Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Sarra Chaïeb, À l’épreuve du plac...

Sarra Chaïeb, À l’épreuve du placement. Des expériences minoritaires en protection de l’enfance

Filipina Salomon
À l'épreuve du placement
Sarra Chaïeb, À l'épreuve du placement. Des expériences minoritaires en protection de l'enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2022, 220 p., ISBN : 978-2-7535-8645-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le religieux est compris ici dans son aspect dynamique : il englobe la dimension institutionnelle m (...)
  • 2 Le critère de la marginalité réside dans le choix des personnes placées, issues des migrations.

1Comment se construisent les enfants issus des migrations qui ont grandi placés dans une institution de protection de l’enfance ? Quelle place donne-t-on à l’expérience migratoire de ces jeunes ? Comment et avec quels référents ces jeunes forgent-ils leur identité ? Dans son ouvrage, issu de sa thèse de doctorat et publié avec le soutien de l’Observatoire national de la Protection de l’Enfance (ONPE), Sarra Chaïeb propose de réfléchir sur ces questions à travers un prisme spécifique, au carrefour de deux champs de recherche : d’une part la protection de l’enfance, avec une dimension historique focalisée sur le placement institutionnel, d’autre part les études sur les migrations et relations interethniques, avec une attention particulière portée à l’aspect religieux. L’auteure cherche ainsi à saisir comment les mobilisations du religieux1 peuvent influer sur la construction identitaire des jeunes placés. Résulte de ce croisement un regard nouveau, qui permet de mieux comprendre « le cœur » de la protection de l’enfance en retraçant son histoire « à partir de ses populations marginales » (p. 13)2. Le terrain de recherche de l’auteure se compose de deux associations qui marquent historiquement le paysage de la protection de l’enfance en France : l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE) et les Apprentis d’Auteuil. Bien qu’elles soient chacune d’origine confessionnelle, les pouvoirs publics français leur ont accordé une légitimité remarquable.

2Le lecteur est guidé à travers les trois parties, chacune se terminant par une conclusion. La première traite du paysage historique de la protection de l’enfance dans son rapport au religieux et aux minorités ; la seconde aborde la question de la construction identitaire dans le contexte de placement en protection de l’enfance. La troisième partie explore comment la dimension religieuse est mobilisée autant à l’échelle des institutions que des individus. Les choix méthodologiques témoignent d’une démarche réfléchie et rigoureuse : l’auteure souhaite nous faire accéder à une multiplicité de points de vue et d’échelles (p. 15). Elle croise l’analyse des archives (saisir les fondements de la dimension religieuse de chacune des associations) avec les observations in situ (saisir comment le religieux est mobilisé au quotidien), pour donner ensuite la place aux entretiens biographiques avec les personnes anciennement placées, puis les entretiens avec les professionnels et directeurs d’établissements anciens et actuels. L’enjeu est alors de « permettre au temps de s’étirer et de se dire » (p. 19), en travaillant avec les différentes temporalités.

  • 3 Deux penseurs ont largement influencé ces tendances : Bénédict-August Morel, qui développe la théor (...)

3La première partie passe en revue l’histoire institutionnelle de la protection de l’enfance, en abordant plus spécifiquement les migrations d’enfants. L’auteure montre comment les enfants se retrouvent – au fil de l’histoire – impliqués malgré eux dans les enjeux de pouvoir et de hiérarchisation. En témoignent les catégories utilisées par les pouvoirs publics pour les repérer, classer, administrer ou déplacer. L’histoire de la protection de l’enfance est ainsi une histoire de frontières : les enfants « indigènes » et les enfants français, les enfants assimilables et non assimilables, les enfants dangereux ou en danger, ces frontières étant « en constante évolution » (p. 31) au fil des époques et des discours dominants. À la fin du XIXe siècle, l’idée de « régénérescence » prédomine dans les discours et dans les pratiques : il faut alors extraire l’enfant de sa famille considérée nocive et transformer les mauvaises habitudes en celles qui sont bénéfiques, ce qui passe par une conception hygiéniste du social3. Dans les colonies, les administrations séparent durablement les enfants indigènes ou métis de leurs familles, perçues comme défaillantes, « pour les faire entrer dans le large système intégrateur républicain » (p. 41).

4Par la suite, l’auteure aborde la question de gestion de ces populations enfantines étrangères au sein des associations. L’OSE prend d’abord en charge les enfants rescapés de la Shoah, puis les populations juives d’Afrique du Nord, différentes de celles des Ashkénazes européens. Quant aux Apprentis d’Auteuil, l’association a accueilli les jeunes provenant d’ancienne Indochine, avant de recevoir d’autres enfants issus des migrations plus récentes. L’OSE ouvre son accueil aux enfants non juifs en 1990 ; les Apprentis d’Auteuil notent dans leur nouveau projet éducatif en 1975 que l’accueil n’est plus réservé aux enfants catholiques, mais ouvert à toutes les confessions. Ainsi, les deux associations, dont le fondement et le rattachement sont religieux, parviennent à « conserver leur dimension confessionnelle tout en s’inscrivant dans le contexte républicain marqué par une frilosité à l’égard du religieux » (p. 81).

  • 4 Erwing Goffman définit le stigmate comme un attribut dévalorisant, corporel ou non. Le stigmate se (...)

5La deuxième partie revient sur la notion d’identité et sur le processus de construction biographique. Les parcours des personnes interrogées sont caractérisés par des contextes souvent difficiles de migration et de précarité, les conflits et/ou les négligences an sein de leur famille. Certaines parmi elles ont été marquées par « l’épreuve des différences » (p. 106), lorsque les jeunes ont ressenti un stigmate par rapport à leur différence physique, ce discrédit se rajoutant à celui du fait d’être un enfant placé4. Sarra Chaïeb explique ici comment, dans le contexte spécifique de la protection de l’enfance, les jeunes peuvent être assignés à une origine supposée, en faisant « l’objet d’un rappel régulier au lien familial dans lequel les jeunes placés ne se retrouvent pas forcément » (p. 108). Le milieu de placement est ainsi un lieu d’assignations et d’imputations aux origines ethniques et religieuses qui crée ou qui renforce le sentiment d’être différent. Par ailleurs, le lecteur retrouve dans cette partie un apport notable de l’ouvrage : le lieu de placement peut s’avérer un lieu de création et de maintien des liens, un lieu de « transmissions plurielles » (p. 137). Dans cette optique, un enfant grandissant au sein de l’association trouve une pluralité des références qui s’ajoutent à celles connues avant, au sein de sa famille d’origine. C’est aussi dans le quotidien, les repas, les moments plus ou moins festifs qui sont vécus avec d’autres enfants et avec les éducateurs où se joue la construction identitaire. L’auteure rappelle ainsi que « les liens construits en placement sont parfois ressentis comme des liens familiaux. » (p. 150).

  • 5 Fine Agnès, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994.

6Dans la troisième et dernière partie, l’auteure se positionne en rupture avec les approches qui abordent le religieux dans le contexte d’intervention socio-éducative comme un sujet « à problèmes ». Plutôt que d’étudier les difficultés que les travailleurs sociaux rencontrent face aux manifestations du religieux, elle cherche à décrire comment le religieux est mobilisé, autant par les professionnels que par les jeunes, comment il fait sens et comment il sert d’appui à la relation. C’est par cet aspect religieux que les deux associations étudiées sont spécifiques, « tant à l’égard des institutions publiques que des effets sur les jeunes accueillis. » (p. 168). Les professionnels et personnes anciennement placées interrogées soulignent l’importance de l’engagement personnel et d’un « don de soi » de la part des éducateurs (p. 163). Tout se passe comme si l’inscription religieuse autorisait les relations plus chaleureuses entre adultes et jeunes au sein de l’association. Penser les croisements du religieux et de l’affectif dans le contexte de placement permet aussi de revenir sur certaines expressions utilisées par les personnes interrogées : elles évoquent, une « communauté », une « famille », un « clan », un « esprit de famille » (p. 182-183). L’auteure parle des « territoires du commun » (p. 182) ou des « ancrages mobiles » (p. 185), dans lesquels la religion tient une place importante. Quelque peu à contrecourant des approches éducatives qui se focalisent d’abord sur la « bonne distance » (p. 199), les éducateurs et chefs d’établissements insistent sur les « liens d’amour » (p. 200) comme une base de la relation éducative. Ces liens deviennent parfois des « parentés spirituelles » (l’auteure se réfère ici à l’ouvrage d’Agnès Fine sur le parrainage spirituel catholique5). On utilise parfois, au sein des établissements, les termes de référence et d’adresse liées à la parenté tels que « papa », « maman », « parrain », « marraine », ou encore « mon fils » (p. 201-202).

  • 6 Nous nous référons ici au titre de l’ouvrage de Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui – la (...)

7Autant chez l’OSE que chez les Apprentis d’Auteuil, le religieux est mobilisé à certains moments et dans certains contextes, avec des frontières plutôt floues : « Tantôt support d’identification au lieu de placement ou utilisé stratégiquement, tantôt vécu comme une forme de réinvestissement du lien familial ou comme une manière de s’inscrire dans une filiation collective, le religieux et ses contours sont mouvants » (p. 213). Alors que les enfants accueillis sont parfois issus d’une autre tradition religieuse que celle de l’inscription confessionnelle de l’association, le religieux s’avère un support identitaire puissant, leur permettant de tisser avec ces différentes références. Boris, l’un des anciens enfants placés, se définit ainsi : « Juif de cœur à 2 000 % mais pas de religion ». Ahmed affirme quant à lui : « J’ai le cerveau d’un Juif, le cœur d’un catholique et le corps d’un musulman, c’est aussi simple que ça » (p. 218). L’ouvrage se termine par une ouverture qui se veut porteuse d’espoir : l’auteure propose de penser le placement institutionnel comme un lieu de construction des identités et pas seulement comme lieu de rupture. Elle évoque aussi l’aspect territorial du sentiment d’appartenance qui pourrait être davantage développé dans d’autres recherches. Il conviendrait alors de mieux prendre en compte « la force du quotidien »6, pour qu’elle devienne une véritable source d’épanouissement des enfants et jeunes protégés.

Haut de page

Notes

1 Le religieux est compris ici dans son aspect dynamique : il englobe la dimension institutionnelle mais aussi individuelle, celle liée aux pratiques et expériences.

2 Le critère de la marginalité réside dans le choix des personnes placées, issues des migrations.

3 Deux penseurs ont largement influencé ces tendances : Bénédict-August Morel, qui développe la théorie selon laquelle les « vices » des générations précédentes s’accumulent dans le corps de l’enfant (p. 34), et Jean Baptiste Lamarck, naturaliste français du XVIIIe siècle qui a donné inspiration au néo-lamarckisme à la fin du XIXe siècle. Selon cette idée, l’influence néfaste du milieu dans lequel évolue un enfant se transmet par l’hérédité (ibid.).

4 Erwing Goffman définit le stigmate comme un attribut dévalorisant, corporel ou non. Le stigmate se définit dans le regard d’autrui cf. Corinne Rostaing, « Stigmate », in Serge Paugam (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 100.

5 Fine Agnès, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994.

6 Nous nous référons ici au titre de l’ouvrage de Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui – la force du quotidien, Paris, Rue d’Ulm, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filipina Salomon, « Sarra Chaïeb, À l’épreuve du placement. Des expériences minoritaires en protection de l’enfance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59634

Haut de page

Rédacteur

Filipina Salomon

Doctorante en sciences de l’éducation et de la formation au Centre de recherches en éducation et formation à l’Université Paris Nanterre, formatrice en travail social.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search