Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Vinciane Despret, Les morts à l’œ...

Vinciane Despret, Les morts à l’œuvre

Mathilde Buliard
Les morts à l'œuvre
Vinciane Despret, Les morts à l'œuvre, Paris, La Découverte, coll. « Les empêcheurs de penser en rond », 2023, 176 p., ISBN : 978-2-35925-243-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vinciane Despret, Au bonheur des morts : récits de ceux qui restent, Paris, France, La Découverte, (...)
  • 2 De plus amples et précises informations sur le protocole sont disponibles à l’adresse suivante : ht (...)
  • 3 François Hers, Lettre à un ami au sujet des Nouveaux commanditaires, Dijon, France, Les Presses du (...)

1Dans Les morts à l’œuvre, Vinciane Despret poursuit sa réflexion sur les manières dont les mort·es – qui appartiennent nécessairement au passé – continuent pourtant à influer sur notre présent. Dans cet ouvrage, la chercheuse ne se place plus du côté de « ceux qui restent »1 mais de celui de « ceux qui insistent » (p. 13), façon pour elle de désigner les personnes décédées qui engagent leurs proches à agir, sans que les modalités de cette action ne soient précisées par les disparu·es. Cette intuition, commune à l’ensemble de ses recherches, est ici étayée par l’analyse de cinq œuvres réalisées dans le cadre du programme des Nouveaux Commanditaires2. Établissant un parallèle avec l’action des mécènes, aussi puissants que divers – des banques, des États ou encore des entreprises –, qui peuvent commander des œuvres, ce protocole initié par François Hers3 cherche à répondre au désir d’art qui émane cette fois des citoyens eux-mêmes. Par ce dispositif, tout un chacun peut ainsi commander une œuvre, motivée par des raisons diverses et variées, les Nouveaux Commanditaires mettant en relation le citoyen demandeur avec un·e médiateur·ice chargé·e par la suite de désigner un·e artiste le/la plus à même de réaliser cette commande. Vinciane Despret s’intéresse ici à cinq œuvres diverses dans leurs réalisations effectives –aussi bien musicales qu’architecturales ou encore sculpturales – mais réliées par une même intention puisqu’elles ont été commandées au nom d’un·e mort·e. Divisé en autant de chapitres, le livre explore une à une ces œuvres, détaillant les intentions qui ont présidé à la commande, le cheminement des commanditaires, leur rencontre avec l’artiste, l’errance des choix formels et enfin les effets – concrets et imaginés – des réalisations finales sur le présent.

  • 4 L’autrice s’appuie par exemple sur les travaux d’Isabelle Stengers, notamment Cosmopolitiques, Pari (...)
  • 5 Thomas Schlesser, « L’art à l’avant-garde de la démocratie », in Didier Debaise et al. (dir.), Fair (...)
  • 6 Vinciane Despret s’appuie dans la définition de cette notion sur l’ouvrage de Gilles Deleuze et Fél (...)
  • 7 L’autrice cite dans son prologue les mots de François Hers : « Quiconque le souhaite peut assumer l (...)

2Pour ce faire, l’autrice se déplace sur le terrain, à la rencontre des œuvres elles-mêmes et des personnes qui les ont commandées pour recevoir leurs récits et impressions. La démarche est ainsi guidée par la notion d’enquête et l’ouvrage appréhendé comme le réceptacle du fourmillement d’histoires entendues par l’autrice au fil de celle-ci. À cet égard, on note la ferme volonté de ne donner aucun sens fixe et immuable aux œuvres ainsi créées, la chercheuse montrant au contraire que la richesse de celles-ci est due à la multiplicité des interprétations et discours qu’elles suscitent. Rigoureux à bien des égards – les réflexions étant souvent étayées par des travaux de chercheur·euses en philosophie4 ou en histoire de l’art5 –, l’ouvrage laisse pourtant une large place à l’imagination, que celle-ci émane de l’autrice elle-même ou des commanditaires. Identifiant ce qu’elle appelle la « fabulation »6 (p. 15) comme une des forces les plus puissantes des œuvres, Vinciane Despret laisse libre cours à son imagination et à celle de ses interviewé·es, son ouvrage bruissant ainsi d’une multiplicité d’interprétations dans ce qu’elle appelle elle-même un « millefeuilles de récits » (p. 62). C’est aussi dans cette ouverture à l’« imagination appropriative » (p. 74) des différent·es destinataires de l’œuvre que réside le potentiel démocratique de ces œuvres, cher à l’autrice et au protocole des Nouveaux Commanditaires7.

  • 8 Estelle Zhong Mengual, L’art en commun : réinventer les formes du collectif en contexte démocratiqu (...)
  • 9 Cette expression, employée à plusieurs reprises par Vinciane Despret (notamment à la page 14), est (...)

3Présidant à l’approche de la chercheuse, la notion d’enquête apparaît aussi en filigrane tout au long de l’ouvrage : la démarche des commanditaires cherchant à satisfaire les demandes de leurs mort·es est présentée comme une véritable enquête, qui vise à mettre au jour les intentions, désirs ou besoins de ces dernier·es. L’autrice se fait ainsi l’écho de ces multiples interrogations au début de chacun des chapitres, où elle questionne la manière la plus adéquate de commencer à raconter l’histoire. Portée par la volonté de ne pas réduire ces « morts qui insistent » au seul récit de leur décès – et de les condamner ainsi au statut irréversible de victime –, Vinciane Despret adopte des schémas narratifs variés, amorçant systématiquement son développement sous un angle singulier. L’ouvrage et la démarche de l’autrice s’efforcent ainsi de respecter l’essence des œuvres, envisagées moins comme des rappels de la mort que comme des commémorations et des invitations à la vie en réponse à une insistance de la part de certain·es mort·es. Comme le rappelle Vinciane Despret dans son introduction, c’est ainsi « l’œuvre qui donnera forme à cette insistance, qui lui offrira, tant dans son élaboration que dans son aboutissement, une réponse » (p. 15). Dans le sillage de travaux récents8, l’œuvre est ainsi appréhendée dans l’entièreté de son processus et pas uniquement par le biais de sa réalisation effective. Celle-ci est alors considérée comme une forme d’expérimentation, l’œuvre étant à la fois un essai – une tentative d’octroyer dans le présent une place aux disparu·es – et une expérience. L’autrice insiste à plusieurs reprises sur la dimension transformatrice de l’art qui vient ici modifier le présent des survivant·es, l’artiste en charge de la commande et le statut du mort, transformé en « mort en commun »9. Cette notion de « commun » traverse par ailleurs l’ensemble de l’ouvrage : les œuvres présentées sont conçues comme des processus collaboratifs à même de (re)créer une communauté de vivant·es – dont les frontières dépassent le groupe des commanditaires – et de (ré)intégrer les mort·es dans le présent. Guidée par la ferme intention de faire entendre aux lecteur·ices que le présent que nous vivons était un futur pour « nos » mort·es, Vinciane Despret envisage ces œuvres comme des héritages réciproques, à destination à la fois des vivant·es et des disparu·es.

4C’est donc à un ouvrage hybride et hétéroclite que nous avons ici à faire, le récit entremêlant la description et l’analyse des œuvres, le recours à des sources scientifiques pour les éclairer, l’histoire de vie des personnes disparues et des réflexions personnelles de l’autrice. Traversé par des interrogations sur le processus de deuil, de la reconfiguration du monde suite à un décès et les conditions d’aménagement d’une place dans le présent à celles et ceux qui n’y appartiennent plus, ce travail donne lieu à des réflexions tout à fait stimulantes. Allant à l’encontre d’une conception linéaire de l’écoulement temporel pour lui préférer une représentation dynamique de l’espace et du temps, où passé et présent s’enchevêtrent plus qu’ils ne se succèdent, Vinciane Despret livre ici une réflexion riche de futures pistes à explorer.

Haut de page

Notes

1 Vinciane Despret, Au bonheur des morts : récits de ceux qui restent, Paris, France, La Découverte, 2017.

2 De plus amples et précises informations sur le protocole sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.nouveauxcommanditaires.eu/fr/22.

3 François Hers, Lettre à un ami au sujet des Nouveaux commanditaires, Dijon, France, Les Presses du réel, 2016.

4 L’autrice s’appuie par exemple sur les travaux d’Isabelle Stengers, notamment Cosmopolitiques, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2022 [1997].

5 Thomas Schlesser, « L’art à l’avant-garde de la démocratie », in Didier Debaise et al. (dir.), Faire art comme on fait société, Dijon, Les Presses du Réel, 2013.

6 Vinciane Despret s’appuie dans la définition de cette notion sur l’ouvrage de Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les Éditions de Minuit, 2014.

7 L’autrice cite dans son prologue les mots de François Hers : « Quiconque le souhaite peut assumer la responsabilité d’une commande d’œuvre d’art et participer à l’émergence d’un art de la démocratie » (Op. cit., p. 12).

8 Estelle Zhong Mengual, L’art en commun : réinventer les formes du collectif en contexte démocratique, Dijon, Les Presses du réel, 2018.

9 Cette expression, employée à plusieurs reprises par Vinciane Despret (notamment à la page 14), est empruntée, comme l’autrice l’indique en note de bas de page, à Xavier Duroux, ancien directeur du Consortium de Dijon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Buliard, « Vinciane Despret, Les morts à l’œuvre  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59799

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search