Navigation – Plan du site

Alain Corbellari, Guillaume d'Orange ou la naissance du héros médiéval

Jean-Paul Fourmont
Guillaume d'Orange
Alain Corbellari, Guillaume d'Orange. Ou la naissance du héros médiéval, Péronnas, Klincksieck, coll. « Les grandes figures du Moyen Âge », 2011, EAN : 9782252037966.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son Essai sur la poésie épique, qui devait servir d’introduction à La Henriade, Voltaire rapporte un aphorisme d’un certain Malézieu selon lequel « le Français n’avait pas la tête épique ». Certes l’assertion est à tout le moins péremptoire, mais elle ne parvient pas vraiment à convaincre Alain Corbellari (p. 12), dont vient d’être publié le récent ouvrage Guillaume d’Orange ou la naissance du héros médiéval. Au cours de son propos introductif, le professeur de littérature française médiévale à l’université de Lausanne s’interroge : « pourquoi, se demande-t-il, les maillots de l’équipe de football des Pays-Bas sont-ils orange ? Pourquoi un fleuve d’Afrique du Sud s’appelle-t-il l’Orange ? Pourquoi les extrémistes d’Ulster sont-ils dits Orangistes ? Toutes ces questions peuvent recevoir une réponse commune, qui se résume dans un nom : celui de Guillaume d’Orange ».

2Mais qui est au juste ce Guillaume d’Orange, dont tout le monde – ou presque – se réclame si vigoureusement ? Il s’agit en fait du célèbre libérateur des Pays-Bas, i.e. de Guillaume d’Orange-Nassau que l’on appelait autrefois le « Taciturne » et qui a été assassiné en 1584. C’est-à-dire celui qui fut « la figure emblématique de la résistance protestante au joug espagnol et libérateur de la Hollande, dont il fut le premier Stathouder ». Il ne s’agit donc pas de la figure du Moyen Age, dont A. Corbellari entend ici brosser le portrait. Pourtant, comme l’indique l’auteur, « il n’en demeure pas moins que ce personnage de la Renaissance entretient des liens réels avec le héros épique dont il perpétue le patronyme » (p. 8). Le « Taciturne » hérita en effet de la ville provençale par le truchement de cousins et, même après la prise de la ville par Louis XIV en 1673, ses descendants continuèrent à se faire appeler Orange.

3En effet, la gloire a été attachée à ce nom durant une grande partie du Moyen Age. Pendant près de quatre siècles, Guillaume d’Orange a été « l’un des piliers les moins contestés de l’immense matière épique » médiévale. Avec Roland, il est vrai qu’il constitue « la plus anciennement attestée des « stars » de la chanson de geste, et ses aventures, mises en prose de versifiées qu’elles étaient à l’origine, seront encore populaires au début du XVIe siècle » (p. 10). Le quart des chansons de geste qui ont subsisté jusqu’à nos jours lui est consacré. Les œuvres répertoriées dans ce genre narrent les exploits de Guillaume et des membres de sa famille, c’est-à-dire de sa geste. L’objectif que poursuit A. Corbellari dans ce livre est de constituer une sorte d’« introduction documentée et (…) attrayante au personnage, à la fois historique et légendaire, de Guillaume d’Orange ainsi qu’aux chansons dont il est le héros ». Il s’agit en outre de « replacer celles-ci dans leur contexte d’écriture et de diffusion, et d’en déployer la richesse narrative toujours recommencée » (p. 15).

4Pour ce faire, l’auteur commence traiter la spécificité des textes médiévaux sur lesquels il s’est penché, les problèmes qu’ils posent et la méthode qu’il a employée. Ensuite, A. Corbellari se penche sur les prototypes historiques de Guillaume. A cet égard, à la différence de Roland, Guillaume en possède bien un en la personne de Guillaume de Gellone, comte de Toulouse, lequel se retira du monde en 806 et disparut en 812. Les prototypes furent néanmoins légion. Comme le rappelle le professeur, d’aucuns ont naguère dénombré rien de moins que quelques « seize prétendants » (p. 59). Né vers 755, le futur Guillaume de Toulouse aurait été un « cousin de Charlemagne » (p. 60), lequel l’aurait envoyé en Saxe en tant que missi dominici à trois reprises (782, 791 et 793). « Par la force et la ruse », Guillaume soumit Toulouse, dont il devint comte par la volonté de Charlemagne. Toutefois, le chef de guerre connaîtra les affres de l’échec. Il sera en effet défait par les Sarrasins, puis goûtera à nouveau le succès militaire face aux Sarrasins en 1801 : après un long siège, il s’empara de Barcelone et fit ainsi entrer la Catalogne dans la mouvance de l’empire carolingien. A cette occasion, les fils et les parents de Guillaume lui apportèrent une aide décisive, ce qui leur permit de bénéficier eux aussi d’un traitement particulièrement positif dans l’épique médiéval.

5Au fil des pages, A. Corbellari décrit plus avant les diverses facettes du personnage. Guillaume possède, observe-t-il, une certaine « cohérence : son nez déformé, ses poings puissants, son rire énorme, mais aussi son rapport de séduction aux chevaux des autres, sa propension à trouver devant lui des portes closes ou à se voir enfermé dans des tours imprenables, sa passion du déguisement, enfin, sont autant d’éléments qui le différencient des héros classiques ». Autrement dit, les traits de Guillaume sont donc étonnants, voire originaux. Ils le singularisent des autres héros comme Roland, lequel a pour habitudes de toujours combattre l’ennemi à visage découvert, de ne jamais se départir de son épée et de veiller fort scrupuleusement à sa réputation. Avec Guillaume, conclut l’auteur sur ce point, « l’épopée française (…) s’ouvre à la bouffonnerie, à la truculence, pour ne pas dire à une certaine forme d’improvisation » (p. 151).

6Toutefois, la figure de Guillaume a connu une très grande postérité. Par exemple, sous la IIIe République, d’aucuns eurent recours à lui et plus largement au « matériel guillelmien » (p. 199) pour critiquer l’Allemagne. A cet égard, la Grande Guerre révèlera le potentiel théâtral de la geste de Guillaume. Certes les interprétations ne furent pas monolithiques, loin s’en faut, mais elles tendaient à converger dans une certaine mesure vers le patriotisme. Comme le rappelle à ce propos A. Corbellari, la pièce de Mourey fit montre d’un « nationalisme outrancier ». Assimilant abusivement l’empire carolingien à la France républicaine de 1914, la pièce véhicule l’image d’« une France intemporelle, dont l’esprit et la gouaille ne sont pas absents » (p. 205). Avec brio, l’auteur présente les nombreuses utilisations qui ont été faites jusqu’à aujourd’hui de la figure de Guillaume d’Orange. Assurément, elles furent nombreuses et tendent à perpétuer sa légende.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Fourmont, « Alain Corbellari, Guillaume d'Orange ou la naissance du héros médiéval », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 juin 2011, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5917

Haut de page

Rédacteur

Jean-Paul Fourmont

Juriste

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page