Navigation – Plan du site

Antoine Peillon, Céline. Un antisémite exceptionnel. Une histoire française

François Le Yondre
Céline, un antisémite exceptionnel
Antoine Peillon, Céline, un antisémite exceptionnel, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2011, 70 p., ISBN : 9782356871183.
Haut de page

Texte intégral

1Le petit livre (72 pages) du journaliste Antoine Peillon revient sur l’antisémitisme de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline. Signé en hommage à Georges Charpak qui avait publiquement formulé sa gêne et son incompréhension face à l’admiration sans nuance éprouvée par certains à l’égard du génie célinien, « cet abrégé sur l’ignominie célinienne » vise à exprimer l’indignation face à « la persévérance d’une sous-culture haineuse, très idéologie française, qui vire trop souvent au culte suspect d’un mauvais écrivain qui n’était en vérité qu’un raciste délirant ».

2L’argumentaire est sans concession et commence par le constat d’une célébration outrancière de l’écrivain dont le point d’orgue est atteint cette année quand le ministère l’inscrit parmi les « célébrations nationales ». La complaisance suspecte devient institutionnelle et générale selon l’auteur. On pourra cependant lui objecter que la polémique a semblé bien plus vive que ladite complaisance d’une part et, d’autre part, lui rappeler la décision finale de retirer le nom de Céline des « célébrations nationales ».

3L’auteur dénonce ensuite le commerce entretenu autour de l’œuvre célinienne. Qu’il s’agisse de feuillets manuscrits ou d’éditions rares vendus aux enchères ou encore de l’actuel succès de librairie, le «grand business band » décrit en chiffres par Antoine Peillon est incontestable. Mais il n’alimente en rien la thèse d’une complaisance nationale voire d’un antisémitisme latent et passif annoncée en début d’ouvrage. Que l’on s’arrache les biens littéraires d’un auteur antisémite peut-il être sérieusement associé à une complaisance face à l’antisémitisme ?

4Antoine Peillon rappelle également le propre commerce que Céline fait de ses œuvres en pleines années noires. Alors qu’il se présente seul et pauvre à la fin de sa vie, Céline apparaît pendant l’occupation (ses « années fastes » selon l’auteur) comme un écrivain à la fois riche et jouissant d’un réseau social solide. Cet ancrage de l’écrivain dans le contexte vichyste s’expliquerait et se mesurerait par l’influence ou la réception positive de ses écrits (notamment de Bagatelles pour un massacre) par certains grands esprits. Gide, Arland ou encore Aymé sont cités entre autres.

  • 1 Michel Bounan, L’art de Céline et son temps, 3ième éd. revue et augmentée, éditions Allia, 1998

5Mais la dernière partie de l’ouvrage entend rappeler au lecteur que l’antisémitisme célinien ne s’est pas cantonné au discours. L’activisme a pris la forme de la délation par le biais de nombreuses publications dans la presse radicalement antisémite. Parmi quelques intellectuels et artistes, Céline vise notamment Robert Desnos d’après le journaliste citant longuement Michel Bounan1.

6Au terme de l’ouvrage, le lecteur est persuadé de l’antisémitisme haineux de l’écrivain. Pourtant, il n’en apporte pas la preuve mais multiplie seulement les références sérieuses au prix d’une surcharge de citations. Par ailleurs, est-il encore nécessaire de faire la preuve de cet antisémitisme ? Contrairement à ce qu’affirme Antoine Peillon, les adorateurs du style célinien ne semblent pas nier à ce point l’ignominie dont il est question dans cet ouvrage.

7Mais c’est peut-être parce que l’intention du journaliste est ailleurs. S’inspirant à la fois des historiens Robert O. Paxton et Edgar Quinet ou encore du philosophe Alain Badiou, Antoine Peillon souhaite inscrire son propos dans une philosophie de l’histoire de France qui postule une propension des français à la soumission au pouvoir absolu parfois mâtinée de xénophobie. Mais de ce cadre argumentaire ou de cette hypothèse générale ( ?), on ne trouve aucune trace après sa formulation à la page 13. Idem pour les hypothèses d’une « complaisance louche » ou d’une « persévérance d’une sous-culture haineuse » en France. Voilà des affirmations bien moins certaines et avérées que l’antisémitisme célinien et qui auraient davantage mérité un réel travail d’argumentation et, pourquoi pas, d’administration de la preuve.

  • 2 Sur l’attitude adoptée face à un écrivain dont on aime les livres et le style mais dont le racisme (...)

8Enfin, on ne peut éviter de relever la contradiction entre le titre et son contenu. Annoncé comme un antisémite exceptionnel, Céline y est présenté comme un raciste finalement ordinaire avec tout ce que cela comporte de pensées aussi simplistes que d’actes ignobles parfois. S’il est un antisémite exceptionnel, ce n’est que parce qu’à côté de l’horreur qui le caractérise, il laisse des écrits dont la singularité interpelle sur le plan purement littéraire et non moral. Bien qu’il soit possible de nier la poésie célinienne dès lors qu’elle ne nous atteint pas, il est plus périlleux de nier, comme le fait Antoine Peillon, qu’elle touche un bon nombre d’amateurs de littérature, profanes ou spécialistes. Et c’est peut-être là le principal raté de cet ouvrage. Dès que Céline est présenté comme « un mauvais écrivain », sans aucune discussion ni nuance, le propos est vain. Le cas Céline donne, au contraire, l’occasion de comprendre que l’horreur de l’antisémitisme et du racisme peuvent coexister avec la subtilité nécessaire à un si bel usage des mots. Le reconnaitre ne revient pas à faire preuve d’une complaisance suspecte à l’égard de l’antisémitisme, c’est simplement accepter que les femmes et les hommes respectables et bienveillants ne soient pas les seuls à pouvoir bien écrire2.

9Manquant de cette nuance, cet ouvrage finit par s’éloigner de la position de celui à qui il est dédié. Dans les propos qui sont rapportés, Charpak ne conteste pas la petite musique célinienne. Il s’agaçait simplement de l’absence de barrière à la dévotion. Autrement dit, il n’appelait à rien d’autre qu’un peu de tact, que l’on ne joue pas trop fort, jusqu’à l’indécence, cette petite musique… Avec cela, on ne peut qu’être d’accord évidemment.

Haut de page

Notes

1 Michel Bounan, L’art de Céline et son temps, 3ième éd. revue et augmentée, éditions Allia, 1998

2 Sur l’attitude adoptée face à un écrivain dont on aime les livres et le style mais dont le racisme est avéré, j’invite les lecteurs à lire le prix Nobel Orhan Pamuk dans son ouvrage D’autres couleurs, lorsqu’il explique son rapport à Gide dont certains écrits sont grossièrement racistes à l’encontre des turques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Le Yondre, « Antoine Peillon, Céline. Un antisémite exceptionnel. Une histoire française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5989

Haut de page

Rédacteur

François Le Yondre

Docteur en sociologie du sport, enseignant contractuel à l'Université de Rennes 2, et membre du Lares (LAboratoire de Recherche en Sociologie, EA 2241)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page