Navigation – Plan du site

Fabrice Virgili, Danièle Voldman, La garçonne et l'assassin. Histoire de Louise et Paul, déserteur et travesti dans le Paris des années folles

Patrick Cotelette
La garçonne et l'assassin
Fabrice Virgili, Danièle Voldman, La garçonne et l'assassin. Histoire de Louise et Paul, déserteur et travesti dans le Paris des années folles, Payot, 2011, 173 p., EAN : 9782228906500.
Haut de page

Texte intégral

1Le « goût de l’archive » ainsi que « la dette […] vis-à-vis des tenants de la microhistoire » conduisent parfois à des découvertes étranges. C’est une telle découverte « au détour d’une autre recherche » que nous partageons avec Fabrice Virgili et Danièle Voldman dans leur dernier ouvrage : La garçonne et l’assassin. Tout deux spécialisés dans l’histoire des guerres mondiales et se questionnant sur le thème du genre, ils narrent ici l’histoire rocambolesque de Paul, soldat déserteur au cours de la Première Guerre Mondiale et devenant travesti de 1915 à 1925 pour échapper aux sanctions militaires, et de Louise, « femme soumise » et complice mais assassin de son mari en juillet 1928.

2Le parti pris des auteurs a été de retranscrire quasi intégralement, selon les sources disponibles, l’histoire des membres de ce couple atypique, de leurs origines jusqu’à leurs morts. On suit ainsi leur « rencontre » (chapitre 1), le « fracas de la guerre » (chapitre 2), la transformation de Paul en Suzy (chapitre 3), le retour de Paul au genre masculin en 1925 (chapitre 4), le « meurtre » (chapitre 5), « l’enquête » (chapitre 7) et « le procès » (chapitre 8). Par choix méthodologique, l’intégralité des sources apparaissent dans le chapitre 6, et non au fil du récit. Et c’est principalement un « récit » et diverses interprétations que livrent les auteurs plutôt qu’une analyse point par point des documents historiques.

3Cette méthode permet à Fabrice Virgili et Danièle Voldman de livrer au lecteur un véritable roman historique allégé du poids des sources du chapitre 1 au chapitre 5. On suit les enfances de Paul et de Louise dans lesquelles rien – dans les documents à disposition des auteurs – ne laissait présumer la future bisexualité de Paul. On découvre la Première Guerre Mondiale vu par un particulier « mis hors jeu [et qui a été] enfoncé dans une névrose douloureuse ». On accompagne Paul au cours de ses aventures galantes dans le Paris et le Bois de Boulogne des années 1920 alors que se développe la mode de la garçonne, « atmosphère propice aux troubles du genre ». On voit émerger les difficultés du couple après 1925 lorsque Paul commence à reprendre son identité masculine, marquée notamment par la naissance de son enfant prénommé lui aussi Paul. On suit enfin Louise et Paul dans la nuit du meurtre.

4Les sources prennent alors tout leur sens dans les trois derniers chapitres du livre, lorsque les auteurs livrent l’enquête et le procès. Ils dressent ainsi deux portraits originaux de Louise et de Paul, « derrière les stéréotypes […] d’une épouse aimante, acculée pour défendre son enfant à tirer un coup de revolver sur un mari pris de boisson ». On peut également voir tout l’écart, démontré précisément par les auteurs, entre « l’enquête sociale [qui] paraissait en faveur de Louise [et] les circonstances du crime [qui plaident] pour un assassinat et non pour un acte de légitime défense devant un assaut de brutalité ». On peut enfin observer un phénomène observé fréquemment en sociologie judiciaire, celui de la variabilité du fonctionnement de l’institution judiciaire selon les prévenus : le juge Bacquart « dissimulait à peine une compréhensible pitié pour celle qui comparaissait devant la cour »; et pour cause, « à elle, toutes les qualités de courage, à la victime tous les défauts de paresse, de brutalité et de débauche. Le pire sans doute dans tout cela : par sa conduite, il avait détruit l’ordre familial après être sorti de l’ordre social ».

5C’est ainsi par la petite porte de la microhistoire que Fabrice Virgili et Danièle Voldman montrent très élégamment « l’histoire à l’œuvre » ainsi que l’évolution des contraintes morales autour des questions du genre, du respect de l’autorité et du couple, dans la France des années 1920. On ne saurait donc que conseiller ce petit livre passionnant à traverser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Fabrice Virgili, Danièle Voldman, La garçonne et l'assassin. Histoire de Louise et Paul, déserteur et travesti dans le Paris des années folles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5902

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales en poste à Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page