Navigation – Plan du site

« Vieillir vieux, vieillir mieux ? Réenchantement et créativité », Le Sociographe, n° 35, mai 2011

Nathalie Grebil
Vieillir vieux, vieillir mieux ?
« Vieillir vieux, vieillir mieux ? Réenchantement et créativité », Le Sociographe, n° 35, mai 2011, 128 p., Editions Champ social, EAN : 9782918621058.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Pélissier, 2007, La guerre des âges, Paris, Armand Colin.

1Etant donné que notre société oscille entre la peur d’une gérontocratie ou d’un géronticide1, il est d’autant plus intéressant de réinterroger l’image, la place et le rôle des « Vieux » et des « Vieilles » d’aujourd’hui en se demandant s’il est possible de vieillir mieux et de« ré-enchanter la vieillesse ». Pour cela, la revue Le sociographe a réuni de nombreuses contributions et auteurs (des chercheurs, des professionnels du champ gérontologique et des témoins « âgés »). Ce dossier thématique sur la vieillesse et le vieillissement s’organise en quatre parties. Dans un premier temps, les auteurs proposent de bousculer les représentations sociales négatives.

2Pour cela, Hervé Blanchard explique que la notion de vieillissement de la population (A. Sauvy) est une construction sociale qui nous poursuit et qui impacte la manière dont notre société considère la vieillesse et les personnes âgées. Alors que « la vieillesse est une question sociale », une mise en tension entre vieillesse individuelle et vieillesse sociale, son approche est actuellement trop médicale et négative (vu sous l’angle de la dépendance, de la perte, du coût, de la gestion, etc.).

3Agnès Pecolo précise que la perception des âges et des cycles varient culturellement et historiquement et montre l’émergence de la figure des seniors. Cette figure est développée par les médias et est un potentiel de croissance marketing (les seniors sont des consommateurs et un marché). Cela brouille aussi les frontières des âges et développe un fossé entre jeunesse et vieillesse, entre jeunes et vieux alors que par ailleurs, la cohésion sociale est prônée.

4Dominique Argoud et Martine Chazelle partent d’une expérience locale et montrent que les politiques publiques s’orientent vers une approche plus transversale du vieillissement, c’est-à-dire vers une « territorialisation de l’action gérontologique ». Selon eux, le développement social local, avec sa logique de projet, lorsqu’il est mis au service de la politique du vieillissement, peut devenir une réussite. Il permet aussi de prendre en compte la complexité, l’incertitude et le travail ensemble.

5Dans un second temps, il est développé le postulat que c’est en « usant de la créativité » que l’on permet de reconnaître et de considérer la vieillesse et les personnes âgées autrement. C’est alors que Nathalie Blanchard présente le rôle central des aidants informels pour la vie à domicile des personnes dépendantes. Elle note également leur épuisement et leur surmortalité d’où la nécessité de les envisager différemment. Localement, l’idée a été de mettre en place des référents autour de l’aidé et de l’aidant. Le « couple aidant-aidé » est reconnu et la place de l’aidant est valorisé. Côté référent, celui-ci est inscrit dans un territoire, dans un réseau et il coordonne d’autant mieux les aidants formels (professionnels) et informels.

6Marie Francoeur se demande si nous pouvons réellement choisir notre dernier lieu de vie. Elle explique que la décision peut nous échapper au nom de la sécurité. Elle constate néanmoins que la position de la famille ou de l’aidant familial est inconfortable. Il peut être épuisé (ou malade) et l’institution servira alors de relais ou de tiers. Mais pour beaucoup l’entrée en établissement signifie que la fin est proche : c’est le lieu de « l’attente d’une mort annoncée ». Dans ce cadre, comment résister en tant que professionnel et institution au placement abusif et comment prendre en compte et faire accepter le choix de la personne aux familles ?

7Yolande Pelchat nous transporte au Québec et raconte une initiative, celle « des clowns thérapeutiques », qui a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des patients par l’imaginaire et qui, dans le même temps, soulève beaucoup de réserves et de questionnements. Pour beaucoup, ces interventions dissimulent des préoccupations plus importantes (comme le manque de formation des professionnels ou des inégalités) et empêchent les personnes âgées à se souvenir. L’auteure pense que c’est le vivre ensemble qui doit motiver toute initiative.

8Dans une troisième partie, la formation est repérée comme étant un excellent support qui permet de transformer les représentations et de faire émerger de nouvelles formes de travail et d’être ensemble. Josée Grenier et Marlène Simard montrent que les intervenants sociaux sont des acteurs essentiels dans le bien-être et dans la conservation de l’autonomie des personnes âgées. C’est leur manière d’intervenir qui favorise « l’empowerment », une démarche conscientisée d’accompagnement de l’individu. Pour elles, tous les projets novateurs sont à stimuler et ceux, qui se sont concrétisés, ont lié la plupart du temps l’intervention sociale et l’éducation. L’information et la formation restent alors les meilleures pistes d’action pour améliorer la vie des personnes âgées.

9Françoise Mohaër poursuit dans cette direction en indiquant que les éducateurs spécialisés gagneraient à être formés, à s’ouvrir à la population âgée. Elle explique qu’elle a mis en place un projet pédagogique (liant des adolescents et des personnes âgées) et qu’il révèle de nombreux apports : meilleure connaissance de l’Autre, création d’occasions de rencontre, développement de liens intergénérationnels et finalement, modification de part et d’autres des représentations sociales. C’est donc une initiative à encourager dans les écoles de travail social...

10Régis Grosbras témoigne dans le même sens en signalant que dans la formation des AMP (Aide Médico-Psychologique), le vieillissement ne tient qu’une toute petite place par rapport aux autres thématiques alors qu’une grande majorité d’étudiants trouvent un emploi au sein d’un EHPAD. L’auteur se demande comment dépasser les registres pathologiste, hygiéniste et sécuritaire que véhicule la vieillesse ? Ne serait-ce pas en encourageant les démarches d’accompagnement de projet (de vie, d’animation, etc.), en mettant l’accent sur la relation et donc en considérant la personne âgée comme un « adulte citoyen » ?  

11Enfin, dans une dernière partie intitulée « Ailleurs », Laurence Hardy, coordinatrice de ce numéro, donne la parole à d’autres vieillesses.

12Omar Samaoli retrace le parcours de travailleurs immigrés devenus de « vieux immigrés » vivant en France. Cela n’est pas sans soulever de nombreuses questions sur le fonctionnement de nos institutions et de notre société : ségrégation ethnique et communautaire, (in)-adaptation des lieux collectifs proposés, pauvreté de ces vieux immigrés, carence d’insertion, ... Cette vieillesse expose les mondes gérontologiques et gériatriques à des difficultés collectives et individuelles qu’il va falloir aborder et traiter très prochainement.

13Enfin, Céline Chantepy-Touil rapporte le témoignage de Lili, une ancienne prostituée. Cette narration montre à quel point il est difficile pour les personnes âgées d’être prises en compte dans leur globalité et dans leur spécificité. Cela met également en évidence que les normes sociales de la vieillesse sont imposantes pour les individus âgés mais aussi pour les accompagnateurs (intervenants sociaux, médicaux et aidants familiaux). Ce qui revient à dire aussi que nous devons réfléchir aussi bien individuellement que collectivement à la place, au rôle et à l’image de la vieillesse et du vieillissement dans nos sociétés.

  • 2  R. Castel, 1999, Les métamorphoses de la question sociale, Folio.

14En filigrane, toutes les contributions interrogent la place et le rôle des travailleurs sociaux dans ce processus de représentations concernant la vieillesse et le vieillissement. Travailleurs sociaux dont l’existence même est issue de la question sociale et de leur capacité à maintenir la cohésion sociale2. On peut alors les considérer comme des passeurs (d’initiatives, de représentations, etc.) et/ou comme les premiers remparts (aux maux, à la détresse, aux inégalités, aux fragilités, etc.) de notre société.

15Vous l’aurez compris, ce dossier est stimulant tant il apporte de pistes de réflexions, d’initiatives et de témoignages diversifiés. Il donne aussi envie de poursuivre et de lire les nombreuses références indiquées dans les bibliographies.

Haut de page

Notes

1  J. Pélissier, 2007, La guerre des âges, Paris, Armand Colin.

2  R. Castel, 1999, Les métamorphoses de la question sociale, Folio.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Grebil, « « Vieillir vieux, vieillir mieux ? Réenchantement et créativité », Le Sociographe, n° 35, mai 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 juillet 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6041

Haut de page

Rédacteur

Nathalie Grebil

Doctorante en sociologie à l'Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, membre du laboratoire de recherche PRINTEMPS (UMR 8085) et formatrice à l'IRFASE (91)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page