Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Romy Sauvayre, La face cachée des...

Romy Sauvayre, La face cachée des neurosciences. Sociologie de la diffusion de la neuroimagerie d’un saumon mort

Clémence Martin-Donati
La face cachée des neurosciences
Romy Sauvayre, La face cachée des neurosciences. Sociologie de la diffusion de la neuroimagerie d'un saumon mort, Toulouse, Erès, coll. « Recherches en éthique appliquée », 2022, 270 p., ISBN : 978-2-7492-7424-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Romy Sauvayre interroge la construction du savoir neuroscientifique, en regard des normes de scientificité et des valeurs épistémiques qui régissent la discipline. Pour ce faire, elle soumet à l’analyse sociologique le processus de diffusion scientifique et médiatique d’une étude quelque peu insolite puisqu’elle s’appuie sur la neuro-imagerie d’un saumon mort. Réalisée par un doctorant en sciences cognitives, cette étude a connu un fort retentissement, ce qui en fait un cas emblématique pour le sociologue.

2Si le premier chapitre introductif, quelque peu ardu pour le profane, s’attache à décrire les différentes techniques de neuro-imagerie utilisées, c’est le second chapitre qui nous fait entrer dans le cœur du sujet. Celui-ci expose l’historique de l’« improbable » étude de neuroimagerie du saumon mort (que nous nommerons, à la suite de l’auteur, IRMfSM) et présente les acteurs impliqués dans sa réalisation.

  • 1 Bennett Craig, Baird Abigail, Miller Michael, Wolford George, « Neural correlates of interspecies p (...)
  • 2 Bennett Craig, Baird Abigail, Miller Michael, Wolford George, « Neural correlates of interspecies p (...)

3L’idée, en apparence saugrenue, de placer un saumon mort dans un scanner échut en 2008 à Craig Bennett, alors qu’il souhaitait tester un protocole d’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRM-f). Le saumon mort jouait ici le rôle de « fantôme », permettant de vérifier la bonne calibration du scanner afin de prévenir toute altération des données mesurées. Or, les images mirent en évidence des zones actives dans le cerveau du saumon mort ! Bennett et l’un de ses directeurs de thèses analysèrent alors ces résultats pour mettre en évidence le problème des « faux positifs » en neuroimagerie, susceptible d’engendrer des erreurs d’interprétation. Ce travail fit l’objet d’un poster lors d’un colloque1 puis d’un article dans une revue scientifique2.

4Romy Sauvayre présente ensuite la diffusion et la réception de cette étude dans la sphère scientifique, mettant en avant l’accueil contrasté qu’elle a reçu mais également le statut d’exception de sa circulation. En effet, l’étude a bénéficié d’un taux de citation largement supérieur à la moyenne des travaux neuroscientifiques, alors même que son objet (l’imagerie d’un animal mort) déroge aux normes de scientificité en vigueur dans la discipline. Par ailleurs, ses modalités de diffusion – un poster de colloque, qui représente un support de moindre légitimité, et la publication dans une revue mort-née, qui n’est parue que pour un seul numéro – rendent tout à fait inhabituelle une circulation aussi importante. La sociologue met également en avant la médiatisation de cette étude, sur des blogs de vulgarisation scientifique ou au sein d’une presse plus généraliste, selon une temporalité qui suit parfois de près sa propagation dans la communauté des chercheurs.

  • 3 Vul Edward, Harris Christine, Winkielman Piotr, Pashler Harold, « Puzzling high correlations in fMR (...)

5Le troisième chapitre s’attache à montrer en quoi la diffusion de cette recherche au sein du champ neuroscientifique a été facilitée par l'état des connaissances scientifiques alors à l’œuvre. En effet, une controverse scientifique, dite « controverse vaudou », a eu lieu dans ce champ quelques mois avant la diffusion du poster lors du colloque. Son point de départ est la publication d’un article d’Edward Vul et al. (2009)3, qui accuse un certain nombre d’études publiées en neurosciences, y compris dans des revues prestigieuses, de s'appuyer sur des coefficients de corrélation erronés, compromettant ainsi la fiabilité des résultats présentés. Romy Sauvayre analyse ici rapidement les arguments de Vul et les réactions des scientifiques mis en cause dans les recherches critiquées par Vul, avant de constater la migration de la controverse vers un débat méthodologique, où une nouvelle méthode d’analyse des données de l’IRMf en vient à être proposée. Le débat dépasse bientôt le seul sous-champ des neurosciences cognitives et sociales pour atteindre l’ensemble du champ des neurosciences et, de manière plus large, des recherches en psychologie.

6La présentation de la controverse et celle du débat afférent à celle-ci permettent à Romy Sauvayre de contextualiser la diffusion de la neuro-imagerie du saumon mort au sein d’un espace scientifique traversé à ce moment-là par une crise méthodologique importante. Cette étude, parce qu’elle soulève des questions associées au traitement des données par IRMf, s’intègre parfaitement dans le cadre du débat entraîné par la controverse vaudou, favorisant ici l’attention de la communauté scientifique et présentant un terrain favorable à sa large diffusion au sein de celle-ci.

7Dans le chapitre suivant, Romy Sauvayre opère une analyse de la diffusion de l’IRMfSM au sein des sphères scientifique et médiatique. À travers une présentation quantitative et qualitative des citations ainsi qu’une analyse des réseaux de chercheurs impliqués, elle met en avant la reconnaissance dont a bénéficié cette étude au sein de la communauté scientifique, malgré son objet atypique. L’implication d'universitaires influents (notamment en psychologie), cumulant des positions institutionnelles prestigieuses et une forte légitimité au sein du champ scientifique, et ayant par ailleurs participé à la controverse vaudou, apparaît jouer un rôle important dans cette circulation, tout comme sa mise en visibilité lors du colloque où elle fut présentée.

8Dans la sphère médiatique, le travail de vulgarisation scientifique de Bennett à travers son site personnel a favorisé une première vague de médiatisation par l’intermédiaire de la blogosphère et du journalisme scientifique. Cependant, c’est l’obtention en 2012 d’un prix scientifique mondialement connu, l’Ig Nobel, aussi surprenant et ambivalent soit-il, qui a participé de sa visibilité plus large dans l'espace médiatique, favorisant sa diffusion au sein de la presse généraliste et à l’international, pendant plusieurs années.

  • 4 Lemerle Sébastien, « Une nouvelle “lisibilité du monde” : Les usages des neurosciences par les in (...)

9La force de ce chapitre tient ici à l’analyse rigoureuse de la circulation de l’IRMfSM dans la communauté scientifique. On regrette en revanche que la saisie de sa diffusion médiatique soit plus sommaire, et qu’elle ne soit pas reliée de manière plus large au phénomène de médiatisation de plus en plus important d’études de neurosciences et de neuro-imagerie dans le champ journalistique, où cette diffusion est susceptible de faire subir aux données scientifiques un certain nombre de « déviations »4.

10Enfin, le dernier chapitre s’interroge, à partir de la diffusion de l’étude IRMfSM comme de la controverse vaudou au sein de la sphère scientifique, sur l’adoption des normes dans la communauté de chercheurs en neurosciences.

11La comparaison de normes valorisées au sein des institutions scientifiques (revues, académie des sciences) avec celles diffusées dans les guides méthodologiques destinés aux futurs chercheurs et celles présentes dans l’étude IRMfSM et de l’étude vaudou fait apparaître une « disjonction entre les prescriptions des méthodologistes, les attentes normatives des institutions scientifiques (revues, académies, etc.) et les pratiques des chercheurs » (p. 185).

12Suite à ce constat, Sauvayre propose une modélisation du changement normatif en sciences, conçu à partir de présupposés bourdoniens de rationalité des acteurs, et impliquant le rapport que ceux-ci entretiennent à un certain nombre de valeurs et de normes. Au sein de cette modélisation, les valeurs, supposant une adhésion de la part des acteurs, vont de l’individu au groupe selon une dynamique ascendante, quand les normes, édictées par le groupe, s’imposent à l’individu selon une dynamique descendante. Le passage d’une valeur à une norme implicite s’effectue à travers « l’adhésion de plusieurs individus aux mêmes valeurs individuelles appliquées à une action donnée » (p. 189). Le passage d'une norme implicite à une norme explicite s’effectue quant à lui lorsqu’il y a accord du collectif pour qu’une pratique soit généralisée, la norme implicite devenant alors explicite en s'institutionnalisant. Elle ne s’impose cependant de manière large qu’à partir du moment où un système organisé au niveau collectif sanctionne les écarts à la norme. Or, les nouvelles prescriptions méthodologiques issues du débat autour de l’IRMfSM, mais aussi l’écart entre les prescriptions et les pratiques des chercheurs dont rend compte Sauvayre, montrent bien à quel point ce processus est susceptible d’être inachevé, ou de ne s’imposer qu’à un niveau local. L’adhésion aux valeurs implicites contenues dans les normes apparaît alors comme un moyen de faire respecter des normes scientifiques de façon durable et solide par les acteurs.

  • 5 Chamak Brigitte, Moutaud Baptiste (dir), Neurosciences et société́. Enjeux des savoirs et pratiques (...)

13Au final, cet ouvrage rend compte de manière précise, étayée et somme toute convaincante de la diffusion d’une étude de neuro-imagerie au sein du champ scientifique. Si la reprise du langage caractéristique de cette discipline rend sa lecture ardue aux non-spécialistes, limitant ainsi son lectorat potentiel, elle a pour corollaire une description fine des procédures méthodologiques mises en place par les neuroscientifiques, et qui apparaissent comme nécessaires à une bonne compréhension des enjeux décrits par Sauvayre. Si la modélisation du changement normatif en science développée par la sociologue semble solide, elle mériterait d’être mise à l’épreuve à travers d’autres travaux. On regrette en revanche que la circulation de la neuro-imagerie du saumon mort au sein du champ médiatique soit moins explorée, alors même qu’un livre récent, Neurosciences et société (2014)5, abordant cette question de la diffusion des neurosciences au sein des médias, aurait pu donner lieu à un dialogue fécond. L’ouvrage intéressera cependant les passionnés de neurosciences, et tous ceux qui s’interrogent sur les limites de cette nouvelle discipline du cerveau.

Haut de page

Notes

1 Bennett Craig, Baird Abigail, Miller Michael, Wolford George, « Neural correlates of interspecies perspective taking in the post-mortem Atlantic Salmon: An argument for multiple comparisons correction », 15th annual meeting of the Organization for Human Brain Mapping, San Francisco, 20 juin, 2009.

2 Bennett Craig, Baird Abigail, Miller Michael, Wolford George, « Neural correlates of interspecies perspective taking in the post-mortem Atlantic Salmon: An argument for proper multiple comparisons correction », Journal of Serendipitous and Unexpected Results, n° 1, 2010, p. 1-5.

3 Vul Edward, Harris Christine, Winkielman Piotr, Pashler Harold, « Puzzling high correlations in fMRI studies of emotion, personality, and social cognition », Perspectives on Psychological Science, vol. 4, n° 3, 2009, p. 274-290.

4 Lemerle Sébastien, « Une nouvelle “lisibilité du monde” : Les usages des neurosciences par les intermédiaires culturels en France (1970-2000) », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 25, 2011, p. 35-58.

5 Chamak Brigitte, Moutaud Baptiste (dir), Neurosciences et société́. Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Martin-Donati, « Romy Sauvayre, La face cachée des neurosciences. Sociologie de la diffusion de la neuroimagerie d’un saumon mort », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 décembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59017

Haut de page

Rédacteur

Clémence Martin-Donati

Doctorante en sociologie des professions et de la santé à l’IDHES Paris Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search