Navigation – Plan du site

Vincent Lowy, Cinéma et mondialisation. Une esthétique des inégalités

Nicolas Crochet-Giacometti
Cinéma et mondialisation
Vincent Lowy, Cinéma et mondialisation. Une esthétique des inégalités, Le Bord de l'eau, coll. « Mondialisation, culture et com », 2011, 158 p., EAN : 9782356871053.
Haut de page

Texte intégral

1Vincent Lowy est historien du cinéma, maître de conférence à Strasbourg et réalisateur. Ses thèmes de recherche portent notamment sur, et c'est dans cette optique qu'est écrit le livre, la surexposition des catastrophes dans les représentations cinématographiques de la mondialisation.

2L'objectif du livre est de s'interroger sur la représentation cinématographique de la mondialisation durant ces vingt dernières années. En effet, le cinéma semble avoir largement pris pour thématique la mondialisation et ses effets. Pour autant, et c'est là l'idée maîtresse du livre, ces films reposent en grande partie sur l'angoisse de la catastrophe et sur la peur des dégâts que causeraient (causent ?) la mondialisation (inégalités, famines, violences...). Cette thématique se retrouve tant au niveau du fond (le discours) que de la forme (l'esthétique, la grammaire visuelle) Le cinéma donnerait donc à voir une vision négative de la mondialisation qui minimiserait les enjeux culturels et politiques de cette mondialisation.

3L'ensemble du livre se présente donc comme un panorama non exhaustif de films dont le discours est lié de près ou de loin à l'idée de catastrophes, de victimes, de dégâts en lien avec la mondialisation... Les films traités sont aussi bien des documentaires critiques d'origine européenne que des blockbusters américains qui se font aussi l'écho de ces craintes (« Avatar », « 2012 »...), l'auteur montrant que ces deux formes de cinéma s'influencent l'une l'autre. Certains de ces films sont uniquement évoqués, d'autres sont traités plus longuement comme « L'île aux fleurs » ou « Le cauchemar de Darwin ». Le premier bénéficie d'un traitement particulier, notamment parce qu'il semble l'un des premiers à contenir les idées de catastrophismes et à mettre à jour les transformations cinématographiques liées à ce discours.

4L'ouvrage se décompose en quatre parties qui traitent de films et de thématique différentes. Ainsi un des chapitres traite de la thématique de l'accident intégral qui fait référence à l'idée de catastrophes. Ces catastrophes ou violences faites au monde peuvent être de nature multiples. Ainsi nombres des films cités dans le livre évoquent les risques alimentaires, les catastrophes naturelles (tremblement de terre...), mais aussi les angoisses sécuritaires qui sont un thème très présent, notamment avec la crainte du terrorisme depuis le 11 Septembre 2001, ainsi que les théories sur la manipulation (ou l'idée de secret comme un effet annexe de la mondialisation).

5Ailleurs, l'auteur s'interroge aussi sur la représentation des victimes dans le cinéma contemporain. L'idée est ici qu'une partie de la production cinématographique actuel s'appuie sur une politique victimaire, notamment depuis l'institutionnalisation de la Shoah. Pour l'auteur ce n'est pas tant le discours des victimes qui importe que le fait qu'elles aient survécu. On assiste donc dans le cinéma contemporain à une héroisation des victimes que celles-ci soient des victimes de guerre, de conséquences directes ou non de la mondialisation... Ainsi en prenant comme exemple le film de Depardon « Donner la parole », l'auteur avance que les victimes ont la parole mais qu'on ne les entend pas. L'idée est ici que ce n'est pas tant le discours qui importe que le fait de montrer des victimes de la mondialisation puisque leur langue est en voie de disparition, tout comme leur peuple.

6Un autre angle de réflexion du livre porte sur la transformation de l'esthétique de ces films via la circulation des idées entre actualité, images amateurs et cinéma. En effet, premièrement, le siècle des guerres et les attaques terroristes (entre autres), donc l'actualité, ont durablement favorisé l'émergence d'un tel discours catastrophistes, puique les réalisateurs s'en sont inspirés pour leurs films. D'un autre côté, l'actualité elle-même semble parfois faire écho aux discours contenus dans ces films comme c'est le cas avec le tremblement de terre japonais de 2011. Mais ce n'est pas seulement au niveau de l'actualité que le cinéma va puiser son discours et sa transformation esthétique, en effet, le cinéma s'appuie sur des formes d'écriture liés aux évolutions technologiques, et à la rapidité de circulation de l'information dans une économie mondialisée. Ainsi, le cinéma utilise de plus en plus des images tournées sous forme amateur comme c'est le cas à l'origine avec le film « Blair Witch » mais plus encore, au vu de la thématique du livre, avec le film « Cloverfield ».

7Certains de ces films ne sont pas sans interroger sur leur objectivité et sur les valeurs qu'ils véhiculent. Ainsi un des premiers paradoxes que met l'auteur en avant est celui du maintien d'un discours ethnocentriste souvent couplé à un populisme visuel qui viennent renforcer les préjugés occidentaux dans nombre de ces films qui ont pour thématique les inégalités ou injustes présentes dans le monde. Le paroxysme de ce discours semble atteint, pour l'auteur du livre, dans « Le cauchemar de Darwin » qui mêle manipulation des images et du discours sur fond d'une présentation ethnocentriste des noirs (fainéants). Un autre paradoxe, soulevé en filigrane, mais moins développé est celui de la récupération du discours critique vis-à-vis de la mondialisation par des films portés par le même système qui est critiqué, le film « Avatar » étant le point culminant de cette idée.

8Finalement ce que semble dire l'auteur ici c'est que le cinéma est porteur (tant au niveau du discours que des techniques, des formes d'écriture et de la grammaire visuelle) d'une nouveauté qui fait écho aux transformations et aux craintes d'un monde globalisé. Le livre nous incite donc à nous interroger sur la réflexion que peut permettre le cinéma (mais aussi finalement la littérature, la musique...) pour comprendre non seulement les transformations que connait l'économie et la société mais surtout la façon dont ces transformations sont mises en avant par les acteurs. On est donc là dans le coeur de l'intérêt du livre : apprendre qu'un discours, quel qu'il soit, n'est pas directement un représentant d'une quelconque réalité mais une mise en scène de cette réalité, et cela est d'autnt plus vrai avec le cinéma. L'autre conclusion à laquelle parvient l'auteur est celle de dire que cette dénonciation des inégalités, portée par des préjugés ethnocentristes, légitime finalement ces inégalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Crochet-Giacometti, « Vincent Lowy, Cinéma et mondialisation. Une esthétique des inégalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 juillet 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5939

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page