Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Anders Fjeld, Matthieu de Nanteui...

Anders Fjeld, Matthieu de Nanteuil, Le monde selon Adam Smith

Louis Azan
Le monde selon Adam Smith
Anders Fjeld, Matthieu de Nanteuil, Le monde selon Adam Smith. Essai sur l'imaginaire en économie, Paris, PUF, 2022, 264 p., ISBN : 978-2-13-083730-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier McCloskey Deirdre, The Rhetoric of Economics, Madison, The University of Wiscon (...)
  • 2 Nous pouvons penser ici à l’ouvrage de Bronk Richard, The Romantic Economist. Imagination in Econom (...)

1Depuis les travaux pionniers de Deirdre McCloskey sur la rhétorique économique dans les années 19801, on sait la place des histoires, des fictions et des métaphores au sein de la science économique, qui ne produit donc pas qu’un discours articulé logiquement selon des normes scientifiques rigoureuses. Cela a ouvert la voie à des perspectives de recherche visant à explorer la place de l’imagination dans les discours économiques2, qui sont également étudiés en tant que mise en récit et en narration du monde social. L’ouvrage d’Anders Fjeld et Matthieu de Nanteuil s’inscrit dans une telle démarche. Il vise à traquer et débusquer dans l’œuvre de celui qui est souvent considéré comme le père fondateur de la science économique, Adam Smith, la place de l’imaginaire, du rêve, de l’utopie, ou de ce que les auteurs appellent les « régimes de fiction » (p. 15). Pour cela, ils se sont plongés principalement dans les deux ouvrages majeurs du philosophe écossais, à savoir la Théorie des sentiments moraux (TSM) et la Richesse des nations (RDN), repérant en leur sein quatre « scènes » (p. 62) où, selon eux, se déploie l’imaginaire de Smith : la richesse, le travail, les colonies et les échanges internationaux.

2Avant d’explorer chacune de ces scènes, le chapitre inaugural vise à replacer l’auteur de la RDN dans le contexte intellectuel des Lumières écossaises et françaises, sans lequel l’imaginaire smithien ne peut être compris. Les auteurs évoquent alors la figure tutélaire de Hume, qui jette le trouble sur la « trajectoire rationaliste des Lumières » (p. 30), puis le voyage de Smith en France, où la rencontre avec Turgot et Quesnay fut déterminante dans sa construction intellectuelle. Les espoirs de Smith quant à l’amélioration du sort matériel des sociétés humaines ou les promesses d’un ordre commercial libéré de toute contrainte, qui se déploieront sur les scènes présentées par la suite, ne peuvent ainsi être compris qu’à l’aune de cet héritage intellectuel des Lumières.

  • 3 Pour une présentation critique des contributions à ce débat depuis les années 1970, nous renvoyons (...)

3Le second chapitre nous présente la scène de la richesse. C’est l’occasion pour les auteurs d’un retour sur un vieux débat (« Das Adam Smith Problem »3) autour de l’incompatibilité supposée entre la TSM et la RDN, ce « grand écart apparent » (p. 69) entre une œuvre de philosophie morale qui met en avant le rôle central de la sympathie dans les relations humaines, et une œuvre économique qui placerait à l’inverse l’intérêt individuel au cœur du jeu social, dont le libre déploiement serait à l’origine de l’enrichissement de la nation. Pour Fjeld et de Nanteuil, cet écart peut se lire à l’aune du « changement de statut » (p. 69) de la richesse dans l’œuvre de Smith : d’une illusion à l’origine de la corruption des sentiments moraux dans la TSM, elle devient une « nécessité fonctionnelle » (p. 70) dans la RDN. Ce changement serait lié selon les auteurs à la généralisation de la richesse induite par la révolution industrielle, porteuse de croissance et de développement. La dynamique « puissamment créatrice » (p. 74) du développement de l’industrie conduirait Smith à perdre son inquiétude à l’égard de la richesse, qui devient dans la RDN une donnée de base du monde social, et un fondement possible des rapports sociaux. Dans la RDN, la richesse n’est plus seulement une illusion, mais un capital, porteur d’une « puissance réelle » (p. 96), à même de mettre en mouvement les hommes et les choses. C’est donc bien un changement d’imaginaire, de « mode d’adhésion au monde » (p. 73) qui est à l’origine de cet écart entre les deux ouvrages. Pour les auteurs, Smith aurait fini par « adhérer à ce qu’il entrevoyait initialement comme de simples artifices » (p. 69), par fascination pour la société industrielle et les promesses d’enrichissement qu’elle charrie.

  • 4 Les auteurs rappellent que, pour cette description, il emprunte des éléments tirés de l’encyclopédi (...)
  • 5 Les auteurs ne le soulignent pas dans l’ouvrage, mais on retrouve ici une dimension esthétique de l (...)

4Dans leur troisième chapitre, Fjeld et de Nanteuil reviennent sur l’un des textes les plus connus de la RDN, qui en constitue d’ailleurs son point de départ, à savoir la description de la division du travail dans une manufacture d’épingles, qui est selon Smith à l’origine d’une augmentation exponentielle de la production. Les auteurs soulignent que la description offerte par l’économiste écossais d’une manufacture normande4 apparaît comme très éloignée des données empiriques de l’époque. Conformément à leur hypothèse de travail, cette mise en scène traduit de nouveau l’imaginaire de Smith. Il nous présente un récit « évolutionniste » (p. 126), au sein duquel la division du travail résulte d’un processus impersonnel et nécessaire, plutôt que d’une évolution historique contingente. Dans ce théâtre du travail orchestré par Smith, les personnages autrefois principaux, les travailleurs, tendent à s’effacer. Ces derniers ne disposent plus d’un savoir-faire spécifique et perdent toute forme de subjectivité ; ils ne sont que de simples rouages interchangeables au service de la valorisation du capital productif. Ainsi, l’organisation du travail apparaît comme une « horloge entièrement soumise à la logique abstraite du capital » (p. 126)5. C’est en ce sens que les auteurs peuvent écrire que le monde du travail tel que le décrit Smith est un théâtre muet, marqué par une logique de rouages et de flux et régi par des mécanismes impersonnels, au final très éloigné de la réalité empirique et historique.

5Mais c’est véritablement avec les deux derniers chapitres de l’ouvrage, portant respectivement sur les colonies et le commerce, que toute la charge imaginaire et la portée utopique de l’œuvre de Smith tendent à se dessiner. Sa réflexion économique est alors pleinement mise au service d’un idéal de progrès et d’émancipation des hommes, qu’il hérite des Lumières.

  • 6 Rappelons ici que cette théorie évolutionniste s’appuie sur quatre stades de développement des soci (...)

6Revenant sur la théorie smithienne des quatre stades6, les auteurs montrent que l’espace colonial est pour Smith porteur d’espoirs : il est la possibilité d’un recommencement de la modernité européenne dans un sens plus égalitaire. En effet, au cours de leur développement, les sociétés européennes ont dévié d’une trajectoire harmonieuse, conduisant à la formation d’inégalités et d’injustices. Ce « cours inversé » (p. 147) est selon Smith lié à la concentration de la propriété des terres dans les mains de quelques-uns, qui ont dirigé les capitaux accumulés dans les manufactures et le commerce extérieur, délaissant le secteur agricole. Ainsi, les colonies apparaissent aux yeux de Smith comme des terres vierges, sur lesquelles il est possible de reconstruire une société plus juste fondée sur une « meilleure distribution de la propriété des terres », et donc sur des « relations de classe plus égalitaires » (p. 167). Les auteurs s’appuient ici sur des citations moins connues de Smith dans la RDN, où il fait l’éloge d’une société champêtre, constituée de petits propriétaires terriens commerçant librement, et surtout libérée des « injustices et oppressions enracinées dans l’histoire européenne » (p. 163). Cet espoir d’un recommencement de la modernité européenne se prolonge dans l’utopie smithienne d’un ordre commercial libéré de toute contrainte et de toute forme de domination, permettant l’opulence et la prospérité de tous les peuples. Dans le contexte de l’époque, marqué par les tensions entre la colonie américaine et la couronne britannique, Smith imagine un monde délivré de l’emprise impériale, dans lequel « le pouvoir se diffuserait dans des milliers de canaux productifs et commerçants » (p. 241). En penseur soucieux d’égalité, il s’oppose aux aristocraties européennes, dont le goût du luxe et du paraître est contraire à l’esprit entrepreneurial qu’il voit naître en Amérique, ainsi qu’aux marchands, dont les privilèges et les positions monopolistiques nuisent à la liberté du commerce, et donc à la prospérité du plus grand nombre.

7En somme, l’ouvrage de Fjeld et de Nanteuil permet une exploration nouvelle de l’œuvre de l’un des auteurs les plus lus et commentés en économie, et ce dans une perspective éminemment originale. Alors qu’Adam Smith est considéré comme ayant donné naissance à une discipline scientifique nouvelle, l’économie, son écriture est traversée par des espoirs, des inquiétudes, des paris, et se révèle donc être une mise en récit singulière du monde social. Elle révèle notamment l’imaginaire d’un auteur des Lumières qui, dans une visée égalitaire et démocratique, se donne pour but l’amélioration du sort humain.

  • 7 Sur ce point, nous pouvons renvoyer aux travaux de Sandrine Leloup ou Laurie Bréban, qui ont soulig (...)

8Certes, nous pouvons parfois douter et questionner les interprétations que les auteurs livrent de la pensée de Smith. En particulier, l’examen de l’Adam Smith Problem tend à négliger la cohérence de l’œuvre de Smith, dont la philosophie morale sous-tend de nombreux développements de la RDN7. De même, la mise en évidence par les auteurs de l’éloge smithien d’une vie champêtre et indépendante, faite de petits propriétaires commerçant librement, est difficilement conciliable avec leur interprétation d’un Smith qui, fasciné par le monde industriel et la division du travail, adhèrerait aux illusions de la richesse.

  • 8 Voir notamment le point de vue défendu dans l’ouvrage de Cahuc Pierre et Zylberberg André, Le Négat (...)

9Pour autant, l’ouvrage permet une réflexion originale sur la science économique, en montrant que le récit et la fiction parcourent l’écriture scientifique, qui n’est donc pas qu’une mise en forme cohérente et logique du monde. Il permet de renouveler une réflexion épistémologique sur le statut de la science économique, à une époque où certains évoquent la possibilité qu’elle devienne une science expérimentale produisant des résultats incontestables8, évinçant ainsi la part d’imaginaire et de rêve que la discipline économique porte en son sein, et qui en fait toute la richesse.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier McCloskey Deirdre, The Rhetoric of Economics, Madison, The University of Wisconsin Press, 1985.

2 Nous pouvons penser ici à l’ouvrage de Bronk Richard, The Romantic Economist. Imagination in Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, dans lequel l’auteur explore la manière dont l’imaginaire romantique imprègne la pensée de certains économistes (en particulier Veblen, Schumpeter et Hayek).

3 Pour une présentation critique des contributions à ce débat depuis les années 1970, nous renvoyons à l’article de Dellemotte Jean, « La cohérence d’Adam Smith, problèmes et solutions : une synthèse critique de la littérature après 1976 », Économies et sociétés, série « histoire de la pensée économique », n° 45, 2011, p. 2227-2265.

4 Les auteurs rappellent que, pour cette description, il emprunte des éléments tirés de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

5 Les auteurs ne le soulignent pas dans l’ouvrage, mais on retrouve ici une dimension esthétique de la narration smithienne, à savoir l’amour du système, c’est-à-dire d’un ordre harmonieux et bien articulé tel que l’exprime la division du travail. Pour une exploration de cette idée dans la philosophie morale de Smith, voir Diatkine Daniel, « Vanity and the love of systems in Theory of Moral Sentiments », The European Journal of the History of Economic Thought , vol. 17, n° 3, 2010, p. 383-404.

6 Rappelons ici que cette théorie évolutionniste s’appuie sur quatre stades de développement des sociétés humaines : le stade sauvage, le stade barbare, le stade agricole, et le stade commercial.

7 Sur ce point, nous pouvons renvoyer aux travaux de Sandrine Leloup ou Laurie Bréban, qui ont souligné cette profonde continuité entre la TSM et la RDN, et l’unité du projet intellectuel de Smith.

8 Voir notamment le point de vue défendu dans l’ouvrage de Cahuc Pierre et Zylberberg André, Le Négationnisme économique. Et comment s’en débarrasser, Paris, Flammarion, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Azan, « Anders Fjeld, Matthieu de Nanteuil, Le monde selon Adam Smith », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 janvier 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59779

Haut de page

Rédacteur

Louis Azan

Doctorant en histoire de la pensée économique à l’Université de Picardie Jules Verne et agrégé de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search