Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Laura Brown, La condition interna...

Laura Brown, La condition internationale des architectes

Caroline Albinet
La condition internationale des architectes
Laura Brown, La condition internationale des architectes, Presses universitaires de Rennes, Ministère de la Culture - DEPS, coll. « Le sens social », 2022, 224 p., Préface de Guy Tapie, ISBN : 978-2-7535-8330-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tels que Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou encore Renzo Piano.
  • 2 Questionnaire diffusé en 2015 ayant reçu 1698 réponses.
  • 3 Concept emprunté à la sociologie interactionniste des professions qui part du postulat qu’une profe (...)

1Depuis le début des années 2000, les plus grandes métropoles ont recours aux architectes internationaux dans les projets urbanistiques et architecturaux dans le but d’assurer le prestige des opérations. Si ces architectes « stars »1 occupent une place importante à l’international, ils ne sont pas les seuls à s’exporter. Dans son ouvrage, Laura Brown analyse l’internationalisation de la profession d’architecte par un autre prisme que celui des starchitectes, qui occupe déjà largement la sphère médiatique. Elle revient sur le phénomène de mondialisation qui se traduit par une intensification des échanges matériels et immatériels entre les pays, et qui touche également l’architecture dans l’exportation tant des idées que des professionnels. L’auteure renvoie ainsi au concept de « mondialité » d’Edouard Glissant qui se définit comme « un espace de partage de cultures et de respect d'une diversité, un enrichissement intellectuel, spirituel et sensible » (p. 209) là où la mondialisation impliquerait une uniformisation culturelle et l'homogénéisation de l'architecture à travers le monde. À partir d’un de quatre-vingt entretiens semi-directif et d’une enquête par questionnaire2, Laura Brown dresse deux hypothèses qui structurent l’ouvrage : celle de la segmentation professionnelle3 de l’architecture et celle de l’importance de la singularité des parcours des professionnels dans leur internationalisation. Si l’architecture renvoie à une tradition universaliste de diffusion des savoirs et des modèles, l’internationalisation des pratiques et des idéologies questionne l’homogénéité du groupe professionnel et constitue l’un des points de bascule pour analyser les pratiques et les représentations à l’œuvre chez les architectes.

  • 4 Licence, master, doctorat.
  • 5 Les nombreuses lois de décentralisation de la fin du XXe siècle en France ont pour effet de modifie (...)
  • 6 Tel que l’outil de modélisation BIM (Building Information Model), une maquette numérique contenant (...)

2La première partie aborde le processus d’internationalisation de l’architecture de manière diachronique, à travers l’influence de l’économie capitaliste et de l’industrie qui inscrit l’idéal artistique à la fois dans l’héritage classique des prix de Rome et le design industriel. À partir des années 2000, les sciences humaines entrent dans les programmes de formation et le diplôme est calqué sur le modèle universitaire LMD4 reconnu par l’État, ce qui permet d’européenniser le cursus. La transnationalisation des étudiants, les bourses européennes ainsi que la décentralisation des compétences d’aménagement vers les métropoles5 permettent également de favoriser les échanges avec les régions et les villes étrangères, ce qui augmente sensiblement le taux d’étudiants qui réalisent une année de cursus à l’étranger. L’origine sociale aisée des étudiants en architecture, qui ont l’habitude de voyager et qui bénéficient d’un soutien financier familial, renforce également cette tendance. Du point de vue des professionnels, la modernisation des systèmes de production et les technologies standardisées constituent des outils communs6 qui facilitent les liens et les partenariats transnationaux. Ces actions simultanées qui ont participé à ouvrir la formation à l’étranger ont également contribué à fragmenter l’identité du corps professionnel. Alors que l’ancienne génération considérait l’inscription à l’Ordre des architectes comme l’unique aboutissement de la formation, il apparaît que pour la nouvelle génération, il est contraignant de payer une cotisation et s’assurer en France, particulièrement dans la perspective d’une carrière sans attache géographique. Cette seconde tendance contribue à segmenter l’identité du corps professionnel.

  • 7 Concentration des pouvoirs réels et symboliques par une petite élite de l’architecture qui investit (...)
  • 8 L’exemple de « l’effet Bilbao », voir Masboungi Ariella « Bilbao, la culture comme projet de ville (...)
  • 9 Les clichés culturels occupent une place importante dans l’exportation des architectes à l’étranger (...)

3Ainsi, les contexte politique et socio-économique ont contribué au mouvement d’internationalisation des architectes depuis les années 2000. À partir de ce constat, Laura Brown propose une typologie des architectes en fonction de la diversité de leurs pratiques professionnelles sur le plan international. Elle distingue cinq groupes, qui permettent une meilleure compréhension des motivations qui les poussent à faire carrière à l’étranger. Le premier groupe, les « alter-architectes », se positionne contre le modèle libéral et cherche à échapper à l’inertie du modèle français en favorisant la participation du « public » habitant (p. 83). Les alter-architectes réalisent peu de constructions mais orientent leur profession du côté de la théorie et de l’enseignement. Leur ambition est de changer la société par l’architecture, en passant par la pédagogie et la diffusion de contre-modèles auprès de la jeune génération à travers l’enseignement. Ils se positionnent ainsi contre l’homogénéisation et la standardisation qui découlent de la mondialisation et du star-system7 qu’ils jugent déconnecté des réalités habitantes. Le second groupe des « entrepreneurs » investit les secteurs de pointe tant dans de grandes filiales internationales que de petites structures indépendantes. Leur vision de la profession est pragmatique : il ne s’agit ni de révolutionner l’architecture ni de faire du « beau », mais de s’ouvrir des perspectives de carrière que les projets et budgets français ne permettent pas. La troisième catégorie, les« icônes », occupe la scène symbolique du métier d’architecte. Ils sont les représentants de l’architecture française à l’étranger. Pour beaucoup, leur production est celle d’« édifices objets » (p. 151) décontextualisés du contexte territorial mais qui permettent cependant de relancer l’économie de certains territoires8. Ces architectes sont qualifiés par l’auteure d’« ambassadeurs » de la profession (p. 149). Ils entendent réformer l’architecture en proposant de nouvelles normes et faire office de modèle. Le groupe des « institutionnels » est quant à lui bien inséré politiquement en France et ces architectes sont sollicités à l’étranger pour leur expertise liée au savoir-faire et au patrimoine français reconnus à l’international9. Ils se disent attachés au service public et accompagnent les instances ministérielles pour les conseiller. Enfin, les « humanitaires » partagent et diffusent les valeurs sociales de l’architecture et se positionnent contre le système libéral français traditionnel, où le profit économique occupe une place importante et où la réponse à une demande sociale peut être annexe. Leur action cible en majorité les pays du Sud et leur sensibilité politique de gauche les pousse à prendre en compte les populations locales pour les intégrer dans les décisions liées aux projets architecturaux. C’est par les associations que se fait leur entrée sur le marché.

4À ces différents rapports à la profession, l’auteure ajoute quatre façons d’envisager « l’international ». Elle s’appuie alors sur l’analyse des parcours individuels en isolant « la dimension profession » (rôle de l’architecte, vocation, accomplissement professionnel et productions internationales), « la dimension parcours » (origines sociales, formation à l’international et expérience de voyage) ainsi que « la dimension valeur » (conception de l’international, relation à la France) (p. 161). Pour les « initiés » le séjour à l’étranger fait partie intégrante de leur enfance et constitue une suite logique dans leur parcours. Pour les « bivalents », malgré la prégnance de l’étranger dans leur parcours, l’international est moins une réalité dans leur pratique en raison de contraintes qu’ils n’ont pas réussis à surmonter (culture, fondation d’une famille, éloignement etc.). Les projets internationaux qu’ils réalisent occasionnellement permettent d’assouvir des rêves de grandeurs que la moindre envergure des projets français ne satisfait pas. Les « stratégiques » ont un rapport opportuniste au marché international qui est une façon d’accéder à de plus gros projets qu’en France. L’internationalisation, synonyme de réussite, découle d’un choix calculé. En multipliant les compétences (urbanistes, ingénieur etc.) qui sont prisées à l’étranger, les « stratégiques » cherchent à maximiser leurs opportunités de carrière hors de la France. « Les universalistes » sont imprégnés de la culture internationale qui nourrit leur réflexion et leur pratique. Pour autant, ce sont des expatriés ponctuels qui gardent de grandes attaches à la France pour développer des projets transnationaux et garder la sécurité et les avantages de l’emploi français. L’auteure multiplie à la fin de l’ouvrage les portraits d’enquêtés correspondant à ces idéaux types, mettant ainsi en évidence la singularité des parcours au sein même de ces catégories.

5En conclusion, dans chacun des cas, l’international constitue un gain dans la pratique et la représentation de l’architecture. Il est « un espace d’accomplissement » pour les initiés, « un objet de convoitise » pour les bivalents, une « ressource économique » pour les stratégiques et une « ressource intellectuelle » pour les universalistes (p. 204). Laura Brown propose ainsi l’hypothèse que s’il y a bien segmentation de la profession, le point de convergence de toutes ces catégories repose sur l’international. Les marchés, les formations et les pratiques s’internationalisent pour toute la profession. L’ouvrage permet ainsi de donner à voir une profession à l’international par un autre prisme que celui des starchitectes qui occupent déjà la sphère médiatique. La diversité des portraits présente des architectes nomades, qui parcourent le monde, ce qui pose tout de même la question du caractère exceptionnel ou non de ces parcours internationaux au sein de la profession.

Haut de page

Notes

1 Tels que Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou encore Renzo Piano.

2 Questionnaire diffusé en 2015 ayant reçu 1698 réponses.

3 Concept emprunté à la sociologie interactionniste des professions qui part du postulat qu’une profession ne constitue par un groupe unifié mais qu’elle est au contraire segmentée selon diverses représentations identitaires en adéquation avec des valeurs. Voir : Rue Bucher et Anselm Strauss, “Profession in Process”, American Journal of Sociology, The University of Chicago Press, 1961.

4 Licence, master, doctorat.

5 Les nombreuses lois de décentralisation de la fin du XXe siècle en France ont pour effet de modifier les niveaux de décisions en déléguant les compétences aux structures régionales et aux métropoles. L’État Nation n’est plus le seul point de référence et les relations secondaires s’intensifient (échanges transfrontaliers, villes partenaires etc.).

6 Tel que l’outil de modélisation BIM (Building Information Model), une maquette numérique contenant une base de données qui réunit toutes les informations concernant une construction.

7 Concentration des pouvoirs réels et symboliques par une petite élite de l’architecture qui investit les projets les plus prestigieux, les rôles décisionnaires (enseignement, jury de concours, attribution de la commande) ainsi que les médias et les publications en général, voir Molina Géraldine, « Mise en scène et coulisses du star-system architectural : la théâtralisation des vedettes et ses paradoxes », Espaces et sociétés, 2014/1-2 (n° 156-157), p. 197-212.

8 L’exemple de « l’effet Bilbao », voir Masboungi Ariella « Bilbao, la culture comme projet de ville », Projet Urbain n° 23, 2001.

9 Les clichés culturels occupent une place importante dans l’exportation des architectes à l’étranger. L’auteure évoque les retombées du Prix Pritzker remporté par le chilien Aravena qui a permis à la communauté d’architectes de son pays d’être mieux vue à l’international. L’image de la France à l’étranger repose sur son histoire sociale (pays des Droits de l’homme), l’industrie du luxe ainsi que son mode de vie qui sont transposées à l’architecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Albinet, « Laura Brown, La condition internationale des architectes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 janvier 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59796

Haut de page

Rédacteur

Caroline Albinet

Masterante en géographie, Ville et Environnements Urbains - parcours Nouveaux Modes de Vie et Espaces de la Ville contemporaine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search