Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Jérémy Rubenstein, Terreur et séd...

Jérémy Rubenstein, Terreur et séduction. Une histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire »

Pauline Cherbonnier
Terreur et séduction
Jérémy Rubenstein, Terreur et séduction. Une histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire », Paris, La Découverte, 2022, 336 p., ISBN : 978-2-348-05736-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’usage de l’expression « doctrine de guerre révolutionnaire » « est avéré dès la fin des années 19 (...)

1Dès les premières lignes de son ouvrage, Jérémy Rubenstein écrit que « les civils tendent à percevoir la guerre comme doublement éloignée de leur normalité : un temps totalement séparé de la paix et une affaire essentiellement militaire » (p. 5). Cependant, en retraçant l’histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire » (dite DGR) l’auteur tend à démontrer que ce temps de la guerre séparé de la paix et du monde civil n’est pas possible en situation dite « contre insurrectionnelle ». Cette doctrine serait l’héritage de plusieurs décennies de pratiques de l’armée française. Selon l’auteur, elle aurait été développée comme une forme de réponse « au mouvement de décolonisation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale » (p. 6). En ciblant « la population dans son ensemble », la DGR suppose une conception totale de la guerre puisqu’elle « doit combiner les domaines militaire, policier, économique, social et culturel » (p. 166). La DGR1 devient ainsi la doctrine militaire officielle de l’armée française et est appliquée sur divers terrains notamment en Indochine, en Algérie et au Cameroun.

  • 2 Le Maréchal Hubert Lyautey (1854-1934), est résident général du protectorat français au Maroc en 19 (...)

2Il est ainsi question pour l’auteur d’étudier et de « saisir la DGR dans ses multiples dimensions » (p. 7). Il se questionne sur la genèse et la formation de cette doctrine pour mieux en saisir les modalités d’application, et revient sur ses importations à travers le monde. Organisé en deux grandes parties, l’ouvrage retrace l’évolution de la DGR. Dans un premier temps, Jérémy Rubenstein s’attèle à rechercher les origines et les premières tentatives d’application de la DGR par et dans l’armée française en contexte colonial. Dans un second temps, il retrace les mécanismes de diffusion de cette doctrine à travers le monde, notamment sur les continents américains. Il interroge également la persistance et la résurgence de cette doctrine depuis le début des années 2000 malgré sa perte de vitesse en France dans les années 1960 – sous la Ve République, c’est la « doctrine de dissuasion nucléaire » qui prédomine même si l’on peut observer un « maintien de facto de la DGR pour l’emploi des forces engagées dans le contrôle de l’ancien pré-carré colonial » (p. 182). L’auteur opère ainsi un recadrage historique du développement de la doctrine mais également une tentative de définition. Pour ce faire, il s’appuie sur une abondante littérature, mais aussi et surtout il attache « une grande attention aux parcours de certains officiers » en cherchant à raconter « une histoire incarnée par des hommes en particulier » (p. 10) tels que Lacheroy, Lyautey et Argoud.2.

  • 3 Gabriel Periès, De l’action militaire à l’action politique. Impulsion, codification et application (...)
  • 4 Thèse publiée deux années plus tard : Paul et Marie-Catherine Villatoux, La République et son armée (...)
  • 5 « Il est traditionnel de commencer par une définition, de définir l’objet étudié. Dans ce cas ce se (...)
  • 6 Ibid.

3Dans son chapitre 8, l’auteur brosse un portrait historiographique de l’étude de la DGR et questionne notamment l’arrivée de « l’objet DGR […] dans le monde universitaire français durant les années 1990 » (p. 159). L’un des premiers à s’intéresser au sujet est un politologue franco-argentin, Gabriel Periès3 dans une thèse soutenue en 1999. D’autres universitaires s’engouffrent progressivement dans la brèche notamment Paul et Marie-Catherine Villatoux dans une thèse de 2002 portant plus spécifiquement sur l’arme psychologique4, « outil central identifié à la DGR » (p. 8). Cette arme est difficile à définir et à saisir en soi, comme l’explique l’historien François Géré5. Cependant, elle est partie intégrante de la DGR, puisque c’est par elle que l’on conquiert « les cœurs et les esprits », c’est-à-dire que l’on influence les populations. Ainsi « sa manœuvre se partage entre l’action psychologique et l’acte de guerre psychologique. La première vise à exercer une influence sur son propre camp par la communication ouverte d’une information officielle, libre et vérifiable mais aussi bien organisée et dirigée que possible. La seconde constitue un ensemble de manœuvres hostiles à l’égard d’un ennemi particulier »6. En l’espace d’une dizaine d’année, de nombreux travaux universitaires mais également journalistiques – en France et ailleurs – tentent d’étudier et de saisir les nombreuses facettes de la DGR. Pour Jérémy Rubenstein, c’est « la rénovation de l’historiographie de la guerre d’Algérie » (p. 159) et l’ouverture de nouveaux fonds d’archives au tournant des années 2000 qui expliquent en partie l’apparition de la DGR comme objet de recherche.

4On identifie traditionnellement la guerre d’Indochine comme le point de bascule dans l’élaboration de la DGR : celle-ci serait « née » en Indochine. Or, Jérémy Rubenstein montre que si la guerre d’Indochine a constitué une étape fondamentale dans la construction de cette doctrine, elle n’en a été qu’une parmi d’autres. L’auteur replace ainsi la DGR dans un espace-temps beaucoup plus important que ce que l’historiographie ne le faisait auparavant, c’est-à-dire ici « du colonialisme du XIXe siècle jusqu’à nos jours » (p. 285). Il cherche les origines de cette DGR dans les premiers temps de la colonisation française. La DGR s’est développée dans un cadre français, plus particulièrement dans l’armée française déployée dans les colonies : la Coloniale. Cependant, on ne saurait limiter l’émergence de cette doctrine à un vase clos français puisqu’elle se forge au contact de nombreuses influences étrangères telles que celles des commandos britanniques mais également de « techniciens de la propagande » allemands et américains. Ainsi forgée et théorisée par des militaires français dans les années 1950, la DGR est l’héritage de plusieurs décennies de pratiques de l’armée française, de réflexions françaises et étrangères sur les modes d’actions des militaires envers les populations civiles. La guerre d’Algérie fut un moment de véritable définition doctrinale de la DGR par les officiers français et c’est en ce sens que le renouvellement historiographique sur la guerre d’Algérie a permis l’émergence de ce terrain de recherche.

  • 7 Chapitre 7. « Bataille d’Alger » et guerre secrète du Cameroun : la DGR en pratique (p. 150).
  • 8 Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Fr (...)
  • 9 « Un relatif silence académique également qui, à quelques notables exceptions près (Richard Joseph, (...)

5Seulement, l’application de la DGR ne se limite pas à l’Algérie. Cet ouvrage remarquable qui repositionne la DGR dans un cadre plus large que celui dans lequel elle avait été placée permet d’ouvrir de très nombreuses nouvelles pistes de recherche, à commencer par ses applications au Cameroun. Dans une courte sous partie de chapitre7, Jérémy Rubenstein illustre « le cas d’école de la “guerre cachée” du Cameroun » (p. 150). On aurait pu regretter le peu d’espace laissé au Cameroun dans cet ouvrage quand on sait que la « guerre au Cameroun » est l’une des seules où l’application de la DGR aurait permis la victoire française. La situation se distingue de celle de l’Algérie, où les généraux ont forgé le principe selon lequel la guerre aurait été « militairement gagnée, mais politiquement perdue ». L’Union des populations du Cameroun (UPC) prit les armes contre la France pour réclamer la fin de la tutelle internationale. Après de violentes émeutes en mai 1955, le parti est dissous et interdit par décret : ses membres entrent dans la clandestinité, prennent le maquis et commence alors la guerre du Cameroun, qui se poursuit jusque dans les années 1970 malgré l’indépendance politique du Cameroun le 1er janvier 1960. L’utilisation quasi-exclusive d’un seul ouvrage8 par l’auteur ne peut pas lui être réellement reproché quand on sait le peu d’études sur le sujet. Aujourd’hui comme à l’époque, la « guerre au Cameroun » est entourée de « silences » : la mise au silence de l’UPC en 1955, le silence de l’armée française sur ses actions (à l’inverse de la médiatisation de l’Algérie à l’époque pour justifier et pérenniser l’utilisation de la doctrine), mais également le silence historiographique9.

6Par ailleurs, la DGR est exportée autour du globe, notamment aux États-Unis et en Argentine, dans les années 1960. Les traductions des écrits théoriques sur la doctrine participent à la diffusion de la DGR au sein des écoles et des instituts de formations militaires étrangers. Les idées et les actions des militaires français se répandent ainsi. D’autres canaux permettent la diffusion de la doctrine notamment la « solution mercenaire » qui devient dans les années 1960 « un puissant vecteur de diffusion internationale de la DGR » (p. 186) ou encore la mise à contribution par les Américains « des grandes institutions de la recherche » (p. 207). Ainsi, parmi les exportations de la DGR, on retrouve aux États-Unis la « doctrine de la sécurité nationale » ou DNS. L’une comme l’autre, sont, selon l’auteur, « moins des doctrines stratégiques précises que des ensembles de directives assez élastiques » (p. 208).

7L’élaboration de cette doctrine, son histoire, ses importations et le danger de sa résurgence actuelle (en raison notamment de « la banalisation de l’hyperviolence », p. 286) que suppose la DGR ne doivent pas faire perdre de vue un élément essentiel, la vocation même de la DGR : « assurer la permanence de la domination de la métropole » (p. 120) à travers la « conquête des cœurs et des esprits » des populations. Au cours de la lecture, on se questionne sur l’écart entre la théorie de la doctrine et ses nombreuses applications, implications et importations. L’auteur questionne lui-même ce fait : « la DGR est un objet bien plus ambigu que sa théorie. Elle est difficile à cerner exactement et appliquée par des civils et des militaires qui semblent bien plus tâtonner que suivre une doctrine » (p. 121). C’est justement cette difficulté à « saisir » la réalité de la DGR qui en fait un danger aujourd’hui à l’heure de sa réhabilitation par l’armée française. Après le « tout technologique » prôné en accord avec la doctrine de dissuasion nucléaire depuis de Gaulle, les troupes formées et préparées aux conflits de « haute intensité technologique » firent le constat, dans les années 1990, qu’elles étaient inadaptées aux terrains insurrectionnels (p. 291). La DGR entama alors progressivement son retour. Contrairement à celui de 1994, le livre blanc sur la défense de 2008 comporte la mention « et la sécurité nationale », avec ainsi un « accent mis désormais sur l’idée de continuum entre sécurité intérieure et défense » brouillant ainsi davantage les frontières entre l’intérieur et l’extérieur, la paix et la guerre (p. 292). De nombreux éléments participent de cette réactivation, et comme le conclut Jérémy Rubenstein : « brouillage entre sécurité intérieure et défense depuis 2008, réhabilitation de la contre-insurrection comme axe central des interventions extérieures depuis 2010, renforcement des forces spéciales dont l’imaginaire puise depuis 2013 dans les guerres de décolonisation perdues (mais pensées comme “gagnées militairement”) : tous ces éléments ont réinstallé la DGR dans l’actualité française » (p. 296).

Haut de page

Notes

1 L’usage de l’expression « doctrine de guerre révolutionnaire » « est avéré dès la fin des années 1950 (voir par exemple : « La doctrine militaire de la guerre subversive », Le Monde, 22 juin 1960) et qui s’est imposée dans la littérature spécialisée parmi d’autres expressions pour désigner la doctrine française de contre-insurrection » (p. 5-6).

2 Le Maréchal Hubert Lyautey (1854-1934), est résident général du protectorat français au Maroc en 1912 et ses les actions et les écrits ont influencé l’élaboration de la DGR ; le Colonel Charles Lacheroy (1906-2005) est un des principaux théoriciens de la DGR après son expérience de la guerre d’Indochine ; le Colonel Antoine Argoud (1914-2004), est un théoricien de la guerre psychologique et officier pendant la guerre d’Algérie.

3 Gabriel Periès, De l’action militaire à l’action politique. Impulsion, codification et application de la doctrine de la « guerre révolutionnaire » au sein de l’armée française (1944-1960), thèse de doctorat en science politique, Université Paris 1, 1999.

4 Thèse publiée deux années plus tard : Paul et Marie-Catherine Villatoux, La République et son armée face au « péril subversif ». Guerre et action psychologiques (1945-1960), Paris, Les Indes Savantes, 2004.

5 « Il est traditionnel de commencer par une définition, de définir l’objet étudié. Dans ce cas ce serait le trahir. Car il présente pour première caractéristique de se dérober à la saisie d’une définition claire et distincte. », François Géré, La guerre psychologique, Paris, Economica, 1997, p. 13.

6 Ibid.

7 Chapitre 7. « Bataille d’Alger » et guerre secrète du Cameroun : la DGR en pratique (p. 150).

8 Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971), Paris, La Découverte, 2011.

9 « Un relatif silence académique également qui, à quelques notables exceptions près (Richard Joseph, Achille Mbembe, Meredith Terreta et quelques autres), a trop longtemps maintenu hors du champ d’investigation historique une guerre de première importance », Joël Glasman, « Autour d’un livre. Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971), Paris, La Découverte, 2011 », Politique africaine, n° 126, 2012, p. 185-205.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Cherbonnier, « Jérémy Rubenstein, Terreur et séduction. Une histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/59873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.59873

Haut de page

Rédacteur

Pauline Cherbonnier

Doctorante contractuelle en Histoire contemporaine à Sciences Po Aix et membre du laboratoire MESOPOLHIS (UMR 7064).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search