Navigation – Plan du site

Jacques Rodriguez, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise 19e-20e siècles

Patrick Cotelette
Le pauvre et le sociologue
Jacques Rodriguez, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise 19e-20e siècles, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2007, 249 p., EAN : 9782757400067.
Haut de page

Texte intégral

1Jacques Rodriguez, agrégé de sciences sociales, maître de conférences à l'Université Lille 1 et chercheur au Clersé (CNRS Lille 1), nous livre dans son nouvel ouvrage une réécriture prolongée de son travail de thèse intitulée Agir et écrire sur la pauvreté. L'apport des choix britanniques du dix-neuvième siècle au débat social contemporain (Paris, EHESS).

  • 1 Comme l'indiquent ces quelques lignes : « on recense très peu de travaux consacrés à cette nébuleus (...)

2L'objectif principal de l'ouvrage est de retracer la naissance de la tradition sociologique, sans parti pris sur la nature de cette sociologie. Comme l'écrit Jacques Rodriguez : « au lieu de rechercher qui était sociologue au “vrai” sens du mot, mieux vaut s'interroger sur ce que faisaient, à telle ou telle époque, tous ceux qui consacrèrent tant de temps et d'énergie à écrire le social » (p. 14). Bien que difficile, cédant parfois à quelques réflexes définitoires1, et impliquant nécessairement une écriture partielle et partiale des auteurs “qui ont fait date” (mettant notamment de côté tous les auteurs “importants” des cultural studies), la fresque proposée par l'auteur a le mérite de convaincre.

3Partant du principe que la sociologie anglaise s'est construite autour des questions de pauvreté et qu'elle a eu de ce fait des rapports avec le pouvoir politique, l'auteur cherche à montrer qui des réflexions théoriques, des investigations empiriques et des problèmes politiques conditionnaient « l'économie générale des échanges entre savoir et pouvoir » (p.16). C'est en centrant son regard sur les analyses de la pauvreté que Jacques Rodriguez va ainsi retracer une histoire cohérente - bien qu'imparfaite - d'une partie de la sociologie anglaise.

4Au sociologue intéressé par l'histoire de la discipline, le livre propose ainsi une progression en cinq chapitres. Chacun a le mérite de replacer les débats contemporains dans leur contexte sociopolitique, ce qui permet de comprendre les positionnements et les apports spécifiques de nombreux auteurs. Ils présentent également dans le détail certains travaux empiriques qui ont fait date, comme les grandes enquêtes sociales de Edwin Chadwick, Henry Mayhew, Charles Booth, Benjamin Seebohm Rowntree ou Peter Townsend. Et ils s'attachent à présenter avec une grande précision des auteurs théoriques importants pour chacune des époques, comme John Stuart Mill, Herbert Spencer, Leonard Hobhouse, Thomas Marshall et enfin Anthony Giddens. On regrettera cependant la pauvreté des explications sur les mécanismes sociaux permettant aux « sociologues » de chaque époque d'influer sur les politiques sociales entreprises, notamment la New Poor Law de 1834 ou les réformes de Beveridge. Jacques Rodriguez ne fait à cet égard que le constat d'une origine sociale commune aux hommes politiques et aux « sociologues » du XIXème siècle, d'un décrochage des origines après la Seconde Guerre Mondiale, et observe une proximité uniquement thématique à partir des années 1980.

5Au sociologue plutôt intéressé par le thème de la pauvreté, le livre permet également de retracer une histoire souterraine de la notion dans la sociologie anglophone. Cette histoire débute par la définition d'une pauvreté absolue, fondée sur des critères nutritionnels mais laissant place à des besoins sociaux, par Benjamin Seebohm Rowntree au début du XXème siècle (p.92-96). Elle se prolonge dans les travaux de Peter Townsend sur la pauvreté relative (p.199-202) - intellectuellement convaincante mais peu opératoire dans le champ empirique - et se clôture par les travaux d'Amyarta Sen sur les capabilities qui permettent de fixer un critère absolu à la pauvreté malgré ses variations sociales, celui de la « possibilité de se comportement en homme ».

6Ainsi cet ouvrage, fort agréable à la lecture, permet-il de se renseigner avec une grande précision, par la petite porte qu'est celle de la pauvreté, sur l'histoire sociale et l'histoire sociologique anglaises. Abandonnant « la précision de la miniature au profit de la mise en perspective » (p.16), le risque pris délibérément par l'auteur a ainsi porté un beau fruit.

Haut de page

Notes

1 Comme l'indiquent ces quelques lignes : « on recense très peu de travaux consacrés à cette nébuleuse sociale, à l'exception du livre engagé coécrit par Roy Lewis et Angus Maude, qui ne sont sociologues ni l'un ni l'autre » (p. 167).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Jacques Rodriguez, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise 19e-20e siècles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 22 mai 2008, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/603

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page