Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Maël Gauneau, Manon Labarchède, G...

Maël Gauneau, Manon Labarchède, Guy Tapie, Habitats et vieillissements. Des hommes et des lieux

Christine Vallin
Habitats et vieillissements
Maël Gauneau, Manon Labarchède, Guy Tapie, Habitats et vieillissements. Des hommes et des lieux, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2022, 264 p., EAN : 9782356878441.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manon Labarchède, Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospita (...)

1Croisant sociologie et architecture, l’ouvrage s’appuie sur des expériences de vie de personnes âgées de plus de 60 ans pour construire différents modèles d’habitat et retracer la diversité des parcours résidentiels. Il amène une vision transversale de l’habitat d’un groupe d’âge hétérogène, entre des espaces de vie aux formes plutôt ségrégatives mais jugées sécurisantes et des offres nouvelles plus inclusives, intergénérationnelles ou participatives. La fin de la participation au monde du travail amorce aujourd’hui une période de vie où, à 60, 70, ou même 80 ans, les responsabilités familiales, associatives et politiques se poursuivent et se transforment au long des années. Selon les auteurs, la « vraie vieillesse » (p. 5), marquée par des problèmes de santé, se manifesterait aujourd’hui plutôt entre 85 et 90 ans. Dans ce contexte en forte évolution depuis 50 ans, une chose demeure : l’importance de l’habitat, ce lieu familier, portant les traces du passé et les marques des projets à venir. À travers le concept sociologique d’appropriation, soit la capacité à investir un espace de vie, le livre s’attache à montrer les métamorphoses de l’habitat à « forte charge identitaire », soit le lieu de vie des personnes âgées. Pour ce faire, l’ouvrage s’appuie sur des recherches menées entre 2016 et 2020 par des chercheurs du laboratoire « Profession architecture ville environnement » de l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage (ENSAP) de Bordeaux, ainsi que sur la thèse en sociologie de Manon Labarchède portant sur la maladie d’Alzheimer1. De nombreux récits de vie, issus d’entretiens biographiques avec des personnes âgées, font au fil des pages apparaître « des hommes et des lieux », comme l’annonce l’élégant sous-titre du livre.

2Quatre parties étudient les transformations de l’habitat au cours du vieillissement, ou plutôt des formes différenciées de vieillissement, en s’appuyant sur les témoignages recueillis. La première, « Habitat et transition démographique », présente les enjeux du vieillissement et ce qui détermine l’appropriation d’un lieu. La deuxième partie, « Habitat et parcours résidentiels », décrit les stratégies autour des lieux de vie et leur évolution selon l’âge des individus. La troisième partie, « Habitat et architecture », dessine les représentations autour des territoires de vie, ceux-ci se caractérisant par différents types architecturaux. Enfin, dans la quatrième partie, « Habitat et filières de production », les auteurs mettent en lumière les évolutions en cours en matière de production d’habitats, inclusifs ou ségrégatifs, intergénérationnels ou participatifs, marqués par l’entre-soi ou la spécialisation sur des publics particuliers.

3En s’appuyant sur des données statistiques, la première partie du livre dresse un tableau éclectique des personnes âgées. Cette population est en effet marquée par des dualités, dont certaines sont bien connues : autonomie et dépendance, troisième et quatrième âge, bien-portants et personnes atteintes de troubles physiques ou cognitifs. Mais s’opposent aussi les « sociables aux solitaires ; les proactifs aux attentistes ; les geeks aux conservateurs » (p. 45). Quant au panorama des modes d’habitat, les auteurs insistent sur la polarisation entre l’Ehpad et le domicile, avec comme alternatives les résidences autonomie et les habitats services (intégrant des possibilités de restauration, des activités récréatives ou un pôle santé par exemple). Cette première partie pose ainsi le problème des besoins multiples qui émergent à travers cette hétérogénéité des personnes âgées : les formes d’habitat ont à se diversifier pour répondre à la revendication contemporaine « d’une liberté assumée en matière de choix résidentiels et de conditions de vie » (p. 45).

4Dans la deuxième partie, les récits de vie de Marcelle, Christiane, Gisèle et Henri, Éva et Denis révèlent des parcours résidentiels qui suivent les parcours de vieillissement. Les premiers, émaillés de déménagements, d’adaptations du logement, donnent à voir les épreuves liées au vieillissement : les problèmes de santé imposent parfois une entrée en habitat services, une paupérisation demande de déménager dans un appartement plus petit, la perte du conjoint va précipiter une entrée en Ehpad. Sont alors présentées cinq postures face au vieillissement et à ses ruptures : l’indifférence, le détachement, le conservatisme, la prévoyance et l’innovation. Ces postures engagent différemment l’anticipation et la préparation de la suite du parcours résidentiel, en sachant que « l’indifférent d’un jour peut être un prévoyant plus tard » (p. 100). Le chapitre se termine toutefois sur le constat global d’une faible anticipation de l’adaptation du cadre de vie : « le détachement traduit une distanciation ontologique vis-à-vis de son avenir envisagé avec pragmatisme, étape par étape, sans ignorer les conséquences du vieillissement » (p. 100).

5La troisième partie est centrée sur la description de sept modèles d’habitat dont chacun est l’objet de représentations contrastées de la part de ceux y vivent. On peut retenir le modèle de l’Ehpad : si une minorité des personnes interrogées le voit comme un lieu de contacts, d’animations, ressortent plutôt des entretiens la banalité, le côté impersonnel de l’habitat. À l’opposé s’impose un autre modèle, « le domicile historique », et son évolution vers des offres nouvelles d’habitat intergénérationnel et participatif rattachés à une logique inclusive. Vient ensuite une analyse de la vie de quartier, cadre de socialisation et parfois fil de mémoire de toute une vie. Le chapitre se termine enfin sur la « vie au jour le jour » (p. 121), et passe en revue le vécu de cet espace intime qu’est le logement.

  • 2 Dominique Argoud, « De l'hébergement à l'habitat : une évolution ambiguë », Gérontologie et société(...)

6La dernière partie présente des formes d’habitats qui se renouvellent, s’appuyant sur une typologie élaborée par Dominique Argoud en 20112. Pour les auteurs, quatre formes d’habitats « caractérisent l’époque contemporaine » (p. 152) : l’habitat intergénérationnel qui réhabilite la place des seniors dans la cité et dans la société, l’habitat services qui promeut les projets des résidents et assure leur sécurité, l’habitat participatif qui est « attractif lorsqu’est recherchée une envie d’être inclus dans un projet collectif » (p. 187) et enfin les habitats destinés aux malades d’Alzheimer, présentés comme une « vie à part ». Ce dernier modèle est particulièrement développé dans l’ouvrage, et les arrivées des personnes dans ces établissements sont décrites selon les cas comme « sous pression » ou « anticipées ». Dans les unités spécifiques mises en place, « la finalité est de contrôler la maladie et ses manifestations » (p. 219), ce qui donne lieu à différents types d’organisations. Des modèles innovants ouvrent par exemple la possibilité d’une « vie presque normale » (p. 235) : les bâtis et espaces sont relativement ordinaires, implantés dans des zones urbaines centrales et permettent aux résidents d’aller et venir librement dans un vaste terrain clos mais aussi de rester en relation avec la vie du quartier.

7Comment le groupe d’âge des personnes vieillissantes investit-il l’habitat ? C’est à cette question que répondent les auteurs de cet ouvrage, parfois en dévoilant les modèles d’habitats et les manières d’y vivre, parfois en montrant des visages de personnes âgées et les manières dont l’habitat se métamorphose pour rester hospitalier pour ses occupants. Un des aspects surprenants du livre est qu’il nous livre peu à peu les scènes d’une danse intime entre des espaces et leurs habitants, entre « des hommes et des lieux ». Ainsi, dans le chapitre 3, à la manière d’un travelling de caméra et d’arrêts sur images, défile ce qui fait le plus petit et pourtant le plus précieux des vies : les corps et les mouvements, « la tête ou le moral » que l’on a ou que l’on perd, les moments en famille et leur rémanence sur les murs, dans les objets... On s’y arrête aussi sur ces banals territoires du quotidien qui au fil des années se métamorphosent en ennemis, tels que les escaliers ou la baignoire. Et le travelling se termine sur ce qui seul reste parfois : le coin à soi... L’ouvrage permet aussi de sortir de la dichotomie entre domicile et Ehpad en mettant en lumière des entre-deux tout en nuances. Il ouvre ainsi l’habitat à des formes nouvelles ou renouvelées, qui répondront peut-être aux besoins et aux désirs des personnes vieillissantes de demain. C’est donc aussi à notre propre voyage, vers des lieux où vivre demain, que le livre nous invite.

Haut de page

Notes

1 Manon Labarchède, Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité, thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Guy Tapie et Muriel Rainfray, Bordeaux, Centre Émile Durkheim, 2021.

2 Dominique Argoud, « De l'hébergement à l'habitat : une évolution ambiguë », Gérontologie et société, n° 136, 2011, pp. 13-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Vallin, « Maël Gauneau, Manon Labarchède, Guy Tapie, Habitats et vieillissements. Des hommes et des lieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 février 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60261

Haut de page

Rédacteur

Christine Vallin

Après avoir été enseignante, rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques puis inspectrice de l’Éducation nationale, elle est aujourd’hui étudiante en sociologie du vieillissement.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search