Navigation – Plan du site

Pascal Duret, Sociologie du sport

Igor Martinache
Sociologie du sport
Pascal Duret, Sociologie du sport, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2008, 126 p., EAN : 9782130558613.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On n'osera dire un « champ »...

1Comme l'auteur l'écrit lui-même dans la conclusion, que de temps écoulé depuis la première édition de ce « Que-sais-je ? » consacré à la sociologie du sport, alors sous la plume de Raymond Thomas. Il y a seulement vingt ans, ce dernier ne pouvait citer qu'une poignée de références, quand aujourd'hui la sociologie du sport constitue un domaine de recherche 1 à part entière qui dispose même de ses sous-familles. L'objet n'en souffre pas moins encore d'une certaine délégitimation dans le champ sociologique, ce qui n'est sans doute pas étranger à la forte polarisation des discours à son encontre, aussi bien dans le sens commun que dans les écrits à prétention scientifique.

  • 2 Quoique certains dénoncent justement l'idéologie du « capital humain » qui serait de plus en plus p (...)
  • 3 Au sens étymologique de « détournant de l'essentiel », en l'occurence les enjeux politiques, ce qui (...)

2C'est le mérite de Pascal Duret, professeur à l'Université de La Réunion, de renvoyer dos-à-dos dans cet ouvrage les discours louant les vertus supposées du sport et ceux qui au contraire en dénoncent unilatéralement les dangers. Dès l'introduction, il dresse ainsi un tableau récapitulatif des fonctions positives et négatives prêtées à l'activité et au spectacle sportifs : pour ses laudateurs, le sport serait ainsi notamment un moyen d'intégration, d'éducation morale et sanitaire 2 et une niche économique, tandis que ses détracteurs dénoncent ses fonctions disciplinaire, d'enrôlement, à la fois dans les idéologies nationalistes et à la société de consommation, de divertissement 3 et d'inculcation de valeurs guerrières. Un regard plus attentif aux réalités du sport montre cependant que, si chacun de ces discours comporte une part de vrai, on ne peut attribuer au sport des valeurs intrinsèques, indépendantes des agents qui le pratiquent : la réalisation de telle ou telle « fonction » dépend notamment du contenu et de l'organisation de l'activité considérée, qui eux-mêmes ne cessent d'évoluer avec le temps et dans l'espace social.

  • 4 Ou plus exactement de position dans le cycle de vie

3Pour saisir cette évolution, Pascal Duret commence par un panorama des pratiques sportives des français à partir de trois études quantitatives : l'une menée par l'INSEE en 1967 - et renouvelée périodiquement par la suite-, la deuxième intitulée « Pratiques sportives des Français » exploitée par P.Irligner, C.Louveau et M.Métoudi en 1987 et la dernière réalisée par le CREDOC en 1994 sur les comportements de consommateurs d'articles de sport. Plusieurs grandes tendances peuvent en être ainsi dégagées : tout d'abord, l'augmentation régulière du nombre de pratiquants, particulièrement en ce qui concerne les femmes, les plus âgés et les groupes socio-professionnels relativement exclus (ouvriers, artisans et agriculteurs). Il ne faudrait pas en conclure trop rapidement à un phénomène de « démocratisation » dans la mesure où le contenu et les modalités de ces pratiques restent encore largement différenciées selon les critères de genre, d'âge 4 ou catégories sociales.

4L'auteur s'intéresse ensuite à la question du spectacle sportif. Il indique dans un premier temps à partir des travaux de Christian Bromberger ou d'Alain Ehrenberg en quoi celui-ci pouvait être envisagé comme une « théâtralisation de la société », dans la mesure où il présente une forte dimension dramatique, mais fait également intervenir le mythe de la confrontation entre égaux alors que le reste de la compétition sociale apparaît plus directement biaisé. Vient ensuite le traitement du supportérisme, dont il dégage certaines logiques, comme la différenciation des espaces dans le stade, ou celle des catégories de publics, entre « purs spectateurs », « supporters », « ultras » et « hooligans », dont les motivations dans la venue au stade sont on ne peut plus variables. Enfin, il s'agit de ne pas oublier que la très grande majorité des spectateurs n'est pas présente dans les enceintes sportives, mais perçoit la compétition par le filtre des médias. Pascal Duret rappelle ainsi brièvement la sophistication progressive des retransmissions, allant de pair avec une compétition accrue entre les chaînes télévisuelles autour de cette fonction, avant de revenir sur le débat concernant les conséquences politiques du spectacle sportif. Il présente ainsi brièvement les grandes lignes de la « critique radicale du sport » animée notamment par Jean-Marie Brohm ou les rédacteurs de la revue Illusio dirigée par Patrick Vassort 5, à savoir que le sport servirait de paravent aux régimes dictatoriaux (ce que n'infirme pas vraiment l'attribution des prochains jeux olympiques à Pékin...), détournerait des problèmes économiques et sociaux et favoriserait l'embrigadement des populations, avant d'écarter un peu rapidement ces différents arguments par l'énumération de quelques contre-exemples.

  • 6 Sur cette question, on pourra se référer au dossier récent de la revue Sociétés contemporaines coor (...)

5La question de l'intégration par le sport, grand poncif en vogue au sein des institutions politiques 6, fait l'objet du troisième chapitre. L'auteur rappelle tout d'abord que le sport apparaît comme la « panacée miracle » aux problèmes de violences urbaines à partir de l'été chaud des Minguettes en 1981. Elément indispensable des dispositifs de régulation urbaine, les actions axées autour du sport sont cependant aussi peu évaluées qu'elles sont « populaires » auprès des décideurs. Et les différentes enquêtes sociologiques montrant à quel point la transférabilité des vertus supposées du sport dans la vie quotidienne des jeunes visés était un mythe, et que de tels dispositifs représentaient dès lors souvent de la « poudre aux yeux » ne parvenant guère à masquer pour autant les problèmes socio-économiques des quartiers pauvres, n'ont guère été pris en compte par ces derniers. Bien souvent, égaement, le fossé qui sépare sport en club et « sport de rue », que l'auteur s'efforce ici de retracer, n'est guère entrevu par les responsables locaux. Enfin, qui dit intégration par le sport dit modèles de réussite : Pascal Duret décrit ainsi ici les deux modes distincts par lesquels certains « champions » peuvent en arriver à représenter le quartier dont ils sont issus : la mobilité, qui consiste pour eux à quitter le quartier voire le pays où ils ont grandi pour réussir - c'est la situation la plus fréquente dans le football notamment-, ou l'enracinement, qui les voit au contraire continuer à s'entraîner dans ce quartier, comme c'est par exemple le cas dans les différentes boxes.

6Le sport de haut niveau forme justement l'objet du quatrième chapitre. Pascal Duret remet d'abord en cause l'idéologie du don qui est largement véhiculée auprès du grand public, alors que l'engagement corporel total que nécessite en fait l'atteinte d'un niveau hors norme et la socialisation familiale jouent un rôle déterminant dans l'atteinte d'un niveau « hors norme », tandis que les trajectoires de ces sportifs sont en général bien plus heurtées que ne le suggèrent les « success stories » reconstruites a posteriori. Le haut niveau pose également la question de la « professionnalisation des performances ». L'auteur se contente ici d'évoquer l'influence croissante que celle-ci confère aux clubs et aux organisateurs de spectacles sportifs sur les fédérations, et qui se traduit par des modifications de calendriers, voire des règles du jeu afin de rendre les disciplines plus « spectaculaires ». Enfin, on ne peut faire l'économie de la question du dopage s'agissant du sport de haut niveau (qui n'est cependant pas le seul concerné) : Pascal Duret récapitule ainsi les « trois temps » de son interdiction, les ressorts de son développement, en le reliant bien à la précarité des trajectoires sportives, et enfin les différentes stratégies de légitimation que peuvent déployer les sportifs pris sur le fait.

  • 7 "La fascination de l'extrême dans les sports d'aventure" in L'esprit sportif aujourd'hui, Universal (...)

7La construction de soi est au coeur de la pratique sportive, et plus particulièrement des sports à risque auxquels Pascal Duret consacre le chapitre suivant. Il mentionne d'abord trois écueils à éviter quant à leur circonscription : il s'agit d'éviter de les limiter à certains lieux géographiques, comme la montagne, à l'inverse aussi d'en avoir une conception trop extensive en considérant toute pratique comme risquée, et enfin de n'y voir que leur dimension « ordalique », d'éprouver ses propres limites face à une société qui ne satisferait plus le besoin de repères, qui si elle est souvent présente, n'est pas la seule motivation de leurs pratiquants. Remarquant que chacun possède des limites distinctes, l'auteur note que la prise de risques est cependant largement contrôlée, et n'est pas synonyme d'impréparation, bien au contraire. Reprenant la distinction établie par Paul Yonnet 7 entre différents types d'"extrêmes" dans le sport : extrême « aventureux » (celui des pionniers, qui se distinguent par l'inédit de leur acte sportif), extrême « compétitif » (lorsqu'un sommet a déjà été gravi ou un océan traversé), il s'agit de rééditer l'"exploit" le plus vite possible-, et extrême « de masse » (lorsque la réalisation de l'acte s'est quelque peu banalisée, sans perdre pour autant totalement son image "héroïque"), qui apparaissent finalement davantage successifs qu'opposés, Pascal Duret termine ce chapitre en nuançant le rôle du sport dans le processus d'autonomisation des adolescents à partir d'une enquête menée avec R.Payet auprès de collégiens de 3e et 4e, montrant que le sport favorise une prise d'autonomie « décisionnelle », mais peu la débrouillardise ou l'autonomie « relationnelle et affective ».

  • 8 Sociologie du sport de Jacques Defrance, La Découverte, coll. « Repères », 2006 [1ère éd. 1995]

8Concluant sur le fort développement de la sociologie du sport au cours des dernières années, Pascal Duret observe qu'elle constitue cependant encore un domaine dominé dans la discipline. Il prône ainsi pour la « consolidation de l'identité des STAPS par le renforcement de la pluridsciplinarité », ce qui n'est pas sans mériter discussion. Si cet ouvrage pose un certain nombre de jalons utiles pour appréhender la sociologie du sport, et permet en particulier de discuter un certain nombre d'idées reçues, on peut cependant regretter certains flottements dans l'écriture. Ceux-ci peuvent être imputés au format réduit d'un tel ouvrage de synthèse, dont l'effet est renforcé par une large place laissée aux travaux de l'auteur, parfois quelque peu anecdotiques comme une étude de la réception menée auprès de quelques collégiens du fameux coup de tête de Zidane lors de la finale de la dernière coupe du monde de football. On pourra ainsi compléter cette introduction à la sociologie du sport par la lecture d'un autre petit ouvrage de synthèse dans la collection concurrente 8, car une chose est sûre : loin de se réduire à un "loisir", les activités sportives recèlent des enjeux politiques majeurs. Le tout est de cerner exactement lesquels. De quoi en tous cas leur accorder une plus grande attention, et pas seulement de la part de sociologues "spécialisés"...

Haut de page

Notes

1 On n'osera dire un « champ »...

2 Quoique certains dénoncent justement l'idéologie du « capital humain » qui serait de plus en plus prégnante dans nos sociétés et dont le « capital santé » serait une des composantes principales. Cf Alain Bihr, « Capital...humain », Le Monde diplomatique, décembre 2007

3 Au sens étymologique de « détournant de l'essentiel », en l'occurence les enjeux politiques, ce qui ferait du sport un nouvel « opium du peuple »

4 Ou plus exactement de position dans le cycle de vie

5 Voir le site de la revue

6 Sur cette question, on pourra se référer au dossier récent de la revue Sociétés contemporaines coordonné par William Gasparini, "L'intégration par le sport", n°69, 2008/1

7 "La fascination de l'extrême dans les sports d'aventure" in L'esprit sportif aujourd'hui, Universalis, 2004, p.59-73

8 Sociologie du sport de Jacques Defrance, La Découverte, coll. « Repères », 2006 [1ère éd. 1995]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Pascal Duret, Sociologie du sport », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 06 juin 2008, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/595

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page