Navigation – Plan du site

Manuella Roupnel-Fuentes, Les chômeurs de Moulinex

Nicolas Béfort
Les chômeurs de Moulinex
Manuela Roupnel-Fuentes, Les chômeurs de Moulinex, Paris, PUF, coll. « Le liens social », 2011, 359 p., EAN : 9782130578260.
Haut de page

Texte intégral

1Le but de l’enquête  au cœur de cet ouvrage est « l’étude des pertes et des bouleversements causés par la fin de l’emploi ». Afin de résoudre le problème posé, une méthodologie alliant approches quantitatives et qualitatives est proposée par M. Rupnell-Fuentes. La démonstration du livre s’appuie sur une démarche en trois étapes. La situation des chômeurs est examinée en partant du caractère paternaliste et normatif de l’appartenance à Moulinex. Ceci permet alors d’exposer la distorsion des liens sociaux puis la rupture au moment du licenciement. La méthodologie avancée par l’auteur met en évidence un certain nombre de faits statistiques utilisés tout au long de l’ouvrage.

2La méthode quantitative déployée conduit à montrer qu’il existe une hétérogénéité notable parmi les anciens salariés de Moulinex. Ainsi, les plus diplômés ne passent pas par les mêmes circuits de retour à l’emploi, les femmes sont plus touchées par le stress que les hommes. Ces éléments sont développés tout au long de l’ouvrage.

3La première partie est dédiée à la description de l’histoire de Moulinex et de son environnement social. La réalisation de la sociohistoire de la société montre que les salariés étaient imprégnés d’une culture du « travail bien fait ». En insistant sur le rôle de Jean Mantelet, le fondateur de l’entreprise, l’auteur met en évidence l’importance du paternalisme dans l’organisation de la firme. Notons que le contrôle sur le travail imposé par le fondateur a renforcé les liens au sein de la firme, mais aussi l’attachement à la qualité du travail.

4Avec le licenciement, c’est le début d’une période de désintégration. En effet, la sortie de l’emploi et de « l’espace Moulinex » provoque la distorsion des liens sociaux.

5Pour les licenciés n’étant pas en pré-retraite, il est question de retrouver un emploi. Par exemple, l’auteur montre que pour bon nombre d’entre eux, il n’avait pas été nécessaire de rédiger de cv. Ce cas particulier prend la forme d’une violence symbolique. D’une part, les anciens salariés sont confrontés aux difficultés de rédaction tant au niveau de la structure du document que de l’outil informatique. D’autre part, le cv ne fait plus état des compétences, mais retrace une vie de travail passée à l’usine. Cet exemple du cv est significatif du basculement : on passe d’un statut de salariés à celui de licenciés…

6La suite de l’ouvrage montre comment les anciens Moulinex vivent le passage au statut d’assisté. Le premier élément de difficulté vécu dans cette situation par les licenciés est le sentiment d’avoir cotisé toute leur vie et de devoir recevoir un RMI. C’est notamment la difficulté d’affronter les dettes contractées durant la période d’activité qui effraie.  Les anciens salariés ne connaissent pas bien les mécanismes d’aide sociale. La fréquentation des administrations et des structures d’aide sociale participe au mal-être produit par la situation d’assisté. Ce sentiment est renforcé par les valeurs héritées du passé que nous avons évoqué plus haut.

7Au-delà de la condition, vécue comme une assistance, il existe des « déstructurations personnelles ». Cet état correspond à une rupture quasi totale des liens sociaux. Ces situations peuvent être détectées à partir des altérations profondes des modes de vie. Le problème de la perte de revenus liée au passage au chômage est tout d’abord évoqué. L’auteur cite plusieurs entretiens où il est question de l’abandon de dépenses importantes. La vente de logements n’est effective que pour 2% des individus interrogés. En revanche, une proportion importante en cours d’accession à la propriété y renonce.

8Il est possible d’observer une différence de perception de la perte d’emploi en fonction de la situation dans l’emploi deux ans après le licenciement. Ainsi, les ex-salariés toujours en recherche d’emploi sont les plus touchés. A l’inverse, les salariés ayant retrouvé un emploi stable à temps plein « s’en sortent » et affirment ne pas avoir été affectés (41.5%) ou qu’ils « vont mieux » (44,5%). Notons cependant qu’une grande partie des salariés affirment avoir été touchés par le licenciement. L’expression du malaise des chômeurs de Moulinex s’observe avec les troubles psychologiques développés suite au licenciement. Par exemple, deux ans après la perte d’emploi, en étant en emploi à durée limitée, 28,4% des anciens salariés affirment avoir recours à des anxiolytiques. Dans ce cas, les salariés en CDD sont les plus touchés en raison du « stress toujours renouvelé de ne pas pouvoir être fixée une bonne fois pour toutes »

9M. Roupnel-Fuentes note qu’il existe un certain nombre de « maux cachés du chômage » comme l’augmentation de la consommation de tabac, la perte d’appétit ou bien la dégradation de la santé. L’auteur note cependant que la situation des individus en pré-retraite est relativement différente. Un certain nombre de personnes interrogées affirment pouvoir avoir plus de temps pour leurs petits enfants par exemple.

10« Les chômeurs de Moulinex » permet de saisir la situation de la disparition d’emploi dans un bassin d’emploi industriel. Le licenciement des Moulinex, évènement médiatique spectaculaire, est aussi révélateur de perturbations profondes de la vie de nombreux anciens salariés. Il est intéressant de noter des résonnances certaines avec l’ouvrage de Michel. Pialoux « Résister à la chaîne ». Les entretiens retranscrits par M. Roupnell-Fuentes semblent confirmer les impressions laissées par le livre de M. Pialoux. La progression de l’ouvrage (de la socio-histoire de Moulinex à la désintégration sociale) nous a paru intéressante car elle propose une vision dynamique des questions de reclassement et de retour à l’emploi des salariés licenciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Béfort, « Manuella Roupnel-Fuentes, Les chômeurs de Moulinex », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5943

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page