Navigation – Plan du site

Françoise Poyet, Christine Develotte (dir.), L’éducation à l’heure du numérique Etat des lieux, enjeux et perspectives

François Granier
L'éducation à l'heure du numérique
Françoise Poyet, Christine Develotte (dir.), L'éducation à l'heure du numérique. État des lieux, enjeux et perspectives, Lyon, ENS Éditions, coll. « Technologies nouvelles et éducation », 2011, ISBN : 9782734212003.
Haut de page

Texte intégral

1Après l’engouement pour l’audiovisuel (les décennies 1960 – 1970), celui pour l’informatique (1980), viendrait celui pour le numérique caractérisé par l’accès gratuit et à distance d’immenses ressources dématérialisées.

2Au regard de pratiques, ô combien multiples, et de l’obsolescence rapide des technologies, Françoise Poyet et Christine Develotte ont judicieusement perçu l’importance de solliciter des collègues issus de différentes disciplines : sciences de l’éducation, de l’information, sociologie, géographie, techniques documentaires, gestion… pour comprendre et anticiper les effets du numérique en matière d’éducation. L’ouvrage qu’elles ont codirigé se place résolument dans une perspective de synthèse qui ambitionne de dresser un état des lieux, d’identifier des enjeux et de discerner des perspectives.

  • 1 L, Cuban, Teachers and machines: the classroom use of technology since 1920. NY : Teachers college (...)

3Leur thèse se dessine rapidement. L’organisation du temps et de l’espace scolaire ne constitueraient-ils pas l’un des obstacles majeurs au plein développement des ressources numérique ? Cette hypothèse rejoindrait selon nous, les analyses de Larry Cuban1 pour qui toutes les technologies éducatives seraient victimes d’une « romance inconstante ». Dans une première phase « prophétique », les observateurs prédisent que les pratiques des enseignants et les modalités d’apprentissage vont être bouleversées radicalement. Survient ensuite une phase « d’expérimentation » : ici et là, des actions pilotes s’avèrent prometteuses. Mais se fait jour une phase « de plaintes » : les enseignants expriment leurs réserves, leurs déceptions… avant que ne soit observée une dernière phase « de développement limité » : des usages scolaires émergent mais ne se généralisent pas.

4La première partie de l’ouvrage nous permet de disposer d’une photographie des équipements et des usages des TIC. Rémi Thibert ausculte le système éducatif français et replace celui-ci dans un panorama mondial. Il clôt son bilan en constatant que les Espaces Numériques de Travail (ENT) sont surtout mobilisés pour répondre à des questions périscolaires – telle la mise en place de cahiers de texte électroniques – privant sans doute ces outils d’usages plus efficients.

5Françoise Poyet centre ses analyses sur les tensions entre culture scolaire et culture numérique. Celle-ci a pris toute sa place dans les univers professionnels et familiaux et a banalisé la communication entre pairs. Elle a en outre brouillé les traditionnelles frontières spatio-temporelles. A l’inverse, la culture scolaire demeure marquée par des relations hiérarchisées tant dans la classe que dans l’institution « Education nationale ». En outre, les logiques d’espace, « la classe » et de temps, « l’heure de cours » s’avèrent quasi immuables. Rapports aux valeurs, à l’autorité, aux savoirs… sont bousculés au point que : « l’éducation [demeure] prisonnière de la "forme scolaire" (Vincent, 1994) du fait de sa résistance au développement des techniques numériques ».

6La deuxième partie de l’ouvrage consacrée aux enjeux s’ouvre fort logiquement par une analyse des pratiques professionnelles des enseignants. Jean-Luc Metzger concentre ses observations et analyses sur l’enseignement secondaire et distingue les pratiques relatives aux relations pédagogiques de celles effectuées hors de la présence des apprenants : préparation de cours, coordinations entre pairs… L’auteur note l’augmentation d’injonctions gestionnaires, notamment diffusées par l’OCDE, visant à rendre les systèmes éducatifs plus performants. Elles génèrent selon lui chez les enseignants un « sentiment de déprofessionnalisation » qui n’incite guère ceux-ci à « expérimenter une pédagogie constructiviste ni à s’investir dans de nouvelles pratiques autour des TIC » (p. 61). Pour Jean-Luc Metzger seule « une reconnaissance sincère, non manipulatrice des capacités professionnelles à innover et donc à négocier leur engagement » ouvre la voie à des « configurations d’expérimentations », bases de nouveaux usages.

7Pour appréhender les pratiques de communication et les logiques d’engagement, Christine Develotte fait dialoguer un panel d’enseignants. Si un développement d’espaces plutôt collaboratifs est attesté et répond à des attentes, il semble hasardeux pour C. Develotte d’affirmer si ceux-ci perdureront ou s’ils cèderont leur place à des formules « plus individuelles et peut-être plus volatiles ».

8L’ultime partie de l’ouvrage opte pour une présentation d’actions identifiées comme des inventions mais ayant, selon les co-directeurs de l’ouvrage, vocation à s’instituer (Alter, 2000). Ces inventions, fruits de l’engagement de quelques militants, seront-elles en mesure d’influencer significativement les politiques pédagogiques et éducatives ? Tour à tour sont présentés les effets de communications synchrones notamment dans l’apprentissage des langues vivantes, l’apprentissage à la documentation qui favorisent les travaux collectifs et notamment « l’émergence de répertoires de ressources partagées » et enfin l’impact des objets nomades tels les clefs USB, les téléphones portables et les lecteurs MP3. Ces derniers sont-ils en train de supplanter l’e-learning pourtant encore balbutiant ? Selon, Laure Endrizzi, ces outils préfigurent une « pédagogie embarquée » que d’aucun nomment : mobil learning, ubiquitous learning ou handheld learning. Entre les potentialités de ces dispositifs et les redoutables questions éthiques qu’ils soulèvent : frontières entre le public et le privé, le gratuit et le payant… L. Endrizzi observe un foisonnement de « bricolages pédagogiques » (Perrenoud 1983). Cette troisième partie aurait gagné en intérêt et en pertinence si le CD-Rom, inséré en fin d’ouvrage, avait été utilisé pour présenter d’autres initiatives et non pour nous livrer une version digitalisée de l’ensemble des chapitres imprimés.

9Si, comme l’espère Viviane Glikman dans sa postface, le système « éducatif apprend » (Deceuninck, 2002) et « si la topologie de l’espace éducatif tel qu’il s’est construit depuis le XIXe siècle » évolue, alors les ressources numériques constituent assurément un levier au service des apprenants lors de leur insertion dans l’Ecole mais aussi après ce passage. Nos sociétés s’avèrent en effet propulsées dans des univers où la maîtrise des connaissances requise n’est pas aujourd’hui assurée à chacun. Au-delà de questions techniques et pédagogiques certes essentielles, c’est bien à des choix politiques que l’ouvrage nous invite.

Haut de page

Notes

1 L, Cuban, Teachers and machines: the classroom use of technology since 1920. NY : Teachers college press, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Granier, « Françoise Poyet, Christine Develotte (dir.), L’éducation à l’heure du numérique Etat des lieux, enjeux et perspectives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 juillet 2011, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6003

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page