Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Judith Cohen, Samy Lagrange et Au...

Judith Cohen, Samy Lagrange et Aurore Turbiau, Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie

Arthur Ségard
Esthétiques du désordre
Aurore Turbiau, Judith Cohen, Samy Lagrange (dir.), Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l'utopie, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. « Convergences », 2022, 352 p., ISBN : 979-10-318-0545-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les directeur·ices de l’ouvrage nuancent cependant en introduction cette perception des utopies cla (...)
  • 2 Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s, Berne, Peter Lang, 2015 (19 (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Judith Cohen, Samy Lagrange et Aurore Turbiau, propose, dans la vertigineuse variété disciplinaire et thématique de ses chapitres, une reconceptualisation de l’utopie, contre sa définition classique et encore couramment admise de description fictionnalisée d’une société idéale, à la manière de La République de Platon ou de L’Utopie de Thomas More. Selon les perspectives multiples de la littérature, de l’histoire de l’art, des études cinématographiques, de la musicologie, de la sociologie, de la géographie, de la philosophie et même de la création sonore (avec un chapitre signé du groupe de chercheur·euses les Jaseuses, « making of » de leur podcast Échos du futur), cette notion est interrogée, déstabilisée et complexifiée. Tous les chapitres s’opposent à une conception de l’utopie comme spatialisation parfaitement lisible d’un idéal, isolée du reste du monde et de ses problèmes (l’abbaye de Thélème, l’île d’Utopia…), et hors du temps, son organisation parfaite étant souvent perçue comme stable ou anhistorique1. Les utopies discutées dans l’ouvrage incluent au contraire une certaine forme de désordre ou de spontanéité, sont dynamiques (il est question dans plusieurs chapitres d’élans, d’impulsions, de mouvements utopiques, en référence à l’« utopian impulse » d’Angelika Bammer2), évolutives et, loin d’être des arcadies inoffensives, elles constituent des critiques radicales, pour la plupart d’inspiration féministe, décoloniale et/ou anticapitaliste, des sociétés dans lesquelles elles ont été produites. Contrairement à ce que suggèrent les cinq parties de l’ouvrage, qui mettent chacune l’accent sur un mouvement distinct dans l’élaboration de ces utopies critiques (« s’émanciper des grands systèmes », « préserver les lieux de l’imparfait », « provoquer le désordre », « habiter le trouble », « reconstruire de l’ordre autrement »), Esthétiques du désordre ne suit pas véritablement de progression et peut être lu, justement, dans le désordre, chacun de ses dix-sept chapitres étant relativement indépendant des autres dans ses références, son cadre épistémologique et ses usages de la notion d’utopie. S’il n’est donc pas possible de traiter ici du contenu de l’ouvrage de manière exhaustive, on peut observer des tendances se dégager de ces différents points de vue.

2Il apparaît d’abord, comme évoqué précédemment, une profonde remise en cause de la notion même d’utopie, qui invite à la problématiser et à la redéfinir. Les œuvres et les objets analysés constituent tous une critique de l’utopie, du moins de « l’utopie monolithique et didactique, ne résistant pas aux contradictions et aux critiques » (Quitterie de Beauregard, p. 233), volontiers associée à un ordre totalitaire. C’est ainsi que Gregory Buchakjian, dans son chapitre intitulé « Beyrouth ou la ville des utopies guerrières ou bâtisseuses », évoque notamment « l’utopie haririenne » (p. 261), du nom de Rafic Hariri, ancien premier ministre du Liban, qui a imposé dans les années 1990 un plan de reconstruction de Beyrouth, correspondant à une vision politique abstraite de ce que la ville devrait être, mais sans prendre en compte les besoins des habitant·es. La gestion utopique de l’espace, qu’elle cherche à réaliser « le rêve des guerriers » ou « le rêve des bâtisseurs » (p. 268), ne peut se faire qu’au détriment des populations, qui parviennent malgré tout à faire communauté, dans des lieux interstitiels et précaires. C’est aussi la conclusion à laquelle parvient, sur un plan plus général et plus théorique, Mohamed Lamine Rhimi commentant la pensée de l’utopie chez Édouard Glissant : pour le philosophe, l’utopie, telle que définie à travers l’histoire de l’Occident, « c’est d’abord une volonté de trouver la norme parfaite, de trouver ce qui d’une manière définitive établira un état d’excellence » (p. 135) : or, cette volonté de normalisation correspond à une vision unitaire, monolithique de l’humanité, quand elle est diverse et composite, ce qui suppose d’être attentif à certaines variations locales plutôt que d’imposer un ordre uniforme et transcendant. Cette défiance envers l’utopie en tant que telle ne s’attache pas seulement aux utopies manifestement oppressives, mais touche aussi celles qui pourraient être pensées comme libératrices. Aurore Turbiau, analysant le roman Les Bergères de l’Apocalypse de Françoise d’Eaubonne (1977), sorte de continuation des Guérillères de Monique Wittig (1969) où les hommes ont été exterminés et où l’utopie féministe se stabilise, note qu’avec l’établissement d’un ordre fixe, l’utopie se mue en dystopie. Pour d’Eaubonne, « s’il s’agit d’abattre l’ordre masculin, il n’est pas pour autant concevable d’instaurer un ordre féminin ou toute autre forme de pouvoir stabilisé » (p. 178). Toute utopie, même la plus radicale (par exemple le rêve féministe de l’amazonat), porte en elle un potentiel autoritaire. C’est de la même défiance envers le pouvoir stabilisé que font preuve les Jaseuses qui, dans leur fiction sonore située après la fin du patriarcat, ont renoncé à présenter une société féministe aux règles fixes. « Il était plus important pour nous d’écrire des situations où des personnages agissent en coopération, font preuve de grâce et de générosité les uns avec les autres, que de descendre de la montagne avec les dix commandements de la parfaite Commune » (p. 214). Tout au long du livre, l’utopie est redéfinie notamment par le dépassement de l’opposition entre création et destruction. « L’utopie n’est pas ici considérée comme étant fondamentalement une structure binaire appelant d’abord une destruction (u-topos) puis une reconstruction (eu-topos), mais comme un seul et même mouvement qui ferait de la déconstruction l’espace mouvant et toujours en acte du bonheur » (p. 21). C’est ainsi que Françoise d’Eaubonne conteste l’opposition entre révolution (destruction d’un ordre ancien) et utopie (fondation d’une société nouvelle), mais rassemble ces éléments en un même geste utopiste, toujours critique, en rupture, instable et déstabilisateur. D’une façon comparable, dans les œuvres littéraires de Monique Wittig et de Nicole Brossard telles qu’analysées par Rachel Boyer, la représentation du corps lesbien, entre fragmentation, désarticulation et nomadisation, est déjà, dans sa dimension destructive dirigée contre la conception patriarcale du corps occidental, la création d’une socialité et d’une langue alternatives.

  • 3 Michel Foucault, Le corps utopique ; suivi de Les hétérotopies, Fécamp, Nouvelles Éditions Lignes, (...)
  • 4 Michel Foucault, Les Anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, EHESS/Seuil/Gallimard, (...)
  • 5 « The term “freak” thus historically refers not only to bodies, but also to denormalizing social pr (...)

3Comme dans le fameux texte de Michel Foucault3, cité à plusieurs reprises, le corps est l’espace privilégié de nombre d’utopies présentes dans ce volume. Rachel Boyer se réfère, dans le titre de son chapitre, à une citation de Nicole Brossard, « SKIN utopie lent vertige ». « En effet, la peau est le lieu où s’expérimente la pratique désirante et politique du toucher » (p. 202) : cette dimension cutanée de l’utopie, la peau comme première frontière d’un espace autre et comme signe possible d’une subversion, se retrouve dans le chapitre d’Alexandra Picheta, où elle forge le concept de « queeratopie », non seulement pour renouveler la notion foucaldienne d’hétérotopie, où il est peut-être malheureux de retrouver de « l’hétéro », mais aussi pour renvoyer à l’atopie, qui « désigne une réaction allergique épidermique ; et si le queer agissait tel un allergène, tendant à ébranler l’organisme hétérocispatriarcal ? » D’autres chapitres de l’ouvrage évoquent ainsi des corps qui, « dans [leur] existence même »4, perturbent l’ordre hétérocispatriarcal. Quentin Petit Dit Duhal évoque ainsi les œuvres d’artistes de la fin du XXe siècle qui, réitérant les imaginaires fin-de-siècle de l’androgyne ou de l’hermaphrodite, renvoient à la condition des personnes intersexuées pour critiquer le binarisme de genre. Adrien Ordonneau, qui discute notamment la façon dont, dans le domaine des musiques électroniques, certains artistes travaillent à se construire une identité monstrueuse, les rapproche de la figure du freak, défini comme « un être vivant qui, par son existence même, interroge les valeurs dominantes » (p. 244). Il est bien sûr particulièrement judicieux, dans ce cadre, de se référer à cette figure, qui renvoie historiquement à un ensemble de pratiques sociales dénormalisantes5. À plusieurs reprises est soulignée la force critique et la potentialité utopique de corps mutants, d’identités dynamiques qui se réalisent « dans les marges et dans l’ombre de la société idéale » (Florian Alix, p. 281). Il n’est bien sûr pas surprenant que beaucoup des utopies décrites dans l’ouvrage, relevant d’une « construction à élaborer dans la vie quotidienne » (Anne Foucault, p. 167) et assimilables à des impulsions ou à des élans plutôt qu’à de grands systèmes abstraits, prennent racine dans le corps. Les utopies dynamiques discutées ici ressemblent moins à l’idéal de Thomas More qu’aux « rêves musculaires » du colonisé, décrits par Frantz Fanon et que cite Françoise d’Eaubonne : « Je rêve que je saute, que je nage, que je cours, que je grimpe, je rêve que j’éclate de rire, que je franchis le fleuve d’une enjambée, que je suis poursuivi par des meutes de voitures qui ne me rattraperont jamais » (p. 175).

  • 6 Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Camille Islert, Marys Renné Hertiman et Vicky Gauthier, « Introdu (...)

4Plusieurs de ces utopies font la part belle à l’imperfection et à la débrouillardise, qu’il s’agisse des free parties, « fêtes libres » organisées illégalement dans des espaces non dédiés et liées à la culture de la musique techno, décrites par Alexandre Grondeau, ou du village de Bacurau dans le film de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles étudié par Carlos Tello, que ses habitants doivent défendre avec leurs modestes moyens contre les capitalistes et les fascistes qui les menacent. Au long des chapitres, le terme de « bricolage » revient plusieurs fois, non seulement pour qualifier certains faits sociaux étudiés, mais aussi certaines pratiques d’écriture, de recherche et de création. Celui de Marie Penicaut est remarquable à cet égard : dans une première partie, l’autrice analyse la place des utopies concrètes dans l’écoféminisme contemporain en respectant parfaitement les codes de l’écriture académique. Dans une seconde partie, plus réflexive, elle met ces codes en question et présente un certain nombre de propositions épistémologiques pour repenser notre manière de concevoir et de pratiquer la recherche scientifique. Elle suggère par exemple de reconnaître et de revendiquer la dimension toujours collective de la recherche, de mettre en lumière « la constellation de personnes, textes, films et autres ressources non académiques (donc considérées comme non légitimes) qui ont tant contribué à notre cheminement intellectuel » (p. 76), et de « rappeler que tout ce qui est dit ici provient d’un corps, d’un corps qui souffre, souvent, dans un milieu universitaire particulièrement hostile et fermé » (ibid.). Dans la logique de l’ouvrage où il est publié, cet article, dit l’autrice, « est désordre autant qu’il fait désordre ». Le désordre n’est pas seulement, dans ce livre, un objet d’étude qu’on analyse à distance : il est véritablement mis en œuvre. C’est aussi, sans doute, le sens de la présence de l’article des Jaseuses, forme d’écriture extra-académique qui n’en constitue pas moins une recherche, une exploration, une production de savoir. Il n’est pas surprenant, d’ailleurs, qu’un projet auquel participe ce collectif fasse signe vers « une recherche vivante, métamorphe, en mouvement »6. Cette force à la fois critique et créatrice qui est au cœur de ces utopies du désordre, se retrouve dans une certaine façon d’envisager et de pratiquer la recherche. Car, après tout, « la recherche scientifique est l’un des outils à notre disposition pour bricoler de nouveaux mondes » (Marie Penicaut, p. 73).

Haut de page

Notes

1 Les directeur·ices de l’ouvrage nuancent cependant en introduction cette perception des utopies classiques, notamment celles de Platon et de More, qui mettent en œuvre des « dispositifs tout sauf statiques en réalité » ; ce sont plutôt « les définitions stabilisées et stabilisatrices des dictionnaires » (p. 20) qu’il s’agit de dépasser. Au sujet de cette mécompréhension contemporaine de l’utopie, « en réalité à la fois le résultat d’une requalification conceptuelle historiquement datée et un travestissement de son authentique valeur transformatrice et progressiste », voir Laëtitia Riss, « Utopier le présent : le rêve historique des utopies », Mouvements, 2021/4 n° 108, p. 29-38.

2 Angelika Bammer, Partial Visions. Feminism and utopianism in the 1970s, Berne, Peter Lang, 2015 (1991), p. xxii.

3 Michel Foucault, Le corps utopique ; suivi de Les hétérotopies, Fécamp, Nouvelles Éditions Lignes, 2009.

4 Michel Foucault, Les Anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, EHESS/Seuil/Gallimard, 1999, p. 51.

5 « The term “freak” thus historically refers not only to bodies, but also to denormalizing social practices: loafers, being productive but differently, being queer/left/feminist – various practices that for whatever reason did not really lend themselves to any kind of integration into a neoliberal capitalist economy that completely cherished difference. », Renate Lorenz, Queer Art. A Freak Theory, Bielefeld, Transcript, 2021, p. 27-28.

6 Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Camille Islert, Marys Renné Hertiman et Vicky Gauthier, « Introduction », GLAD! 12, 2022, §16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Ségard, « Judith Cohen, Samy Lagrange et Aurore Turbiau, Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 février 2023, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60221

Haut de page

Rédacteur

Arthur Ségard

Doctorant en littérature française et French Studies à New York University.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search