Navigation – Plan du site

« Les animaux », Pouvoirs, n° 131, novembre 2009

Laure Célérier
Les animaux
« Les animaux », Pouvoirs, n° 131, novembre 2009.
Haut de page

Texte intégral

1En 1979, Claude Lévi-Strauss, dans un entretien accordé au journal Le Monde, affirmait : « (…) Toutes les tragédies que nous avons vécues, d’abord avec le colonialisme, puis avec le fascisme, enfin les camps d’extermination, cela s’inscrit non en opposition ou en contradiction avec le prétendu humanisme  sous la forme où nous le pratiquons depuis plusieurs siècles, mais dirai-je, presque dans son prolongement naturel. Puisque c’est, en quelque sorte, d’une seule et même foulée que l’homme a commencé par tracer la frontière de ces droits entre lui-même et les autres espèces vivantes, et s’est ensuite trouvé à reporter cette frontière au sein de l’espèce humaine (…) ». Mais quelle est justement cette frontière tracée entre les hommes et les animaux ? Par quels types d’acteurs sociaux est-elle dénoncée ? S’il apparaît évident que les animaux ne jouissent pas des mêmes droits que les individus, nous pouvons également nous demander comment changer la situation sans nous heurter à trop d’écueils. A ces questions, le numéro 131 de la Revue Pouvoirs, paru en novembre 2009, apporte des réponses diversifiées.

2En quoi les hommes se distinguent-ils des animaux et commment condamner le traitement que nous leur accordons ? Les animaux ne se distinguent des hommes en rien, selon Elisabeth de Fontenay, pour qui il convient absolument de déconstruire la « tradition théologique et métaphysique du propre de l’homme ». Cette tradition ne serait que le résultat de la narcissique auto-vénération des hommes de culture chrétienne et cartésienne. Pour Elisabeth de Fontenay, en effet, le monothéisme chrétien légitime notre exploitation de la nature, et n’accorde pas de fonction symbolique significative aux animaux. La situation de ces derniers s’est dégradée avec l’industrialisation et l’urbanisation, comme le rappelle Elisabeth Hardouin Fugier : les bêtes de somme endurent le martyr, tandis que les tortures d’animaux sont offertes aux nouveaux urbains comme loisir de masse à bas coût. Aujourd’hui, les animaux souffrent des expériences tentées sur eux et visant, de manière absurde, à mieux les connaître : on peut se demander, avec Vinciane Despret, dans quelle mesure, le rat à qui on ôte le bulbe olfactif et les yeux pour mieux observer ses réactions, est encore un rat. Ils souffrent aussi d’expériences dans lesquelles ils servent de cobayes pour tester des produits destinés aux humains, d’un élevage industriel qui prend des apparences concentrationnaires, de jeux de torture, comme les corridas ou enfin de l’asservissement comme animaux domestiques.

3La prise de conscience de la nécessité de changer de comportement à l’égard des animaux prend son essor sous les Lumières. Bentham condamne la cruauté envers les bêtes : le plaisir que nous en tirons ne peut compenser les souffrances engendrées. Et si l’on peut justifier de tuer des animaux pour s’en nourrir ou en faire des vêtements, il n’est pas acceptable de les torturer pour nos loisirs. Plus récemment, Peter Singer va plus loin, en condamnant toute activité frustrant les préférences de l’animal. Seuls les animaux simplement sensibles, comme les poulets et les poissons, peuvent être mangés. Le philosophe Tom Regan, enfin, affirme que l’utilitarisme seul ne peut apporter de réponses complètes aux questions relatives à la souffrance animale : il convient de fonder les droits moraux des animaux et de défendre ces droits. Sur le terrain militant, décrit par Enrique Utria, les défenseurs des animaux se regroupent en diverses associations, comme la Ligue française des droits de l’animal, à qui l’on doit la Déclaration Universelle des Droits de l’Animal, prononcée à l’UNESCO en 1978. Nombre de ces défenseurs des animaux, comme l’Œuvre d’assistance pour les bêtes d’abattoirs, restent campés, d’après Florence Burgat, dans une posture pragmatique critiquable : il serait, selon eux, acceptable de continuer de tuer des animaux, à condition de les faire souffrir le moins possible et d’éliminer certains abus tels le foie gras ou la corrida. Cela offre l’avantage de conserver de bonnes relations avec différents interlocuteurs institutionnels, mais revient à présenter la mort des bêtes comme étant résolument acceptable. Les anti spécistes, qui refusent d’accepter l’idée d’un traitement différencié des hommes et des bêtes, s’opposent à ces réformistes. Ils réclament la fin de la boucherie, de la chasse ou de la pêche : ils veulent mettre un terme au statut de chose appropriable des animaux. Certaines de leurs associations n’hésitent pas à se livrer à des comportements violents ou spectaculaires, comme la libération d’environ mille visons en 2002 en France, justifiés par l’idée d’une légitime défense étendue aux animaux ou encore par la doctrine de la guerre juste.

4Face à l’actuelle situation, quels changements sont proposés ? La construction d’un droit des animaux semble être une perspective intéressante. En fait, ce sont les Lumières qui introduisent le droit animalier, comme nous le rappelle Elisabeth Hardouin-Fugier. Au Moyen-âge, les animaux sont jugés selon les règles du droit ecclésiastique : ils peuvent être condamnés à mort pour avoir eu une relation à caractère sexuelle avec un humain tandis que la corrida est condamnée par bulle papale au XVI° siècle. Puis le droit laïc se mêle des animaux. Les premières mesures réellement protectrices sont votées au XIX° siècle dans de nombreux pays : dès 1835, la zoophilie est ainsi condamnée en Allemagne, et une vingtaine d’année plus tard, les actes de cruautés envers les animaux domestiques sont sanctionnés en France. A la fin du XIX° siècle, le mouvement des Animal Rights naît aux Etats-Unis et pose de manière nouvelle la question du statut de l’animal dans notre civilisation, exigeant de réels droits pour les animaux. « Quand la France,  qui a proclamé les droits de l’homme, couronnera-t-elle son œuvre avec les droits de la bête ? », avait demandé Clémenceau. Il semblerait que nous n’en sommes pas encore là. La France, contrairement à de nombreux pays, n‘a pas encore introduit dans sa Constitution l’idée d’une nécessaire protection des animaux. Mais comment mieux introduire les animaux dans notre droit ? Selon Sonia Desmoulin-Canselier, il faut compter sur le droit objectif, et non subjectif, pour protéger efficacement les animaux. Mais les questions relatives au droit des animaux se heurtent à de nombreux écueils : comme l’écrit Francis Wolff, comment accepter le concept d’animal en général ? Force est de reconnaître que les animaux regroupent un ensemble relativement hétérogène d’espèces vivantes. Et il semblerait curieux de protéger un chien autant que ses puces. En outre, un animal vit au détriment du vivant. Et de fait,  doit-on ouvrir les cages des fauves, ou doit-on condamner  la mise à mort d’animaux au nom de la protection de l’environnement ? Cela semblerait évidemment problématique, comme l’écrivent pertinemment Olivier Dubos et Jean-Pierre Marugénaud. Développer la conception de responsabilité humaine envers l’animal permettrait de résoudre nombre des difficultés posées par les questions précédentes, comme le suggère Florence Bellivier. Par ailleurs, il ne faut pas se laisser séduire par la tentation du tout juridique : on ne peut résoudre avec seulement des moyens juridiques ce qui est intimement lié à notre culture, à la psychologie sociale.

5L’ouvrage présente, et c’est une de ses qualités, différents points de vue sur une question trop peu connue, nous invitant à repenser la construction sociale de ce qui nous semble si naturel, à savoir notre rapport carnassier et dominateur aux animaux. Certaines opinions peuvent sembler radicales. Il n’en reste pas moins qu’elles sont le plus souvent brillamment étayées, si bien que l’entrecôte accompagnée d’une sauce au foie gras, trônant éventuellement dans notre assiette, nous semble soudainement moins anodine. Si les opinions des défenseurs des animaux les plus radicaux sont globalement extrêmement convaincantes, celles critiquant les anti-spécistes sont inégales : certaines sont très pertinentes, d’autres moins brillantes. Voilà un bon prétexte pour approfondir la question de la perception sociale des animaux et de leur protection dans nos sociétés, et s’enrichir de travaux de recherche à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « « Les animaux », Pouvoirs, n° 131, novembre 2009 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 26 juillet 2010, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6025

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page