Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Laurence Bachmann, Ellen Hertz, M...

Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux, Lucile Ruault (dir.), « Faire avec Delphy », Nouvelles questions féministes, vol. 41, n° 2, 2022

Marie Duru-Bellat
Faire avec Delphy
Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux, Lucile Ruault (dir.), « Faire avec Delphy », Nouvelles questions féministes, vol. 41, n° 2, 2022, 216 p., Lausanne, Antipodes, ISBN : 978-2-88901-225-1.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue internationale francophone Nouvelles Questions Féministes rend hommage à celle qui fut sa fondatrice, et qui est encore sa directrice au moment de sa parution. Riche de témoignages chaleureux et de débats scientifiques, il permet de prendre la mesure de l’œuvre conséquente de Christine Delphy, ainsi que de son actualité, à l’heure où la recherche et plus encore les mobilisations féministes semblent connaître un certain rebond. Composé d’un éditorial et de 33 contributions, il inclut également un récapitulatif des nombreuses publications de Delphy.

2Ces 33 textes sont de nature différente. On y lit parfois des témoignages dominés par l’émotion (voire l’émerveillement) qu’a déclenché la découverte de cette auteure, de la fin des années 1970 au seuil des années 2020. On y trouve également des descriptions de l’intérieur, faites par des collègues étrangères, de l’influence qu’ont eu les travaux de Delphy sur les mobilisations féministes dans des pays comme l’Italie, l’Espagne ou la Tunisie. Enfin, et c’est tout aussi important, une bonne partie des textes s’attarde sur le fond, sur ce que les analyses de Delphy ont eu et ont encore de percutant.

3Sans ambitionner de résumer ces 33 textes, dont le caractère hétéroclite donne une tonalité relativement inédite à ce numéro de Nouvelles Questions Féministes, nous nous contenterons de pointer ce qui apparaît comme les spécificités de cette personnalité scientifique. Si elle ne craignait ni les polémiques ni la provocation, nous ne négligerons pas non plus d’aborder certaines questions vives qu’elle a soulevées, ce qui ne peut que souligner la grande actualité de son œuvre.

4La composition du numéro permet d’appréhender certaines spécificités de l’œuvre de Delphy, au premier rang desquelles son audience internationale, allant bien au-delà du monde francophone, des pays anglo-saxons à la Colombie et à la Tunisie. Ceci étant, les façons dont les chercheuses et les militantes se sont approprié ces travaux peuvent varier assez sensiblement en fonction des pays. Ainsi, le souci de l’articulation avec les problématiques anti-racistes est davantage prégnant dans les pays anglo-saxons. Mais si l’on regarde par exemple du côté de l’Italie, c’est sa critique radicale de la famille patriarcale qui a armé les chercheuses italiennes dans leurs réactions à la véritable croisade anti-genre entreprise par le Vatican au début des années 2000, avec une diabolisation du genre mue par la crainte obsessionnelle de sa dénaturalisation…

5Remarquable également est la diversité générationnelle qui s’exprime dans ce numéro, dont les contributions ont été opportunément ordonnées selon un ordre chronologique, suivant la « découverte » par les auteur.e.s des travaux de Delphy. Le numéro donne ainsi la parole à une jeune femme impliquée dans le mouvement #MeToo depuis janvier 2021, ou encore à une autre racontant comment la découverte de ces travaux a rendu évident son engagement conjointement anti-sexiste et anti-raciste. Le numéro se clôt sur le témoignage d’une jeune étudiante frappée (littéralement) par les textes de Delphy à la rentrée 2018, preuve qu’ils sont susceptibles de marquer les jeunes générations comme ils l’ont fait dans la période post soixante-huitarde.

6Enfin, il apparaît nettement que l’influence de Delphy s’est exercée presque indistinctement sur les chercheuses (sociologues pour la plupart) qui s’inscrivent comme elle dans le cadre du « féminisme matérialiste » qu’elle a conceptualisé, et sur les militantes féministes (mais aussi anti-racistes, anti-lesbophobes, etc.). Ceci s’explique par le fait que ses travaux ont une visée à la fois théorique et politique, « aussi bien analytique que transformatrice » (p. 9).

  • 1 Cf. Schwarzer Alice, La petite différence et ses grandes conséquences, Paris, Éditions des femmes, (...)

7D’un point de vue théorique, Anne-Marie Devreux, une des plus anciennes compagnes de route de Delphy, rappelle qu’on lui doit toute une réflexion sur le patriarcat, défini comme un « mode de production domestique existant en soi, distinct du mode de production capitaliste » (p. 18).Orientant spécifiquement, pour la première fois dès les années 1970, le projecteur sur le travail domestique, elle voit dans ce travail gratuit l’opérateur central de la domination masculine. Une perspective qui n’a pas été sans susciter (notamment au Royaume-Uni mais pas seulement) de fortes réticences de la part des marxistes traditionnels, qui ne pouvaient accepter l’idée que des hommes prolétaires puissent être considérés comme dominant des femmes bourgeoises. Soulignant les dimensions matérielles de la domination, Delphy était pour le moins réticente par rapport au courant postmoderne souvent étiqueté (aux États-Unis notamment) comme « french feminism », et par ailleurs bien en avance par rapport aux analyses de Judith Butler dans sa déconstruction du sexe et sa critique de la notion d’identité sexuée. Car, aux yeux de Delphy, le sexe et l’identité sexuée ne constituent pas quelque chose que les personnes possèdent : c’est la partition hiérarchique qui les instaure, en donnant une signification sociale capitale à ce que la journaliste féministe Alice Schwarzer appelait une « petite différence »1.

8Mais alors que cette mise en cause du sexe comme vecteur de catégorisation des personnes suggérait un parti-pris universaliste, un certain nombre de féministes ont été surprises de voir Delphy défendre le port du voile, notamment en 2004, dans les vifs débats qui ont précédé l’interdiction du port des signes religieux à l’école. Elle l’a fait avant tout au nom du rejet de toute islamophobie, et en soulignant que les femmes ont le droit de définir ce qu’elles entendent par la libération sans que les occidentales blanches aient une quelconque pré-éminence. On peut y voir en l’occurrence l’impact de sa participation au mouvement pour les droits civiques lors d’un séjour aux États-Unis dans les années 1960. Avec sa radicalité coutumière, Delphy a affirmé sa position sans craindre de s’opposer aux féministes faisant du voile avant tout un symbole d’oppression. Toujours est-il que, dans son souci de conjuguer féminisme et anti-racisme pour étudier comment les oppressions s’articulent, elle a pratiqué avant la lettre une certaine forme d’intersectionnalité.

9Sans craindre davantage les polémiques, armée de sa thèse posant la prééminence de la domination comme système produisant le genre, Delphy s’est montrée critique à l’égard des hommes « trans » et plus largement des personnes « trans » imaginant que des choix individuels ou des auto-identifications comme non-binaire, fluide ou transgenre puissent menacer l’ordre du genre en se situant (pour les hommes) en dehors du système d’oppression.

10Autant de débats encore vifs aujourd’hui, et quoique ce numéro patchwork ne soit pas forcément toujours accessibles aux non lectrices de Delphy, il reste riche d’allusions historiques et scientifiques qui intéresseront assurément un public large. Les sociologues qui travaillent sur le genre y seront poussés à se replonger dans des textes de Delphy souvent lumineux, et les militantes plus jeunes qui seraient passées à côté de ces textes y trouveront aussi de multiples raisons de les découvrir !

Haut de page

Notes

1 Cf. Schwarzer Alice, La petite différence et ses grandes conséquences, Paris, Éditions des femmes, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux, Lucile Ruault (dir.), « Faire avec Delphy », Nouvelles questions féministes, vol. 41, n° 2, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59474 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59474

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Centre de recherche sur les inégalités et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search