Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Quentin Deluermoz et Jérémie Foa ...

Quentin Deluermoz et Jérémie Foa (dir.), Les épreuves de la guerre civile

Inès Baude
Les épreuves de la guerre civile
Quentin Deluermoz, Jérémie Foa (dir.), Les épreuves de la guerre civile, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Homme et société », 2022, 334 p., préface Patrick Boucheron, postface Gilles Dorronsoro, ISBN : 979-10-351-0796-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque organisé dans le cadre de l’ANR « Ni guerre ni paix ». À propos du numéro de Politix dirig (...)
  • 2 Sur la notion d’enquête, les coordinateurs de l’ouvrage s’inspirent de la démarche de Luc Boltanski (...)
  • 3 Le terme est emprunté par les coordinateurs au philosophie Jacques Rancière. Voir Jacques Rancière, (...)
  • 4 Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, t.1, La présentation de soi, Paris, Édition (...)

1Beyrouth, 1982. La photographie choisie pour la couverture de l’ouvrage représente un checkpoint, tenu par des marines américains et des soldats de l’armée libanaise. Trois voitures sont arrêtées, des contrôles sont probablement effectués. Le checkpoint est sans doute la matérialisation la plus évidente des marquages d’identité qu’impose la guerre civile : expliciter qui l’on est, se conformer à ce que les autres attendent que l’on soit. Cette définition de la guerre civile comme « ellipse dramatique de l’implicite » où le monde d’avant se dérobe et nécessite de « multiples épreuves d’explicitation du social » (p. 14) est le cœur théorique du livre dirigé par Quentin Deluermoz et Jérémie Foa, issu d’un colloque organisé en 20161. Les 14 contributions, qui rassemblent des historiens modernistes et contemporanéistes mais aussi des politistes et des anthropologues, envisagent les guerres civiles comme des moments d’évanouissement de la familiarité qui engagent les individus dans des enquêtes permanentes2 afin d’interpréter les situations et prouver, ou au contraire cacher, ce qui allait auparavant de soi. Le monde des guerres civiles est celui d’un nouveau « partage du sensible »3 où les enjeux goffmaniens de la « présentation de soi » et de la « reconnaissance d’autrui »4 ne sont plus seulement ceux de l’honneur social (garder la face) mais signifient la survie ou la mort. La guerre civile nécessite de nouveaux apprentissages : voiler et dévoiler son identité (marquage de soi), lire les propriétés spatiales d’un lieu (marquage de l’espace), se méfier des choses (marquage des objets) et des mots (marquage du langage). Les contributions sont organisées en quatre thématiques qui embrassent des espaces historiques et géographiques divers à l’intensité conflictuelle variable. Le terme de guerre civile n’est pris pour acquis dans aucun des textes mais sert d’outil pour renouveler les interprétations de conflits non labellisés comme tels. Chaque contribution propose à sa façon une définition de la guerre civile.

2La première partie porte sur un premier doute fondamental qui saisit les acteurs : le doute sur les mots. Pour Jean-Clément Martin, la révolution française requalifie des habitudes conflictuelles séculaires – comme par exemple la rivalité entre catholiques et protestants à Nîmes – en événements protestataires et reclasse les individus en révolutionnaires ou contre-révolutionnaires. La révolution se définit par un recouvrement du langage : de nouveaux mots d’ordre sont utilisés pour radicaliser des pratiques d’affrontement antérieures. Michael J. Braddick s’intéresse à l’Angleterre révolutionnaire (1640-1660) où l’interprétation de mots usuels (le protestantisme, la Constitution, le devoir) est discutée. L’impossibilité pour la population de savoir ce qu’il se passe réellement conduit à l’émergence d’un courant d’innovation linguistique, le radicalisme politique, qui s’adresse à un vaste public en de nouveaux termes. Enfin, Jérémie Foa décrit les guerres de religion en France (1562-1598) comme des moments d’« évanouissement du consensus sur la langue » (p. 64). Des déviances vis-à-vis de ce qui était considéré comme une langue partagée par tous sont recherchées. Les accents sont scrutés, comme les schibboleths, mots différemment prononcés selon les partis religieux. À l’inverse, Henri IV refixe la définition légitime des mots en ayant, selon Agrippa d’Aubigné, établit un nouveau dictionnaire. La sortie de guerre civile passe par une pacification du langage.

3La seconde partie porte sur les épreuves de « réarticulation du visible et de l’invisible » (p. 10), autrement dit sur ce qu’il devient nécessaire de dévoiler (des preuves) ou de dissimuler (des stigmates). À partir du cas des communautés paysannes d’Urabá et de Bas-Atrato (nord-ouest de la Colombie), Stellio Rolland montre comment ces résistances locales à la guerre ont travaillé à partir de la fin des années 1990 à expliciter une identité neutre (par exemple par l’adoption de drapeaux blancs) afin que les populations soient reconnues comme civiles. La définition de règles inspirées de l’autogestion agricole permet de délimiter des espaces d’exception soustraits de la guerre. Thomas Chopard s’intéresse aux conséquences de la révolution russe de 1917 en Ukraine. La lutte contre les bolcheviques nécessite leur identification, qui glisse rapidement vers le contrôle de la population qui leur est jugée la plus favorable, les Juifs. Le conflit politique se transforme en persécution antisémite. Laurent Gayer et Nida Kirmani insistent sur le rôle ambigu de Janbaz, journal local du quartier Lyari de Karachi (Pakistan) : en même temps qu’il fournit des repères à la population pour comprendre les événements, il nourrit l’insécurité et participe d’une économie générale du soupçon. La guerre civile est moins définie comme un type de conflit armé que comme une forme paroxystique de remise en cause du taken for granted qui instaure le doute au cœur du familier. Tobbie Meyer-Fong conclut cette partie en s’intéressant à la guerre civile en Chine (1851-1964), ou « révolte des Taiping », à partir d’un manuel militaire qui codifie les propriétés de ce que serait un « Taiping », autre absolu des Qing. Ce travail de catégorisation oppose deux populations qui ont sociologiquement beaucoup en commun. Dans les faits, les deux armées sont mal équipées et leurs membres changent régulièrement de camp.

  • 5 Le terme est employé librement à Leibniz.

4La troisième partie porte sur l’ébranlement des régimes de familiarité. Mercedes Yusta Rodrigo questionne les bornes chronologiques de la guerre d’Espagne, en apparence bien établies (juillet 1936 – avril 1939). Les autorités franquistes, en criminalisant les liens de parenté et de voisinage des communautés rurales, prolongent la dynamique de violence intime bien après cette date. Cette guerre civile non déclarée a été d’autant plus douloureusement vécue qu’elle n’avait pas de nom (on était bandit et non combattant). Elisabeth Claverie étudie comment la juridiction internationale modèle les témoignages des civils de Foča (Bosnie) lors des audiences du TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie ) incriminant des populations serbes dans le nettoyage ethnique des musulmans de la ville. Les témoins ont d’abord tendance à insister sur la rapidité du retournement des populations narrant une rupture de sécurité qui se serait faite du jour au lendemain. C’est la forme du procès qui les amène à reconstituer les « petites perceptions »5, anomalies quotidiennes entre voisins qui donnent sens à la causalité globale de la guerre. Aïda Kanafani-Zahar s’intéresse au vécu quotidien « dans » la ligne de démarcation à Beyrouth pendant la guerre du Liban. L’espace est réorganisé : les derniers étages des immeubles sont abandonnés en raison de l’usage du sniping, tandis que les cages d’escaliers deviennent des lieux de communication privilégiés afin de recréer une nouvelle familiarité. À l’inverse, Sophie Wahnich interprète l’an II de la révolution comme l’échec de ce rétablissement. À partir des écrits de Saint-Just, elle propose de considérer la guerre civile comme l’antonyme de la civilité : une société est en guerre civile quand les affections, les sensibilités, et les liens qu’elles produisent sont atteints au plus profond, autrement dit « quand la société ne fait plus société » (p. 257).

5La dernière partie porte sur les cadres, c’est-dire sur le travail cognitif de construction de sens. Quentin Deluermoz utilise le cas de la Commune pour questionner le réagencement des gammes émotionnelles. La guerre civile menace l’ordre social naturalisé. Le recours au préfixe « ex » pour rebaptiser les lieux (comme l’« ex-préfecture de police ») est significatif du changement de temps révolutionnaire. Comme dans le texte de Jérémie Foa, l’après-guerre se manifeste par une remise en place des positions, des symboles et des sens. Malika Rahal s’intéresse à la sortie de la clandestinité du PAGS (parti de l’avant-garde socialiste) en Algérie à la fin des années 1980. La fin du régime du parti unique et le début de l’ouverture démocratique sont synonymes d’une transparence à double tranchant pour les militants : être libre de se présenter aux élections, c’est aussi s’identifier aux yeux de la population comme communiste. Ce dévoilement prive les acteurs d’une protection contre la violence : il n’y a plus de retour possible alors que les élections de l’été 1990 consacrent la victoire des islamistes. Enfin, Jeremie Ferrer-Bartomeu s’intéresse à un nouveau groupe d’administrateurs d’État qui émerge pendant les guerres de religion alors même que le pouvoir royal avait ordonné une série de règlements encadrant le travail de bureau. La guerre civile redouble une disjonction entre deux cultures politiques à propos de qui doit incarner l’État, le souverain ou son administration.

6L’ouvrage s’accompagne d’une préface de Patrick Boucheron qui questionne la pertinence des axes développés pour des périodes antérieures (de l’Antiquité au Moyen-Âge) et d’une postface de Gilles Dorronsoro qui propose de réfléchir à une autre hypothèse, la rigidification des routines en période de guerre civile. De fait, les contributions sont toutes reliées par un même ancrage pragmatique, qui insiste sur la réflexivité des acteurs et sur la production de certifications en situation d’incertitude. On aurait aimé que les auteurs pointent davantage sur ce qui reste du social, le repos sur les institutions. La réflexion n’en reste pas moins particulièrement stimulante.

Haut de page

Notes

1 Colloque organisé dans le cadre de l’ANR « Ni guerre ni paix ». À propos du numéro de Politix dirigé par les deux coordinateurs de l’ANR, voir : Pierre France, « Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing (dir.), « Ni guerre, ni paix », Politix, vol. 26, n° 104, 2014, Lectures [En ligne], Les comptes-rendus, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 20 février 2023. URL : https://journals.openedition.org/lectures/15907?lang=fr.

2 Sur la notion d’enquête, les coordinateurs de l’ouvrage s’inspirent de la démarche de Luc Boltanski. Voir Judith Vari, « Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d'enquêtes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 22 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8671.

3 Le terme est emprunté par les coordinateurs au philosophie Jacques Rancière. Voir Jacques Rancière, Le partage du sensible. Esthétique et politique, La Fabrique Éditions, 2000.

4 Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, t.1, La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

5 Le terme est employé librement à Leibniz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Baude, « Quentin Deluermoz et Jérémie Foa (dir.), Les épreuves de la guerre civile », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 février 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60281

Haut de page

Lieu

France

Angleterre

Colombie

Ukraine

Pakistan

Chine

Espagne

Liban

Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search