Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Sylvain Ville, Le théâtre de la b...

Sylvain Ville, Le théâtre de la boxe. Naissance d'un spectacle sportif (Paris-Londres, 1880-1930)

Igor Martinache
Le théâtre de la boxe
Sylvain Ville, Le théâtre de la boxe. Naissance d'un spectacle sportif (Paris-Londres, 1880-1930), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2022, 344 p., préface de Christophe Charle, ISBN : 978-2-7535-8329-0.
Haut de page

Texte intégral

1Dommage que la notion de « sport spectacle » portée par le sens commun soit nimbée d’une connotation négative, car celle-ci s’avère en réalité particulièrement pertinente pour décrire l’essor du sport moderne au tournant du siècle dernier. Alors que les commentateurs débattent fréquemment quant à savoir qui de la sportivisation des pratiques physiques et leur mise en spectacle a précédé l’autre, en déplaçant la focale usuelle des pratiques au profit de l’organisation, le socio-historien Sylvain Ville montre dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat que les deux phénomènes sont en réalité indissociables l’un de l’autre. Tout du moins en ce qui concerne la boxe en France et en Angleterre. Comme l’auteur le résume d’entrée, « l’histoire de la boxe n’est pas la transformation progressive du “combat aux poings” en un “sport” mais celle d’une lutte entre des promoteurs cherchant à mettre en spectacle cette activité et des dirigeants fédéraux s’efforçant de la faire entrer dans la catégorie des “sports” » (p. 17). Il s’emploie à mettre en évidence cette double codification – comme sport et comme spectacle – de la pratique pugilistique à partir d’un minutieux travail d’exploration d’archives de part et d’autre de la Manche, relevant tout à la fois de l’univers sportif que de celui du spectacle, pour constituer notamment une base de données inédites des lieux accueillant les rencontres de boxe durant les cinq décennies étudiées couplée à une prosopographie des différents agents constituant l’espace de la boxe, dépassant les seuls combattants les plus en vue.

2L’ouvrage s’organise en quatre chapitres roboratifs qui suivent un fil chronologique. Le premier traite ainsi de la naissance de la boxe dite anglaise à Londres et de sa mise en forme à Paris, entre les années 1880 et 1907. Au début de la période, diverses modalités de pratique coexistent, lorsqu’est constituée l’Amateur Boxing Association (ABA), dont la dénomination et le règlement n’empêche cependant pas que certains y combattent pour de l’argent. Pour tenter de remédier à leur statut précaire, une Professional Boxing Association (PBA) est créée en 1885, qui cherche cependant rapidement à s’imposer comme instance dirigeante de la boxe professionnelle, qu’elle s’emploie à différencier de la pratique amateure comme du « prize fighting » (combat ponctuel avec une prime monétaire à la clé). À cette époque, les combats se déroulent tout autant dans l’enceinte de clubs sportifs que dans des tavernes et des salles de théâtre ou de music-hall – l’auteur recense 178 lieux ayant accueilli de telles rencontres dans le « grand Londres » pour la seule année 1889 –, que reflète la variété des modalités d’organisations de tels spectacles, tant en termes de règles utilisées, de déroulé, de dotations et de publics, tandis que l’encadrement juridique reste incertain. En France, les combats de boxe anglaises sont interdits jusqu’en 1903, ce qui en freine le développement, même si les « assauts » et exhibitions sont autorisés. Deux boxes, l’une à visée davantage spectaculaire, l’autre sportive, cohabitent alors dans le pays mais toutes deux font l’objet d’une même réprobation par les élites lettrées qui vantent par contraste la distinction de la boxe française. Néanmoins, la porosité des frontières entre ces trois types de pratique conjuguée au succès des « démonstrations » livrées par des boxeurs anglais ou états-uniens, l’action déterminée de journalistes qui fondent la Fédération française des sociétés de boxe (FFSB) qui en  1903 revendiquent le monopole des compétitions de boxe dans le pays, comme celle de certains entrepreneurs de spectacles sportifs, comme les fondateurs britanniques du Pelican Athletic Club, contribuent à la popularisation et à la structuration de la boxe anglaise dans la capitale française.

3Ces spectacles de boxe qui, comme le note l’auteur, attirent alors un public socialement très diversifié, se muent en un véritable marché entre 1907 et 1911, en s’imposant dans la programmation des principales salles de spectacle et en devenant l’objet d’une importante attention médiatique, comme le détaille le deuxième chapitre. Le nombre d’événements et soirées consacrés à la boxe à Paris connaît une augmentation exponentielle sur la période pour dépasser la centaine par an, tandis que des lieux dédiés sont mis sur pieds sur fond de débats opposant logiques sportive et spectaculaire. Promu par plusieurs hommes de lettres, dont l’écrivain Tristan Bernard, le spectacle sportif de la boxe fait alors l’objet d’une mise en forme particulière, tant en termes de logistique organisationnelle que de couverture médiatique, les deux n’étant pas sans s’imbriquer. Dans le même temps, les promoteurs de ces rencontres entrent dans une relation d’associés-rivaux avec la fédération, caractérisée à la fois par une concurrence quant à la définition des règles légitimes d’organisation des combats et une convergence d’intérêts dans le développement d’un marché lucratif. Un autre front conflictuel oppose les combattants étrangers, principalement anglo-saxons, et leurs managers aux organisateurs et dirigeants fédéraux hexagonaux tandis que se renforce la professionnalisation, qui découle ainsi, comme l’unification des règles, du processus de mise en spectacle marchand, et non de décisions étatiques comme dans d’autres disciplines.

4Les trois années suivantes (qui précèdent le déclenchement du premier conflit mondial) voient la boxe devenir un véritable spectacle de masse. C’est ce processus qu’analyse le troisième chapitre, en pointant les différents canaux par lesquels d’expansion de ce marché du spectacle : agrandissement des salles accompagné d’une savante segmentation du prix des places permettant de satisfaire toutes les bourses ou presque, diffusion de matchs au cinéma, essor des écrits sur la boxe et les boxeurs, utilisation importante de l’image du sport et de ses champions dans la publicité, et enfin internationalisation du marché pugilistique conjugué à une propagande nationaliste. Dans un second temps, Sylvain Ville s’intéresse aux conditions concrètes d’existence des boxeurs professionnels qui, contrairement à une idée tenace, ne sont pas issus des couches les plus défavorisées, mais sont néanmoins obligés pour beaucoup de cumuler leur pratique sportive avec un autre emploi. Il revient également sur l’activité des managers dont le métier s’invente alors en actes. Puis il s’arrête sur le conflit qui éclate alors que le marché atteint son apogée entre deux camps, constitué chacun par une société organisatrice et une fédération à laquelle elle est adossée. Chacune cherche le contrôle de l’organisation de la pratique et en particulier le monopole de l’attribution des titres de champions, alors même que la boxe fait l’objet d’une véritable reconnaissance par les pouvoirs publics, également synonyme d’un encadrement plus strict.

5L’éclatement de la Première guerre mondiale met toutefois un coup d’arrêt à cette embellie du marché pugilistique, en même temps qu’il en rebat les cartes. Cette restructuration qui court jusqu’à la fin de la décennie 1920 est examinée dans le dernier chapitre. Sylvain Ville commence à y questionner une lecture de cette période en termes de déclin, du fait notamment de la disparition de toute une génération de combattants et du poids des taxes sur le prix des billets, en pointant les facteurs qui suggèrent au contraire une effervescence du spectacle, notamment la hausse du nombre de soirées et de celui des boxeurs professionnels. C’est donc bien davantage d’une transformation qu’il s’agit ; elle se traduit par l’avènement de nouveaux promoteurs et de nouvelles salles, qui supplantent ceux qui régnaient avant-guerre, mais aussi par un public devenu socialement plus homogène au profit des classes populaires. Du côté des boxeurs, l’auteur pointe le développement de nouvelles circulations internationales avec les proches pays européens, en raison notamment des fluctuations à la hausse du taux de change du franc, ainsi que le développement des combats majeurs en province, ce qui transforme en profondeur l’offre de spectacle de même que le circuit par lequel les boxeurs hexagonaux doivent passer pour grimper dans la hiérarchie de l’espace pugilistique. Dans le même temps, la Fédération française de boxe (FFB) assoit son assise sur le sport, profitant notamment de l’institutionnalisation de la fédération internationale qui lui permet d’écarter ses rivales internes. Elle s’allie aussi aux pouvoirs publics pour combattre la « boxe foraine ». Pour autant, la dimension spectaculaire n’est pas évacuée et connaît même un certain regain à travers l’action de certains promoteurs comme l’homme d’affaires Jeff Dickson. Et des « affaires » comme celle du champion du monde Primo Carnera, dont le manager Léon Sée a affirmé après coup avoir truqué la plupart des combats, révèle que la frontière entre la « sincérité » du sport et le « chiqué » du spectacle est en vérité bien poreuse.

6Au-delà de son objet, sur lequel il apporte une mine de données précieuses, l’ouvrage de Sylvain Ville s’inscrit bel et bien dans le développement revendiqué d’une « autre histoire du sport », qui s’intéresse au processus de structuration du spectacle sportif en élargissant la focale au-delà des seuls pratiques et pratiquants. En mettant en évidence les relations et circulations des agents concernés, il bat en brèche certaines dichotomies convenues, comme celle opposant un pôle associatif et un pôle commercial dans l’organisation du sport, et apporte ce faisant des éléments décisifs pour saisir la structuration de certains marchés sportifs, en échos à d’autres travaux récents, tels que ceux de Manuel Schotté sur le football professionnel1 ou de Julien Bonhomme sur la lutte sénégalaise2.

Haut de page

Notes

1 Manuel Schotté, La valeur du footballeur. Socio-histoire d’une production collective, Paris, éditions du CNRS, 2022.

2 Julien Bonhomme, Le champion du quartier. Se faire un nom dans la lutte sénégalaise, Sesto S. Giovanni, Mimesis, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Sylvain Ville, Le théâtre de la boxe. Naissance d'un spectacle sportif (Paris-Londres, 1880-1930) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 février 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60139

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search