Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Abdelfettah Benchenna et Dominiqu...

Abdelfettah Benchenna et Dominique Marchetti (dir.), La culture et ses dépendances. Les productions culturelles et leurs circulations au Maghreb et au Moyen Orient

Jean-David Richaud
La culture et ses dépendances
Abdelfettah Benchenna, Dominique Marchetti (dir.), La culture et ses dépendances. Les productions culturelles et leurs circulations au Maghreb et au Moyen-Orient, Beyrouth, Presses de l'Ifpo, coll. « Contemporain publications », 2022, 280 p., ISBN : 978-2-35159-783-5.
Haut de page

Texte intégral

1La coupe du monde de football au Qatar en décembre 2022 a contribué à remettre l’espace arabe au cœur de l’actualité politique, économique et sociétale. Abdelfettah Benchenna et Dominique Marchetti y concourent également en coordonnant un ouvrage collectif sur les productions culturelles au Moyen Orient et au Maghreb, fruit des travaux d’un séminaire et d’une série de manifestations scientifiques soutenues par le LabEx « Industries culturelles & créations artistiques ». Composé de dix contributions, l’ouvrage rassemble des chercheurs aux profils variés tant du point de vue des nationalités que de l’expérience ou des institutions universitaires de rattachement. Les chapitres sont distribués en trois parties thématiques : une partie sur le caractère politique des productions culturelles ; une seconde sur leur circulation ; une dernière qui traite des rapports de domination qui s’expriment dans ces productions.

2La première partie est constituée de trois contributions. Tout d’abord Bachir Benaziz s’intéresse à deux figures de la presse égyptienne dans la seconde moitié du XXe siècle : Mohammad Hassanein Heikal (1923-2016) et Ibrahim Eissa (né en 1966). L’étude de ces deux personnalités, outre qu’elle révèle l’évolution du journalisme depuis le journalisme nationalisé sous Nasser jusqu’à la renaissance de la presse privée mais fortement politisée sous Moubarak et de nos jours, met en lumière deux figures du journaliste : celle du « journaliste-conseiller du prince » et celle du « journaliste-justicier ». Ainsi Heikal, grande figure du journalisme égyptien, soutient le régime instauré par les officiers libres lors de leur prise du pouvoir en 1954, et devient le conseiller de Nasser, dont il défend la politique à travers le journal Al-Ahram. À l’inverse, Ibrahim Eissa fut longtemps une figure contestatrice du pouvoir de Hosni Moubarak à travers ses articles de presse puis les journaux qu’il parvint à diffuser pendant quelques années avant de subir la censure. Il y dénonçait les injustices d’un régime corrompu qui empêchait le pays de se développer. Dans une seconde contribution, Sarah El-Richani décrit le paysage médiatique libanais, qui présente la particularité d’être le plus libre de la région, mais aussi d’être fortement politisé. Cela s’explique par le fait que les médias libanais ne peuvent se financer seulement par les abonnements et la publicité, en raison de l’étroitesse du marché local et du nombre important d’acteurs. Le besoin de financements extérieurs, notamment de partis politiques ou de communautés confessionnelles, accentue le phénomène communautariste sur lequel s’est construit le Liban moderne. Cette liberté des médias est aussi un miroir de la faiblesse du pouvoir libanais, tiraillé entre les différentes communautés et incapable d’imposer une règlementation ou de faire émerger un audiovisuel public. Enfin, Asmaa Azizi étudie la place de plus en plus réduite de la langue française dans l’espace médiatique tunisien. Cela s’explique tout d’abord par un public qui tend à se restreindre, avec la diminution du nombre de Tunisiens francophones. Les médias francophones peinent par ailleurs à proposer une programmation originale et de qualité, du fait de moyens financiers limités et en diminution constante. Le français se voit par ailleurs concurrencé par l’arabe comme langue de média avec le développement des chaînes panarabes comme Al-Jazeera et par l’anglais comme langue d’opportunité professionnelle.

3La seconde partie s’ouvre sur l’étude de deux maisons d’édition de textes iraniens dans le monde occidental qui cherchent à mettre en avant une littérature iranienne souvent écrite en persan ou en anglais par des écrivains en exil : la maison Naakojaa à Paris et Candle & Fog à Londres. Ces deux acteurs illustrent la formation d’une littérature iranienne en exil qui se développe au sein de la diaspora iranienne malgré l’opposition du régime de Téhéran. Le caractère relativement confidentiel de cette littérature et la séparation avec les Iraniens restés sur place sont néanmoins des faiblesses pour cette littérature iranienne de l’étranger. Némésis Srour revient quant à elle sur l’histoire de la circulation des films hindi dans le monde arabe et met en lumière les circuits officiels et informels de diffusion de ces films, qui ont connu une forte popularité dans le monde arabe. Cette circulation fut d’abord encouragée par les accords égyptiano-indien dans les années 1950 et 1960. Puis, alors que l’Égypte se fermait aux productions étrangères dans les années 1970 pour protéger la production nationale, les commerçants indiens se sont appuyés sur les relais traditionnels en Iran et au Liban pour écouler une production fortement populaire à partir des années 1980. Dans le troisième chapitre de cette partie, Océan Sailly brosse l’évolution de la diplomatie culturelle de la France dans les pays du Golfe entre 1960 et 2017, qui fut le fer de lance de la politique de coopération dans la région. Cette coopération a beaucoup varié selon les régions et les moyens mis en place par la France. Elle a été rendue difficile par une faible francophilie dans la région, mais a été relancée depuis une vingtaine d’année par des projets de recherche archéologiques comme celui du site d’al-‘Ula, qui est devenu un argument touristique pour l’Arabie Saoudite.

4La troisième partie commence par la contribution de Stefano Barone qui s’intéresse à la scène électro underground tunisienne. Celle-ci s’est construite à la fois à partir de la scène électro mainplace (les scènes des discothèques touristiques) et contre cette dernière. Cette scène électro locale, indépendante des lieux fréquentés par les touristes ou les Tunisiens aisés, est d’autant plus intéressante qu’elle était inexistante jusque dans les années 2000 ; elle a en outre permis la naissance de lieux de contre-culture comme la discothèque « le Plug » ou le festivale des Dunes électroniques. Sbeih Sbeih étudie quant à lui la production littéraire palestinienne en Palestine, suite aux accords d’Oslo. Il montre comment la littérature palestinienne d’écrivains installés à Ramallah abandonne les thématiques de la lutte contre l’occupation israélienne, qui marquait la littérature des auteurs exilés, pour mettre en avant la désillusion face à un territoire qui a profondément changé et une autorité politique palestinienne corrompue. Il conclut en soulignant la volonté nouvelle d’une partie des écrivains de sortir d’une littérature politique pour privilégier les questions esthétiques. La production palestinienne fait également l’objet de l’étude de Sadia Agsous-Bienstein qui s’intéresse à la presse arabophone sous le contrôle britannique puis israélien. Alors que le Proche-Orient, et notamment le Liban, était un des foyers de naissance de la presse arabe au XIXe siècle, les villes palestiniennes de Haïfa, Jérusalem ou Ramallah n’ont connu que tardivement la naissance de journaux arabophones. La naissance de cette presse est à mettre en relation avec le développement du nationalisme arabe. Entre 1948 et les années 1970, le fort contrôle d’Israël et le régime militaire exceptionnel ont empêché la naissance de titres arabes qui ne soient pas le versant arabophone de journaux israéliens. L’auteur note par ailleurs le départ d’une grande partie de l’intelligentsia palestinienne suite à la guerre de 1948. Ce sont les années 1970 qui ont marqué la renaissance de titres palestiniens. Enfin, Angela Jansen revient sur la question de la mode au Maroc et sur le rapport que les professionnels du milieu entretiennent avec leur patrimoine et la production contemporaine. Celui-ci est marqué par une grille de lecture héritée du Protectorat français. En effet, le monde de la mode au Maroc reprend une dichotomie remontant aux études ethnographiques coloniales qui opposait un style traditionnel marocain, invariable et millénaire à une mode issue des standards européens et mouvante. Cette reprise, renforcée par un discours nationaliste mettant en valeur le patrimoine culturel marocain trouve une expression dans le musée des Oudéyas de Rabat qui doit être rebaptisé « Cité internationale du caftan ». L’auteure évoque néanmoins des créateurs et surtout des créatrices de mode qui ont cherché à réinventer des habits jugés traditionnels, comme la jellaba, en introduisant dans des tenues traditionnelles des concepts modernes et européens de conforts ou de légèreté.

5La volonté des coordonnateurs de l’ouvrage était de rassembler des contributions montrant des recherches en cours ou des sujets peu traités. L’objectif affirmé de défricher un terrain encore largement inexploré explique en partie les principales faiblesses du volume, à savoir des contributions qui détaillent assez peu l’objet de leur étude ou qui survolent rapidement des thématiques relativement larges. Mais si l’on a souvent l’impression que l’ouvrage ne va pas assez loin dans son étude ou dans les questions soulevées, on doit reconnaître la variété et la richesse potentielle des sujets évoqués. On doit par ailleurs souligner que les enquêtes de terrain permettent à plusieurs reprises de montrer des groupes ou des champs extrêmement minoritaires comme ceux de la littérature palestinienne ou de la scène électro tunisienne. En cela, l’ouvrage montre pleinement le large spectre des études aussi bien historique que sociologique ou économique sur la question des productions et des échanges culturels au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud, « Abdelfettah Benchenna et Dominique Marchetti (dir.), La culture et ses dépendances. Les productions culturelles et leurs circulations au Maghreb et au Moyen Orient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59666

Haut de page

Rédacteur

Jean-David Richaud

Professeur des lycées professionnels en lettres-histoire. Doctorant en histoire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search