Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Morgan Jouvenet, Des glaces polai...

Morgan Jouvenet, Des glaces polaires au climat de la Terre. Enquête sur une aventure scientifique

Corinne Delmas
Des glaces polaires au climat de la Terre
Morgan Jouvenet, Des glaces polaires au climat de la Terre. Enquête sur une aventure scientifique, Paris, CNRS, 2022, 350 p., ISBN : 978-2-271-13777-7.
Haut de page

Texte intégral

1En 1965, le glaciologue français Claude Lorius observe des bulles de gaz libérées dans son whisky par un glaçon issu des déchets de carottages effectués dans l’inlandsis de l’Antarctique. Et si ce gaz avait conservé la composition de l’atmosphère de l’époque à laquelle il fut emprisonné ? Cette intuition est à l’origine de l’émergence d’une spécialité scientifique contribuant à mesurer l’impact des activités humaines sur le climat terrestre : l’ice core science (ICS). Morgan Jouvenet retrace dans son ouvrage cette aventure scientifique. Quatre chapitres viennent y détailler l’histoire, les particularités et les facteurs du succès de cette discipline. Les deux premiers chapitres portent sur la « science en action », le chapitre 1 ciblant le travail de terrain en conditions extrêmes lors d’expéditions polaires, et le chapitre 2 analysant le travail de laboratoire. Les deux chapitres suivants évoquent les relations aux financeurs et aux acteurs publiques, avec un chapitre 3 sur les recherches de crédits et la valorisation de l’ICS, qui impliquent d’intenses activités de lobbying auprès des pouvoirs publics, et un chapitre 4 sur l’articulation étroite entre sciences et pouvoirs.

2Le premier chapitre présente les activités de collecte et de traitement d’échantillons de glace dans le cadre de l’ICS, qui s’inscrivent dans une tradition bien établie au cœur des sciences de l’environnement : les scientifiques collectent des « choses » sur le terrain, avant de collecter des « données » en laboratoire (p. 51). Toutefois, la taille des territoires parcourus, leur éloignement et leur inhospitalité rendent ici la tâche ardue. En outre, l’ICS a eu pour défi de construire des instruments aptes à fournir des mesures globales crédibles à partir des glaces polaires. À cet égard, les activités de l’ICS s’inscriraient dans le « globalisme infrastructurel » faisant « émerger des "façons de penser globalement" » (p. 52) et allant de pair avec une internationalisation de la recherche sur le « système terre ». Les inlandsis sont des lieux de collecte, mais aussi de réflexion et d’échanges scientifiques ; le terrain y est indissociable du laboratoire. Cette pratique extrême de la science définit l’identité des collecteurs et de leurs communautés scientifiques d’une manière « plutôt valorisante, du fait de l’imagerie de l’exploration et de l’aventure associée aux pôles » (p. 64). Par ailleurs, les activités scientifiques nécessitent une étroite collaboration entre chercheurs et foreurs, dont le rapport différent à l’objet (avoir la glace la plus parfaite pour les premiers, faire du kilomètre de glace pour les seconds) est source de conflits. S’ajoute à cela le nécessaire savoir-faire cryogénique des transporteurs des échantillons vers les laboratoires et les entrepôts frigorifiques où ces archives glaciaires sont stockées et accessibles à l’ensemble de la communauté internationale.

3Le deuxième chapitre analyse les ice cores (IC) en laboratoire. Outre la fragilité et la rareté de ces produits, la question de leur adaptation aux instruments et aux techniques disponibles se pose alors. Parmi ces dernières, la paléothermie « permet aux chercheurs de reconstituer l’évolution de la température de l’air à partir de la teneur en isotopes de l’oxygène ou de l’hydrogène des échantillons de glace pris sur un IC » (p. 130). De telles technologies contribuent ainsi à conforter l’apport des ICS à la connaissance du climat, qui va peu à peu être reconnu. Dès les années 1960 et 1970, quelques scientifiques s’y intéressent. Puis, lors de la décennie suivante, de nouvelles techniques d’analyse permettent de distinguer la teneur en CO2 et en méthane des inclusions gazeuses, ceci tout en facilitant également la modélisation. Il devient alors possible de superposer les courbes représentant leur présence dans l’atmosphère et celles de température. Ce faisant, la corrélation de ces données permettra de confirmer l’apport des ICS à la compréhension des paléoclimats et du rôle des gaz à effet de serre. Aussi, la connaissance de la dynamique générale de l’atmosphère terrestre et du comportement des gaz qu’elle contient permet une extrapolation d’une connaissance locale jusqu’à une histoire globale du climat. Parmi les résultats majeurs de l’ICS figure ainsi l’identification de transitions (ou « événements » à l’échelle climatique) dans le cadre d’une enquête sur les changements climatiques rapides, dont les résultats se diffusent au-delà des cercles de spécialistes, via la reproduction de certains graphes qui contribuent à leur visibilité médiatique et politique. Par ailleurs, les échanges se développent avec d’autres communautés scientifiques : histoire, glaciologie, géologie, étude des cycles solaires… L’ICS va peu à peu acquérir ses lettres de noblesse et changer de statut.

4Le chapitre 3 évoque la recherche de crédits financiers et symboliques. Le déroulement des missions polaires repose pour l’essentiel sur le soutien d’organismes publics de financement de la recherche et d’agences de moyens logistiques. Comme dans d’autres big sciences dont les progrès reposent sur des projets très coûteux, les acteurs de l’ICS agissent donc en amont : ils mobilisent les médias et déploient des activités de lobbying pour obtenir d’importants fonds publics. Aussi, l’ancienneté des relations nouées par des explorateurs tels que Paul-Emile Victor avec des collègues devenus des décideurs de l’administration publique de la recherche accroît les chances d’accéder à certaines ressources. Ainsi, en 1992, un organisme public dédié à la logistique polaire, l’Institut de recherche polaire – devenu l’Institut Polaire Paul-Émile Victor (IPEV) – est créé afin de poursuivre la mission lancée par Paul-Emile Victor en 1947, ce qui facilite la recherche scientifique dans ces milieux extrêmes. Par ailleurs, la mise en place du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) conforte la crédibilité publique de l’ICS. Puis s’ajoute à cela l’essor de la couverture médiatique dans les années 1990 et 2000, à la faveur de nouveaux résultats spectaculaires et dans un contexte de « crise climatique » – avec toutefois pour rançon du succès des désagréments liés aux visites de journalistes dans les bases polaires.

5La sensibilité des arbitrages financiers effectués par les pouvoirs publics, mais également le statut géopolitique particulier de l’Antarctique et du Groenland, expliquent la dépendance politique de l’ICS, objet du quatrième chapitre de l’ouvrage, qui analyse plus largement la contribution de l’ICS à l’évolution des rapports entre sciences, pouvoirs et nature. Dès l’origine, les sciences polaires ont une dimension politique, comme le montre la capacité de Paul-Emile Victor à profiter des attentes à l’égard d’aventures polaires censées « redorer le blason national » et « nourrir un élan patriotique après la Seconde Guerre mondiale » (p. 233). Il convainc ainsi les autorités politiques de créer, en 1947, des « expéditions polaires françaises » devant permettre à la France de réaffirmer son intérêt pour les territoires polaires. Dans les décennies suivantes, en contexte de guerre froide, la compétition s’exacerbe entre les nations pour s’emparer des derniers territoires vierges de la planète. Avec ce « globalisme » qui s’accélère dès les années 1950, un effort spécifique est mis en œuvre en direction à la fois de l’espace et de l’Antarctique, tous deux désormais accessibles à la technologie. Les activités scientifiques vont alors de pair avec la prégnance des militaires : initiée au croisement de la météorologie, de la glaciologie et de la climatologie polaires, au tournant des années 1950 et 1960, l’ICS profite des infrastructures militaires et de l’intérêt des états-majors pour la connaissance du terrain polaire, tandis que les activités des scientifiques permettent de tester des véhicules et de recueillir des savoirs opérationnels pour le déploiement de personnes et de matériel sur la glace. Ceci étant, son orientation vers le passé lointain lui permet d’échapper à l’emprise exercée par les militaires sur la production des données topologiques, géographiques, géophysiques… Et le contexte de guerre froide n’a par ailleurs pas empêché le rapprochement de chercheurs de nationalités différentes sur ces bases et au-delà. Au tournant des années 1980, la question du réchauffement climatique favorise notamment les coopérations entre spécialistes de l’atmosphère, des glaces et de l’océan, mais aussi entre chercheurs et modélisateurs. Avec l’ICS, les inlandsis deviennent « un observatoire privilégié des différences entre holocène et "anthropocène", où s’expérimente un mode de surveillance des "dérèglements climatiques" » (p. 276). Le chapitre se conclut ainsi sur la réévaluation de la place des sciences en société entraînée par l’avènement d’un « nouveau régime climatique » (p. 288).

6À l’heure de « l’urgence climatique », cette monographie sur l’aventure scientifique de l’ICS et son émergence comme discipline est appréciable. Éclairant certaines conditions et modalités de production des connaissances climatologiques à partir, notamment, d’entretiens et d’observations en laboratoire, elle contribue à la connaissance de sciences qui, jusqu’alors, étaient appréhendées à partir d’autres aspects (modélisateurs, GIEC, dépendance aux outils informatiques...), ou faisaient l’objet de récits de vie et de mémoires centrés sur leur dimension épique. De ce fait, cette étude d’une science croisant plusieurs disciplines, s’appuyant sur des avancées aussi bien techniques que conceptuelles et résultant d’une articulation étroite entre recherche, médias et pouvoirs politiques, contribue à renouveler l’analyse de la place du savoir scientifique dans nos sociétés, tout en attestant la vitalité de l’histoire et de la sociologie des sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Morgan Jouvenet, Des glaces polaires au climat de la Terre. Enquête sur une aventure scientifique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 janvier 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59464

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à l’Université Gustave Eiffel, membre du Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS UMR CNRS 8134)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search