Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Olivier Martin, Chiffre

Olivier Martin, Chiffre

Claire Federspiel
Chiffre
Olivier Martin, Chiffre, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2023, 96 p., ISBN : 9778-2-38191-054-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Martin Olivier, L’empire des chiffres. Une sociologie de la quantification, Malakoff, Armand C (...)

1Classements, déficit public, taux de réussite au baccalauréat, vitesse limite sur les routes, évaluation du rythme cardiaque, pluviométrie, temps de travail, nombre de calories consommées… Toutes ces notions que nous rencontrons au quotidien ont en commun qu’elles s’expriment par des chiffres. « Les chiffres sont solidement installés dans nos sociétés », constate le sociologie et statisticien Olivier Martin (p. 6). Ils sont si bien installés qu’on ne les discute parfois presque plus. « Les chiffres finissent par faire loi, sans que nous nous souvenions bien pourquoi et comment ils sont là. Faisant partie du “décor”, ils semblent si naturels et si évidents qu’on ne les questionne plus » (p. 79). Après avoir analysé L’empire des chiffres1 en 2020, Olivier Martin appelle donc à se saisir des chiffres et à interroger leur signification, avec son nouvel ouvrage Chiffre. Ce dernier s’inscrit dans la collection « Le mot est faible » d’Anamosa, dont l’ambition est de « s’emparer d’un mot […] pour le rendre à ce qu’il veut dire » (couverture).

2Sur la forme, l’invitation à s’emparer du sujet des chiffres séduit et fonctionne. L’ouvrage est court : 96 pages. Il est découpé en plusieurs parties, au fil desquelles Olivier Martin ne perd pas son objectif de vue. Tout d’abord, l’auteur revient sur la prégnance des chiffres. Ensuite, il propose de réfléchir à la définition des chiffres, aussi variés soient-ils. Enfin, il amène à dépasser l’idée de neutralité des chiffres pour mieux penser leur caractère social et politique. Le ton est percutant. Le lecteur est mis directement face à son sujet. Il l’est d’autant plus que la couverture et plusieurs pages à l’intérieur de l’ouvrage exposent des rappels au sujet des chiffres, en grands caractères. Chiffre constitue avant tout un texte court et vif, écrit dans un langage simple et accessible, mais il ne perd pas pour autant en qualité. Les exemples sont nombreux. Une fois la lecture du livre terminée, une sélection bibliographique commentée en fin d’ouvrage invite à poursuivre la réflexion.

3Sur le fond, la discussion que propose Olivier Martin est riche à plusieurs égards. Notons d’emblée que son ouvrage permet de mieux comprendre l’étendue des chiffres. C’est son premier apport. Olivier Martin fournit en effet plusieurs ressorts d’explication. Le besoin de connaître et de savoir est d’abord mentionné. Si l’on a souvent recours aux chiffres aujourd’hui, c’est notamment parce qu’ils sont vus comme des moyens d’approcher la vérité et de mieux connaître le monde qui nous entoure. L’essor des démarches scientifiques associant quantification et connaissance a en effet largement contribué à instaurer l’idée que « connaître, c’est mesurer » (p. 12). Cependant, c’est surtout pour répondre à des besoins de coordination, d’échange et de régulation que les individus – et ce déjà dans les sociétés les plus anciennes – usent des chiffres. L’auteur en fournit de nombreux exemples : recensement des troupeaux et des richesses, estimation de la surface d’un terrain, estimation de la longueur d’un tissu, appréciation des volumes des marchandises, chiffrage des biens et services en monnaie, définition de repères temporels et mesure des durées, etc. Olivier Martin montre, enfin, que l’étendue des chiffres s’explique aussi par des besoins de décision, de gestion et de gouvernance. En résulte l’essor des chiffres statistiques et des chiffres évaluatifs. Il est en effet dorénavant souvent pensé que la conduite de l’État doit reposer sur la collecte et le traitement de données au sujet du territoire et de la population. En France, de nombreux ministères disposent d’un Service statistique ministériel. L’auteur mentionne aussi le recensement de la population française opéré par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), dont l’objectif assumé est de « connaître la population » afin de « prendre des décisions adaptées pour la collectivité » (p. 40). La montée des chiffres évaluatifs – indicateurs de performance, systèmes de notation, classements –s’explique par le développement du New Public Management et celui des techniques de benchmarking, depuis les années 1970, et plus récemment par la multiplication des technologies numériques. Par exemple, il suffit désormais d’un « like » pour noter sa satisfaction, ou d’une montre connectée pour capter des informations et ainsi participer à la mise en chiffres du monde. Ces chiffres évaluatifs se sont répandus dans les secteurs publics et privés. Ils sont utilisés pour évaluer, comparer et mettre en compétition les acteurs, dans le but de « faire changer les comportements » (p. 50). Mais ils finissent parfois par devenir des objectifs en soi, souligne Olivier Martin.

  • 2 Ce point est particulièrement mis en évidence, comme le souligne l’auteur (p. 41), par les analyses (...)

4Un second apport de l’ouvrage réside dans sa capacité à clarifier la définition des chiffres, au-delà de leur variété. L’auteur distingue trois aspects fondamentaux. Le premier est le partage de conventions2. L’ouvrage montre en effet que les chiffres sont construits au cours d’un long processus social, dont témoignent les nombreux débats autour des chiffres du chômage (p. 42-46). D’une part, il faut se mettre d’accord sur ce qui est jugé équivalent et sur ce qui peut être compté. Il est nécessaire, en effet, de « pouvoir s’entendre sur ce qui est chiffré, sur la signification et la définition de la grandeur quantifiée » (p. 59-60). D’autre part, il faut aussi s’entendre sur les modalités matérielles et pratiques de la production du chiffre, comme par exemple, l’unité de mesure ou le mode de calcul. Olivier Martin ajoute que les chiffres reposent sur le partage des dispositifs techniques. C’est un second aspect fondamental des chiffres. Pour opérer un chiffrage, il faut par exemple pouvoir collecter des données, disposer d’un instrument de mesure, compiler et agréger les informations, faire des calculs, etc. Ces dispositifs confèrent une définition opérationnelle aux grandeurs qu’ils mesurent. Enfin, troisième aspect fondamental, derrière les chiffres, il faut voir des rapports de pouvoir. Que ce soit les communautés scientifiques, les organisations internationales ou encore les supérieurs hiérarchiques… beaucoup d’acteurs entrent en jeu quand il s’agit de définir les normes de mesure, de décider ce qui doit être compté ou ne pas l’être, par exemple. « La relation entre les pouvoirs et les chiffres est une relation dialectique. La crédibilité d’un chiffre est liée à la légitimité de l’instance de sa production. Et contrôler ou développer un dispositif de chiffrage confère un pouvoir», souligne Olivier Martin au lecteur (p. 69).

5Tous les éléments précédents montrent que les chiffres ne se résument donc pas à un seul système symbolique d’écriture. L’auteur propose de dépasser l’idée que les chiffres sont des objets techniques neutres en admettant plutôt qu’ils sont des faits sociaux. Tel est le troisième apport de l’ouvrage. En effet, nous façonnons les chiffres autant qu’ils nous façonnent. D’une part, ils nous façonnent en ce qu’ils participent à structurer nos comportements. C’est le cas des indicateurs de performance qui incitent les individus à adapter leur conduite. Il en va de même des classements qui, par des prophéties auto-réalisatrices ou des effets de diagnostics auto-entretenus, peuvent mettre en évidence des faits temporaires et les rendre durables. Les classés peuvent ainsi se retrouver enfermés dans leur rang. En témoigne l’exemple des classements d’établissements scolaires en fonction du taux de réussite au baccalauréat. Parce que les élèves se fient aux classements et agissent en fonction d’eux, ils participent en même temps à les renforcer. Ainsi, tout établissement classé en mauvaise position se verra évité par les élèves et pourra difficilement améliorer sa position. D’autre part, les chiffres nous façonnent en ce qu’ils contribuent à forger notre représentation du monde : « les chiffres réifient les grandeurs quantifiées en les transformant en catégories de pensée » (p. 74). L’auteur prend l’exemple des enquêtes d’opinion et des sondages sur les intentions de vote en période électorale. Il se peut que leur production et leur diffusion orientent les contenus des analyses médiatiques et que cela agisse ainsi sur notre représentation du monde. C’est dans cette perspective qu’Olivier Martin appelle à discuter les chiffres, à adopter un recul critique vis-à-vis d’eux, voire à les redéfinir, pour éviter qu’ils s’imposent et pour faire en sorte qu’ils deviennent émancipateurs. C’est d’autant plus important que les chiffres renvoient à des choix et des valeurs et sont ainsi des objets politiques. « Il faut retrouver une capacité à les déchiffrer, en ne se laissant pas intimider par l’autorité que leur confère leur apparente naturalité ou les pouvoirs qui les promeuvent » (p. 87).

6En conclusion, Olivier Martin admet que les chiffres sont nécessaires mais souligne la nécessité de « les reproblématiser en mettant à jour les enjeux sociaux, économiques et éthiques qu’ils recouvrent, mais que leur usage technique et routinisé masque pour l’essentiel » (p. 87). Nous conclurons pour notre part qu’Olivier Martin convainc. Tant par la forme que le fond de son ouvrage, il parvient à remplir son objectif, à savoir « resoumettre les chiffres au débat démocratique » (p. 87), en proposant de nombreux outils et pistes de réflexion, dans un langage accessible.

Haut de page

Notes

1 Voir Martin Olivier, L’empire des chiffres. Une sociologie de la quantification, Malakoff, Armand Colin, 2020 ; compte rendu d’Arthur Jatteau pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.46950.

2 Ce point est particulièrement mis en évidence, comme le souligne l’auteur (p. 41), par les analyses sociohistoriques des statistiques, faisant suite aux travaux d’Alain Desrosières. Voir par exemple : Desrosières Alain, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Federspiel, « Olivier Martin, Chiffre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 janvier 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59719

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search