Navigation – Plan du site

Laure Schnapper, Henri Herz, magnat de piano. La vie musicale en France au XIXe siècle (1815-1870)

Pauline Adenot
Henri Herz, magnat de piano
Laure Schnapper, Henri Herz, magnat de piano. La vie musicale en France au XIXe siècle (1815-1870), EHESS, coll. « En temps et lieux », 2011, 317 p., EAN : 9782713222795.
Haut de page

Texte intégral

1Bien plus que la biographie d’un artiste méconnu, l’ouvrage de Laure Schnapper propose un regard original sur la vie musicale française au XIXe siècle sous le prisme des activités de Henri Herz (1803-1886), pianiste virtuose, compositeur prolifique, enseignant renommé, facteur de piano et propriétaire de l’une des seules salles de concert parisiennes.

2L’approche inédite de l’auteure éveille immédiatement l’attention du sociologue comme du musicologue : elle propose d’analyser la vie musicale d’une époque à travers un pianiste d’une importance alors majeure sur la scène française et internationale, et pourtant aujourd’hui tombé dans l’oubli. Cette méthodologie est intéressante à plus d’un titre : elle éclaire autant les pratiques musicales et le goût du public d’une société donnée que le choix de la musicologie contemporaine de ne retenir que certaines figures, souvent en conformité avec la représentation romantique de l’artiste, dont il est aujourd’hui encore parfois difficile de se défaire tant elle est parfaitement ancrée dans notre inconscient collectif.

3Henri Herz appartenait à une époque de transition aussi bien politique, sociale que musicale, bouleversements auxquels il a néanmoins réussi à s’adapter en exploitant toutes les possibilités que son instrument offrait. L’auteure montre combien Herz s’est parfaitement intégré à son époque, acceptant les évolutions et les reconversions nécessaires (il mourra plus connu comme facteur de piano que comme figure virtuose de l’instrument), ainsi que certaines compromissions avec ce nouveau maître qu’était le public : son début de carrière fulgurant, sa conquête des salons parisiens tenus par les femmes pour lesquelles il écrit spécifiquement et parmi lesquelles il recrute ses élèves, son entrée au prestigieux Conservatoire de Paris en tant qu’enseignant et sa reconversion dans la facture de piano lorsqu’il perd sa préséance sur la scène musicale.

4Pour comprendre l’engouement puis le désintérêt d’une société pour un style musical incarné par Herz, Laure Schnapper analyse les circonstances historiques et sociales de l’époque, ainsi que les conditions d’exécution et de réception de la musique. Comme trop rarement dans les ouvrages de musicologie et de sociologie de la musique, l’auteure analyse en outre quelques passages des œuvres de Herz, et notamment des traits de son langage musical en tant que témoignage d’un goût et de pratiques (ainsi les Grandes variations favorites et brillantes alla militare sur la cavatine de La Violette, op.48, succès alors mondial du pianiste-compositeur), opérant un lien tout à fait opportun entre ces deux disciplines. Les normes de ce goût musical, par la mise en lumière de ses motifs et de ses invariants, sont un nouvel élément de compréhension de la distinction de classe qui s’opère à travers la musique au XIXe siècle.

5Les bouleversements politiques, sociaux et musicaux qui ont marqué le XIXe siècle permettent de comprendre le déclassement symbolique de Herz aux yeux de ses contemporains et une partie de l’oubli dont il est aujourd’hui victime. Il fut en effet l’un des derniers représentants d’un classicisme mourrant au lendemain de la Révolution : son jeu ainsi que ses compositions, trop marquées au tournant d’une époque et répondant à une fonction aujourd’hui disparue, ne lui survivront pas. En outre, en adaptant son art à ses ambitions sociales, il est allé à l’encontre des nouvelles théories de l’art pour l’art, s’excluant du sommet de la hiérarchie musicale qui se mettait alors en place (à l’inverse de Liszt ou de Chopin, représentants de la nouvelle école d’interprétation et d’écriture).

6Cet ouvrage a le grand mérite de mettre en lumière un acteur ordinaire du monde musical dont l’ambition semble avoir été davantage l’indépendance que la reconnaissance, même posthume ; une figure à laquelle on ne peut dénier le statut d’artiste mais qui ne correspond pas aux schémas traditionnels de l’artiste tels que l’inconscient collectif les a retenus, et qui permet d’éclairer de façon inédite des pans de la vie musicale du XIXe siècle. On peut simplement regretter que le clivage qui s’est alors opéré entre répertoire d’élite et répertoire de masse, et qui s’est exprimé pour Herz par le mépris de nombre de ses confrères, redoublé par son succès public, ne soit pas davantage étayé par l’analyse musicale. Car la question est encore tout à fait actuelle, souffre de l’absence d’éléments de compréhension et de réflexion ne relevant pas du symbolique, et qui pourraient sans doute être appuyés par la réalité du matériau musical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Adenot, « Laure Schnapper, Henri Herz, magnat de piano. La vie musicale en France au XIXe siècle (1815-1870) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 juillet 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6004

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page