Navigation – Plan du site

Pierre Carles, Fin de concession

Nicolas Béfort
Fin de concession
Pierre Carles, Fin de concession, C-P productions, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1« Cruel », « un guet-apens »…ce n’est pas la teneur de nos impressions à propos du dernier film de Pierre Carles. Ce sont les adjectifs émanant des déclarations liées à la reconnaissance des qualités journalistiques de David Pujadas par l’équipe de « Fin de concession ». Le présentateur du journal télévisé de France 2 s’est vu remettre, lors d’une « action d’éclat », le titre de « journaliste le plus servile de France ». La récompense fut matérialisée par une laisse dorée et la couverture à la peinture or de son scooter.

  • 1  Délégué CGT de l’usine continental de Claroix, désormais fermée

2Cet évènement pour le moins caustique a permis au film d’être évoqué dans les grands médias. Il en est de même pour l’expression agacée de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis de David Pujadas. Ce dernier, lors d’une interview, interrogeait Xavier Mathieu1 sur les actions entreprises par lui et des salariés licenciés à l’encontre du matériel d’une préfecture. Cette intervention du leader du Parti de Gauche est l’occasion pour Pierre Carles d’introduire la présentation du dîner du siècle où journalistes, politiques de tous bords, patrons se réunissent tous les mois. La réflexion sur la collusion, qui serait présente au dîner évoqué, n’est pas nouvelle chez le réalisateur de Fin de concession. Le travail du film se situe dans la suite des deux films Pas vu, pas pris (1998) et Enfin pris ? (2002). Cette trilogie s’inscrit très nettement dans l’analyse de Pierre Bourdieu des médias.

3La problématique initiale du film est celle de la dénonciation de la reconduction automatique de la concession d’exploitation de TF1. Lors de la privatisation de la première chaîne, une concession à durée limitée fut accordée au groupe Bouygues avec l’idée de laisser une épée de Damoclès au-dessus de la tête des dirigeants de la chaîne. Cette « précarité » relative devait inciter TF1 à respecter ces engagements. Ces derniers sont exposés à travers les images des auditions au moment de la privatisation de la chaîne. Rétrospectivement, Patrick le Lay, vendeur de « temps de cerveaux disponibles », et Bernard Tapie promettant la culture sur TF1 nous laissent hésitant entre hilarité et consternation. La principale réponse apportée par Pierre Carles est une des faiblesses du film. Les mécanismes de reconduction automatique de la concession accordée à TF1 ne sont évoqués que lors d’une entrevue avec Arnaud Montebourg. Celui-ci décrit les décisions du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (responsable de l’attribution des autorisations d’émettre) comme politiques. Aussi, la reconduction automatique serait de cette teneur. P. Carles resitue le propos d’Arnaud Montebourg et rappelle que le parti socialiste ne s’est pas toujours opposé à la reconduction automatique. L’absence relative de traitement profond de la question principale est explicable par l’échec de la technique employée par le réalisateur. Afin d’obtenir quelques déclarations des « représentants » de la télévision, Pierre Carles en vient à se grimer.

4La persistance de sa méthode fait émerger une deuxième question : quelle est la place de « l’impertinence » dans les médias ? Les pièges tendus pendant des interviews présents dans les films précédents n’ont pas fonctionné. Ses interlocuteurs médiatiques auraient appris à déjouer ses « tours ». Pierre Carles le dit, il serait devenu une « institution » à visiter. La question de l’échec de la méthode nous permet donc de réfléchir sur ce qu’est « l’insolence » dans les médias. Beaucoup de grandes chaînes se dotent d’émissions visant à montrer l’imperfection des politiques, des journalistes, etc. Cette critique autorisée ne serait-elle pas un mécanisme auto-renforçant de la domination ? « L’impertinence » autorisée ne serait-elle pas un moyen de remplir l’espace de critique qui pourrait subsister ? Cette insolence conventionnée serait donc l’espace de liberté contrôlée permettant de ne pas laisser de place à des idées nouvelles, critiques, ou les deux à la fois.

5A la différence du film précédent où l’analyse de Bourdieu tenait une large part, il est plutôt question dans celui-ci de la difficulté de la construction d’un documentaire critique où le réalisateur prend le parti de ne pas faire de concession. Ce parti le conduit donc à changer de méthode et à organiser l’évènement évoqué au début de notre article. Ce film ne nous laisse pas sans réaction, et c’est là une de ses forces. Il donne à voir une élite médiatique qui finalement s’abrite derrière de grands principes pour ne pas reconnaître qu’elle a oublié pendant longtemps de « bien faire son travail ». Plutôt qu’un traitement précis de la reconduction de la concession d’exploitation de TF1, le film est une incitation à regarder autrement les médias et à s’interroger sur notre rapport avec eux. Ce nouveau documentaire n’est pas une simple impertinence mais un document original sur le travail de remise en question et de la méthode à employer.

Haut de page

Notes

1  Délégué CGT de l’usine continental de Claroix, désormais fermée

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Béfort, « Pierre Carles, Fin de concession », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5979

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Béfort

M2 Patrimoine, Environnement & développement durable, parcours recherche, URCA

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page