Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Fabrice Flipo, Le développement d...

Fabrice Flipo, Le développement durable et ses critiques. Vers une transition sociale et écologique ?

Félicie Drouilleau
Le développement durable et ses critiques
Fabrice Flipo, Le développement durable et ses critiques. Vers la transition sociale et écologique ?, Paris, Bréal, coll. « Thèmes & Débats », 2022, 167 p., ISBN : 978-2-7495-5116-6.
Haut de page

Texte intégral

1Destiné aux enseignants, aux étudiants, au grand public et à tout lecteur curieux des débats qui entourent le développement durable, l’ouvrage de Fabrice Flipo propose une synthèse informée, précise et stimulante de la notion. À rebours des travaux classiques sur le sujet, souvent centrés sur les enjeux de durabilité, ou de soutenabilité, l’auteur s’attache à comprendre les implications du premier des deux termes (le développement), au miroir des argumentaires contemporains de l’« autre développement », ou « post-développement », et de la décroissance. Plus globalement, c’est à une lecture économique que nous convie Fabrice Flipo, questionnant les implications du mode de vie occidental, depuis le milieu du XXsiècle. Du récit des grands Sommets internationaux à l’examen du modèle français de développement, la nécessité d’une remise en cause profonde du fonctionnement de nos sociétés est mise en avant. Très pédagogique, comprenant une annexe sur les « compétences à travailler pour maîtriser la problématique » (p. 156), l’ouvrage procède par synthèses bibliographiques et s’appuie sur une analyse détaillée de sources statistiques, de rapports nationaux et internationaux et de références académiques parfois peu connues.

2En introduction, Fabrice Flipo nous oriente dans les contestations actuelles du projet de développement durable ; « concept dévoyé, oxymore, espérance ou “avenir commun” de l’Humanité », il n’a « jamais été aussi controversé » (p. 7). De telle manière qu’en France, on lui substitue plus souvent « d’autres dénominations », comme la « transition écologique et sociale » (p. 7). Mais, pour l’auteur, une lecture internationale des enjeux ne peut se faire qu’au prisme du développement durable qui continue, par exemple à travers les 17 Objectifs de développement durable (ODD), d’irriguer les politiques publiques nationales et européennes.

3Le recours à l’expression de développement durable est souvent daté de 1987, au moment de l’adoption par l’ONU du rapport « Notre avenir à tous », issu de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED), présidée par l’ancienne première ministre norvégienne Gro Harlem Brundtland. Au chapitre 1, Fabrice Flipo situe le début de l’histoire du développement durable en 1972, avec le Sommet de Stockholm sur l’environnement humain et les deux rapports qui l’ont précédé : Limits to Growth (Halte à la croissance ?, 1972), rédigé pour le Club de Rome par un groupe d’industriels et d’universitaires, sous la houlette du Massachusetts Institute of Technology , et le rapport Kahn-Wiener sur l’An 2000 (1967), opus optimiste sur les possibilités du progrès technique.

4Au chapitre 2, l’auteur revient sur la place de la technique dans les débats sur le développement durable. Plusieurs considérations sont possibles : la plus courante est celle des « progrès continus » (p. 45), de l’efficacité technique notamment. Pourtant, certaines techniques peuvent devenir des fins en soi et s’imposer « en dépit de leur inefficacité » (p. 52). Ainsi, l’histoire des techniques est loin d’être uniformément libératrice. Par ailleurs, la vision d’un progrès technique continu peut être une « illusion rétrospective » (p. 56) : c’est tout un système socio-technique qui est en jeu, lequel comprend des dynamiques de lock-in – de situation bloquée – qui ne permettent pas à des innovations tout aussi intéressantes, sinon plus, de se développer. Enfin, la technique peut devenir l’ennemie de la démocratie, comme dans les régimes fascistes. L’agir technique est dès lors une « décision […] risquée en univers […] controversé » (p. 57), toute technique comportant un risque intrinsèque.

5La question devient donc celle des besoins, exprimés dans l’économie (chapitre 3). Pratique et « théorisation de ces pratiques, à des fins de décision et de régulation » (p. 73), l’objet de l’économie est avant tout la croissance. Dominante depuis la fin du XXsiècle, l’école néo-classique, qui prône l’autorégulation du marché, est aujourd’hui particulièrement prégnante dans les décisions publiques. Face à l’idéal néolibéral, la paupérisation n’a pourtant cessé de croître, même en contexte d’enrichissement global. Les mouvements sociaux, et la critique sociale, peuvent être considérés comme des contestations de cet ordre des besoins (chapitre 4).

6Mais c’est la croissance même qui est le plus souvent au centre de la critique écologiste (chapitre 5), entendue comme idéologie politique, et non simplement en tant que science. L’écologisme est cependant très diversifié, qu’il mette l’accent sur la valeur des écosystèmes (écocentrisme), sur celle des êtres vivants (biocentrisme), sur la conservation (conservationnisme) ou sur la préservation (préservationnisme). La cause écologiste est par ailleurs défendue aujourd’hui par de nombreux acteurs : associations internationales, locales ou spécialisées, porteurs d’alternatives, mouvements de consommateurs ou partis politiques. Fabrice Flipo différencie les « environnementalistes », qui s’intéressent à la protection de la nature, des « écologistes » qui « remontent aux causes de sa destruction » (p. 91). Si la critique de la société industrielle les unit, une ligne de fracture sépare les tenants d’un changement sociétal profond et ceux selon lesquels la solution pourra être technique.

7À partir de là, sont proposés trois récits de l’avenir (chapitre 6), qui sont aussi « trois conceptions de l’innovation » (p. 97). Entre dématérialisation, autre développement et décroissance, les lectures et critiques du développement durable diffèrent, d’un « simple ajustement marginal » à une « refondation civilisationnelle » (p. 97). Dans la dématérialisation, c’est la dimension technologique du problème qui est mise en avant – technologie qui devrait permettre une conciliation entre croissance et environnement. Le numérique apparaît souvent comme la première des solutions pertinentes. L’autre développement a une vision éloignée de l’innovation : la permaculture, l’agriculture biologique, les transports doux ou encore les matériaux biosourcés sont à intégrer dans les modes de vie. Cette conception du développement ambitionne également d’unir « les Terriens par delà leur atomisation dans des ordres sociaux ou nationaux distincts » (p. 112). Enfin, la décroissance, voulue ou subie, est le seul récit qui rompe complètement avec la notion de développement (durable). Encore peu présent dans les textes internationaux, il est animé par l’urgence liée à l’état de dégradation des écosystèmes, et l’idée d’une absence de satisfaction générée par le consumérisme et le productivisme.

8Le chapitre 7 revient sur la place de l’expertise en contexte technique controversé, et sur les liens entre science et politique. L’auteur invite son lectorat à la prudence et à varier les sources d’information pour construire par lui-même une opinion éclairée à partir d’une pluralité de points de vue.

9En guise de conclusions (chapitres 8 et 9), et pour illustrer son propos Fabrice Flipo nous donne une série détaillée de chiffres décrivant une trajectoire contemporaine de la France particulièrement non soutenable. Érigée en modèle de développement au milieu du XXsiècle, la France doit repenser globalement ses fonctionnements vers plus de sobriété, concept actuellement sur le devant de la scène, à l’heure du franchissement de nombreuses limites planétaires.

  • 1 Comme par exemple dans l’ouvrage : Arturo Escobar, Sentir-penser avec la Terre. L’écologie au-delà (...)
  • 2 Markard Jochen, Geels Franck W., Raven Rob, « Challenges in the acceleration of sustainability tran (...)
  • 3 Schaltegger Stefan, Loorbach Derk, Hörish Jacob, « Managing entrepreneurial and corporate contribut (...)

10En ces quelques pages, qui condensent une multitude d’informations, Fabrice Flipo nous convainc de l’importance toujours cruciale du développement durable sur les scènes nationales et internationales– et des enjeux mis au jour à partir des critiques qui en émanent. L’on regrette cependant la faible place laissée à la thématique des transitions. La transition culturelle, alternative à la transition écologique et sociale française, est par exemple défendue aux USA et en Amérique du Sud1, et prône un renouveau des imaginaires. En éludant quelque peu ces débats sur la transition, et en centrant sa focale sur la France, Fabrice Flipo omet la dimension internationale des débats – les sustainability transitions (transitions de la durabilité) sont aussi un objet d’étude pour des auteurs britanniques comme Franck W. Geels2, ou hollandais, comme Derk Loorbach3. Il aurait été intéressant de mieux comprendre ce qui différencie le développement durable de ces différentes visions des transitions, ou la manière dont elles s’y intègrent, notamment en relation avec les récits du changement qu’elles proposent, et la place qu’elle accordent (ou non) aux innovations, techniques ou culturelles.

Haut de page

Notes

1 Comme par exemple dans l’ouvrage : Arturo Escobar, Sentir-penser avec la Terre. L’écologie au-delà de l’Occident, Paris, Le Seuil, 2018 [2014].

2 Markard Jochen, Geels Franck W., Raven Rob, « Challenges in the acceleration of sustainability transition », Environmental Research Letters, vol. 15, n° 8, 2020, disponible en ligne : https://doi.org/10.3929/ethz-b-000439169.

3 Schaltegger Stefan, Loorbach Derk, Hörish Jacob, « Managing entrepreneurial and corporate contributions to sustainability transitions », Business Strategy and the Environment, 17 avril 2022, en ligne : https://doi.org/10.1002/bse.3080.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félicie Drouilleau, « Fabrice Flipo, Le développement durable et ses critiques. Vers une transition sociale et écologique ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59156

Haut de page

Rédacteur

Félicie Drouilleau

Ingénieure d’études au Centre d’études et de recherches sur les qualifications, docteure en anthropologie sociale et culturelle de l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search