Navigation – Plan du site

élisée Reclus, L’anarchie

Laurent López
L'anarchie (Nouvelle édition augmentée)
Elisée Reclus, L'anarchie (Nouvelle édition augmentée). Suivi de "Et maintenant ?" par Isabelle Pivert, Paris, Éditions du Sextant, coll. « Les increvables », 2011, ISBN : 9782849780350.
Haut de page

Texte intégral

1La publication de ce court texte d’élisée Reclus est le quatrième volume proposé par les éditions du Sextant dans cette collection « Les Increvables », encore peu fournie, qui présente des rééditions commentées d’écrits anarchistes. La conférence du géographe et « compagnon » français est précédée d’une présentation d’Hélène Sarrazin et suivie de propos militants d’Isabelle Pivert, ramassés sous l’intitulé « Et maintenant ? » ; titre dans lequel ne s’est pas intercalé avant le point d’interrogation un sans doute trop léninien « que faire »…

  • 1  Jean-Didier Vincent, Elisée Reclus : géographe, anarchiste, écologiste, Paris, Robert Laffont, 201 (...)

2Le texte du tout à la fois anarchiste géographe et géographe anarchiste, féministe et écologiste1 est donc une conférence prononcée devant les francs-maçons de la Respectable loge bruxelloise « Les Amis philanthropes » le 18 juin 1894, probablement à l’occasion de ce qui fut une « tenue blanche fermée ». élisée Reclus est alors connu comme un éminent géographe de l’Université française et reconnu comme un anarchiste important.

3La présentation omet de rappeler que le conférencier fut lui-même initié au Grand Orient de France en 1861, avant de renoncer rapidement à son engagement, constatant probablement une soumission trop marquée de l’obédience à Napoléon III. D’ailleurs, les liens étroits de la famille Reclus avec la franc-maçonnerie ne sont pas plus évoqués, ce qui permettrait de saisir que cette conférence s’inscrit dans une sociabilité dense et une fréquentation constante des « frères », et des « sœurs », en dépit du renoncement au tablier et aux gants blancs. Ainsi, l’un des frères d’élisée Reclus, Paul, médecin renommé, assista Maria Deraismes – à l’origine de la création de l’obédience mixte du Droit Humain en 1893, avec Georges Martin – durant ses derniers jours. L’une des sœurs de l’anarchiste côtoya également Louise Michel, qui tardivement embrassa aussi la franc-maçonnerie. Précisons que le géographe fut enterré dans la banlieue de Bruxelles – mais cela est à peine dit –, ce qui montre bien les relations étroites et sans doute complexes du Français avec ses amis wallons. S’attacher à ces liens aurait permis de poser la question des rapports entre anarchie et franc-maçonnerie qui ne vont pas nécessairement de soi pour ceux qui n’en sont pas convaincus. Car si les convergences entre les idéaux des deux engagements paraissent facilement identifiables, en revanche, l’accommodement entre le fonctionnement de la franc-maçonnerie en obédiences institutionnalisées et en loges souveraines avec l’idéologie anarchiste ne semble pas immédiatement évident. Ce point précis aurait mérité d’être explicité.

4Tout aussi dérangeant est le rapide glissement sur le fait que la conférence est prononcée six jours avant l’assassinat du président de la République Sadi Carnot par l’anarchiste Casério à Lyon. Rappeler les trois guillotinés de la cause anarchiste en taisant les nombreux morts victimes de leurs bombes ou de leurs balles n’aide pas à comprendre pourquoi élisée Reclus se démarqua avec force et vigueur de cette haine homicide contre la République et ses citoyens. Face aux tenants de la « propagande par le fait », élisée Reclus préfère se désigner comme un libertaire ou, mieux, comme un « harmoniste » à la recherche de la concorde universelle par la conciliation des égaux, la quête d’un équilibre pacifique entre les individus. Représenter la Troisième République comme le régime de la seule répression « par la shlague, le cahot ou l’échafaud », comme l’affirme élisée Reclus et comme s’en fait écho la présentation, c’est occulter les lois sociales et les avancées scolaires du régime, c’est méconnaître le rôle de médiateur dont les préfets sont investis lors des grèves afin de prévenir le recours à la force, c’est ne pas savoir que la lente substitution de la gendarmerie aux troupes de ligne vise à pacifier le maintien de l’ordre plutôt que le durcir. Cela revient également à mettre sur le même plan l’Empire autoritaire et la République opportuniste en gommant leurs différences de nature et leurs divergences de fonctionnement, donc suggérer l’équivalence du Deux-Décembre et du Quatre-Septembre.

5De même, on ne voit pas ce que le texte d’Isabelle Pivert apporte à la conférence du célèbre anarchiste. Celui qui connut précisément le dénuement le plus misérable eût-il trouvé dans les bidonvilles modernes les principes de la dignité et de la grandeur humaines, comme Isabelle Pivert paraît le faire ? En amont, il est profondément regrettable que le texte de présentation n’ait pas plus insisté sur la force, la sagesse et la beauté de l’utopie du conférencier. La force de la conviction, la sagesse de l’homme sûr de la victoire ultime de ses idées, la beauté de la croyance dans les qualités humaines, du triomphe des vertus sur les vices ; de la « masse chaotique ambiante » observée par l’anarchiste doit surgir l’ordre de l’égalité souveraine, « Ordo ab Chao »… Néanmoins, la question des moyens pour arriver à ces fins demeure remise à un avenir lointain, telle une inaccessible étoile. Un début de réponse se trouve peut-être dans cet extrait de l’Histoire d’un ruisseau, publié en 1869, dans lequel le géographe utilise la description d’un cours d’eau de sa source à son débouché, comme métaphore de sa pensée de révolté : « C’est par ses agents les plus faibles que la nature révèle le mieux sa force. Vue au microscope, la gouttelette qui s’est formée sous la roche accomplit une œuvre géologique proportionnellement bien plus grande que celle de l’océan sans bornes ».

Haut de page

Notes

1  Jean-Didier Vincent, Elisée Reclus : géographe, anarchiste, écologiste, Paris, Robert Laffont, 2010, 425 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « élisée Reclus, L’anarchie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 juin 2011, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5915

Haut de page

Rédacteur

Laurent López

Doctorant en histoire contemporaine (Université Paris-Sorbonne), membre du Centre de recherches en histoire du XIXe et du Centre sociologique sur le Droit et les institutions pénales (Cesdip)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page