Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Manuel Boucher (dir.), Où va le t...

Manuel Boucher (dir.), Où va le travail social ? Contrôle, activation et émancipation

Jessica Pothet
Où va le travail social ?
Manuel Boucher (dir.), Où va le travail social ? Contrôle, activation et émancipation, Nîmes, Éditions Champ social, 2022, 226 p., ISBN : 979-10-346-0750-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion de contrôle social met ici l’accent sur le fait que les premiers développements du travai (...)

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’un colloque scientifique international organisé en octobre 2021 à l’Université de Perpignan, et piloté par le sociologue Manuel Boucher. Alors que le colloque regroupait une centaine de communications visant à apporter des éléments de réflexion sur ce qui caractérise aujourd’hui le travail social, l’ouvrage s’articule, lui, autour de neuf contributions. Empruntant chacune la forme d’une revue de la littérature adossée à des réflexions de synthèse, respectives aux auteur·es convoqué·es, ces contributions questionnent les espaces de transformation du travail social. Très généralistes, elles s’inscrivent dans une approche socio-historique (qui à bien des égards recouvre des dimensions philosophiques) pour éclairer le sens de ces évolutions. Introduit par un chapitre préliminaire proposant une mise en perspective du travail social avec la notion de contrôle social1, l’ouvrage s’organise en trois parties : la première offre à penser tant le caractère pluriel que les paradoxes du travail social, la deuxième en décrit les recompositions face au néolibéralisme, la dernière partie interroge enfin les conditions de possibilité et d’avenir du travail social, notamment en pensant son articulation avec la recherche en sciences sociales. De ces contributions se dégagent plusieurs lignes de réflexion.

2Le chapitre de François Dubet s’écarte d’abord du travail social comme objet premier pour proposer une lecture synthétique de la société française contemporaine : la France serait marquée par un régime des inégalités multiples, occasionnant une mutation des représentations de la justice sociale. Ainsi les injustices de classe sont aujourd’hui perçues comme des discriminations. Le chapitre de François Dubet fournit là une clef d’intelligibilité au propos qui suit, l’inscrivant dans un contexte analytique plus large. Les chapitres suivants s’attachent plus directement à caractériser les tourmentes et les enjeux contemporains du travail social : les logiques managériales, de responsabilisation, de moralisation sont-elles à même de participer à construire un travail social émancipateur ? À l’instar de ce que montrent les contributions de Régis Pierret et de Jean-Yves Dartiguenave, il apparaît clairement que les logiques originelles de solidarité ayant participé à la construction de la protection sociale et du travail social sont étrangères à la doxa néo-libérale qui oriente aujourd’hui les pouvoirs publics. Or, la conception de la solidarité au fondement du principe de correction des inégalités ne peut s’articuler à la conception de la méritocratie qui prévaut aujourd’hui. À ce titre, c’est l’antinomie entre la « perspective néo-libérale » (p 111) et les visées du travail social que pointent plusieurs chapitres de l’ouvrage. En découle une recomposition de la substance du travail social, alors conçu comme un investissement et soumis à résultats. Michel Chauvière revient succinctement les dispositions législatives qui ont transformé le service public en un ensemble de services proposés aux publics, qui prennent alors la forme de droit-créances : droit à la formation, droit à la santé, droit à l’instruction... D’ailleurs ces évolutions s’accompagnent de changements terminologiques si l’on considère que la protection sociale est devenue l’« économie sociale et solidaire », termes émiques à une action publique aujourd’hui gouvernée par de nouvelles matrices : évaluations internes externes, audit, contrats d’objectifs… Jean Sébastien Alix et Michel Autès montrent que ces recompositions politiques de la question sociale obligent notamment les usagers à la contrepartie : elles affirment un principe de responsabilité individuelle, sous couvert d’une norme de participation relative au « droit des usagers ». Ce que montre avec force l’ouvrage c’est qu’à travers la fragilisation de ses soubassements, c’est la légitimité même du travail social qui est ébranlée.

  • 2 L’État minimal garantit l’auto-régulation du marché et les conditions économiques de sa reconductio (...)
  • 3 Celle-ci est inspirée du modèle entrepreneurial, perçu comme capable de produire de l’efficience et (...)
  • 4 Il faut souligner que ces transformations sont amenées comme permises par les outils informatiques (...)

3La colonisation du secteur public par les principes du New public management ne coïncide pas pour le cas français avec un retrait de l’État, mais au contraire avec un État minimal2 qui reste l’acteur central d’une bureaucratisation inspirée du privé. Soumise à une gouvernementalité managériale3 l’action sociale se voit rapportée à des dimensions naturelles et morales. Ce modèle justifie dès lors la mise en œuvre de logiques et de dispositifs ajustés aux besoins des individus et signe la fin d’une approche collective de la question sociale. Alors que Jean-Yves Dartiguenave s’entretient sur l’opposition des conceptions de solidarité avec celles de mérite et d’autonomie, Régis Pierret retrace la perte de légitimité croissante du travail social dans les années 2000, particulièrement fragilisé par ses réaménagements : conditionné et organisé désormais par des appels d’offres, impliquant ainsi une mise en concurrence des professionnel·les, et dessinant un maillage au sein duquel les partenaires, notamment associatifs, deviennent tour à tour des concurrents. Cette logique de réduction des coûts qui implique pour les structures et leurs professionnel·les à faire plus avec moins4 engage sans grande surprise une perte de sens que dénoncent les travailleurs sociaux. Ainsi régis, les institutions de travail social et leurs professionnel·les ne seraient devenu·es que des opérateurs, voire des prestataires, au service d’un programme d’État marqué par le néo-libéralisme.

4Jean-Yves Dartiguenave entrevoit dans ces changements une déprofessionnalisation et Jean-Sébastien Alix et Michel Autès s’entretiennent sur le manque de légitimité dont les travailleurs sociaux font l’expérience ordinaire, sous l’effet de tensions entre impératif de responsabilisation de soi, et devoir de mobilisation envers un autrui en souffrance. Régis Pierret effleure la question, pourtant essentielle, de la fragilisation de leur statut. À l’hétérogénéité des statuts et des conditions d’emploi (titulaires versus contractuels mais aussi contrats à durée indéterminée versus contrats à durée déterminée), s’ajoute la contrainte des temporalités de l’action sociale : le temps du dispositif, le temps du projet… Autant de formes qui obligent constamment à la reconstruction et même à la quête de soi pour les professionnel·les. D’où cette lecture d’un éternel recommencement du travail social qui suppose que ces dernier·ères s’aventurent à la recherche d’une meilleure définition d’elles et eux-mêmes pour investir un rôle de « coach de vie » dans une société marquée par le culte de la performance et du dépassement de soi.

  • 5 Par exemple, le revenu de solidarité active (RSA) se substitue au revenu minimum d’insertion promul (...)

5Par ailleurs, bien des carences sont repérées par les auteur·es de l’ouvrage comme relevant d’une articulation insuffisante entre pratiques de terrain et recherche. Alain Roquejoffre montre ainsi comment le « recommencement », et les incessantes nouvelles caractérisations des publics5, empêchent de nourrir de façon conséquente le travail social de réflexions plus théoriques. De sa réflexion se dégage un plaidoyer : il faudrait armer les travailleurs sociaux des apports des sciences humaines et sociales pour mieux leur permettre de combattre les injonctions dont ils sont la cible, et de contrer un projet qui confond changement social et un processus de rationalisation managériale inspiré du secteur privé. Poursuivant ces mêmes objectifs, Annamaria Campanini défend une rénovation de la formation des travailleur·euses sociaux·ales à l’échelle internationale, à même de doter les étudiant·es de capacités d’analyse fine, leur permettant de se livrer à une lecture critique des dispositifs et des politiques qui les concernent. Pour ce faire les auteurs de l’ouvrage (notamment la contribution de Manuel Boucher) défendent avec vigueur l’intérêt des méthodes participatives, seule perspective à même de dépasser la dichotomie historique entre théorie et acteurs de terrain, et de produire un « ré-enchantement des pratiques institutionnelles et professionnelles » du travail social pour reprendre les termes de Jean-Louis Datiguenave. Toujours dans cet effort prospectif, Michel Chauvière enjoint les milieux académiques et professionnels à engager un débat sur la doctrine contemporaine du travail social (considérant à la fois la substance, le périmètre et les contextes du travail social), qu’il est nécessaire de réinvestir du point de vue de son sens collectif social de protection, loin du dogme contemporain de l’optimisation sociale.

  • 6 Maurin Marine, “Accueillir la personne telle qu’elle est” », Sciences de la société [En ligne], 105 (...)

6Nul doute que cet ouvrage de synthèse constitue à la fois un apport pour la recherche et la manière dont elle doit envisager de s’articuler à ses terrains, et pour des professionnel·les ayant le besoin de (re)penser leurs contextes d’exercice et de mieux définir leurs pratiques. Toutefois, plusieurs remarques émergent à la lecture. Si la rétrospective historique apparaît assez exhaustive et laisse finalement peu d’angles morts, en ce sens que les différentes approches mobilisées montrent bien comment l’État s’empare successivement de la question sociale, un ancrage empirique plus présent aurait néanmoins été fécond. Comme le souligne Michel Wieworka, réfléchir à l’avenir du travail social c’est aussi réfléchir aux logiques sectorielles qui le gouvernent au sein de dispositifs particuliers à l’école, à la protection judiciaire de la jeunesse, ou encore au secteur médical…Or, aucune des contributions ne s’adosse à l’examen d’un dispositif particulier, possibilité qui aurait pourtant permis de faire le lien entre fondements et questions actuelles et empiriques qui travaillent le travail social. Une telle démarche aurait donné matière à ce que les perspectives dégagées par les différentes contributions s’adossent avec force à des pratiques de terrain, valorisant ainsi des éléments propres à l’exercice professionnel, comme le font par exemple les travaux de Marine Maurin à propos de la norme d’inconditionnalité de l’accueil des sans-abris6. Enfin, s’agissant de la forme de l’ouvrage, on regrette que les différents chapitres ne s’emploient pas à des renvois mutuels, de manière à éviter un propos parfois redondant et à favoriser un ton collégial.

Haut de page

Notes

1 La notion de contrôle social met ici l’accent sur le fait que les premiers développements du travail social reposaient sur des principes moraux normatifs, autrefois peu discutés par les professionnel·le·s de ce champ, alors que cette dimension normative est aujourd’hui devenue une question récurrente dans les sphères professionnelles et universitaires (Bourgeault, 2003 ; Tonkens, Uitermark, Ham, 2006).

2 L’État minimal garantit l’auto-régulation du marché et les conditions économiques de sa reconduction, notamment en appliquant les principes de fonctionnement de l’entreprise à tous les aspects de l’action sociale.

3 Celle-ci est inspirée du modèle entrepreneurial, perçu comme capable de produire de l’efficience et de l’efficacité.

4 Il faut souligner que ces transformations sont amenées comme permises par les outils informatiques et la digitalisation qui innervent le secteur.

5 Par exemple, le revenu de solidarité active (RSA) se substitue au revenu minimum d’insertion promulgué 20 ans plus tôt. À ces changements terminologiques correspondent une appréciation et une caractérisation distinctes de la problématique sociale de l’accès à l’emploi. Cependant, les questions de fond, du type de celle de la très grande vulnérabilité des personnes durablement éloignées ne l’emploi ne constituent pas des objets de formation aussi prégnant que ce que le sont des questions plus pragmatiques, à l’instar des critères d’éligibilité des dispositifs, ou encore de leur durée ou de leur mise en œuvre. Or, il en va de la lecture du social diffusée et discutée à l’endroit des travailleurs sociaux.

6 Maurin Marine, “Accueillir la personne telle qu’elle est” », Sciences de la société [En ligne], 105, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Pothet, « Manuel Boucher (dir.), Où va le travail social ? Contrôle, activation et émancipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 janvier 2023, consulté le 25 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59803

Haut de page

Rédacteur

Jessica Pothet

Jessica Pothet est maîtresse de conférences en sociologie au sein du laboratoire Max Weber de l’Université Lyon 2. Ses recherches croisent la sociologie de la famille, la sociologie de l’éducation et celle de l’action publique, notamment pour analyser les recompositions du travail parental et la manière dont les institutions s’en saisissent. Ses recherches visent à penser les liens existants entre le niveau politique, celui des dispositifs et celui des publics touchés par ces politiques. En 2019, elle a dirigé le projet de recherche Monodis soutenu par le Secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Elle a publié plusieurs articles (Actes de la recherche en sciences sociales, Genre, sexualité & société, Revue des politiques sociales et familiales) consacrés au travail parental et à la manière dont les professionnels l’accompagnent. En 2023, elle publie l'ouvrage « Soutenir les parents. Injonctions, accompagnements, responsabilisation » aux Presses Universitaires de Rennes (PUR) qui propose une analyse des politiques et dispositifs de soutien à la parentalité en France.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search