Navigation – Plan du site

Bertrand Reau, Les Français et les vacances. Sociologie des pratiques et offres de loisir

Laure Célérier
Les Français et les vacances
Bertrand Réau, Les Français et les vacances, Paris, CNRS, 2011, 235 p., ISBN : 9782271072023.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 MORIN Edgard, Pour une politique de l'homme, 1965.

1C'est la vacance des valeurs qui fait la valeur des vacances, écrivait Edgar Morin1, soulignant ainsi que le tourisme offre un cadre de socialisation dans lequel les repères sociaux habituellement observés sont brouillés. La vacance des valeurs peut être considérée comme centrale dans le tourisme : Norbert Elias montre, dans La civilisation des mœurs, quele tourisme et les pratiques de loisirs proposent un défouloir pacifié, normé, à des individus frustrés par une société affadie et par un auto-contrôle fort des émotions. De même, pour Mills, alors que le quotidien de nos sociétés bureaucratisées crée des anti-héros que sont les cols blancs, le tourisme donne à chacun l'occasion de jouer de nouveaux rôles sociaux, en effaçant pour un temps les différences sociales. Dans le même temps, comme l'écrit Veblen dans sa Théorie de la classe de loisirs, les consommations de loisirs participent aussi au jeu de la distinction sociale : toutes les classes sociales ne se défoulent pas de la même manière, ni selon les mêmes codes. On observe ainsi que si le tourisme rend moins facilement saisissables les appartenances sociales des uns et des autres, il permet incontestablement de réaffirmer les écarts sociaux du quotidien. Il reste un des objets du jeu dialectique de l'imitation et de la distinction, par lequel les différentes classes sociales se distancient en se rapprochant. C'est ce que nous démontre de manière nourrie Bertrand Réau, dans son ouvrage Les Français et les vacances. Dans ce livre reprenant une thèse soutenue en 2005, l'auteur nous propose en effet une étude sociologique aboutie des offres de loisirs, ainsi que des pratiques différenciées. En troisième lieu, il propose une analyse de la démocratisation progressive – et aujourd'hui encore inachevée – d'une pratique qui fut longtemps réservée à l'aristocratie.

2Le loisir a longtemps été un privilège des classes supérieures, dont la richesse permettait de se tenir à l'écart d'un labeur dégradant. Pendant la première moitié du XXe siècle, le tourisme reste ainsi l'apanage de classes aisées et diplômées. Jusqu'aux années 1930, l'offre de tourisme est en grande partie celle d'associations, comme le Touring Club de France, association de cyclistes. Cette dernière contribuera d'ailleurs grandement à structurer l'offre de tourisme en France, en jouant le rôle de groupe de pression auprès des instances politiques, aidant les hôtels à se mettre aux normes, ou encore contribuant à la valorisation et à la protection de certains sites et monuments français. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les clubs de vacances prennent leur essor. Ils sont l'oeuvre de sportifs issus de la bourgeoisie ou de l'aristocratie russe déclassée, espérant se reclasser en convertissant leurs ressources sportives en capital économique et/ou culturel. Ces clubs de vacances ciblent une bourgeoisie urbaine moderne, laïque, refusant le conservatisme des bourgeois traditionnels. Certains aspects de ces clubs de vacances sont assez proches de ce qui s'observe alors au sein des Auberges de Jeunesses : les vacances y offrent un « jeu pour le jeu » indépendant des structures politiques et religieuses, dans un hédonisme novateur. L'ascétisme de la morale hygiéniste est rejeté, au profit du ludique et du bien-être corporel, conformément également à l'esprit des clubs de natation, dont sont issus nombre d'entrepreneurs des clubs de vacances. Ces projets de clubs de vacances sont lancés par des individus issus de cercles de socialisation très proches, fréquentant également les milieux intellectuels dans l'après-guerre. Le Club Méditerranée, dont le premier village avait été ouvert en 1950, devient société anonyme en 1957 et entre en bourse en 1967. Les évènements de 1968 exercent également une influence sur les représentations des loisirs et l'offre touristique. L'épanouissement personnel, la redécouverte de la nature et la pratique du sport sont mis en avant. Terres d'Aventure et Le Guide du Routard, fondés respectivement en 1975 et 1973,seraient ainsi le produit de « l’absorption capitaliste des valeurs issues de mai 1968 ». L'hédonisme est au fondement de nouvelles offres touristiques marchandes se revendiquant des valeurs soixante-huitardes. Celles-ci valorisent le voyageur aventurier pour mieux déconsidérer le touriste, accusé de ne jamais s'éloigner des sentiers battus. Elles sont également le fruit de bourgeois avant-gardistes faisant commerce de leur mode de vie et concernent une classe supérieure urbanisée.

3Les classes populaires, quant à elles, ont longtemps eu un temps libre restreint, étant de toutes façon soupçonnées d'utiliser ce temps libre à des fins peu avouables de débauche et d'alcool. Alors que la loi sur les congés payés est votée en 1936, l'extrême droite bourgeoise fustige les « salopards en casquette » gambadant allègrement dans tout le pays. Néanmoins, les départs en vacances ne connaissent une forte hausse que depuis les années 1960, après la mise en place de la troisième, puis de la quatrième semaine de congés payés, en 1956 et 1969. Le tourisme populaire se développe par l'intervention des syndicats, des associations, des entreprises et de l'Etat, dans un contexte de planification économique. Le tourisme est perçu comme une industrie méritant le soutien de l'Etat. Néanmoins, si les initiatives se multiplient, permettant le soutien économique du secteur touristique ainsi que le développement de l'aide aux vacances, les interventions publiques ne prennent pas de forme centralisée et cohérente, et l'on ne peut représenter les années 1960 et 1970 comme un âge d'or du tourisme social. La politique sociale en matière de tourisme est avant tout une politique d'aide au secteur privé, conclut Réau. Durant les années 1960, dans le cadre notamment du groupe de prospective « temps et espaces de loisirs » travaillant à la préparation du VI° Plan, est affirmée la nécessité d'une utilité sociale du loisir, qui doit permettre non seulement le repos et la reconstitution de la force de travail, mais aussi le développement culturel et l'éducation, tels qu'ils sont conçus par les intellectuels. Depuis les années 1980, le secteur du tourisme social frappé par une sévère crise. Cette dernière est liée à la perte de l'attractivité des structures collectives du tourisme social, à l'obligation coûteuse de rénover des bâtiments et au désengagement de l'Etat, lequel substitue de plus en plus les aides individualisées au financement d'infrastructures et aux politiques collectives. Finalement, le secteur associatif entre en concurrence avec le secteur marchand, et vise de plus en plus une clientèle solvable. Concernant précisément l'éducation populaire, les élites, politiques ou religieuses notamment, développent au XXe siècle des projets permettant d'encadrer et d'éduquer les classes moyennes et populaires dans leur utilisation du temps libre. Conformément à la perception de Dumazedier, l'Education Populaire, assurée par des leaders socioculturels, doit pouvoir s'adresser à toutes les catégories sociales. Dans les faits, on observe que par rapport aux jeunes bourgeois, les jeunes des classes populaires subissent un encadrement directif, comme si les classes supérieures disposaient d'un ethos spécifique, permettant une efficace autogestion, dont seraient dépourvues les classes populaires. Finalement, ces dernières reçoivent un tourisme pensé pour eux mais par d'autres, à la poursuite d'un triple objectif d'éducation, de militantisme et de convivialité. Cela permet aussi de comprendre le déclin du tourisme social depuis les années 1980 : les classes populaires ne semblent pas forcément vouloir de ce tourisme et la pérennité des organismes de tourisme social devient largement incertaine.

4Entre les classes sociales, les inégalités se creusent face à l'accès aux loisirs, le déclin des associations du tourisme social accompagnant le déclin du voyage des classes populaires. Ainsi, les cadres et professions intellectuelles supérieures partent-ils six fois plus en vacances à l'étranger – hors de la famille proche – que les ouvriers. Réau observe que les pratiques touristiques sont socialement fortement différenciées. Les classes moyennes basses et populaires tendent à adopter des pratiques imitant celles des classes supérieures, manifestant un penchant pour les villages vacances « tout compris », mais ces villages sont choisis comme des lieux de villégiature, là où les classes supérieures privilégieraient les circuits et la mobilité pour un tourisme d'« aventure » voire un éco-tourisme pour certains. Les classes moyennes et populaires ont également d'autres pratiques de loisirs, mais peu répertoriées par les sociologues. On trouve chez elles une forte tendance à la ritualisation : les congés sont pensés longtemps en avance, et les destinations sont souvent identiques d'une année sur l'autre. Les familles conquérantes partant à la découverte de nouveaux lieux chaque année sont moins nombreuses. Elles sont par contre très représentées chez les classes supérieures.

5Et ceux qui ne partent pas ? La précarisation des actifs occupés, le développement des contrats et horaires atypiques ainsi que l'essor du chômage de masse constituent des freins importants aux départs en vacances. 40% des Français ne partent pas durant leurs congés. Comment vivent-ils leur soustraction à cette pressante injonction au voyage de notre société consumériste ? L'auteur déconstruit une représentation bien ancrée et fort contestable : celle qui voudrait qu'en exacerbant la concurrence par une amélioration considérable de la transparence, les nouvelles technologies favorisent, par le développement des séjours low costs, la démocratisation des loisirs. Ces technologies nécessitant des savoir-faire spécifiques, elles s'adressent surtout aux membres des classes moyennes. Les non partants peuvent être répartis en trois catégories : les « repliés », ceux qui ne sont jamais partis et disent ne pas en éprouver le besoin, faisant sans doute au moins en partie vertu de la nécessité ; les « croyants », qui espèrent partir ; et enfin les « contrariés » qui n'ont pas pu partir. Dans les deux dernières catégories les contraintes réduisant les perspectives de départ sont d'ordre économique et professionnel.

6L'ouvrage de Bertrand Réau nous démontre les contextes sociaux d'émergence des offres de tourisme ainsi que les stratégies de distinction à l'oeuvre dans les pratiques touristiques. Il est nourri, dense, et illustré de nombreux exemples précis et fouillés. Quelques regrets cependant : la syntaxe et la structure du propos pêchent parfois ; surtout, la revue de littérature présentée en introduction, sur les raisons sociales et sociologiques du loisir, est très intéressante mais trop courte, alors que certains exemples, comme celui du Touring Club de France, présenté en première partie sur de nombreuses pages, auraient pu être synthétisés au vu des finalités de l'ouvrage. On ressort finalement de cette lecture avec des pistes de réflexion très enrichissantes en matière de sociologie du tourisme, et l'envie d'en connaître un peu plus, tant sur les enjeux actuels du tourisme social que sur les explications sociologiques du tourisme, apportées par Mill, Veblen, Elias et d'autres. Voilà une lecture appropriée à la saison estivale, qui satisfera les envies de distinction des classes moyenne et supérieure à capital intellectuel dominant, et permettra le développement culturel dans une perspective d'éducation populaire, et intéressera simplement les curieux de cette thématique !

Haut de page

Notes

1 MORIN Edgard, Pour une politique de l'homme, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Bertrand Reau, Les Français et les vacances. Sociologie des pratiques et offres de loisir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6024

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page