Navigation – Plan du site

Jean-Didier Urbain, L’envie du monde

Marie Opoczynski

Texte intégral

1« Notre façon de voyager dit toujours ce que nous sommes, au moins à un moment de notre existence ». Comme dit Paul Morand, « on voyage pour exister ». Le tourisme ne peut se réduire à l’attrait estival pour la plage. Le voyageur est trouble dans ses aspirations et changeant dans ses attentes. Il est complexe de nature car sa raison de voyager n’a rien de nécessaire. Jean-Didier Urbain, anthropologue, analyse dans le présent ouvrage quelques grandes tendances actuelles de ce phénomène, et va à l’encontre de « nombre de voyagistes qui sont des caricaturistes qui s’ignorent ». Le développement d’une mobilité brève de l’ordre de l’escapade a initié un « tourisme de la fugue », un plaisir de l’instant en forme de disparition soudaine. « Le nomadisme résidentiel », autre grande tendance, qui passe par la possession d’une résidence secondaire permet une mobilité programmée et familière, afin de chercher à sauver un modèle perdu de stabilité. La fin de la dépendance aux instances organisatrices du voyage, ce rêve d’autonomie, est le rêve le plus partagé du monde.

2La vision du monde fait et défait les attractions comme les répulsions. Essayer de comprendre le tourisme est un objet pour mieux comprendre la société. Ainsi, l’auteur présente quelques signes attestant de la diversification actuelle des pratiques. Le tourisme urbain est en plein essor (Paris-Versailles concentre aujourd’hui plus de la moitié de la consommation du tourisme culturel en France). Pour le tropisme rural, le premier des attraits est aujourd’hui le silence (hier il s’agissait plutôt d’aller passer des  vacances, peu chères, dans de la famille habitant à la campagne). Les voyages courts ont le vent en poupe : les voyageurs se désinhibent dans leurs désirs : brièveté, accélération, fréquence sont les nouveaux ingrédients de l’exotisme. La fragmentation des temps des vacances font du quotidien un espace-temps suspendu entre deux voyages. Jean-Didier Urbain évoque aussi la « guérilla des loisirs », c’est-à-dire la débrouillardise de certains qui luttent pour continuer à partir, malgré la détérioration du pouvoir d’achat depuis dix ans et la « psychose de la précarité ». L’équivoque de la non-partance est également abordée : parfois, c’un véritable choix, notamment des célibataires, des divorcés, des veufs du fait d’une surexposition aggravante de l’isolement lors des voyages. Certains décident également de ne pas partir tous les ans au profit d’un périple plus important selon un cycle de 3-4 ans.

3L’auteur dénombre quatre désirs « capitaux : « l’appel du désert », vers une terre sans hommes ou presque, qui procure l’émotion de la découverte de soi, « un tourisme-thérapie » ; « la tentation sociétale » : un désir de grégarité étendue, de densité et de chaleur humaines ; « la rêverie cénobite » : une sociabilité intensive fermée, un groupement humain homogène, une insularisation collective (Club Med) ; enfin, « le songe altruiste », tourné entièrement vers l’autre, une envie hypothétique car les « altérités » sont relatives, étant le plus souvent des différences au sein d’univers homogènes.

4Le tourisme est apparu comme réponse à la naissance d’une société urbanisée comme si, aux utilités de la densification croissante des villes, répondait, consolateur ou réparateur, le plaisir alternatif de la dispersion extra-muros. Cette tendance émerge donc en Angleterre, là où les taux d’urbanisation étaient les plus élevés (Révolution Industrielle). Le taux de départ augmente toujours en fonction de la taille de l’agglomération. Au-delà du seul plaisir de partir, il existe des attractions (d’ordre culturelles ou sanitaires) qui évoluent (comme l’atteste le déclin actuel des stations thermales). L’auteur établit également une géographie symbolique du monde selon trois axes, à partir d’envies spécifiques : vers l’Est, une quête des origines culturelles ; vers le Sud, une recherche de qualité d’expérience rétrospective mais régressive ; à l’Ouest, une vision prospective. Le Nord reste aujourd’hui un pôle vide, mais qui a sa place dans ce système d’espaces, en tant que désert.

5Après avoir déclenché un processus d’attraction urbaine (grâce à la culture, longtemps considérée comme ne pouvant être qu’urbaine), on se demande aujourd’hui comment contenir l’impact de cette concentration. Les « effets d’entonnoir du tourisme culturel » sont indéniables : exemple d’un Américain se rendant en Europe, il doit voir Paris, s’il va à Paris, il doit voir le Louvre, s’il va au Louvres, il doit voir la Joconde. Face à ce processus, le musée a opté pour la stratégie d’encaissement du coup tel un boxeur, à savoir le réaménagement de ladite salle (80% des visiteurs qui se rendent au Louvres y vont pour voir la Joconde). Or, le tourisme culturel est mal connu. Ce désir est réduit à quelques envies-types et à quelques cibles patrimoniales connues. La transformation des « horizons d’attente » du touriste lui-même est encore trop peu étudiée. Peut-être vaut-il mieux redéfinir la culture selon une conception étendue et lui trouver en conséquence d’autres objets. Comme l’écrit l’auteur, « La culture est partout, dans et hors du temple. Sortons du temple ! ». La ville capitalise les patrimoines, les siens mais aussi ceux des autres, à l’instar du musée en plein air de Stockholm, qui résume à lui seul, la diversité de la culture matérielle du pays.

6La ville est un véritable laboratoire de pointe pour ce qui est de l’élargissement du champ de la valorisation culturelle développé selon 5 axes, à savoir : un patrimoine sensoriel (odeurs, sons, de nuit) au fondement d’un tourisme esthétique (campagne de promotion à Madrid en 2002, « la nuit madrilène s’ouvre à la culture », les « Nuits blanches » à Paris) ; le patrimoine quotidien, ordinaire (participation à l’existence citadine, tel le guide de « la Grèce sans monuments » de Michel Sauvignon) ; le patrimoine excentrique fondé sur des lieux périphériques, cachés (montée en puissance touristique des townships en Afrique du Sud ou des favelas en Amérique du Sud) ; le patrimoine domestique, une pratique de découverte « à domicile » (Guide du promeneur du 5ème arrondissement de Paris) ; enfin, le tourisme narratif mettant en exergue la mémoire romanesque d’un lieu (les Guides Noir renouvellent la tradition du pèlerinage littéraire du XVIIIème siècle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Opoczynski, « Jean-Didier Urbain, L’envie du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 juin 2011, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5920

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page