Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Laura Marzi, Raconter le care ? À...

Laura Marzi, Raconter le care ? À propos de L’homme ralenti de John M. Coetzee

Emma Glasser
Raconter le care ?
Laura Marzi, Raconter le care ? À propos de L'homme ralenti de John M. Coetzee, Lyon, ENS Éditions, coll. « Perspectives du care », 2022, 172 p., EAN : 9791036204890.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’utilisation des majuscules fait référence à l’intitulé exact de la thèse de Marzi : « “I’m not on (...)
  • 2 Unheimliche est un terme allemand composé de -heim, la maison, le chez soi, le confortable et de -u (...)

1Docteure en études de genre et littérature comparée, critique littéraire, écrivaine et traductrice, Laura Marzi est aussi la vice-présidente de la Société Italienne des Femmes de Lettres et une figure du féminisme italien en littérature. Son champ d’étude recouvre la discipline du care à laquelle elle consacre ses recherches, entre autres à partir du prisme du genre. Le masculin et le féminin, leurs limites et leurs fictions sont au cœur de son travail. Raconter le care est le déploiement de sa thèse sur « LA »1 personnage de la travailleuse domestique depuis le terrain littéraire du roman de John. M. Coetzee, L’homme ralenti. Ce récit « sur l’Unheimliche2 de la vulnérabilité » (p. 142) se loge au cœur d’une relation de care entre Paul et Marijana, deux individus aux antipodes de la hiérarchie sociale : l’un est un privilégié australien, l’autre est son aide-soignante croate immigrée. Leur relation fictive illustre nombre de relations existantes de care non ou mal reconnues selon l’autrice. C’est depuis ce constat que s’établit sa thèse : le care a besoin de la scène littéraire pour se rendre visible et s’exprimer, car il souffre d’un manque de reconnaissance politique, philosophique et morale pour au moins trois raisons explicitées dans le premier chapitre.

2D’abord, le care prône un idéal relationnel qui critique des concepts à haute teneur morale et politique : entre autres, l’autonomie totale et l’invulnérabilité qui représentent pour l’éthique du care des mythes occidentaux de récits utopiques de héros ou de dieux. À cela s’ajoute que le care ne s’occupe pas de constituer un principe ontologique général, mais plutôt un intérêt aux singularités empiriques, s’établissant comme l’altérité de la tradition philosophique occidentale préoccupée par l’ordre du général et du concept. Enfin, il est associé aux femmes. Pour les approches selon lesquelles la catégorie de la femme ne présente qu’une importance philosophique ou politique négligeable, le care se réduit alors à une « morale des bons sentiments » (p. 33), celle des femmes, mais également à un mépris du concret en général. Comme le rappelle Laura Marzi, la dénégation philosophique de la valeur de la réalité ordinaire coïncide avec la dénégation de la différence de genre et donc « de la valeur des femmes en général ». La femme fut, en raison de son genre, affublée d’une incapacité à penser au-delà de son existence incarnée et par ailleurs, chargée de s’occuper de ce qui avait le moins de valeur : le quotidien, le corps, les bons sentiments. Dès le mythe d’Er, Platon instaure l’idée qu’une âme qui, au cours de sa métempsychose, « tombe » dans un corps féminin, est destinée à l’infériorité, incapable de comprendre les idées philosophiques, ces dernières étant détachées du monde incarné. La femme est réduite et condamnée à son existence corporelle et à son incapacité d’appréhender des raisonnements abstraits. Le care étant la voie morale d’un travail accompli en général par les femmes, sa valeur est niée à son tour. Entendu que la littérature est un processus de reconnaissance, elle déclenche un raisonnement éthique qui déborde les cadres restreints de la réflexion philosophique en investissant, plutôt que des catégories d’idées abstraites, des scènes quotidiennes et ordinaires de personnages particuliers. Elle se caractérise alors par des procédés d’imagination et d’improvisation sans cesse rejoués, et jamais par une connaissance philosophico-scientifique établie. C’est pour cette raison que care et littérature, selon l’autrice, seraient deux perspectives interdépendantes : l’inadéquation de la seconde pour chercher une voie éthico-philosophique peut être conjurée par le recrutement du care comme l’un de ses sujets ; et l’inadéquation du premier comme paradigme féministe d’une morale de l’ordinaire peut se mettre au service de la littérature pour trouver ses lettres de noblesse. Il nous semble cependant que l’autrice exclut trop rapidement l’intérêt de l’instrument philosophique de l’analyse du care en concentrant ses arguments autour de l’idée selon laquelle la totalité de la tradition philosophique mépriserait le concret. Il s’agirait, selon nous, de d’abord définir ce concret : expérience, singularité, ordinarité, suppression de l’abstrait, particularité ? Cependant, même sans avoir défini ces termes, nous pouvons affirmer qu’il existe nombre de courants philosophiques portant un grand intérêt à l’expérience ordinaire et faisant même de cette dernière le fondement essentiel de la connaissance scientifique, éthique, politique ou philosophique (la phénoménologie, le pragmatisme, dans une certaine mesure l’idéalisme, etc.).

3Mais qu’est-ce que le care ? L’interrogation est menée dans le roman de Coetzee par Paul, personnage principal qui évolue entre la maladie, la vieillesse, la dépendance et qui offre au lecteur une définition. C’est un travail fourni en général par une femme, immigrée et pauvre (la care-giver), qui doit faire preuve de discrétion et d’intuition pour percevoir, sans bruit et sur le mode de l’invisible, les besoins cachés du care receiver dépendant d’elle. Autrement dit, une relation éthique de prise en charge par les femmes des maux ordinaires des autres. Ces femmes, assimilées à l’intimité de la maison et des maux de quelqu’un d’autre, sont dès lors condamnées à une pratique invisibilisante que la littérature pourrait aider à réhabiliter en les mettant au premier plan.

  • 3 Joan Tronto, Un monde vulnérable, Paris, La Découverte, 2009, p. 13.

4Selon Laura Marzi, le récit littéraire du care permettrait donc à la care-giver d’accomplir sur la scène littéraire un héroïsme de genre féminin qui échapperait aux réseaux de signification propres à l’héroïsme patriarcal. Ce concept original de l’autrice est l’objet du deuxième chapitre qui appelle à la nécessité de questionner la catégorie de l’ « héroïne » afin d’en cerner les postulats silencieux. L’héroïne féminine, tirée tout droit de l’univers(el) régi par la norme du masculin est porteuse d’une inégalité sémantique de genre entre le héros et l’héroïne. L’autrice propose une version inédite de cette catégorie d’héroïsme : l’héroïnisme incarné par les travailleuses du care. Cette nouvelle catégorie défie le héros masculin en plusieurs sens. D’abord, elle n’envoie pas ses protagonistes à la mort, mais les enjoint à « maintenir, perpétuer et réparer notre monde »3. Les travailleuses du care qui prennent soin de la vulnérabilité humaine font office de figures de rébellion à la mort. Ensuite, le care ne fonctionne jamais monologiquement, mais exclusivement à travers une relation de sujets dépendants, qui conteste sans équivoque l’autonomie absolue, tant physique qu’intellectuel et relationnel du héros masculin. Face à l’ontologie individualiste du héros se posent les ontologies relationnelles féministes de l’interdépendance. Marijana est une de ces héroïnes de genre : elle maintient Paul en soin afin de s’assurer une sécurité financière.

5Dans le troisième chapitre, Laura Marzi note que les personnages des histoires de Coetzee sont toujours pris au piège de relations de pouvoir qui les scindent entre dominés et dominants. Incapables d’agir autrement que ce que leur place sociale ordonne, les détenteurs du statut de privilégié sont victimes de conflits intérieurs à l’égard de leurs homologues discriminés. Paul est un de ces personnages typiques : coincé chez lui, au banc de toute relation sociale, issu d’une logique de subordination du pauvre au riche, de l’étranger à l’autochtone, et tenant aveugle du patriarcat, son personnage va pourtant évoluer, grâce à l’intrusion du protagoniste féminin Elisabeth Costello, qui prétend, sous la plume de Coetzee, être la narratrice de la vie de Paul. En rôle de personnage métafictionnel, Costello sollicite la conscience du lecteur face à la fiction et agit comme un « outil critique de dévoilement des schémas de comportement […] qui se jouent autour du care » (p. 78). À première vue peu préoccupé par les représentations machistes de Marijana par Paul, Coetzee semble nuancer ses positions en faisant intervenir, à la manière d’un écrivain drag performant le genre féminin, le personnage de Costello. Après la lecture de cette partie, le lecteur comprend davantage la thèse de Laura Marzi : le roman peut constituer un lieu d’affrontement d’idéologies (patriarcat ou féminisme) non pour en faire la propagande mais, afin d’établir, grâce à des personnages type, une matrice éthique relationnelle qui sollicite la conscience du lecteur quant aux structures de pouvoir établies. La relation de care est à la fois la mise en pratique et l’exemplification d’une relation éthique, destinée à l’invisible, mais investiguée par et grâce à l’outil littéraire.

6Laura Marzi consacre l’ultime partie de son ouvrage à la notion d’Unheimliche qui traduit l’intrusion de l’étranger dans le domestique, lieu gardé dans l’imaginaire symbolique du genre par les femmes. Souvent perçu par ces dernières comme lieu d’enfermement, l’étranger qui s’y insinue agit plutôt comme l’ouverture d’une brèche. Dans les récits de care, l’étranger qui entre dans la maison est la femme careworker, qui doit prendre soin du domestique de l’autre, mais aussi de sa vulnérabilité. La vulnérabilité, refoulée par les hommes, est la seconde Unheimliche après la figure de la femme, qui s’illustre dans L’homme ralenti par le moignon de Paul, qui le dégoûte et qu’il renie mais face auquel Marijana se doit de réagir positivement. On déplore dans cette partie la répétition de certaines notions déjà développées dans les parties précédentes et l’intérêt relatif de l’introduction d’une nouvelle notion après l’analyse du livre de Coetzee, censé constituer le terrain d’enquête de la thèse. Mais elle permet tout de même de faire le bilan de la symbolique de la care-giver : une femme, dont le genre angoisse dans le cadre patriarcal, mais aussi une étrangère en terrain domestique à la charge du déni masculin de la vulnérabilité fondé sur une croyance au mythe de l’invulnérabilité et de l’autonomie absolue.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation des majuscules fait référence à l’intitulé exact de la thèse de Marzi : « “I’m not only a casualty, I’m also a warrior” : LA personnage de la travailleuse domestique ».

2 Unheimliche est un terme allemand composé de -heim, la maison, le chez soi, le confortable et de -un, préfixe négatif qui en marque l’opposition. Il peut se traduire par étrange, inquiétant, effrayant. Terme très utilisé dans la littérature romantique allemande, nous en retiendrons surtout ici l’usage freudien. Freud signe en effet en 1919 l’ouvrage intitulé Das Unheimliche, traduit en français par L’inquiétante étrangeté, qui explore la dimension de l’inquiétant trouvant ses racines dans le familier.

3 Joan Tronto, Un monde vulnérable, Paris, La Découverte, 2009, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Glasser, « Laura Marzi, Raconter le care ? À propos de L’homme ralenti de John M. Coetzee », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2023, consulté le 20 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59568

Haut de page

Rédacteur

Emma Glasser

Étudiante en double master de Philosophie et d’Éthique à l’Université Libre de Bruxelles, je travaille sur l’œuvre de Kant et l’héritage de son système et de ses grands principes moraux dans les éthiques contemporaines (éthique du care, éthique féministe, éthique médicale et biomédicale, éthique narrative…).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search