Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Julie Sedel, Sociologie des dirig...

Julie Sedel, Sociologie des dirigeants de presse

Antoine Schiano di Lombo
Sociologie des dirigeants de presse
Julie Sedel, Sociologie des dirigeants de presse, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2022, 128 p., EAN : 9782348067969.
Haut de page

Texte intégral

1La profession de dirigeant de presse, comme l’analyse Julie Sedel, se caractérise avant tout par sa pluralité : du grand patron d’une chaîne d’information nationale au directeur éditorial d’un journal local, c’est tout un spectre de positions spécifiques et différenciées qui apparaît. Il peut donc sembler difficile de définir les contours de cette profession. Cette « hétérogénéité des modes de désignation » (p. 5) est justement ce que l’enquête sociologique de Julie Sedel doit expliquer. Comme définition de départ, elle propose de rassembler sous le titre de « dirigeant de média » : « ceux et celles qui prennent les décisions stratégiques concernant la fabrication des actualités. Il s’agit d’une définition large […] qui inclut à la fois les P-DG, les “managers”, les directeurs éditoriaux, et, sous certaines conditions, les actionnaires » (p. 6).

2Les deux premiers chapitres reviennent sur cette hétérogénéité, en la saisissant d’un point de vue discursif et historique. D’abord, c’est la pluralité des définitions émanant de différentes institutions extérieures au monde médiatique (juridique, littéraire, …) qui façonnent les contours de la profession désignée sous l’étiquette de « dirigeant de presse ». La difficulté à saisir les contours de cette profession s’explique historiquement par un processus de libéralisation du secteur de la presse depuis les années 1980, dont l’un des événements précurseurs est le démantèlement de l’ORTF en 1974. Cette libéralisation contribue à faire émerger tout un panel de dirigeants de presse : du directeur de rédaction, au manager, aux actionnaires d’un grand groupe propriétaire de différents titres de presse. À la suite de cette dynamique, à partir des années 2000, le processus de concentration des médias au sein de grands groupes s’accroît. Face à ces derniers, il faut aussi noter l’apparition d’organes de presse indépendants, qui peinent souvent à s’imposer dans la durée.

  • 1 Julie Sedel a utilisé la méthode de l’analyse prosopographique, qui consiste à comparer la biograph (...)

3Les dirigeants de presse forment donc, comme l’indique le titre du troisième chapitre, « une profession à géométrie variable » (chapitre 3). On peut relever d’une part un certain nombre de points communs, notamment dans les propriétés sociales des enquêtés1 : la plupart des dirigeants de presse sont des hommes, issus des classes moyenne et supérieure, vivant en région parisienne. Mais ces divers acteurs relevant de l’étiquette de « dirigeant de presse » se répartissent dans plusieurs pôles, qui incarnent de manière idéal-typique la diversité des rapports entretenus au métier. Ces pôles regroupent des individus partageant un même regard sur la profession qu’ils occupent, ce regard étant lié à la position occupée dans la hiérarchie (direction éditoriale salariée, actionnariat, …). L’autrice saisit l’hétérogénéité de ce groupe professionnel non seulement par la pluralité des acteurs qui le composent, mais aussi en interrogeant le regard de ces derniers sur cette étiquette et la signification qu’elle a pour eux. Par exemple, elle identifie un pôle journalistique, incarnant un certain rapport à la vocation (il faut informer au mieux), tandis qu’un pôle économique repose sur des ambitions de profits (il faut faire du titre de presse un titre rentable).

4Le quatrième chapitre pose la question des ressources que doivent posséder les dirigeants de médias pour s’imposer et se maintenir dans la profession. La réputation est pensée comme un « capital fragile » (p. 67), reposant sur une diversité d’éléments difficiles à prévoir : la question du « flair » pour faire augmenter les audiences est un élément fondamental, mais difficilement anticipable. Néanmoins, la réputation apparaît comme une ressource mobilisable par les acteurs pour circuler, tant dans le secteur de l’information que dans d’autres espaces sociaux, où les capitaux accumulés dans le champ médiatique peuvent être convertis. Par exemple : « Si la circulation des dirigeants entre le champ des médias et le champ politique ne concernent qu’un petit nombre de personnes, elle met en évidence les facilités de circulation d’un espace à l’autre. » (p. 73).

5 Les dirigeants de médias accomplissent plusieurs tâches, détaillées dans le chapitre 5. Tout d’abord, ils détiennent, en occupant le poste de dirigeant, un pouvoir de représentation : ils contribuent à mettre en scène le journal, que ce soit auprès de la profession, lors des vœux annuels à la presse du président de la République, ou dans des interstices de l’espace médiatique (on peut penser au moment comme le temps du maquillage qui précède les grandes interviews télévisées, qui est l’occasion un moment pour le dirigeant du média de venir se présenter au prestigieux invité et d’échanger avec lui dans un contexte informel). Ils doivent aussi faire face aux potentielles pressions qui peuvent apparaître, notamment lorsqu’un acteur appartenant au champ du pouvoir apprend qu’une révélation va être faite à son sujet. Enfin, ils sont amenés à rendre des arbitrages sur de nombreuses questions stratégiques. On distingue en général, dans un média, la direction éditoriale qui se positionne sur la ligne politique générale du titre, et la direction managériale qui est chargée de la stratégie industrielle du média (rencontre avec des investisseurs, des clients potentiels, etc.).

  • 2 Pour un aperçu de la littérature sur la question : Robert Picard et Aldo Van Weezel, « Capital and (...)
  • 3 Ce n’est que depuis 2016 que les titres de presse écrite doivent rendre publics les membres de leur (...)
  • 4 Adolf Berle, Gardiner Means, The Modern Corporation and Private Property, New York, MacMillan, 1932

6 Le dernier chapitre revient sur la question encore très présente aujourd’hui du pouvoir des actionnaires sur la ligne éditoriale du média. Cette question, pourtant posée de longue date2, n’a donné lieu à « aucun travaux empiriques de qualité » (p. 88) du fait de la difficulté d’accès à des sources de première main3. Selon la littérature économique, le fonctionnement des entreprises au XXe siècle aurait été marqué par un processus de « managérialisation »4. Les managers, dirigeants salariés, travaillent avec l’objectif d’augmenter les profits de la firme. Si l’on applique ce cadrage théorique aux médias, les managers doivent exercer une pression financière sur les rédactions, sans se soucier de la qualité de l’information proposée, et qui peut être affectée par ces enjeux économiques. Quant à l’influence de ces pratiques sur la ligne éditoriale, l’observation révèle à quel point certains actionnaires majoritaires se considèrent « comme “chez eux” dans les journaux qu’ils détiennent » (p. 103), notamment lorsqu’ils occupent un poste important au sein du conseil d’administration. En fait, posséder des actions ne confère pas de pouvoir en soi, mais rend possible le fait d’en acquérir.

  • 5 Pour approfondir la question, nous renvoyons au livre issu de l’habilitation à diriger des recherch (...)

7 Ce manuel, très dense et riche d’informations, constitue une excellente introduction à l’étude des dirigeants de presse5, mais, plus encore, apparaît comme un outil méthodologique important pour tous les chercheurs et apprentis chercheurs qui travaillent sur les spécificités d’un groupe social dont les élites se caractérisent par des frontières difficilement saisissables. C’est en variant ainsi les approches (par les discours, les entretiens …), et les prismes (celui des tâches accomplies, des caractéristiques sociales des individus …) que l’on peut, in fine, proposer une analyse complexe, mais précise d’une étiquette floue au premier abord.

Haut de page

Notes

1 Julie Sedel a utilisé la méthode de l’analyse prosopographique, qui consiste à comparer la biographie de différents acteurs en identifier les caractéristiques. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une analyse sociobiographique, mais davantage d’une comparaison de différents éléments biographiques.

2 Pour un aperçu de la littérature sur la question : Robert Picard et Aldo Van Weezel, « Capital and control : consequences of different forms of newspaper ownership », The International Journal on Media Management, vol. 10, 2008, pp. 22-31.

3 Ce n’est que depuis 2016 que les titres de presse écrite doivent rendre publics les membres de leur conseil d’administration. Néanmoins, tous les groupes n’appliquent pas encore la règlementation.

4 Adolf Berle, Gardiner Means, The Modern Corporation and Private Property, New York, MacMillan, 1932.

5 Pour approfondir la question, nous renvoyons au livre issu de l’habilitation à diriger des recherches de l’autrice : Julie Sedel, Dirigeants de médias. Sociologie d'un groupe patronal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2021, 273 p ; compte rendu de Théo Guidat pour Lectures, https://journals.openedition.org/lectures/52067.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Schiano di Lombo, « Julie Sedel, Sociologie des dirigeants de presse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59217

Haut de page

Rédacteur

Antoine Schiano di Lombo

Normalien-élève à l’école normale supérieure Paris-Saclay en master « Sociologie contemporaine ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search