L'éducation artistique et culturelle
Anne Jonchery, Sylvie Octobre (dir.), L'éducation artistique et culturelle. Une utopie à l'épreuve des sciences sociales, Paris, Ministère de la Culture - DEPS, Les Presses de Sciences Po, coll. « Questions de culture », 2022, 272 p., ISBN : 978-2-7246-3935-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le thème de l’éducation artistique et culturelle (EAC) connaît ces dernières années une vitalité académique à la mesure des enjeux politiques dans lesquels il s’inscrit. Cette situation rime, comme souvent, avec un éparpillement des débats disciplinaires et des recherches, entre plaidoyers, travaux critiques ou littérature grise, rendant d’autant plus nécessaire une discussion resserrée des résultats produits. Voilà, en somme, le défi que propose de relever cet ouvrage pluridisciplinaire qui rassemble les contributions de 18 collaborateur·trice·s, sous la direction d’Anne Jonchéry et Sylvie Octobre, toutes deux sociologues exerçant à la direction des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation du ministère de la Culture et auteures de plusieurs études de référence sur les pratiques culturelles juvéniles.

  • 1 On pense notamment aux débats sur la « forme scolaire » ainsi qu’à ceux sur les frontières de ce qu (...)

2L’introduction de l’ouvrage revient en détail sur les difficultés inhérentes au double portage institutionnel de l’EAC (ministères de l’Éducation nationale et de la Culture), dont la mise en œuvre se heurte à des régimes de valeurs et d’action concurrents, à des logiques institutionnelles elles-mêmes en tension1 ainsi qu’à une incertitude latente sur ses objectifs et ses bénéfices. Cette introduction propose également une périodisation bienvenue des politiques en faveur de l’EAC depuis une cinquantaine d’années, soulignant la myriade de dispositifs administratifs à partir desquels cette catégorie s’est institutionalisée et territorialisée, passant progressivement d’une pratique militante, aux contours mouvants, à un secteur en voie de professionnalisation.

  • 2 Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, (...)

3La première partie de l’ouvrage se propose de saisir l’EAC au prisme des relations entre « le savant » et « le politique ». Dans cette perspective, le chapitre d’Anne Barrère et Nathalie Montoya étudie la fonction de la rente politico-professionnelle sur laquelle « surfe » l’EAC, au prisme de son traitement par les sciences sociales. Soulignant l’intérêt et les limites d’une recherche prenant au sérieux les promesses d’une éducation artistique et culturelle qui, par ailleurs, participe activement à ré-enchanter le politique, les auteures défendent à travers ce chapitre un programme de recherche qui prend au mot les acteurs, soit une sociologie de l’expérience des élèves dans les coulisses de projets qui se présentent comme des hétérotopies au sein de l’École. Claire Desmitt étudie de son côté l’évolution du projet éducatif défendu par l’EAC à partir d’une lecture critique du « moment PEAC ». L’auteure y trace la genèse politique et académique du principe d’éducation par l’art, marquant une inflexion notable dans les objectifs traditionnellement confiés à l’EAC. Elle met également en évidence les logiques éducatives, artistiques et économiques qui structure le parcours d’éducation artistique et culturelle de l'élève (PEAC), dont la concurrence place les publics de cette politique entre un pôle humaniste centré sur les savoirs artistiques ou le civisme, et un pôle néolibéral, centré sur l’entreprise de soi. Les deux autres chapitres de cette première partie proposent un faisceau de réflexions méthodologiques et épistémologiques sur l’analyse des effets de l’EAC. Le chapitre de Philippe Coulangeon et Julie Pereira opère un bilan des recherches consacrées à l’évaluation des effets de l’EAC, mettant notamment en évidence la surreprésentation de celles explorant ses effets extrinsèques. À l’appui d’une revue critique de la littérature consacrée à l’évaluation de l’EAC, les auteurs délivrent un plaidoyer convaincant pour le développement d’études quasi-expérimentales, en contrepoint des études observationnelles et randomisées. Claire Thoumelin propose quant à elle une plongée stimulante dans les « cuisines » de l’évaluation de l’EAC à travers l’exemple la fabrication d'un dispositif statistique de mesure de l’offre à l’échelle nationale. Son chapitre revient sur les débats qui structurent la construction d’un instrument de mesure – à l’instar des processus d’instrumentation de l’action publique2 – mettant en évidence les difficultés qui se posent dans le travail de traduction statistique des formules parfois très générales sur lesquelles reposent les textes de cadrage de l’EAC.

  • 3 Il est essentiellement ici question de souligner la prégnance du mode scolaire de socialisation dan (...)

4La seconde partie de l’ouvrage est dédiée aux acteurs de l’EAC et s’appuie sur des enquêtes menées auprès des médiateurs culturels, des enseignants du premier degré, des professionnels du cinéma ou encore des professeurs-relais. Cette partie souligne à quel point les logiques scolaires3 trament et participent à légitimer le travail des acteurs de l’EAC – et ceci malgré leur diversité apparente. Au-delà d’une présentation bienvenue de l’histoire et des trajectoires socio-professionnelles d’un corps encore peu connu, le chapitre de Lucille Joyeux met ainsi en lumière la fonction de traducteurs qu’endossent les professeurs relais au profit d’institutions culturelles souvent peu au fait des programmes, des attendus et des publics scolaires. Le chapitre de Nathalie Roucous et Denis Adam donne quant à lui là voir la scolarisation des pratiques des médiateurs culturels, témoignant à la fois d’une contradiction majeure avec les finalités d’institutions qui se situent souvent en rupture avec le monde scolaire et d’une nécessité de compenser une domination structurelle dans les mondes de la culture et de l’éducation. D’autre part, les chapitres de cette partie mettent en évidence la participation active des acteurs de l’EAC à la reproduction de hiérarchies artistiques et culturelles. C’est notamment ce que souligne le chapitre de Cédric Barbier, qui montre comment les professionnels du cinéma intervenant dans un dispositif d’éducation à l’image participent à la diffusion et au maintien de hiérarchies culturelles légitimes, en dépit d’une ouverture de façade aux pratiques des plus jeunes. Le chapitre de Marthe Fradet-Hannoyer est consacré au sujet de la littérature jeunesse. Il souligne le rôle moteur des Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE) dans la conversion des jeunes enseignants à une idée de la « qualité littéraire », jamais explicitée, amenant ces derniers, de plus en plus issus des fractions populaires, à renier un patrimoine littéraire par lequel ils se sont souvent construits – laissant présager une disqualification de certaines des lectures de leurs futurs élèves.

  • 4 Les auteurs s’appuient sur les travaux de Michel Picard pour montrer que l’ensemble des élèves mobi (...)

5La troisième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude des effets des dispositifs de l’EAC sur les bénéficiaires que sont les élèves et les enfants. Lénaïg Lozano et Bénédicte Havard-Duclos proposent un compte rendu optimiste de l’expérience des élèves dans le dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale (DEMOS), montrant que l’organisation des relations interpersonnelles en son sein subvertit partiellement le cadre scolaire. Leur étude témoigne d’une socialisation par la musique partiellement décalée de la forme scolaire, donnant du corps à l’idée d’hétérotopie défendue par Barrère et Montoya au début de l’ouvrage. Les chapitres suivants mettent également l’accent sur les réceptions et les bénéfices inégaux que tirent les élèves des dispositifs d’EAC. L’enquête de Marie-Pierre Chopin sur un dispositif d’initiation à la danse met ainsi en évidence que l’EAC ne profite pas nécessairement aux enfants les plus dotés en capitaux culturels, et plus généralement à ceux qui sont socialement les plus proches de la culture scolaire. Ce chapitre souligne que l’organisation concrète des séquences – s’il fallait le rappeler – joue un rôle actif dans l’appropriation des dispositifs d’EAC par les enfants. En contrepoint, le chapitre de Marie-Sylvie Claude, Patrick Rayou et Cécile Richaudeau, consacré aux réceptions de sculptures de style contemporain par un public de collégiens, témoigne à la fois de l’inégale aptitude des élèves à rendre compte « scolairement » de leurs expériences esthétiques et de leur égale capacité à articuler esthèse et ascèse4 dans les comptes rendus qu’ils en font. Dans cette perspective, les auteurs plaident pour une prise en considération du jeu avec l’œuvre (au double sens de playing et game) comme objet-même de l’EAC et non pas comme un simple moyen éducatif. Enfin, à l’aide d’un dispositif méthodologique original, mettant l’accent sur la perception visuelle des enfants, Mathias Blanc met en évidence l’influence que joue le discours expert d’un guide sur la manière dont les enfants regardent les œuvres lors d’une visite au musée. L’enquête met notamment en évidence le fait que la façon de regarder l’œuvre se construit différemment entre pairs et par le biais d’un guide.

  • 5 Voir par exemple Efland Arthur, A History of Art Education, Teachers College Press, 1990 ; Belfiore (...)

6Il va sans dire que cet ouvrage collectif constitue une solide introduction aux questionnements contemporains vis-à-vis de l’objet EAC. Il propose en effet une plongée passionnante dans plusieurs chantiers de recherche au travers de contributions pluridisciplinaires de très bonne facture. Les lecteur·rice·s pourront néanmoins regretter l’absence d’une conclusion qui viendrait mettre au travail les lignes de convergence et plus encore de divergence qui se dessinent au fil des chapitres – certains se situant explicitement du côté de la critique quand d’autres se rapprochent du plaidoyer en faveur de l’EAC. En effet, plusieurs questionnements soulevés par endroits se heurtent aux approches défendues ailleurs – par choix ou contrainte. La mise en garde vis-à-vis des « effets pervers » d’une focale récurrente sur les effets extrinsèques de l’EAC en constitue un bon exemple, dans un ouvrage où ils occupent une place non négligeable. Dans le même ordre d’idée, les auteur·e·s auraient parfois gagné à discuter davantage avec la littérature anglophone et à prendre en considération les débats animés qui ont traversé le champ scientifique relativement à l’étude des effets des politiques en faveur des arts et de la culture en milieu scolaire, aux États-Unis ou ailleurs5.

7Ces critiques n’enlèvent cependant rien à la qualité de cet ouvrage collectif, qui constitue tout à la fois une introduction stimulante aux enjeux scientifiques posés par l’étude de l’EAC et un témoignage de l’actualité de la recherche à ce sujet.

Haut de page

Notes

1 On pense notamment aux débats sur la « forme scolaire » ainsi qu’à ceux sur les frontières de ce que recouvre le « culturel ».

2 Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

3 Il est essentiellement ici question de souligner la prégnance du mode scolaire de socialisation dans les pratiques des acteurs de l’EAC. Voir Vincent Guy (dir.). L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, PUL, 1994.

4 Les auteurs s’appuient sur les travaux de Michel Picard pour montrer que l’ensemble des élèves mobilise des schèmes de réception qui tiennent à la fois du playing (c’est-à-dire imaginer des scénarios ludiques, sensibles en jouant avec le sens et l’esthétique de l’œuvre) et du game (c’est-à-dire entrer dans le jeu de l’interprétation, de la réflexivité vis-à-vis de l’œuvre).

5 Voir par exemple Efland Arthur, A History of Art Education, Teachers College Press, 1990 ; Belfiore Eleonora et Oliver Bennett, The Social Impact of the Arts: An Intellectual History, Palgrave Macmillan UK, 2008, ou encore Gaztambide-Fernandez Ruben A., « Why the Arts Don’t “Do” Anything: Toward a New Vision for Cultural Production in Education », Harvard Educational Review, vol. 83, no 1, 2013, p. 211‑237. Ce dernier article propose notamment une porte de sortie stimulante au débat sur les effets intrinsèques ou extrinsèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joris Cintéro, « Anne Jonchéry et Sylvie Octobre (dir.), L’éducation artistique et culturelle. Une utopie à l’épreuve des sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 décembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59012

Haut de page

Rédacteur

Joris Cintéro

Doctorant en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Lumière Lyon 2, laboratoire ECP.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search