Navigation – Plan du site

Xavier De la Vega (dir.), « Conflits au travail : de nouvelles mobilisations ? », Sciences Humaines, n°227, juin 2011

Elodie Santagiuliana
Conflits au travail : de nouvelles mobilisations ?
Xavier De la Vega (dir.), « Conflits au travail : de nouvelles mobilisations ? », Sciences Humaines, n°227, juin 2011, Sciences Humaines Editions.
Haut de page

Texte intégral

1Les rédacteurs du dossier de ce numéro de sciences humaines s’interrogent sur la persistance des conflits au travail ainsi que sur leur nature.

2Ils partent du constat de la forte mobilisation pour la sauvegarde de l’âge de départ à la retraite, pour montrer l’intérêt de se pencher sur les travaux qui traitent des nouvelles formes de conflictualité au travail, que les nouvelles méthodes de management ne suffisent pas à endiguer. Les ouvrages pessimistes sur l’avenir des mobilisations salariales sont pourtant nombreux : le déclin relatif de l’industrie, la personnalisation des carrières ou encore la fragmentation des unités de travail seraient à l’origine d’une destruction des solidarités entre employés.

  • 1  Charles Tilly et Sydney Tarrow, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Presses de s (...)
  • 2  Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pélisse, Le Croquant, (...)

3Face à ces conclusions opposées, la question de l’augmentation des conflits est mise de côté au profit de l’analyse de leur nature. Le lecteur est invité à distinguer différents types de conflits allant de la grève traditionnelle au recours aux prud’hommes, à l’instar de Charles Tilly1 ou des auteurs de La Lutte continue ?2 Il est rappelé que toutes les formes de conflits ne sont pas forcement visibles. La prise en compte de ces types de conflits et non uniquement des journées individuelles non travaillées mènent à relativiser la supposée baisse des conflits. Une courte entrevue du sociologue Ivan Sainsaulieu tempère toutefois cette conclusion en indiquant que les études statistiques menées par les auteurs de La Lutte continue ? ont été menées sur une période trop courte pour en déduire que les conflits au travail augmentent sur la longue durée.

4Le deuxième article revient sur les nouvelles formes d’organisation du travail et nous rappelle que deux thèses s’opposent quant à la permanence des conflits au travail. Dans un tableau, on nous propose un panorama des types d’attitudes adoptées selon le degré d’autonomie que le management accorde aux employés, leur opposition au management et leur degré d’engagement dans leur travail et il les illustre. Mais ces exemples peuvent laisser perplexes quant à la pertinence du tableau dressé : la figure du récalcitrant et du rebelle, tous deux classés dans la catégorie des employés ayant un engagement faible dans leur travail, sont respectivement représentées par des consultants pouvant travailler « 80 heures par semaine » et par un professeur ayant décidé de ne pas appliquer des directives qu’il jugeait nocives pour ses élèves !

5David Courpasson évoque ensuite le cas des cadres dans un entretien où il confirme que le néomanagement n’a pas détruit la conflictualité, au contraire.  Les cadres seraient plus enclins à agir qu’auparavant contre des méthodes qu’ils jugent inefficaces ou contraires à leurs valeurs. Les méthodes de travail dont ils s’inspirent pour protester confèrent à leurs actions des formes inédites, comme l’atteste le récent usage de blogs chez Generali pour résister contre l’instauration d’un nouveau contrat de travail.

  • 3  Alain Touraine, Michel Wieviorka, François Dubet, Fayard, 1984

6Le troisième article revient sur l’évolution quantitative puis qualitative des conflits au travail. Bien que les employés aient moins recours à la grève qu’auparavant, le maître de conférences David Mélo nous explique que la conflictualité au travail n’a pas diminuée en raison d’un sentiment d’injustice croissant. Celui-ci serait provoqué par le manque de reconnaissance des managers envers leurs subordonnés, par la pression dont ils font l’objet ou encore par les menaces de licenciement. L’auteur de l’article passe en revue les caractéristiques des conflits contemporains : les syndicats étant accusés de chercher le consensus ou d’être trop politisés, les employés ont tendance à s’organiser sans eux ; la tentation du recours à la violence grandit ; la pratique du sabotage perdure, même si celle-ci est moins visible qu’auparavant ; les protestations se déroulent le plus souvent à l’échelle individuelle ; les salariés défendent des intérêts de plus en plus sectoriels. Les témoignages recueillis nous conduisent à la conclusion que ces conflits ne sont pas menés contre un adversaire identifié. Il s’agirait tour à tour de protestations contre les managers, contre l’argent ou encore contre les « technocrates de Bruxelles». Ces tendances souffrent des exceptions, mais David Mélo en vient néanmoins au même diagnostique qu’avait dressé Alain Touraine3: le mouvement ouvrier n’existe plus en tant que mouvement sachant se définir, se positionnant par rapport à un adversaire et étant porté par un projet de société alternatif.

  • 4  Paul Bouffartigue « Précarités professionnelles et action collective », Travail et Emploi [En lign (...)

7Un dernier encart traite d’un conflit récent inédit : celui de la grève des sans papiers. Il relativise la démobilisation des employés précaires qu’avait constatée Paul Bouffartigue4.

8L’ensemble de ces articles constitue une bonne entrée en matière pour aborder le thème des confits au travail. Quelques aspects supplémentaires auraient pu être traités comme l’influence des nouveaux mouvements sociaux sur les conflits au travail ou encore celle des médias qui incite certains salariés à avoir recours à des actions spectaculaires. Plus généralement, on peut regretter que le dossier ne soit pas plus épais. Pour approfondir le sujet, on pourra se référer aux ouvrages recommandés par la rédaction.

Haut de page

Notes

1  Charles Tilly et Sydney Tarrow, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Presses de sciences po, 2008

2  Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pélisse, Le Croquant, 2008

3  Alain Touraine, Michel Wieviorka, François Dubet, Fayard, 1984

4  Paul Bouffartigue « Précarités professionnelles et action collective », Travail et Emploi [En ligne], 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Santagiuliana, « Xavier De la Vega (dir.), « Conflits au travail : de nouvelles mobilisations ? », Sciences Humaines, n°227, juin 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 03 juillet 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5959

Haut de page

Rédacteur

Elodie Santagiuliana

Etudiante en licence d'économie et de sociologie à Toulouse le Mirail

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page