Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Julien Bonhomme, Le champion du q...

Julien Bonhomme, Le champion du quartier. Se faire un nom dans la lutte sénégalaise

Igor Martinache
Le champion du quartier
Julien Bonhomme, Le champion du quartier. Se faire un nom dans la lutte sénégalaise, Sesto S. Giovanni, Mimesis, coll. « Ethnologiques », 2022, 352 p., ISBN : 978-88-6976-339-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, P (...)

1Yékini, Bombardier, Modou Lô, Balla Gaye 2 ou Eumeu Sène. Si ces noms ne vous disent rien, c’est que vous n’êtes pas Sénégalais·e ou n’entretenez aucun lien avec ce pays d’Afrique de l’Ouest. Car autrement, il est à peu près aussi difficile d’ignorer la lutte avec frappe et ses grands champions – car c’est bien d’une liste non exhaustive de ces derniers qu’il s’agit –, que de se détourner du football au Brésil. C’est de ce sport, la lutte sénégalaise, et surtout des logiques socio-économiques qui la sous-tendent, que Julien Bonhomme rend compte dans son dernier ouvrage. Si les travaux sur cette dernière se multiplient récemment, aucun ne donne cependant une vision à la fois aussi générale et aussi fine de ce « fait social total » comme l’auteur n’hésite pas à la qualifier (p. 317) à l’instar du don selon Marcel Mauss1. Pour son enquête, l’anthropologue s’est installé longuement dans le quartier dakarois des Parcelles assainies où il a pu côtoyer les lutteurs de plusieurs « écuries » locales, au point d’être nommé président de l’une d’entre elles à titre honorifique. Il s’est également appuyé sur le dépouillement d’archives, de presse notamment, pour nourrir en particulier le premier chapitre qui revient sur le développement de ce sport en repartant de la période coloniale. Celui-ci rappelle que l’opposition entre tradition et modernité est avant tout artificielle, la lutte sénégalaise, fréquemment associée à la première, étant d’invention relativement récente et ne cessant de se transformer.

  • 2 C’est ainsi un Comité national de gestion qui administre le sport depuis 1994.

2Au départ en effet, comme l’ont enregistré certains « explorateurs » dès le XVIIe siècle, il existait une multitude de formes de luttes locales étroitement liées aux rituels villageois marquant les fêtes de la moisson. La colonisation, explique l’auteur, a quant à elle transformé d’abord la lutte en spectacle dès la fin du XIXe siècle, avant que celle-ci ne subisse un processus de sportivisation – autrement dit qu’elle ne s’institutionnalise avec des règles standardisées et des instances pour les mettre en œuvre après la décolonisation, comme le relate le deuxième chapitre. Celui-ci montre également la forte instabilité institutionnelle de la lutte avec frappe, marquée par une oscillation de statut entre fédération et comité, cette dernière forme étant plus étroitement dépendant des pouvoirs publics2. Quel que soit leur statut, ces autorités sont notamment animées par un souci constant de « moraliser » cette discipline, en y jugulant notamment la violence ou en encadrant, sans succès, les cachets versés aux combattants, poursuivis par les organisateurs nationaux du sport. Car la lutte sénégalaise présente quelques particularités intéressantes au regard d’autres sports : il n’y existe pas de catégorie de poids, ce qui de facto favorise les plus lourds ; les gains des combattants sont négociés en avance avec les promoteurs qui organisent concrètement les combats et sont donc indépendants du résultat ; et enfin, il n’existe pas de championnat officiel, en dehors d’un éphémère titre de « roi des arènes » introduit au début des années 1980, ce qui rend cette sportivisation incomplète. À cette sportivisation incomplète s’ajoute une dépendance importante aux financeurs, grandes entreprises en tête, qui, s’ils sont plus prompts à investir la lutte avec frappe que la lutte classique, peuvent se retirer et ont surtout entretenu une inflation des cachets qui a notamment pour incidence de raréfier les combats. Le premier objectif d’un lutteur est ainsi d’être programmé et il n’est pas rare pour les moins côtés de traverser une « année blanche » sans combat officiel.

  • 3 Loïc Wacquant, Corps et âme. Carnets ethnographiques d'un apprenti boxeur, Marseille, Agone, 2000 e (...)

3Après cette première partie de cadrage historico-institutionnel, la deuxième se concentre sur les acteurs. Le troisième chapitre revient ainsi sur les lutteurs eux-mêmes, en se centrant sur leurs profils sociologiques et leurs logiques de carrière. À l’instar des footballeurs, ces jeunes hommes sont dans leur écrasante majorité issus des classes populaires et ont arrêté l’école assez précocement, bien qu’ils ne puissent commencer à combattre en compétition qu’à partir de 18 ans. Le soutien familial est néanmoins indispensable pour se lancer, de même qu’un entraînement, et au-delà un mode de vie extrêmement ascétique qui contraste avec leur habitus de classe, comme les jeunes boxeurs Afro-américains étudiés par Loïc Wacquant dans le ghetto de Chicago à la fin des années 19803. On y retrouve également une forte incertitude dans la carrière, qui implique de grimper dans la hiérarchie réputationnelle informelle pour ne pas s’interrompre, mais qui peut néanmoins durer jusqu’à la quarantaine passée, et s’achever soit par l’exil vers un autre pays et une autre discipline, comme le MMA (Mixed martial arts), soit par un déclassement progressif, marqué par une succession de défaites contre des membres de la jeune génération montante.

4Les lutteurs appartiennent eux-mêmes à des écuries marquées par leur inscription spatiale et communautaire. Apparues seulement dans les années 1970, celles-ci sont venues institutionnaliser les liens d’entraide et de solidarité cruciales dans cette discipline, et constituent de véritables clans marqués par leur inscription locale, qui se mettent en branle notamment lorsque l’un des leurs a un combat en vue, et dont les membres ne peuvent de ce fait s’affronter entre eux en compétition. L’auteur pointe que si les écuries font l’objet d’une formalisation croissante, avec par exemple l’existence d’un règlement interne interdisant notamment la fréquentation d’autres écuries ou prévoyant le prélèvement d’un pourcentage du cachet des lutteurs au profit de l’écurie, les sociabilités et pratiques informelles continuent d’y dominer. Les lutteurs attendent de leur encadrement qu’il les aide à trouver des combats en sus des entraînements prodigués mais la tenue desdits combats dépend avant tout des promoteurs qui les organisent concrètement. Ces véritables entrepreneurs investis par ailleurs dans d’autres activités, auxquels le cinquième chapitre est consacré, sollicitent des sponsors, des firmes de différentes tailles et divers secteurs convaincues de l’intérêt de ce canal publicitaire, pour financer les combats, planifient ensuite le nombre de journées qu’elles souhaitent organiser dans l’année et enfin programment les combats en négociant un à un les cachets avec les managers des athlètes, qui prennent au passage une commission et tendent ainsi à négliger les « petits lutteurs ». À ces sponsors, s’ajoutent les « parrains », notables locaux qui donnent leur nom au drapeau remis au vainqueur de chaque combat. Les promoteurs se divisent eux-mêmes entre « gros » et « petits », les premiers, en nombre assez limité mais aux profils variés, organisent les principaux combats, tandis que les seconds s’emploient à mettre le pied à l’étrier des nouveaux arrivants dans l’arène. Tous font néanmoins également face à une certaine incertitude financière, à l’instar là encore de leurs homologues de la boxe anglaise aux États-Unis.

5La troisième partie de l’ouvrage revient enfin sur certains enjeux de la lutte sénégalaise : le sixième chapitre s’arrête ainsi sur la lutte simple, dans laquelle un nombre bien plus important de combats sont organisés, mais qui jouit néanmoins d’un prestige et d’une attention bien moindres qui en font un circuit subalterne de la lutte avec frappe. Le septième chapitre détaille les coulisses de l’organisation des combats : les tractations avec le promoteur, qui exige des lutteurs une caution sur leurs cachets en échange d’un certain nombre de billets d’entrée au combat que ceux-ci doivent écouler auprès de leur entourage ; le « choix » de l’adversaire qui n’en est pas réellement un, surtout pour les plus « petits » , et est conditionné par l’existence d’une égalité perçue de prestige entre les adversaires ; et enfin la négociation du cachet, véritable indicateur de la valeur sportive. Il ne s’agit cependant pas seulement de briller dans l’arène, mais aussi et presque tout autant de savoir faire le spectacle, car les à-côtés de l’affrontement physique durant les demi-journées de lutte sont également cruciaux. Les lutteurs et leurs « fans » s’invectivent avant les combats, dressent parfois leur propre panégyrique, et surtout mettent en œuvre une préparation mystique faite d’objets et de rites considérés comme magiques et qui visent tout autant à impressionner l’adversaire comme à satisfaire les spectateurs. Il n’est d’ailleurs pas rare, note l’auteur, que ceux-ci se détournent de combats mineurs pour se focaliser sur la préparation des champions. Le chapitre suivant revient sur la « popularité », qui joue un rôle particulièrement crucial dans la lutte sénégalaise et va au-delà des seuls résultats sportifs. Véritable « richesse en personnes », elle implique un véritable travail relationnel de mobilisation de la part du lutteur dans son quartier ou village qui vient paradoxalement entraver sa préparation physique et sa vie personnelle, de par le temps et les sollicitations qu’il implique. L’objectif de tout lutteur est d’acquérir un véritable « fan club » qui peut ensuite le seconder dans ce travail de mobilisation, en organisant par exemple des « caravanes » de promotion du lutteur ou en déployant des banderoles à sa gloire dans la localité. Le lutteur devient ainsi l’emblème du quartier, ce qui contribue à déchaîner les passions, et parfois les violences, autour des combats, car c’est bien l’honneur collectif qui est désormais en jeu avec celui, individuel, du combattant.

6La lutte constitue ainsi un véritable moment d’effervescence collectif au sens durkheimien du terme, à travers lequel le collectif peut s’éprouver en tant que tel tout en « électrisant » la monotonie du quotidien. Le dernier chapitre s’arrête enfin sur la dimension mystique de la lutte, l’auteur rappelant d’emblée que la magie sportive est loin de se confiner aux sports dits traditionnels. Chaque lutteur s’accompagne ainsi dès ses débuts de nombreux marabouts qu’il charge de sa préparation mystique, mais qui peut également jeter un sort sur ses adversaires, ce qui explique notamment pourquoi les lutteurs se dotent tous d’un nom de combat destiné à cacher leur patronyme réel. En dépit des scandales à répétition qui leur sont imputés, les instances sportives peinent ainsi à réglementer ces pratiques magiques, d’autant qu’elles jouent également un rôle crucial dans le spectacle et sont révélatrices de l’importance de la psychologie dans le sport, à commencer par les manifestations du stress qui n’épargnent pas les plus expérimentés. En fin de compte, cette préparation mystique représente selon l’auteur une condensation symbolique des enjeux des combats qu’elle « porte à incandescence ». Et celui-ci par-là d’achever de convaincre son lecteur que décidément la lutte semble bien constituer un fait social total au Sénégal, qui « met en branle la totalité de la société et de ses institutions ». Ce qui explique aussi au passage pourquoi, en dépit de sa grande popularité, elle n’est pas vouée à s’exporter au-delà de ses frontières.

Haut de page

Notes

1 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF, 2007 [1923].

2 C’est ainsi un Comité national de gestion qui administre le sport depuis 1994.

3 Loïc Wacquant, Corps et âme. Carnets ethnographiques d'un apprenti boxeur, Marseille, Agone, 2000 et Voyage au pays des boxeurs, Paris, La Découverte, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Julien Bonhomme, Le champion du quartier. Se faire un nom dans la lutte sénégalaise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59063

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search