Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Sandra Laugier (dir.), Les séries...

Sandra Laugier (dir.), Les séries. Laboratoires d’éveil politique

Frédérique Brisset
Les séries
Sandra Laugier (dir.), Les séries. Laboratoires d’éveil politique, Paris, CNRS, 2023, 390 p., ISBN : 9782271137906.
Haut de page

Texte intégral

1Le champ des séries télévisées ne cesse de s’élargir et celles-ci d’accroître leur légitimité : artistique, tout d’abord, en accueillant de grands noms du cinéma ; commerciale, en investissant les média bien au-delà de la télévision stricto sensu ; spectatoriale, en démocratisant l’accès public à ses productions, mais universitaire aussi, à en juger par le nombre de laboratoires de recherche, de publications et de revues qui y sont désormais consacrés. Le monde académique français participe pleinement de cet essor de la culture populaire comme objet d’étude, remettant en question le distinguo bourdieusien d’avec la culture légitime.

2L’ouvrage dirigé par Sandra Laugier, professeure de philosophie et membre fondatrice du collectif universitaire européen Démoséries1, s’inscrit dans ce mouvement pour appréhender un enjeu majeur, l’éthique et la morale professionnelles, politiques et sociales que les séries donnent à voir, de par leur régime mimétique, et à réfléchir, dans leur « essence proprement démocratique » (p. 10) liée notamment à la diffusion de masse. Elles ont à leur avantage leur durée, leur réitération2, leur proximité avec le public et la facilité d’accès sur divers supports, qui impliquent une forme de spectature bien spécifique.

  • 3 Voir le numéro 47 de la revue ILCEA, « La fiction à substrat professionnel à travers le prisme de s (...)
  • 4 Voir le sommaire en ligne sur le site de l’éditeur (rubrique « Lire un extrait » : https://www.cnrs (...)

3Le volume présenté ici propose ainsi, en 390 pages, vingt contributions portant sur autant de productions du XXIe siècle, principalement américaines mais aussi françaises, israéliennes, britannique et ukrainienne, pour éclairer cette problématique. Certaines séries, telles The Americans (analysée par Sandra Laugier, p. 29-50), Baron Noir (présentée par Alexandre et Simon Geffen, p. 51-60), Homeland (traitée par Caroline San Martin, p. 189-205), sont particulièrement adaptées à une approche par le prisme politique, eu égard à leur univers principal qui fait pénétrer spectateurs et spectatrices dans l’arrière-cuisine des institutions publiques, permettant « l’ostentation d’un appareil », selon la formule de Pauline Blistène (Le bureau des légendes, p. 111). Elles participent en effet majoritairement de ce qu’il est convenu d’appeler la « fiction à substrat professionnel » (FASP)3. Mais les auteur·es des différents chapitres convoquent aussi d’autres réalisations moins évidentes a priori (les sous-titres des contributions ne sont d’ailleurs pas spontanément très explicites quant à leur lien avec la politique4), et c’est là tout l’intérêt de l’approche choisie par Sandra Laugier.

  • 5 Sandra Laugier avait déjà approfondi cette thèse dans Nos vies en séries. Philosophie et morale d’u (...)
  • 6 Pascale Molinier parle même de « subversion des rôles sociaux féminins » dans l’audiovisuel qui, ju (...)
  • 7 La plupart des articles retiennent d’ailleurs le terme « créateur » pour désigner le ou les initiat (...)

4La coordonnatrice de l’ouvrage expose dans son introduction comment la réflexivité entre réalité et fiction permet de construire une culture politique populaire, via l’attachement du spectateur5 – plutôt que sa projection-identification – à des personnages et aux valeurs qu’ils incarnent, ce compagnonnage virtuel combinant la « distance lucide avec l’empathie », comme dans la série Orange Is The New Black étudiée par Carole Desbarats (p. 274). Cette émergence d’une culture populaire démocratique tient aussi à la nouvelle visibilité que les séries ont pu donner à des personnages jusqu’alors mal ou sous-représentés, tels les femmes (voir Engrenages, explorée par Pascale Molinier6, p. 129-145), les protagonistes gays et queers (examinés dans The Wire, par Philippe Corcuff, p. 375-386, ou Killing Eve, par Charles-Antoine Courcoux, p. 225-243), voire ceux et celles issu·es de la « diversité » (dans Lupin, scrutée par Alexandre Diallo, p. 245-262 ou I May Destroy You, abordée par Frédéric Bisson, p. 207-223). Se développe alors l’idée que la série permet l’émergence du personnage comme pivot central de la fiction (relativisant, à l’inverse du cinéma, l’importance des auteur.es, souvent pluriel·les d’ailleurs au fil des saisons7). L’illustration ultime de ce principe, d’actualité, est la mise en abyme de Volodymyr Zelensky, acteur de sa propre production Serviteur du peuple (2015-2019), élu président d’Ukraine dans la série puis dans la réalité, phénomène dont l’ironie dramatique est commentée par Thibault de Saint Maurice (p. 319-330).

  • 8 Sur la « fiction audiovisuelle [comme] technologie de genre », voir la contribution de Pascale Moli (...)
  • 9 La notion d’expérience renvoie aussi à cette métaphore définitoire des séries dans le sous-titre du (...)
  • 10 Cavell Stanley, La projection du monde. Réflexions sur l’ontologie du cinéma, trad. Ch. Fournier, P (...)

5Séries politiques, sécuritaires, carcérales, féministes8, politiques, voire historiques (comme Un village français, objet du chapitre de Marjolaine Boutet, p. 331-341, ou The Crown, évoqué par Sandra Laugier, p. 113-128), l’éventail est riche et varié. Utopiques ou, plus souvent, dystopiques (voir la démythification du super-héros revisité dans The Boys, par Théo Touret-Dengreville, p. 77-94), elles sont abordées ici par ordre alphabétique, chacune donnant son titre au chapitre qui lui est dédié, sans hiérarchie ni regroupement subjectifs. Ce choix assumé justifie l’absence de conclusion de l’ouvrage, qui laisse toutefois la lectrice un peu sur sa faim, d’autant que ce livre dense est pensé comme une collection d’articles amenée à se décliner à l’avenir autour de nouveaux axes d’analyse. La sélection de ces études de cas vise in fine à montrer, de manière transversale, comment cette forme de culture populaire dépasse le simple (et longtemps dévalorisé) divertissement pour impulser un vrai travail « d’éducation morale » (p. 14) à travers l’expérience9 partagée, au sens où l’entendait Stanley Cavell10 : celle qui corrèle res publica et sphère privée, collectif et singulier, pour stimuler, via l’agency de l’amateur·ice de séries (p. 13), le débat et l’échange, intimes autant que citoyens. C’est d’ailleurs le sens de la conclusion de l’article d’Amélie Férey sur Fauda, production israélienne sur la guerre de Gaza, qui voit là, pour le public, « un possible espace de délibération alternatif » sur le conflit palestinien (p. 160). Dans cette conception, la cité, origine étymologique du vocable « politique », se voit ainsi élargie à l’ensemble des spectateurs de séries, dont l’espace fictionnel construit alors une nouvelle agora démocratique.

  • 11 Telle l’analyse du personnage comme agent social menée par la sociologue Sabine Chalvon-Demersay, L (...)

6Sans occulter les enjeux narratifs et esthétiques propres au média sériel (le choix, par exemple, de trois actrices différentes pour incarner Elisabeth II dans The Crown, examiné par Sandra Laugier p. 127-128, montre l’exploitation des potentialités spécifiques à ce format pour interroger spectateurs et spectatrices sur leur rapport à la fiction), l’approche philosophique renouvelle de la sorte les perspectives. Elle va au-delà des analyses cinématographiques usuellement mises en œuvre pour considérer ce genre audiovisuel (même si les dernières années marquent une évolution notable sur ce point11). Il n’est qu’à voir la variété des disciplines universitaires représentées par les auteur·es (philosophie, histoire, science politique, communication, psychologie, esthétique, notamment), qu’on ne peut toutes et tous citer ici. La diversité et l’originalité de leurs questionnements stimulera sans aucun doute la réflexion chez les spécialistes et amateur·ices de séries, tout autant que dans le monde des sciences sociales. L’organisation du volume permet aussi bien une lecture linéaire que la consultation ponctuelle d’un chapitre isolé. L’ouvrage s’apparente en effet à une anthologie « ouverte », pièce d’un ambitieux work in progress annoncé par Sandra Laugier (p. 26). Au terme de ce recueil, il apparaît que l’impact et la responsabilité sociétale des concepteurs et diffuseurs de séries s’avèrent dès lors assez vertigineux, autre question éthique, complémentaire de celles débattues ici, que posent la multiplication, la vaste diffusion, ainsi que les modalités de réception des productions sérielles, bien comprise d’ailleurs des organes de censure, entre autres sous les régimes totalitaires.

Haut de page

Notes

1 https://www.demoseries.eu/team.

2 Sur la « dynamique sociopolitique de la répétition », voir Soulez Guillaume, « La double répétition », Mise au point, n° 3, 2011, en ligne : https://doi.org/10.4000/map.979.

3 Voir le numéro 47 de la revue ILCEA, « La fiction à substrat professionnel à travers le prisme de ses auteurs, ses experts, ses lecteurs et ses (télé)spectateurs », 2022, en ligne : https://doi.org/10.4000/ilcea.15349.

4 Voir le sommaire en ligne sur le site de l’éditeur (rubrique « Lire un extrait » : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/sciences-politiques-et-sociologie/les-series/).

5 Sandra Laugier avait déjà approfondi cette thèse dans Nos vies en séries. Philosophie et morale d’une culture populaire, Paris, Flammarion, 2019.

6 Pascale Molinier parle même de « subversion des rôles sociaux féminins » dans l’audiovisuel qui, jusqu’à peu, mettait en scène des héroïnes loin des « femmes de prime abord ‘ordinaires’ » (p. 129-130).

7 La plupart des articles retiennent d’ailleurs le terme « créateur » pour désigner le ou les initiateur·ices de séries, dont le rôle précède et peut se conjuguer avec celui de scénariste, de showrunner et de réalisateur·ice.

8 Sur la « fiction audiovisuelle [comme] technologie de genre », voir la contribution de Pascale Molinier, « Engrenages », p. 144.

9 La notion d’expérience renvoie aussi à cette métaphore définitoire des séries dans le sous-titre du livre, le « laboratoire », où s’élaborent les conditions expérimentales de l’« éveil politique ».

10 Cavell Stanley, La projection du monde. Réflexions sur l’ontologie du cinéma, trad. Ch. Fournier, Paris, Vrin, 1999 [1971].

11 Telle l’analyse du personnage comme agent social menée par la sociologue Sabine Chalvon-Demersay, Le troisième souffle. Parentés et sexualité dans les adaptations télévisées, Paris, Presses des Mines, 2021, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Brisset, « Sandra Laugier (dir.), Les séries. Laboratoires d’éveil politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 mars 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60095

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search