Navigation – Plan du site

John Dewey, Une foi commune

Loïc Lafargue de Grangeneuve

Texte intégral

  • 1  Cf. Patrice Duran, Penser l’action publique, Paris, LGDJ, 1999.

1Longtemps méconnu en France, le philosophe pragmatiste américain John Dewey figure aujourd’hui en bonne place parmi les théoriciens du politique, notamment en raison de sa conception du public1. La parution d’Une foi commune s’inscrit donc dans ce contexte de découverte tardive et encore inachevée d’une œuvre importante, qui interroge les fondements du politique.

2Ce livre est en fait un ensemble de trois textes dont l’origine est une série de conférences prononcées par Dewey à l’université de Yale en 1934, et qui ont pour objet premier la religion. Mais comme nous le verrons, Dewey entreprend une forme de « déconstruction » de la religion pour retrouver derrière celle-ci, de manière originale, le politique. L’idée centrale de l’ouvrage est double : la quête d’un idéal qui caractérise les religions a été pervertie par celles-ci ; et si l’humanité a besoin d’« une foi commune », ce qui est nécessaire, c’est bien plutôt une foi en la démocratie.

3La première conférence s’intitule Le religieux sans la religion. Bien qu’ambiguë, cette formulation résume la pensée de Dewey dans ce texte : il vise à distinguer la « nature » du religieux de tout ce que les religions ont « rajouté » ; il sépare notamment le spirituel de tout ce qui relève des institutions religieuses (au sens sociologique du terme). Autrement dit, derrière le foisonnement des religions et la diversité des cultures et des traditions qui leur sont liées, Dewey cherche ce qui leur est commun, et qui est aussi l’essentiel. Tout se passe comme si les religions étaient pour Dewey des couches de sédimentation successives qu’il faudrait désormais enlever pour retrouver l’essence du religieux, c’est-à-dire : l’aspiration à un idéal collectif.

4Dans la deuxième conférence, La foi et son objet, Dewey poursuit son raisonnement que l’on pourrait qualifier de généalogique. Il examine les différents attributs des religions, leurs rites, comme s’il tentait de distinguer le permanent de l’accidentel ou du superflu. Il faut bien dire que peu de choses résistent à sa critique : en dernière analyse, pour Dewey, le Dieu des religions peut être ainsi ramené à une « relation active entre l’actuel et l’idéal » (p. 141). C’est cette relation qui intéresse Dewey, et qu’il entend déplacer sur le terrain politique.

  • 2  Sur ce point, cf. par exemple Christian Ruby, L’enthousiasme. Essai sur le sentiment en politique, (...)

5La troisième conférence a pour titre L’espace humain et la fonction religieuse. Elle constitue l’aboutissement des deux premiers textes, et la visée politique de Dewey y est cette fois beaucoup plus explicite. S’il met en avant l’usage de la raison, Dewey souligne également l’importance positive de l’émotion dans la vie politique2. Une démocratie purement rationnelle est en réalité impensable. On touche ici au cœur de l’argumentation : pour Dewey, l’acte de foi qui est au fondement de l’entrée en religion doit être tourné vers la politique. L’humanité a besoin d’un idéal commun, mais il faut que celui-ci nourrisse l’engagement des citoyens dans la sphère publique. Sans cette croyance en la démocratie, finalement, il n’y a pas de démocratie possible. La démocratie ne se réduit pas à un espace public éclairé, qui serait fait uniquement de délibération et d’échange d’arguments raisonnés. L’ouvrage se termine ainsi par un appel au militantisme et à l’engagement politique de chacun.

6De ce point de vue, ce livre peut se lire d’abord comme un ouvrage engagé dans le contexte de son époque. Il faut rappeler au moins une double actualité, comme le fait Patrick Di Mascio dans l’introduction de l’ouvrage : d’une part, les États-Unis sortent tout juste des longues années de la Prohibition qui avait été instaurée notamment sous l’influence des milieux religieux conservateurs ; la méthode utilisée par Dewey pour retrouver « le religieux sans la religion » peut se lire aussi comme une critique du poids des représentants des religions dans le débat public. D’autre part, sur le plan international, le début des années 1930 est marqué par une crise économique sans précédent qui conduit à une remise en cause de la démocratie dans de nombreux pays, notamment en Europe. Dans cette optique, Une foi commune constitue une défense et illustration de la démocratie.

7Cet ouvrage est donc au moins autant un livre sur la religion que sur la politique. Certains développements font écho, d’une certaine manière, au Tocqueville de La démocratie en Amérique : l’appel de Dewey à l’engagement rappelle les craintes de Tocqueville envers la passivité des citoyens en régime démocratique. Dans cette perspective, les idées des deux auteurs sont complémentaires : la démocratie suppose un acte de foi, un pari initial, une forme d’adhésion qui repose moins sur la raison que sur une croyance ; mais la démocratie reste une coquille vide si les citoyens ne s’impliquent pas dans la vie publique, voire pire : le régime démocratique risque fortement d’être menacé si les citoyens ne font pas usage de leurs droits. L’actualité de cette double proposition est manifeste. L’intérêt majeur d’Une foi commune peut ainsi être résumé dans cette formule : pour être démocrate, encore faut-il croire en la démocratie.

Haut de page

Notes

1  Cf. Patrice Duran, Penser l’action publique, Paris, LGDJ, 1999.

2  Sur ce point, cf. par exemple Christian Ruby, L’enthousiasme. Essai sur le sentiment en politique, Paris, Hatier, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Lafargue de Grangeneuve, « John Dewey, Une foi commune », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 juillet 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6038

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page