Navigation – Plan du site

André Ducret (dir.), A quoi servent les artistes ?

Elsa Vivant
A quoi servent les artistes?
André Ducret (dir.), A quoi servent les artistes?, Zurich, Editions Seismo, coll. « Terrains des sciences sociales », 2011, 188 p., ISBN : 9782883510500.
Haut de page

Texte intégral

1Derrière ce titre provocateur, cet ouvrage collectif, issu d’un cycle de séminaires, aborde plusieurs problématiques et enjeux de la sociologie de l’art et en explore les limites (notamment l’article de Daniel Vander Gucht). La diversité des objets étudiés (les tatoueurs, la photographie vernaculaire, le cinéma suisse) et des approches (analyse des politiques publiques, des mobilisations collectives, de la construction de l’identité artiste) offre un aperçu des approches et questionnement actuels.

2Plusieurs articles pourraient être rassemblés sous le titre « A quoi cela sert-il d’être (reconnu comme) artiste ? ». N. Heinich, reprenant certains arguments de son livre L’Elite artiste, met en évidence l’articulation entre construction collective et individuelle de l’identité artiste et sa représentation romantique. La singularité, partagée dans une communauté de destin, devient distinctive et participe du prestige associé à l’artiste en régime démocratique. Cette identité de l’artiste devient posture lorsqu’elle résulte d’une mise en scène de soi tant dans les œuvres que dans les discours portés sur elles. Pour J. Meizoz, une de ces postures, partagée ici par Céline et Rousseau, revendique une pauvreté vertueuse assurant à l’artiste son indépendance (vis-à-vis des puissants) et sa proximité du peuple. Cette posture participe de la production de l’œuvre et de la carrière de l’écrivain, par un mode de légitimation en rupture avec les codes et normes du monde littéraire de l’époque.

3D’autres auteurs s’attachent aux formes de mobilisation collective pour revendiquer un rôle d’auteur (les réalisateurs de cinéma suisse), une reconnaissance en tant qu’artiste (les tatoueurs) ou pour consolider les modalités de cette professionnalisation (la danse contemporaine). V. Rolle, à travers le cas des tatoueurs, interroge la définition du créateur et pose les enjeux multiples de la professionnalisation de cette pratique. La diffusion du tatouage dans la population enjoint les pouvoirs publics à mieux encadrer cette pratique par l’imposition de règles sanitaires. Ressentie comme une menace, cette réglementation oblige les tatoueurs, si ce n’est à s’organiser (comme c’est le cas en France), du moins à développer un discours sur leur pratique, leur éthique et responsabilité professionnelle, et sur leur mode de légitimité et de reconnaissance. Respecter des normes ne suffit pas pour être un bon tatoueur, il faut être créatif pour inventer des motifs inédits, en accord avec les désirs de ses clients. Affirmer la créativité comme une qualité professionnelle devient, dans un second temps, un élément de discours pour revendiquer une reconnaissance en tant que créateur-artiste par les administrations, et bénéficier ainsi des facilités et dérogations accordées aux artistes (notamment en matière de fiscalité). L’aspiration au statut de créateur a été également le moteur de la mobilisation des réalisateurs suisse depuis les années 60. Pour O. Maeschler, plus qu’un mouvement esthétique, le Nouveau cinéma Suisse résulte d’une mobilisation collective des réalisateurs pour faire reconnaitre leur statut d’auteur, à l’origine d’un projet cinématographique et non pas un maillon de la chaine de coopération organisé par un producteur. Par des prises de position publique, par la construction d’un discours, par la valorisation de la reconnaissance artistique (à défaut de succès commerciaux) comme mode de légitimité créatrice, par la participation aux instances de reconnaissance, les auteur-réalisateurs revendiquent leur légitimité à devenir les bénéficiaires des subventions de l’Etat, au détriment des producteurs.

4Le contexte confédéral de la Suisse de la plupart des études de cas permet de réinterroger le rôle de l’Etat dans les politiques culturelles et la vie artistique. Une exposition controversée de Thomas Hirschhorn a entrainé une discussion parlementaire sur le programme institutionnel de l’action de l’Etat en matière culturelle, sur les critères de financement du travail des artistes, et la remise en cause des financements publics de certains programmes (M. Dubey). L’Etat peut-il subventionner un artiste qui le critique et promeut à l’étranger une image dévalorisante du pays et de ses décideurs ? L’Etat, garant des libertés et de la démocratie, peut-il n’exercer aucun droit de regard sur les activités artistiques qu’il subventionne ? Le rejet suscité par l’œuvre de T. Hirschhron réactive le débat sur la liberté d’expression de l’artiste et sur les limites de l’art et a conduit à une réintégration d’une forme de censure, par la réduction des budgets alloués à la fondation organisatrice de l’exposition. Le cas Hirschhorn repose la question des limites (de l’art, de l’artiste, de l’expression), dont on sait que le propre de l’artiste contemporain est de les franchir. En interrogeant et repoussant sans cesse les frontières de l’art et de la création, l’artiste offre une autre perception du monde. Reprenant Paul Valéry, D. Gamboni montre comment « l’artiste nous apprend que nous n’avions pas vu ce que nous voyons ». Par exemple, par sa perception sensible et sensorielle de l’espace, l’intervention artistique révèle les non-dits et les non-vus de l’espace public. Que ce soit au nom de la morale ou de l’intérêt supérieur de l’Etat, l’affaire Hirschhorn, comme d’autres (la criminalisation de l’exposition Présumés innocents ou la destruction de Piss Christ) rappelle que l’artiste est une vigie de la démocratie. Ses interventions critiques révèlent les limites de sa (et de la) liberté d’expression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Vivant, « André Ducret (dir.), A quoi servent les artistes ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 29 juin 2011, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5940

Haut de page

Rédacteur

Elsa Vivant

Maitre de conférences en Urbanisme à l’Institut Français d’Urbanisme, Université Paris Est Marne la Vallée.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page