Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Gilles Rouet (dir.), Classement d...

Gilles Rouet (dir.), Classement des universités

Jean Bernatchez
Classement des universités
Gilles Rouet (dir.), Classement des universités, Paris, CNRS, coll. « Les Essentiels d'Hermès », 2022, 202 p., ISBN : 978-2-271-14030-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les Essentiels d’Hermès est une collection publiée depuis 2008 par CNRS Éditions. Elle propose une cinquantaine d’ouvrages introductifs à des thèmes d’actualité liés à la communication. Gilles Rouet, professeur en management public à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, coordonne celui sur le classement des universités paru en 2022. Comme pour les autres livres de la collection, celui-ci dresse d’abord un état de la situation qui rend compte des principaux enjeux liés au thème ; il propose ensuite des chapitres sur différentes dimensions du phénomène concerné, rédigés par des spécialistes ; et il fournit enfin des outils (glossaires, bibliographies, définitions, etc.) qui aident la compréhension des textes. Le phénomène du classement mondial des universités qui se déploie depuis environ 20 ans est traité principalement sous l’angle de la communication, c’est-à-dire à partir des concepts et des méthodes associés aux sciences de la communication.

  • 1 Supiot Alain, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Fayard (...)
  • 2 Muller Jerry Z., The Tyranny of Metrics, Princeton University Press, 2018.
  • 3 Pour une synthèse compréhensive de ce qu’est la NGP, voir l’article de Merrien François-Xavier, « L (...)

2Gilles Rouet et son collègue Thierry Côme dressent la problématique. Les classements internationaux des établissements d’enseignement supérieur visent à mesurer la « performance » de ceux-ci, mais ils se présentent en outre comme des outils de promotion lorsque les résultats sont favorables aux établissements concernés. L’importance de ces classements s’explique par la consécration du phénomène mondial de la gouvernance par les nombres, conceptualisé entre autres par Alain Supiot1 : « la fascination du chiffre se transforme en obsession de la mesure, le quantifié remplace le jugement » (p. 8). Il est aussi question de « tyrannie des métriques »2, un phénomène qui s’inscrit dans la dynamique de néolibéralisation des États avec l’introduction de la « Nouvelle Gestion publique » (NGP), soit de méthodes de management issues du privé3, au sein des administrations publiques.

3Le plus ancien classement mondial des universités, l’Academic Ranking of World Universities, couramment appelé classement de Shanghai4 et publié pour la première fois en 2003, avait comme objectif de comparer les universités chinoises avec les meilleurs établissements du monde, dans une perspective d’émulation. Sa diffusion mondiale a cependant été rapide. Après une courte phase de rejet, le classement a ensuite été prétexte à la définition de cadres d’action nationaux visant à transformer les universités pour qu’elles obtiennent un meilleur positionnement dans les classements mondiaux. « Il n’est […] plus utile de démontrer ou de tenter de prouver la performance de l’établissement, son rang de classement suffit, […] formé avec des démarches non maîtrisées, qu’on ne discute plus » (p. 10). En effet, les indicateurs servant à mesurer la performance des universités sont peu remis en question, malgré des biais méthodologiques importants (n’est d’emblée considéré que ce qui est facilement quantifiable) et le fait que certaines valeurs (efficience, notoriété, richesse, etc.), pas forcément universelles, conditionnent le choix des indicateurs.

4Julie Bouchard, maîtresse de conférences en sciences de l’information, explique les propriétés génériques des classements : le classement est « un instrument de valuation d’entités fondé sur leur hiérarchisation résultant de la quantification de critères communs sélectionnés et prenant la forme canonique de la liste ou du tableau » (p. 83). Le classement associe cardinalité et ordinalité, précise-t-elle : « le rating a d’abord une dimension cardinale en attribuant une valeur numérique à chaque item ou ensemble d’items. Le ranking […] comporte d’abord une dimension ordinale en proposant une liste ordonnée d’items » (p. 84). Les classements contribuent à rendre commensurables des entités qui sont a priori incommensurables.

5Le classement de Shanghai a comme indicateurs principaux le nombre de lauréats de Prix Nobel associés à l’établissement et la performance bibliométrique de ses professeurs, approchée par de nombreux indicateurs (nombre de publications dans des bases de données reconnues, dans des revues prestigieuses, nombre de citations, etc.). Selon Philippe Vidal, professeur honoraire en sciences de la terre à l’Institut national des sciences de l’univers (CNRS), ce classement doit sa notoriété au fait de n’avoir jamais modifié sa méthodologie depuis 2003, ce qui favorise les comparaisons dans le temps. Sans surprise, les universités étatsuniennes dominent largement le palmarès (Harvard, Stanford, MIT, etc.), elles qui sont archétypiques du modèle de l’université de recherche de classe mondiale. En 2022, l’Université Paris-Saclay se retrouve à la 16e position du palmarès, un « exploit » pour une université française. Il s’agit d’une nouveauté puisque cette université est née en 2019 de l’intégration de l’Université Paris-Sud avec divers écoles et instituts. Interrogée dans le contexte de la production de l’ouvrage sur le classement des universités, la présidente de la nouvelle Université Paris-Saclay, Sylvie Retailleau, affirme : « Nous n’avons pas construit Saclay pour améliorer notre position dans les classements, mais les rangs actuels sont consécutifs à cette démarche » (p. 125). La stratégie promotionnelle de la nouvelle université mise pourtant bien sur sa position avantageuse dans le classement, puisqu’on peut lire sur son site internet que « présente dans le top 20 mondial des universités selon le classement ARWU 2022, [...] l’Université Paris-Saclay se positionne également comme la première université en France et la première université mondiale en mathématiques »5. Bref, fusionner des établissements de recherche et d’enseignement supérieur peut avoir un impact immédiat sur la place de cette nouvelle entité dans le classement, comme le fait d’embaucher un Prix Nobel, même si l’une ou l’autre de ces stratégies ne contribue pas nécessairement à rehausser la qualité de la recherche ou de la formation.

6De nombreux classements mondiaux d’universités existent cependant, mais les suivants sont les plus réputés : le Ranking Web of Universities du Cybermetrics Lab en Espagne, créé en 2004, privilégie la fonction « recherche » des établissements d’enseignement supérieur. Le Time Higher Education World University Rankings (THE) britannique, publié depuis 2004, considère des indicateurs liés aux missions élargies de l’université : enseignement, recherche, transfert de connaissances, ouverture à l’international et innovation. Le QS World University Rankings de la société commerciale britannique Quacquarelli Symonds s’intéresse depuis 2004 à la performance des établissements en termes de réputation, de publications et d’attractivité internationale. Le Centre for Science and Technology Studies (CWTS) de l’Université de Leiden aux Pays-Bas propose depuis 2011 un classement qui a pour objectif de mesurer la notoriété scientifique des établissements. Finalement, l’outil européen U-Multirank, créé en 2014, permet aux usagers de choisir parmi une série de critères pour établir des palmarès et se différencie ainsi par le fait qu’« il implique l’utilisateur qui doit formaliser des choix par rapport à ses intérêts, et ne fournit aucune norme ou standardisation » (p. 79).

7L’ouvrage met en évidence la dynamique de communication autour de ces classements. Les médias grand public utilisent souvent les résultats de ces évaluations pour critiquer la performance de leurs universités nationales, ou les choix gouvernementaux, sans pour cela se soucier de la pertinence, de la qualité ou de la validité des indicateurs utilisés. Philippe Vidal observe que « des indicateurs peu pertinents et mal alimentés, notamment ceux portant sur la réputation, conduisent à des conclusions fallacieuses et peuvent pénaliser la France » (p. 50). En outre, la panoplie de classements permet aux universités de choisir les indicateurs et les résultats qui les font bien paraître, parfois dans des créneaux très pointus, pour alimenter leurs stratégies promotionnelles avec des données dont on postule l’objectivité. Julie Bouchard précise : « critiques à l’égard des classements qu’elles subissent en partie, les universités ne sont pas pour autant de pures victimes passives. Par l’appropriation discursive de ces dispositifs pour leur propre mise en valeur, les universités ont contribué dans le même temps à la valorisation de ces dispositifs » (p. 97).

  • 6 Voir en particulier Harari-Kermadec Hugo, Le classement de Shanghai. L'université marchandisée, Lor (...)

8L’ouvrage Classement des universités répond tout à fait aux objectifs de la collection Les Essentiels d’Hermès. Il est d’accès facile et permet de s’initier au classement mondial des universités et à ses enjeux. Les encadrés fournissent une information factuelle utile. À la différence d’autres ouvrages6, on ne retrouve pas ici de critique radicale du phénomène, quoique le chapitre proposé par les professeurs italiens Davide Borrelli et Marialuisa Stazio porte un regard acerbe : « les classements ont un effet idéologique puissant. Ils construisent le fantasme d’un monde homogénéisé et une marchandise dans laquelle chaque université est une entreprise distincte, en concurrence avec toutes les autres » (p. 178). Ces auteurs citent alors Albert Einstein selon lequel « ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément » (p. 178-179). Peut-être s’agit-il là d’une citation apocryphe, mais elle a néanmoins le mérite de bien traduire les limites des classements mondiaux des universités.

Haut de page

Notes

1 Supiot Alain, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Fayard, 2015.

2 Muller Jerry Z., The Tyranny of Metrics, Princeton University Press, 2018.

3 Pour une synthèse compréhensive de ce qu’est la NGP, voir l’article de Merrien François-Xavier, « La Nouvelle Gestion publique : un concept mythique », Lien social et Politiques, n° 41, p. 93-103.

4 Voir par exemple l’Academic Ranking of World Universities 2022 : https://www.shanghairanking.com/rankings/arwu/2022.

5 Portail de l’Université Paris-Saclay (consulté le 02 décembre 2022) : https://www.universite-paris-saclay.fr/luniversite/universite-paris-saclay.

6 Voir en particulier Harari-Kermadec Hugo, Le classement de Shanghai. L'université marchandisée, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « L'économie encastrée », 2019, compte rendu de Jean Bernatchez pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.41051.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Gilles Rouet (dir.), Classement des universités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 décembre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59076

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search