Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023« Droit à l’emploi, droit au sala...

« Droit à l’emploi, droit au salaire ? », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 1, 2022

Alice Caudron
Droit à l'emploi, droit au salaire ?
« Droit à l'emploi, droit au salaire ? », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 1, 2022, 235 p., Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, ISBN : 9782365123617.
Haut de page

Texte intégral

1Ce premier numéro de la revue annuelle Salariat, parue aux Éditions du Croquant, organise une discussion critique autour de la « promotion de l’emploi [à tout prix] qui se déploie depuis plus de quarante ans » (p. 18) en posant une question centrale : vaut-il mieux garantir un droit à l’emploi ou un droit au salaire ?

  • 1 L’Institut européen du salariat (IES) est un réseau de chercheur⋅euses en sciences sociales trava (...)

2Dans une brève introduction, Nicolas Castel, Mathieu Grégoire, Jean-Pascal Higelé et Maud Simonet – membres du comité de rédaction qui compte seize chercheur⋅euses en sciences sociales – reviennent sur les motifs qui ont présidé à la naissance de la revue. Sur le fond, les auteur⋅ices cherchent à poursuivre le projet de l’Institut européen du salariat1 en promouvant une étude du salariat ancrée dans les sciences sociales mais se voulant pluridisciplinaire. Pour ce faire, les auteurs estiment que le salariat doit être dés-essentialisé : il faut remettre en cause la vision figée qui l’aborde comme un « état de compromis » (p. 10) entre subordination et protection des salarié⋅es – semblant condamné à se détériorer – pour lui substituer une étude du salariat en tant que rapport social aux contours mouvants, traversé par la lutte des classes et des possibilités d’émancipation, notamment par son extension. Sur la forme, les différentes rubriques de la revue reflètent la mise en dialogue de textes de natures variées, du matériel militant « brut » à la réflexion théorique en passant par des analyses empiriques. Les contributeur⋅ices affichent leur volonté de mettre « la recherche au service du débat public et des luttes politiques et sociales » (p. 15).

  • 2 « Des salaires pour ».

3La première rubrique de la revue, intitulée « Notes et analyses », rassemble quatre contributions. Jean-Pascal Higelé revient sur ce que le contexte pandémique a mis en lumière : une hiérarchie des rapports entre revenus et travail, allant du paiement à la tâche (dont les travailleur⋅euses de plateforme symbolisent le retour) au salaire à la qualification personnelle (les fonctionnaires) en passant par l’emploi salarié (salaire attaché à la qualification du poste de travail). Si les personnes bénéficiant d’un emploi salarié ont certes été plus protégées que les auto-entrepreneur⋅euses et les indépendant⋅es, l’institution de l’emploi constitue une « source d’insécurité et de subordination » (p. 32), en particulier dans les métiers dont le confinement a mis en valeur le caractère essentiel (nettoyage, alimentation, transport). Jean-Pascal Higelé argue donc des bienfaits d’une déconnexion entre salaire et emploi, à la fois pour assurer la sécurisation des travailleur⋅euses et pour créer des « travailleur⋅euses collectivement indépendants » (p. 36), ayant la maîtrise du contenu et des conditions de réalisation de leur travail. Bernard Friot insiste en ce sens en développant sa proposition de salaire à la qualification personnelle, aussi appelé « salaire à vie ». Pour dépasser l’emploi, il faut étendre les institutions du travail qui organisent déjà la socialisation des ressources (les cotisations) et le salaire à la qualification personnelle (le statut de fonctionnaire et la retraite) pour toutes et tous dès 18 ans. Alors que l’emploi subordonne toujours les travailleur⋅euses aux employeurs qui décident du niveau, des fins et des moyens de la production, le salaire à la qualification personnelle (limité à un écart de un à trois, par exemple) induit la reconnaissance à vie du statut de travailleur⋅euse à toutes les personnes majeures et ouvre un droit politique à décider du mode et du contenu de la production. Ces propositions de salaire à la qualification personnelle pour tous⋅tes sont rendues d’autant plus alléchantes par le déni d’emploi qui se développe dans le cadre de l’activité des plateformes et du déni de travail qui reste la règle pour une grande partie du travail féminin ou étudiant, par exemple. Anne Dufresne revient en détail sur la « bataille des statuts » qui oppose à échelle internationale, d’une part, les plateformes qui cherchent à échapper aux obligations qui incombent aux employeurs en imposant le statut d’indépendant⋅es aux travailleur⋅euses de plateforme et, d’autre parte, les syndicats et collectifs de ces derniers qui cherchent à faire reconnaître le droit du travail et l’emploi salarié comme cadre de leur activité. Si la jurisprudence se montre plutôt favorable aux travailleur⋅euses de plateforme, les modèles législatifs se multiplient : en Californie, les plateformes ont engagé de gigantesques sommes pour faire voter par référendum le maintien du statut d’indépendant⋅es ; ailleurs, des « tiers statuts » à mi-chemin entre indépendance et salariat – pré-existants (parasubordinato en Italie et workers au Royaume-Uni) ou ad hoc (France) – constituent des formes d’emploi dégradé ; seule la loi espagnole garantit le statut d’emploi des travailleur⋅euses de plateforme (loi Rider de 2021). Finalement, l’état du rapport de forces permet peu aux travailleur⋅euses de plateforme, même réuni⋅es en coopérative, de penser un « au-delà de l’emploi ». Dans l’article suivant, Maud Simonet revient sur les mobilisations des « wages for »2, notamment celles des féministes des années 1970 pour un salaire ménager et celles des étudiant⋅es stagiaires québécois⋅es de 2018. Elle montre comment la revendication d’un salaire peut être un levier pour faire reconnaître des activités auxquelles le statut de « travail » est dénié.

  • 3 Zito Daniele, Robledo, Paris, Christian Bourgois, coll. « Littérature étrangère », 2019 [trad. de l (...)
  • 4 Tcherneva Pavlina R., La garantie d'emploi. L'arme sociale du Green New Deal, Paris, La Découverte, (...)

4La deuxième rubrique de la revue, « Lectures et débats », débute sur l’analyse par Karel Yon du roman de Daniele Zito Robledo3, une fiction angoissante dans laquelle un mouvement de travailleur⋅euses revendique d’occuper des postes sans jamais être payé⋅es, poussant le don de soi et l’autodestruction jusqu’au suicide sur les lieux de travail. Suit la traduction commentée par Hadrien Clouet de quelques « bonnes feuilles » du compte rendu ethnographique de Bettina Grimmer, qui a observé les agences pour l’emploi allemandes. Loin de l’objectif affiché « d’activation » ou d’autonomisation des chômeurs, ces institutions font du moment de recherche d’emploi une occasion de susciter et d’encourager la docilité des chômeurs. Pour finir, Jean-Pascal Higelé relit l’ouvrage de l’économiste Pavlina R. Tcherneva, La garantie d’emploi. L’arme sociale du Green New Deal4, à l’aune d’une enquête menée sur le dispositif « territoires zéro chômeur de longue durée ». La garantie d’emploi apparaît comme un risque pour les droits salariaux, en particulier l’emploi public et l’assurance chômage, tout en manquant l’objectif d’émancipation des salarié⋅es, finalement peu associé⋅es à la définition des tâches et process de production à effectuer.

5La troisième rubrique, « Arrêt sur image », comprend trois articles partant chacun de l’analyse d’une photographie. Mathieu Grégoire profite d’une photo de Pierre Gattaz brandissant le pin’s « 1 million d’emplois » pour revenir sur l’entreprise des présidents du Medef visant à imposer une nouvelle vision du monde à la société salariale faisant de l’emploi la clef de l’harmonie sociale, des employeurs les seuls garants de l’emploi, du chômage le pire des maux et de la division inclus/exclus de l’emploi la nouvelle lutte des classes. Florence Ihaddadene se base sur deux affiches de promotion du service civique pour expliquer que ce dernier n’est plus vendu comme un engagement désintéressé au service de l’intérêt général mais bien comme une manière de se distinguer par une longue période de travail quasi gratuit en vue d’accéder à l’emploi. Loin de garantir un emploi – et encore moins un salaire –, le service civique organise la discrimination par l’âge d’une partie de la population laborieuse réputée encore inemployable, la maintenant dans une situation de mineur⋅e social⋅e et de main-d’œuvre à bas coût. Partant de l’étiquette d’un masque en tissu réalisé durant le confinement, Fanny Gallo, Giulia Mensitieri, Ève Meuret-Camfort et Maud Simonet décortiquent pour leur part le « mélange des genres productifs » entre service public, industrie et bénévolat qui a permis la réalisation d’une quantité gigantesque de masques durant la crise Covid en France. Elles mettent en évidence que « tout le monde ne tire pas les mêmes bénéfices du mélange des genres productifs » (p. 218) puisque l’industrie textile en est sortie redynamisée tandis que des milliers de femmes ont vu leur travail gratuit fortement encouragé puis nié ou invisibilisé.

6Enfin, le numéro s’achève sur la reproduction brute du matériel de propagande du réseau international de travailleur⋅euses de plateforme Alianza unidos world action. La brochure intitulée « Lutte pour tes droits : tous salariés ! », commentée par Anne Dufresne, comprend un argumentaire en faveur du salariat, une déconstruction des louanges de l’indépendance faites par les plateformes et une liste de revendications (l’octroi du statut de salarié⋅es ainsi que la protection sociale qui lui est liée mais aussi des droits numériques tels que la soumission des algorithmes de plateforme aux conventions collectives et à la surveillance syndicale).

7Ce premier numéro de la revue Salariat apporte une réponse claire à la problématique de départ : c’est se fourvoyer que de placer l’emploi en finalité de la lutte, même s’il faut évidemment soutenir les travailleur⋅euses de plateformes qui cherchent la requalification salariale plus protectrice que le paiement à la tâche. « Le chantage à l’emploi reste intrinsèque à l’institution de l’emploi » (p. 32). La revue ne se cache pas de chercher à convaincre que c’est dans la revendication d’un salaire à vie, communiste ou à la qualification personnelle, quel que soit le nom qu’on lui donne, que celles et ceux qui veulent émanciper le travail doivent s’engager.

Haut de page

Notes

1 L’Institut européen du salariat (IES) est un réseau de chercheur⋅euses en sciences sociales travaillant à l’analyse sociologique, politique, économique, historique et juridique du salariat depuis 2008.

2 « Des salaires pour ».

3 Zito Daniele, Robledo, Paris, Christian Bourgois, coll. « Littérature étrangère », 2019 [trad. de l’italien].

4 Tcherneva Pavlina R., La garantie d'emploi. L'arme sociale du Green New Deal, Paris, La Découverte, coll. « Économie politique », 2021 ; compte rendu de Céline Marty pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.49413.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Caudron, « « Droit à l’emploi, droit au salaire ? », Salariat. Revue de sciences sociales, n° 1, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 janvier 2023, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59532

Haut de page

Rédacteur

Alice Caudron

Doctorante en sociologie au Centre Pierre Naville (Université d’Évry Val-d’Essonne).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search