Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Joachim Benet Rivière, Séverine D...

Joachim Benet Rivière, Séverine Depoilly (dir.), Inégalité de genre dans l’enseignement et la formation professionnels

Denis Lebot
Inégalité de genre dans l'enseignement et la formation professionnels
Joachim Benet Rivière, Séverine Depoilly (dir.), Inégalité de genre dans l'enseignement et la formation professionnels, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2022, 256 p., ISBN : 978-2-7574-3562-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Moreau, « Apprentissage : une singulière métamorphose », Formation emploi, n° 101, 2008, p.  (...)
  • 2 Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, P (...)

1Les études consacrées à l’enseignement professionnel ont longtemps été le parent pauvre de la sociologie de l’éducation. Ainsi, Gilles Moreau notait en 2008 que depuis les années 1960, dans l’ensemble des thèses « consacrées à la formation et l’éducation, moins de 5 % concern[aient] le lycée professionnel1 ». D’autre part, comme le soulignait également Ugo Palheta en 2012 il semblerait « que cet ordre d’enseignement [ne soit] justiciable du regard sociologique que dans la mesure où les jeunes qui le fréquentent font “problème”, au sens des “problèmes sociaux” constitués comme tels par l’action conjointe des pouvoirs publics et des grands médias2 ». Cette marginalité des études sur l’enseignement professionnel est, par ailleurs, redoublée lorsqu’il s’agit d’analyser ce champ de recherche sous le prisme du genre. Dans ces conditions, l’ouvrage collectif dirigé par Joachim Benet Rivière et Séverine Depoilly apparaît comme une entreprise importante pour penser la spécificité des analyses en termes de genre au sein de l’enseignement professionnel comme pour esquisser des perspectives de recherches futures.

  • 3 MEN-DEPP, « Filles et garçons sur le chemin de l’égalité », Repères et références statistiques, 202 (...)

2L’ouvrage ambitionne de ne pas « s’inscrire dans une pensée déterministe » (p. 223). En s’attachant à analyser « les minoritaires de genre » au sein de filières professionnelles « masculines » et en spécifiant certaines pratiques de résistances ou d’indocilité face aux injonctions des normes de genre, cette perspective sociologique fait la part belle à une vision non figée de la domination subie par les femmes. Les auteur·es suggèrent ainsi qu’il existe du « jeu dans la domination » (p. 26). Pour autant, les faits sont têtus : être construite et socialisée dans le genre féminin surdétermine les chances de suivre les formations professionnelles dites « féminines » et donc dominées. Ainsi, et s’il est établi de longue date que les filles réussissent plutôt mieux leur scolarité que les garçons3, elles s’orientent encore aujourd’hui vers les filières les moins rentables. Ce constat est par ailleurs exacerbé dans l’enseignement professionnel : elles y obtiennent ainsi davantage leur diplôme du baccalauréat, mais leur insertion professionnelle est plus laborieuse que celle de leurs homologues masculins.

3Cette question d’une reproduction de l’ordre du genre fait l’objet de la première partie de l’ouvrage. Les auteur·es y analysent à la fois les questions de l’orientation post-bac des bachelières professionnelles par rapport à leurs camarades masculins (Claire Lemêtre et Sophie Orange), celle de la forte différenciation de l’insertion professionnelle selon les filières « masculines » ou « féminines » (Fabienne Maillard) et, enfin, celle de la naturalisation de l’incorporation de compétences professionnelles – c’est-à-dire la valorisation par l’institution scolaire des qualités assignées à un genre telles que l’apparence physique ou la patience pour les filles – et leurs variations en fonction des domaines professionnels (habillement, coiffure, accompagnement au soin et services à la personne) (Nicolas Divert et Fanny Renard).

4La deuxième partie de l’ouvrage poursuit l’idée du lien entre naturalisation des attributs féminins et formations professionnelles « féminines » en mettant au jour un paradoxe dans l’accession à ces formations. Ces dernières favorisent en effet l’indépendance des femmes tout en les enfermant dans des univers spécifiquement liés à leur genre naturalisé. Le détour historique stimulant entrepris par Sandrine Roll dévoile ainsi la vocation ambigüe des écoles ménagères du début du XXe siècle entre émancipation des femmes et assignation à un rôle social. Dans une autre perspective, les études dans le domaine médical – chez les cadres de santé et les infirmières – montrent le manque de réflexivité face aux questions relatives au genre dont font preuve ces professionnels du soin qui tantôt nient la question de l’égalité entre les sexes dans leurs dispositifs de formation (Sophie Divay), tantôt arborent une conception féminine du métier d’infirmier·ère·s (Alice Lermusiaux).

5La troisième partie de l’ouvrage aborde d’abord la place des femmes dans les filières informatiques de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (Isabelle Collet et Chantal Morley). On découvre alors la triple difficulté à laquelle celles-ci sont confrontées dans un contexte majoritairement masculin : tout d’abord, la question du respect et des comportements « visant à mettre les femmes mal à l’aise » (p. 174) qui surgissent dans ce contexte ; ensuite, celle de la persistance d’un sexisme vécu dans l’école et lors des moments de stage ; enfin, celle de l’intégration qui apparaît comme un effort à faire de leur part puisqu’elles se trouvent, à l’inverse des hommes, face au dilemme de rester elles-mêmes ou de « se changer » pour s’adapter aux normes plutôt masculines en vigueur. La comparaison à laquelle se livrent Sylvie Rey, Ophélie Guélat et Morgane Kuchni entre minoritaires hommes et femmes dans quatre filières de l’enseignement professionnel supérieur helvétique a une forte valeur heuristique. Ainsi, on s’aperçoit que les difficultés des hommes et des femmes placé·e·s en situation de minorité sont loin d’être équivalentes : alors que les hommes minoritaires ont l’avantage d’être recherchés et ont une insertion facilitée dans des secteurs en pénurie de main-d’œuvre, tels que celui de la santé, les femmes doivent développer des stratégies pour « adopter les codes de la profession et/ou de la masculinité [afin de] s’intégrer dans les institutions » (p. 156). Hommes et femmes n’anticipent donc pas de la même manière ces assignations : les femmes se préparent très tôt dans leur formation à adopter des comportements masculinisant, alors que les hommes découvrent « sur le tard » que leur identité de genre est vectrice de contraintes subies – par exemple lorsqu’ils sont « écartés de certaines tâches de soins » (p. 159) dans le secteur de la santé. Enfin, s’agissant de la poursuite de leur carrière, on remarque que « si les hommes [minoritaires] imaginent sans problème un parcours ascendant […], les femmes [minoritaires] sont plus nombreuses à restreindre leurs ambitions » (p. 167).

6La quatrième partie est certainement celle qui sied le mieux au projet des auteur·e·s de dévoiler « le jeu dans la domination ». Ainsi, à l’inverse des analyses d’inspiration bourdieusienne qui voudraient que les filles soient les « artisanes » de leur propre domination à travers l’intériorisation de dispositions à la docilité, Prisca Kergoat tend à montrer qu’elles « déploient des pratiques d’indocilité ». À travers une enquête collective sur des lycéennes préparant un CAP ou un baccalauréat professionnel d’esthétique ou de coiffure, l’auteure montre qu’il existe une dichotomie dans l’adoption des modèles de féminité au sein de l’entreprise ou du lycée. Alors qu’elles adoptent, avec une distance critique, les injonctions fortes à la féminité dans la présentation de soi en entreprise, « à l’école, elles renouent avec une féminité populaire et juvénile » (p. 198), se confrontant alors aux équipes éducatives. Ces observations tendent à montrer qu’au-delà de la prétendue docilité intériorisée des filles de classes populaires, il apparaît qu’elles ont surtout « plus de facilité […] pour ruser avec les attentes de l’institution scolaire » (p. 202) comme avec celles de leur entreprise. Nadia Lamamra achève l’ouvrage en poursuivant l’idée de résistances aux normes de genre imposées. La question des inégalités est ici étudiée à travers la socialisation professionnelle des garçons dans les secteurs de la production et de la construction et celle des filles dans le secteur professionnel des services. L’apprentissage « par corps » se fait ici de manière distincte avec, pour les garçons, un apprentissage de la résistance, de la force physique et d’un accommodement revendiqué avec une souffrance devant être minimisée. Le corps féminin, quant à lui, doit être forgé à la pénibilité toute en restant « relativement » séduisant. Pour autant, cela ne signifie pas que la résistance aux normes ne s’incarne pas dans les pratiques des agents, même si chacune et chacun n’élabore pas nécessairement les mêmes stratégies. Ceux et celles qui jouent le jeu en mettant en place une « virilité défensive » ou une « stratégie de muliérité » (c’est-à-dire « une forme d’hyper-adaptation au monde du travail, une “sursocialisation” ») se distinguent alors de ceux et celles qui se conforment afin de renverser les rapports sociaux en tentant de « gagner » une position dominante dans le système de classe ou de race. Ces résistances « dans le jeu » ne doivent pour autant pas faire oublier que certains ou certaines sortent du jeu en adoptant des stratégies de changement de filière ou en arrêtant leur formation.

7Finalement, l’ouvrage tient ses promesses en proposant une actualisation documentée sur la double question de l’appartenance de classe et de genre dans nombre de domaines de la formation professionnelle. Le double regard franco-suisse permet de percevoir les spécificités des systèmes de formation dans ces deux pays, mais également de souligner ce que les inégalités de genre ont de similaire de part et d’autre. L’analyse des résistances à la domination est l’apport le plus fécond de l’ouvrage. Il permet de dépasser la question de l’intériorisation de la domination, notamment chez les filles de milieux populaires. On peut néanmoins regretter l’absence de regard sur les appartenances ethnoraciales qui aurait permis d’enrichir les perspectives de recherches futures sur le genre dans la sociologie de la formation et de l’enseignement professionnels.

Haut de page

Notes

1 Gilles Moreau, « Apprentissage : une singulière métamorphose », Formation emploi, n° 101, 2008, p. 119-133.

2 Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012, p. 2.

3 MEN-DEPP, « Filles et garçons sur le chemin de l’égalité », Repères et références statistiques, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Lebot, « Joachim Benet Rivière, Séverine Depoilly (dir.), Inégalité de genre dans l’enseignement et la formation professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59639

Haut de page

Rédacteur

Denis Lebot

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales en lycée, chargé d’enseignement au département de sociologie de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, formateur à la préparation de l’agrégation interne de SES.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search