Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2022Christophe Bouton et Emmanuel Ren...

Christophe Bouton et Emmanuel Renault (Dir.), Lire la Phénoménologie de l’esprit de Hegel

Thibault Vareilles
Lire la Phénoménologie de l'esprit de Hegel
Christophe Bouton, Emmanuel Renault (dir.), Lire la Phénoménologie de l'esprit de Hegel, Lyon, ENS Éditions, col. « La croisée des chemins », 2022, 288 p., ISBN : 979-10-362-0570-5.
Inicio de página

Texto completo

1La Phénoménologie de l’esprit de Hegel est un classique de la philosophie, réputé pour sa difficulté. Celle-ci tient à plusieurs points. Premièrement, il existe des difficultés inhérentes à la conceptualisation hégélienne, certains passages étant connus pour les problèmes d’interprétation qu’ils suscitent. Deuxièmement, cette difficulté tient au problème de la traduction en français. Différentes versions sont disponibles pour le lecteur francophone, mais chacune effectue certains choix (par essence discutables), notamment en raison du vocabulaire hégélien qui crée très peu de néologismes, mais exploite les spécificités de la langue allemande pour tirer des conséquences philosophiques profondes de certaines nuances de sens. Par exemple, la traduction du terme Aufhebung, signifiant à la fois destruction et conservation, est réputée difficile voire impossible en français et chaque traducteur en propose une version différente. On pourrait citer la traduction classique de Jean Hyppolite ou celle plus récente de Bernard Bourgeois, lesquelles opèrent des choix de traduction significatifs qui modifient le contenu même du texte. Enfin, la troisième difficulté tient au contexte d’écriture de l’œuvre. Il s’agit d’un ouvrage de jeunesse, qui est produit dans le contexte historique de la Révolution française, suivant de près la « révolution copernicienne » opérée par Kant et ses différentes interprétations, sans oublier le contexte scientifique de l’époque marqué par une réception critique des travaux de Newton. Tous ces éléments sont cruciaux à la compréhension de l’ouvrage, notamment le redoutable chapitre 3 : « Force et entendement », difficilement lisible sans contextualisation. Cette triple difficulté explique la grande variété d’interprétations et d’éditions de ce texte. On pourrait, à titre historique, citer la très influente Introduction à la lecture de Hegel d’Alexandre Kojève, qui a largement participé à la réception de Hegel en France, tout en en proposant une interprétation aujourd’hui fortement discutée.

2Le présent ouvrage, dirigé par Christophe Bouton et Emmanuel Renault, ne prétend pas proposer une autre interprétation qui viendrait clore le débat. Bien au contraire : tout le pari du livre est de faire intervenir des spécialistes d’Hegel et de l’hégélianisme, en croisant leurs différentes perspectives. Chaque auteur·e s’est ainsi vu attribuer un chapitre, ou une section particulièrement délicate d’un chapitre, à analyser et interpréter. Le but est clairement d’amener à la lecture de Hegel un lecteur qui n’en serait pas familier. Ce pari est réussi. La diversité des contributions fournit à la fois de précieuses clefs de lecture pour s’initier à la pensée de Hegel, tout en offrant un bon aperçu des divers usages qui peuvent en être faits aujourd’hui pour penser une grande diversité de problèmes philosophiques.

3Ce compte-rendu serait incapable de rendre compte de la richesse du livre chapitre par chapitre. Nous allons donc évoquer quelques généralités sur les contributions, tout en en signalant quelques-unes qui nous ont semblé particulièrement marquantes.

4Tout d’abord, chaque contribution propose une interprétation, sans tomber dans le dogmatisme : de rapides historiques des diverses interprétations sont proposées, même quand elles ne sont pas retenues. On pourra ainsi penser à la discussion des thèses de Bernard Bourgeois sur la place de la religion chrétienne dans la Phénoménologie de l’esprit par Jean-Michel Buée au chapitre 13. Faut-il considérer que la contradiction inhérente à la religion chrétienne ne devrait être surmontée que par le philosophe dans le savoir absolu comme le soutient le premier, ou bien faut-il en faire une figure semblable à toutes les autres, qui doit être dépassée par la conscience pour être enfin satisfaite ? (p. 248) Cette discussion précieuse permet plus généralement d’aborder la place de la religion dans le système hégélien, et son rapport à la philosophie. Nous pourrions aussi évoquer l’ultime contribution par François Kervégan sur le savoir absolu (chapitre 14), qui fournit une large bibliographie sur la question de la définition du « savoir absolu », et s’assortit d’une comparaison salutaire avec la Science de la logique pour comprendre le sens de ce concept

5Dans un même mouvement, de nombreuses contributions proposent également une discussion des diverses traductions existantes, tout en offrant des alternatives qui leurs paraissent plus conformes. Ainsi, tout en étudiant l’introduction et la section A du chapitre 4 de la Phénoménologie de l’esprit, Olivier Tinland revient sur les diverses interprétations de la fameuse dialectique du maître et du serviteur, qui lui permet à la fois de revenir sur l’interprétation que Kojève en donnait pour la critiquer, tout en justifiant le fait de traduire Knecht par serviteur plutôt qu’esclave. Ce choix de traduction, aujourd’hui commun, est inséparable de la critique d’une certaine lecture du chapitre qui en faisait un texte évoquant une situation historique donnée (celle de l’esclavagisme), alors qu’Olivier Tinland soutient que ce passage se situe dans un cadre « pré-social et pré-juridique, antérieur à l’établissement d’une culture morale et d’une « vie éthique » (p. 88), ce qui exclut de parler d’« esclave » ici, qui renverrait à une condition historique déterminée. Autre exemple de ce double mouvement de traduction et d’interprétation, Jean-Baptiste Vuillerod revient sur la section A du chapitre 6, consacrée aux relations entre hommes et femmes dans la Cité grecque. En pointant bien que ces groupes forment des communautés (Gemeinwesen), mais qu’ils n’existent que par les actes de leurs membres, il déplore la connotation trop substantialiste de « communauté » et propose, en suivant une suggestion d’Emmanuel Renault, de traduire Gemeinwesen par « collectif » ou « agir commun » (p. 178). Cela lui permet d’insister sur l’existence pour Hegel de groupes, n’existant que par leurs actions et leur lutte pour la reconnaissance, en l’occurrence ici par l’agir commun des femmes luttant pour une place dans la Cité grecque. Il tisse ainsi un lien avec l’école de Francfort et la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, et montre comment la lecture de Hegel est encore stimulante pour la philosophie sociale et politique contemporaine.

6Les contributions fournissent de même un ensemble de précisions sur le contexte historique dans lequel écrit Hegel, salutaire pour aborder un certain nombre de passages qui resteraient sinon obscurs. On peut saluer ici la lecture que propose David Wittman du chapitre « Force et entendement », réputé parmi les commentateurs pour être l’un des plus difficiles de l’œuvre. Sa présentation du concept de force et de la tradition dynamiste allemande offre un éclairage tout à fait bienvenu pour comprendre ces passages difficiles où Hegel critique la philosophie implicite de Newton, tout en se basant sur les écrits de Kant et de Schelling. La dialectique de la force développée dans ce chapitre devient ainsi beaucoup plus claire, de même que la fameuse image du « monde renversé » invoqué par Hegel. Pour ce qui est du contexte historique, on peut également mentionner la contribution de Christophe Bouton consacrée à la section B du chapitre 6, qui traite à mots couverts des Lumières, de la Révolution française et de la Terreur. Le propos de Christophe Bouton est alors double. Premièrement, spécifier le rapport de la Phénoménologie de l’esprit à l’Histoire, et expliquer pourquoi Hegel se montre aussi allusif dans ses références. Sa réponse est que l’œuvre ne vise pas à fournir une lecture d’événements historiques, ni même une critique détaillée de certains philosophes, mais vise bien une « histoire de la conscience » sous la forme d’un ensemble de « figures » (p. 196). On pourrait dans ce contexte dire que les événements historiques fournissent un ensemble de caractéristiques qu’Hegel dégage pour en faire des figures. Dès lors, le second objectif de Christophe Bouton est de dégager les références possibles sous les allusions, qu’il s’agisse de philosophes comme Rousseau, ou bien des épisodes historiques précis comme les noyades de Nantes perpétrées par Jean-Baptiste Carrier de décembre 1793 à février 1794. Grâce à ce travail, nous pouvons à la fois voir clairement le caractère concret que peut prendre la pensée hégélienne, et replacer son système dans un dialogue avec d’autres auteurs, ce qui en permet une lecture très stimulante.

7Bien d’autres contributions sont remarquables et mériteraient d’être évoquées. Signalons, pêle-mêle, la lecture « grammaticale » que propose Franck Fischbach de la notion d’« esprit » en s’appuyant sur les travaux de Vincent Descombes, ou encore le soin pédagogique avec lequel Lucas Pétuaud-Létang décrit la dialectique de la certitude sensible qui suit l’introduction de La Phénoménologie de l’esprit, et permet ainsi au lecteur de bien saisir le processus dialectique d’entrée de jeu.

8Cet ouvrage collectif est donc une remarquable réussite et montre ce que la pensée hégélienne a de stimulant et de divers. On aurait pu souhaiter que chaque auteur·e ne soit pas cantonné·e à un chapitre, il aurait pu être intéressant de voir plusieurs spécialistes proposer leur vision d’un même passage à l’interprétation controversée. Mais au vu de la richesse du présent ouvrage, une telle contribution aurait probablement exigé un autre livre.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Thibault Vareilles, « Christophe Bouton et Emmanuel Renault (Dir.), Lire la Phénoménologie de l’esprit de Hegel », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 26 diciembre 2022, consultado el 24 mayo 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59204

Inicio de página

Derechos de autor

Salvo indicación contraria, el texto y otros elementos (ilustraciones, archivos adicionales importados) son "Todos los derechos reservados".

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search