Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Jean-Philippe Pierron, La fabriqu...

Jean-Philippe Pierron, La fabrique du consentement

Doriane Dupau
La fabrique du consentement
Jean-Philippe Pierron (dir.), La fabrique du consentement. Comprendre. Accepter. Consentir, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2022, 200 p., ISBN : 978-2-35687-845-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manon Garcia, La Conversation des sexes, Philosophie du consentement, Paris, Climats, 2021, p. 212.

1La Fabrique du consentement est un ouvrage collectif dirigé par le philosophe Jean-Philippe Pierron, qui a pour but de nuancer et enrichir la perception que nous pouvons avoir du consentement. Comme l’affirme Jean-Philippe Pierron, le consentement est communément perçu comme « l’expression claire et distincte d’une position de soi, formulée sans équivoques, sans nuances » (p. 6). Or, les différentes contributions rassemblées dans cet ouvrage insistent sur le fait qu’il s’agit plutôt d’un processus. En effet, l’obtention d’un consentement ne se résume pas à l’instant d’une signature ou d’un accord verbal entre des partis, mais implique la création d’un lien de confiance, au sein d’une relation entre les sujets concernés. Les auteurs rappellent l’étymologie du verbe « consentir » : consentio, « être de même sentiment », est formé de l’association des mots cum (« avec ») et sentire (« sentir »). La dimension relationnelle et sensible se trouve ainsi être au cœur du consentement puisqu’il s’agit de « sentir avec quelqu’un ». Le récent ouvrage de Manon Garcia, La Conversation des sexes1, explorait déjà le panel des nuances entre le « oui » et le « non » dans une Philosophie du consentement, comme le précise son sous-titre. L’ouvrage collectif dirigé par Jean-Philippe Pierron dépasse néanmoins la sphère affectivo-sexuelle sur laquelle Manon Garcia centrait son questionnement du consentement. Les quatorze articles de La Fabrique du consentement explorent en effet la complexité du processus dans les sphères sociale, juridique et surtout médicale.

2Il est intéressant de noter que l’approche contractuelle du consentement, qui domine aujourd’hui également les cadres affectif et médical, est empruntée au droit, comme le soulignent plusieurs auteurs du livre. Dans cette approche, le consentement est considéré de façon étroite comme l’acte de signature d’un accord. Pour Jean-Christophe Weber et Jean-Philippe Pierron, le consentement est ainsi réduit à une simple formalité vidée de sa signification alors que les différents auteurs insistent sur la nécessité de renouer avec la confiance entre les protagonistes de la relation pour obtenir un consentement juste et donc conforme au vécu. C’est-à-dire un consentement qui serait, dans le domaine médical par exemple, le résultat d’une écoute des besoins du patient, dépassant le moment du consentement prononcé.

3Les contributions rassemblées dans la première partie de l’ouvrage exposent les enjeux philosophiques et existentiels du consentement pour lui redonner un sens en tant que processus et ne pas le réduire à une procédure. Les auteurs cherchent ainsi à bien comprendre ce qu’implique le travail du consentement, comme Georges Charbonneau et Jean-Philippe Pierron qui tentent de mieux définir la notion. Cela les amène à réfléchir aux limites temporelles du consentement. De quoi dépend sa valeur ? Des promesses, de l’instant, ou bien de ce qui se révèle ensuite ? Les deux auteurs partagent un constat avec Benjamin Marcepoil et Pierre Ancet : le consentement reçoit rarement une définition positive. En droit comme dans le domaine des relations affectives et sexuelles, c’est davantage son absence qui attire l’attention. La violence, la surprise et la contrainte restent des repères solides signifiant l’absence de consentement, mais la langue française n’a pas de mot pour « reprendre, contester, moduler et même récuser [un] consentement » (p. 21). Les auteurs insistent pourtant sur l’importance de créer des néologismes comme « déconsentement » (le fait de revenir sur un consentement donné) ou « dysconsentement » (un consentement donné mais porteur d’anomalies) pour parvenir à mieux cerner la complexité du processus. Ces différentes réflexions permettent d’établir ce qui fait véritablement l’enjeu du livre : une définition du « juste consentement », pensé comme « processuel (en réévaluation constante, étape par étape), conditionnel (révocable, révisable, réajustable), et symétrique, à l’intérieur de rôles éclairés » (p. 24). Le chapitre de Camille Abettan analyse la façon dont un tel consentement peut se réaliser dans le champ médical et pointe les limites de la conception actuelle du consentement « libre et éclairé ». L’auteur part du constat suivant : un certain nombre de patients refusent de prendre les décisions médicales les concernant et préfèrent s’en remettre entièrement à leur médecin. Or, dans la tradition philosophique, l’autonomie est pensée comme une décision « prise par le sujet, et uniquement par lui » (p. 37). Camille Abettan est ainsi conduit à repenser la notion philosophique d’autonomie du sujet dans le champ médical. Dans ce cadre, le consentement du patient est particulièrement dépendant de la qualité de sa relation avec le soignant, et peut donc se penser d’un point de vue plus dialogique, moins indépendant.

4La seconde partie de l’ouvrage aborde le consentement du point de vue de l’éthique et du droit. Il s’agit plus exactement d’examiner les conditions institutionnelles permettant que le consentement soit accordé librement et en confiance. Bernard N. Schumacher, Marion Girer et Jean-Christophe Weber prolongent la réflexion sur le consentement médical éclairé en réfléchissant à ses implications juridiques. Ils soulignent que l’hyper-contractualisation des procédures médicales entraîne la méfiance des patients en donnant l’impression que ces formulaires protègent davantage les médecins que les malades. Tout en reconnaissant au patient un rôle actif dans les décisions le concernant, ils aspirent à un retour de la confiance dans le traitement juridique de la relation de soin. La communication de Benjamin Marcepoil prend pour cadre la psycho-criminologie. Ce psychologue clinicien montre comment le consentement, qui appartient à l’origine au droit des contrats, s’est déployé dans le cadre de l’ensemble des relations intersubjectives. Sa communication s’applique à bien distinguer les enjeux éthiques du consentement juridique de ce qu’il nomme le « con-sentir » psychologique. Il s’intéresse pour cela à l’expression du consentement sexuel et à son traitement juridique. Depuis les années 1990, c’est un consentement « explicite » qui tend à s’imposer, et les universités américaines ont vu naître des applications servant à recueillir les consentements. Pour Benjamin Marcepoil, c’est une « approche contractuelle désaffectée et désubjectivée du consentement dans la sphère sexuelle » (p. 96) qui ne correspond évidemment pas à la complexité de ce qui se joue au sein d’une relation affective. De plus, légitimer une relation par le seul consentement explicite a pour conséquence que des actes verbalement consentis mais réalisés sous domination psychologique ne peuvent pas être qualifiés juridiquement de violence. Par ailleurs, cette approche ne laisse pas de place à un consentement implicite. L’auteur tente donc de définir un consentement psychologique qui rendrait davantage compte de ce qui se joue dans l’expérience intime du rapport à autrui.

5Dans la dernière partie de l’ouvrage, le consentement est finalement étudié dans des situations concrètes de soin, qui font ressortir certains points aveugles du consentement. La contribution de Pierre Ancet réfléchit par exemple au consentement dans les relations affectives et sexuelles de personnes identifiées comme porteuses de handicap intellectuel. Il montre que, dans ce cadre de soin, le consentement des patients est souvent abordé par les équipes soignantes et éducatives seulement sous l’angle de la prévention d‘une agression sexuelle ou d’une grossesse. Ce souci de protéger des personnes particulièrement vulnérables des risques auxquels la sexualité peut les exposer a cependant pour effet d’invisibiliser l’épanouissement potentiel d’une sexualité positive. L’article de Margaux Dubar et celui que Giampaolo Di Piazza, Guiliana Galli et Andrea Fagiolini ont co-écrit interrogent des cas limites du consentement en s’attachant respectivement à la situation paradoxale de personnes « addictées » (auxquelles les institutions de soin font signer un formulaire de consentement tout en déniant leurs facultés décisionnelles), et à l’expérience de la contention. La contribution de Marie B. Guyot clôt l’ouvrage sur un cas plus général, celui du consentement au toucher présent dans toute relation de soin. Elle rapproche le verbe consentir de celui d’inviter en insistant sur la double construction du second : transitive (inviter quelqu’un) et pronominale (s’inviter). La construction transitive demande une réponse d’autrui et laisse donc une place aux sentiments de l’autre. L’autrice met en évidence la spécificité du toucher quotidien des soignants, qui ne passe pas par un consentement explicite pour chaque action mais qui peut néanmoins se faire soutien, consolation et marquer leur disponibilité à l’autre. Elle insiste encore une fois sur la dimension relationnelle du soin pour conclure que « dans le cadre du toucher la distance à respecter ne s’inscrit pas seulement dans le domaine de l’espace mais également dans celui du temps » (p. 196).

6Cet ouvrage porte donc une attention précise au travail du consentement. Ce qui fait sa pertinence et son originalité est peut-être d’insister davantage sur le processus psychique amenant le consentement que sur le consentement en lui-même, comme un moment précis de transaction. Les regards croisés du droit, de la philosophie, de la psychologie et encore de la médecine enrichissent les perspectives du lecteur sur une notion qui reste difficile à définir, mais qu’il faut à tout prix éviter de réduire à un « point d’accord » temporel et verbal. Au vocabulaire du droit qui est souvent utilisé pour penser le consentement sur le modèle du droit des contrats, les différents auteurs substituent un vocabulaire relevant davantage du care, pour insister sur la relation de confiance et l’attention à autrui qu’ils pensent être au cœur d’un juste consentement.

Haut de page

Notes

1 Manon Garcia, La Conversation des sexes, Philosophie du consentement, Paris, Climats, 2021, p. 212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doriane Dupau, « Jean-Philippe Pierron, La fabrique du consentement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 mars 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60376

Haut de page

Rédacteur

Doriane Dupau

Agrégée de lettres modernes et doctorante contractuelle à l’Université Sorbonne nouvelle. Elle prépare une thèse intitulée Consentir à l’amour au XVIIIe siècle sous la direction de Nathalie Kremer.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search