Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Carola Dietze, Deuxième chance. H...

Carola Dietze, Deuxième chance. Helmuth Plessner (1892-1985) Une biographie intellectuelle

Alexandre Iagodkine
Deuxième chance
Carola Dietze, Deuxième chance. Helmuth Plessner (1892-1985) Une biographie intellectuelle, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Bibliothèque allemande. Philia », 2022, 551 p., traduit de l'allemand par Anne-Sophie Anglaret et Florian Targa, ISBN : 978-2-7351-2752-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dietze Carola, Nachgeholtes Leben. Helmuth Plessner, 1982-1985, Göttingen, Wallstein, 2006.
  • 2 Sur le concept de biographie historique dans l’historiographie allemande, se référer à Höhner Olaf, (...)
  • 3 L’autrice donne les exemples de Schüssler Kersten, Helmuth Plessner. Eine intellektuelle Biographie(...)

1Cette traduction par Anne-Sophie Anglaret et Florian Targa de la biographie de Helmuth Plessner (1892-1985) par l’historienne Carola Dietze est le premier livre à présenter la vie et l’œuvre du philosophe et sociologue allemand à un public francophone. Publiée à l’origine en 20061 et récompensée pour sa qualité par le prix Hedwig-Hintze de l’Association des historiens allemands, cette biographie intellectuelle poursuit un double objectif. Retracer d’une part la vie de Helmuth Plessner, et inscrire d’autre part sa trajectoire singulière dans l’histoire culturelle et politique mouvementée de l’Allemagne du XXe siècle. Depuis l’Empire allemand où Plessner a grandi jusqu’à la République fédérale d’Allemagne (RFA) où il a terminé sa carrière, en passant par la République de Weimar et le Troisième Reich, qui le voit s’exiler aux Pays-Bas, le parcours du philosophe est toujours envisagé sous la double perspective de sa spécificité et de sa communauté de destin. L’originalité de ce travail est donc d’être conçu dès le départ comme une « biographie historique »2, au sens où le récit de la vie individuelle sert de « point d’entrée privilégié – presque comme une sonde –, pour l’étude de questions historiques » (p. 12). La situation personnelle de Plessner est ainsi systématiquement mise en résonnance avec des problématiques contextuelles plus larges comme le libéralisme sous la République de Weimar, l’expérience de la discrimination et de l’exil en raison des lois raciales de l’Allemagne nazie, l’attitude des universitaires et des intellectuels allemands pendant la guerre, ou le choix du retour après-guerre, qui était loin d’aller de soi. De cette façon, l’étude par Carola Dietze de la vie de Helmuth Plessner affiche également une visée de connaissance historique globale. Ceci la distingue d’autres approches de la vie du penseur allemand, plus étroitement centrées sur ses idées et n’exploitant que partiellement les archives3. Au contraire, l’historienne fonde la portée scientifique de son travail sur l’usage extensif d’une pluralité de sources : toutes les archives disponibles sur Plessner, sa correspondance, ses œuvres, des monographies historiques, ainsi que des entretiens avec des proches.

  • 4 On peut citer notamment « L’Unité des sens. Lignes directrices pour une esthésiologie de l’esprit » (...)
  • 5 Plessner Helmuth, Les Degrés de l’organique et l’Homme, Paris, Gallimard, 2017 [1928].
  • 6 Cf. en français Fischer Joachim, « Le noyau théorique propre à l’Anthropologie philosophique (Schel (...)
  • 7 Plessner Helmuth, Macht und menschliche Natur. Ein Versuch zur Anthropologie der geschichtlichen We (...)

2Carola Dietze distingue de cette manière quatre périodes dans la vie de Plessner, chacune marquée par une date charnière. Le premier chapitre aborde sa jeunesse puis sa carrière universitaire difficile sous la République de Weimar jusqu’en 1933. Né en 1892 à Wiesbaden dans la Hesse, Helmuth Plessner a grandi dans un milieu bourgeois cultivé où il reçut une éducation classique. Il fit d’abord des études de zoologie, puis s’orienta vers la philosophie, mais l’ensemble de son œuvre fit dialoguer cette dernière avec les sciences, en particulier du vivant. Sa découverte de la phénoménologie fut décisive, le poussant à devenir un temps l’élève de Husserl. C’est l’invitation par Max Scheler à l’université de Cologne qui permit au jeune docteur en philosophie de se lancer vraiment dans sa carrière universitaire, qui avait été mise entre parenthèses pendant la Première Guerre mondiale et les troubles révolutionnaires de 1918-1919. Si sa production philosophique fut conséquente dès les années 19204, Carola Dietze remarque que Plessner ne parvint pas pour autant à s’imposer académiquement. L’épisode le plus marquant à cet égard fut l’accueil réservé à son grand-œuvre Les Degrés de l’organique et l’Homme5 paru en 1928 : quoique l’ouvrage ait plus tard consacré Plessner comme un fondateur de l’anthropologie philosophique6, sa réception fut initialement entravée par une accusation de plagiat de Scheler, qui jeta durablement le discrédit sur la pensée plessnérienne. L’écrit politico-anthropologique « Puissance et nature humaine » (1931)7 lui assura certes une place dans le débat sur la République de Weimar, mais cet élan fut brisé net. En effet, la promulgation par le gouvernement national-socialiste de la « loi sur la restauration de la fonction publique » en avril 1933 l’excluait de l’enseignement en raison de son statut de « demi-juif ». Carola Dietze explique alors que cette exclusion fut pour Plessner doublement humiliante. D’abord en elle-même, mais aussi parce que Plessner appartenait aux partisans de l’assimilation totale, qui n’avaient pas de rapport effectif à leur judéité, et se définissaient comme allemands. La catégorisation nazie, en plus de l’exclure, renvoyait Plessner à une identité dans laquelle il ne se reconnaissait pas et le privait de la seule qui lui fut familière : celle de professeur d’université allemand et patriote.

  • 8 Citons « Le destin de l’esprit allemand à la fin de son époque bourgeoise » (Das Schicksal deutsche (...)

3 L’exil de Plessner aux Pays-Bas à partir de 1934, puis sa vie pendant la guerre et sous l’occupation allemande, jusqu’à la fin du conflit et la libération en mai 1945 sont retracés dans le deuxième chapitre. Carole Dietze analyse en particulier l’expérience de Plessner en tant qu’émigrant. L’historienne souligne que si la difficulté de l’assimilation en raison de la sensation de déracinement et des barrières sociales et linguistiques est un trait commun aux intellectuels allemands en exil, la situation de Plessner a ceci de particulier que les Pays-Bas sont limitrophes de l’Allemagne. Contrairement aux émigrants dans des destinations lointaines comme les États-Unis, Plessner put continuer à se rendre régulièrement en Allemagne pour rendre visite à sa famille ou revoir ses collègues et amis. C’est ce qui explique, note l’historienne, que son assimilation à Groningue fut plus lente et a, peut-être, contribué à sa décision ultérieure de revenir au pays. Sur la durée, Plessner s’intégra, apprenant le néerlandais, se forgeant de nouvelles sociabilités, et resta même relativement productif8. Il s’impliqua à l’Institut de sociologie de Groningue, spécialement créé pour lui, jusqu’à une nouvelle interdiction d’enseigner par l’occupant allemand en 1943. Ce fut le début de la période la plus précaire de ses années d’exil, où il fut forcé à la clandestinité et survécut grâce aux réseaux de résistance.

  • 9 Einstein Albert, Born Hedwig, Born Max, Briefwechsel 1916-1955, kommentiert von Max Born, Munich, N (...)
  • 10 Plessner Helmuth, « Het probleem Duitsland », De Vrije Katheder 4, vol. 12, p. 2 (cité ici p. 204).

4Le troisième chapitre couvre la période 1945-1951, dominée par deux problématiques essentielles : la question du retour, et la situation des universités allemandes dans l’immédiat après-guerre. Face à l’atrocité des crimes nazis et à la faillite de l’université allemande, les intellectuels émigrés ont généralement eu deux types de réactions. Une grande partie jugea inenvisageable de retourner au « pays des meurtriers de masse »9. Au contraire, Plessner exprima quant à lui assez tôt après la fin de la guerre le souhait de revenir. Comme le montre Carola Dietze, ce n’était toutefois pas une forme de déni de sa part. Au contraire, Plessner tenait la culpabilité du peuple allemand pour « irrévocablement établie »10 et était partisan d’une justice sévère pour les crimes commis. Mais, dans le même temps, il envisageait le redressement intellectuel futur du pays, en particulier l’éducation de la jeunesse. Dans ce cadre, il était pour Plessner du devoir des émigrés progressistes, moralement irréprochables, d’y contribuer par leur retour. La « remigration » n’avait cependant rien d’évident, comme le montre l’analyse de la correspondance entre Plessner, les responsables universitaires et les administrations alliées. Celles-ci encourageaient certes l’appel aux émigrés dans le cadre de la dénazification de l’université, mais Plessner dut faire l’expérience de l’inertie du système universitaire. Seule une poignée des universitaires acquis au nationalisme-socialisme fut réellement renvoyée, la plupart d’entre eux se voyant réintégrés après une suspension temporaire. De son côté, grâce à l’appui de collègues, Plessner put revenir en Allemagne comme professeur à la chaire de sociologie de l’université de Göttingen en 1951.

  • 11 Lübbe Hermann, « Der Nationalsozialismus im deutschen Nachkriegsbewusstsein », Historische Zeitschr (...)

5Un aspect crucial du dernier chapitre est l’étude de la relation entre Plessner et ses collègues compromis à des degrés divers sous le régime nazi. Carole Dietze discute notamment le concept de « discrétion non symétrique » avancé par le philosophe Hermann Lübbe11. Selon ce dernier, les rapports entre anciens exilés et anciens nazis étaient régis par un accord tacite de silence sur le passé. On savait en général quelle avait été l’attitude de chacun, mais il était d’usage pour les « remigrants » de ne pas l’évoquer en public. Ainsi, Plessner préféra la coopération avec l’ensemble de ses collègues dans l’intérêt de l’institution universitaire à reconstruire. L’historienne note en outre que cela correspondait à un choix personnel de sa part, auquel il ne dérogea qu’à de rares occasions, et le plus souvent en privé. En RFA, Plessner eut le droit à une « deuxième chance » puisqu’il devint un acteur reconnu de la sociologie et de la philosophie allemande, ainsi qu’un professeur respecté et populaire, intervenant régulièrement dans des débats de société. Il sembla malgré tout regretter de n’avoir pas été assez lu de ses contemporains. S’il croyait en l’avenir de l’Allemagne, il alerta aussi sur la nécessité de lutter contre le retour toujours possible du fascisme, en particulier par l’éducation des jeunes générations. Plus en retrait dans les dernières années de sa vie, Plessner mourut en 1985 à Göttingen.

6 Avec cette biographie, Carola Dietze réussit manifestement son pari de représenter la vie de Plessner dans sa destinée propre, tout en l’immergeant avec érudition dans l’épaisseur historique de son temps. Cette traduction contribue ainsi de manière plus que bienvenue à l’actuelle dynamique de redécouverte de la figure de Helmuth Plessner.

Haut de page

Notes

1 Dietze Carola, Nachgeholtes Leben. Helmuth Plessner, 1982-1985, Göttingen, Wallstein, 2006.

2 Sur le concept de biographie historique dans l’historiographie allemande, se référer à Höhner Olaf, Historische Biographik. Die Entwicklung einer geschichtswissenschaftlichen Darstellungsform von der Antike bis ins 20. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1998. Pour l’historiographie française, voir aussi Le Goff Jacques, « Comment écrire une biographie historique aujourd’hui ? », Le Débat, nº 54, 1989, p. 48-53.

3 L’autrice donne les exemples de Schüssler Kersten, Helmuth Plessner. Eine intellektuelle Biographie, Berlin, Vienne, Philo, 2000 et Dejung Christoph, Helmuth Plessner. Ein deutscher Philosoph zwischen Kaiserreich und Bonner Republik, Zurich, Rüffer & Rub, 2003.

4 On peut citer notamment « L’Unité des sens. Lignes directrices pour une esthésiologie de l’esprit » (Plessner Helmuth, Die Einheit der Sinne. Grundlinien einer Aesthesiologie des Geistes, Bonn, Friedrich Cohen, 1923, repris in Plessner Helmuth, Gesammelte Schriften in zehn Bänden (dorénavant abrégé GS), Band III : Anthropologie der Sinne, Berlin, Suhrkamp, 2003, p. 7-315) et « Les frontières de la communauté. Une critique du radicalisme social » (Plessner Helmuth, Grenzen der Gemeinschaft. Eine Kritik des sozialen Radikalismus, Bonn, Friedrich Cohen, 1924, repris in Plessner Helmuth, GS, Band V : Macht und menschliche Natur, p. 7-133).

5 Plessner Helmuth, Les Degrés de l’organique et l’Homme, Paris, Gallimard, 2017 [1928].

6 Cf. en français Fischer Joachim, « Le noyau théorique propre à l’Anthropologie philosophique (Scheler, Plessner, Gehlen) », Trivium, nº 25, 2017. Pour une présentation détaillée, se référer en langue allemande à Fischer Joachim, Philosophische Anthropologie : eine Denkrichtung des 20. Jahrhunderts, Fribourg-en-Brisgau, Karl Alber Verlag, 2022 [2008].

7 Plessner Helmuth, Macht und menschliche Natur. Ein Versuch zur Anthropologie der geschichtlichen Weltansicht, Berlin, Junker & Dünnhaupt, 1931, repris in Plessner Helmuth, GS, Band V, op. cit., p. 135-234.

8 Citons « Le destin de l’esprit allemand à la fin de son époque bourgeoise » (Das Schicksal deutschen Geistes im Ausgang seiner bürgerlichen Epoche, Zurich, Niehans, 1935), plus connu sous le titre choisi pour sa réédition : « La Nation retardataire » (Plessner Helmuth, Die verspätete Nation. Über die politische Verführbarkeit bürgerlichen Geistes, Stuttgart, Kohlhammer, 1959, repris in Plessner Helmuth, GS, Band VI : Die Verführbarkeit des bürgerlichen Geistes. Politische Schriften, p. 7-223) et Le rire et le pleurer. Une étude des limites du comportement humain, Paris, Les Éditions de la MSH, 1995 [1941].

9 Einstein Albert, Born Hedwig, Born Max, Briefwechsel 1916-1955, kommentiert von Max Born, Munich, Nymphenburger Verlag, 1969, p. 226 (cité ici p. 205).

10 Plessner Helmuth, « Het probleem Duitsland », De Vrije Katheder 4, vol. 12, p. 2 (cité ici p. 204).

11 Lübbe Hermann, « Der Nationalsozialismus im deutschen Nachkriegsbewusstsein », Historische Zeitschrift, nº 236, 1983, p. 579-600.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Iagodkine, « Carola Dietze, Deuxième chance. Helmuth Plessner (1892-1985) Une biographie intellectuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59434

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search