Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Philippe Descola, Gérard Lenclud,...

Philippe Descola, Gérard Lenclud, Carlo Severi, Anne-Christine Taylor, Les idées de l’anthropologie

Benjamin Dubertrand
Les idées de l’anthropologie
Philippe Descola, Gérard Lenclud, Carlo Severi, Anne-Christine Taylor, Les idées de l’anthropologie, Paris, EHESS, coll. « EHESS poche », 2022, 400 p., 1re éd. 1988, préf. Grégory Delaplace, ISBN : 978-2-7132-2916-9.
Haut de page

Texte intégral

1Si les éditeurs de sciences humaines proposent régulièrement de nouveaux ouvrages de découverte ou de réflexion sur l’anthropologie, les éditions de l’EHESS ont, elles, fait un choix différent avec la réédition d’un texte datant de 1988 mais jamais reparu jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’un livre collectif de présentation de l’anthropologie par le biais de certains de ces fondements théoriques et conceptuels. Il se compose de quatre parties, rédigées chacune par un anthropologue différent (Philippe Descola, Gérard Lenclud, Carlo Severi et Anne-Christine Taylor) à partir de ses cours dispensés à l’EHESS dans les années 1980. Cette nouvelle édition est agrémentée d’une préface inédite confiée à l’anthropologue Grégory Delaplace et d’une postface rédigée par les auteurs eux-mêmes.

2L’anthropologie est souvent présentée comme une discipline quelque peu ambivalente du point de vue épistémologique, à la fois centrée sur des objets, méthodes et concepts très spécifiques et porteuse d’un projet intellectuel au carrefour des sciences humaines, en dialogue voire en échanges réguliers si ce n’est permanents avec d’autres disciplines, telles que l’histoire ou la philosophie. L’ouvrage revient sur cette double facette en insistant sur la première partie de ce constat. S’il se présente comme un livre collectif, les quatre articles qui le composent constituent cependant des réflexions relativement indépendantes qui ne cherchent pas à tout prix à s’articuler entre elles. Malgré leur diversité de taille et de ton, elles ont néanmoins pour point commun de revenir chacune sur une notion particulière (le principe de causalité, la notion de fonction, celle de structure et enfin l’utilisation de l’histoire) et de proposer une réflexion sur sa place en anthropologie. Il s’agit systématiquement de faire une généalogie critique de ce concept dans l’histoire des sciences ou dans celle de l’anthropologie, et de son usage au sein de la discipline. L’accent est souvent mis sur le fait que ces usages se révèlent multiples et plus complexes qu’il n’y parait de prime abord, mais souvent rattachés par des principes communs. L’objectif n’est pas de montrer que seule l’anthropologie utilise ces notions, ni même qu’elle le fait toujours de manière pertinente. Le but est davantage d’insister sur les manières particulières dont elle le fait ou l’a fait, ce qui fonde pour partie sa singularité (par rapport aux autres sciences, biologiques, humaines ou sociales). À travers le bilan critique de différentes notions, il s’agit donc non seulement de complexifier une vision unique de certains concepts en montrant leurs multiples usages, mais aussi de défendre l’identité de l’anthropologie ainsi que sa légitimité en tant qu’entreprise intellectuelle particulière.

3Le premier texte, de Philippe Descola, revient sur l’explication causale des faits sociaux en anthropologie : comment comprendre la mise en place de certaines pratiques au sein des sociétés humaines, notamment celles qui paraissent les moins spontanément intelligibles (rites intichiuma aborigène, tabous alimentaires chez les Jivaro, sacrifices humains aztèques…) ? Est-il possible de démontrer les raisons (symboliques, matérielles, historiques, etc.) de différentes pratiques sociales et si oui selon quel modèle de démonstration (scientifique, philosophique…) ? L’auteur procède en trois temps et remonte d’abord aux origines du principe de causalité, depuis son passage de la philosophie aux sciences physiques jusqu’à son incorporation aux sciences sociales en général et à l’anthropologie en particulier. Il mentionne ensuite deux critiques classiques de l’usage de la causalité, de type empiriste et culturaliste, pour les dépasser en estimant qu’elles mènent à renoncer au projet intellectuel même de l’anthropologie. Il termine son propos en revenant sur les différentes formes d’explication causale en anthropologie. Il expose notamment celles du fonctionnalisme de Malinowski et de différentes approches marxistes (Meillassoux, Terray, Godelier) ou matérialistes (Rappaport, Ross, Harris). Il présente ainsi les différentes formes que peuvent prendre les explications causales et les débats auxquelles elles donnent lieu dans la discipline entre déterminismes environnementaux, historiques, symboliques ou infrastructurels (au sens marxiste). Descola revient ainsi sur la portée et surtout les limites évidentes (notamment dans le cas de Malinowski ou Harris) de chaque approche. Cela lui permet de conclure sur l’importance du principe de causalité dans la discipline (qui participe de son statut de projet scientifique), quand bien même il se décline de plusieurs manières parfois très différentes au sein de divers courants.

4Le deuxième texte, de Gérard Lenclud, prolonge le premier et apporte des éclaircissements salutaires sur la notion de fonction sociale d’une pratique ou d’une institution et sur ses liens avec le mouvement fonctionnaliste auquel elle a donné son nom. L’auteur montre qu’il n’y a pas un mais des fonctionnalismes, notamment en reprenant les approches divergentes de ce concept par Malinowski et Radcliffe-Brown. Il insiste surtout sur la différence entre explication fonctionnelle et théorie fonctionnaliste et expose de manière détaillée et didactique les diverses facettes du terme, qui peut tour à tour renvoyer à une idée de sens commun, être une méthode d’investigation ou en dernier ressort servir de modèle théorique. Lenclud explique que s’interroger sur la fonction sociale d’une pratique ne signifie pas nécessairement s’ancrer dans une perspective fonctionnaliste. Il prend l’exemple du mariage pour montrer la différence entre relever les différentes fonctions de cette institution (rituel, alliance sociale, moment de sociabilité, relation économique…) et lui en attribuer une seule qui expliquerait de manière unilatérale son invention. Son propos permet donc de comprendre là aussi les différents usages qui peuvent être fait de la notion et invite à ne pas confondre l’interrogation sur l’utilité d’une pratique ou d’une institution sociale avec l’attribution à celle-ci d’une finalité qui serait la seule et unique explication de son existence.

5La troisième contribution est l’œuvre de Carlo Severi. Elle réfléchit sur la notion de structure (au sens structuraliste de règles générales qui régissent le fonctionnement d’un système : une langue ou un ensemble symbolique) et sur l’analyse de type structurale, au-delà du seul structuralisme lévi-straussien. Un tel projet aurait pu induire une redite partielle des propos de Descola et de Lenclud, qui traitent déjà en partie de questions structurales, mais tel n’est pas le cas. Notamment parce que Carlo Servi choisit un angle d’approche différent en exhumant des origines méconnues du concept de structure, dans l’œuvre de Goethe, aux tournants des XVIIIe et XIXe siècles, pour faire le lien avec la notion telle qu’elle (ré)apparait dans la linguistique au XXe siècle. Severi montre ensuite que les éléments dégagés se retrouvent dans des approches très différentes, comme celle de Lévi-Strauss mais aussi celle de l’anthropologue Siegfried Nadel. Cet angle d’approche, s’il ne permet pas de faire totalement le bilan de la notion, faute de place, lui donne néanmoins l’opportunité, comme ses collègues, d’en exposer les différentes facettes et de mieux mettre en lumière ses intérêts et limites dans la réflexion anthropologique contemporaine.

6Enfin, le texte qui clôt ces réflexions émane d’Anne-Christine Taylor. Il examine la vaste question du rapport des anthropologues à l’histoire depuis les débuts de l’anthropologie. La chercheuse distingue notamment deux types d’approches, historistes et historicistes, qui agissent comme deux pôles entre lesquels se sont positionnés les différents courants qui ont traversé la discipline. Elle réexamine, par ce prisme, l’évolutionnisme du XIXe siècle puis certains courants du XXe, notamment le diffusionnisme et le structuralisme. Anne-Christine Taylor termine son essai par le double constat que l’histoire mobilisée par les historiens n’est clairement pas celle des anthropologues mais qu’il existe toutefois des rapprochements et des hybridations possibles et de plus en plus fréquents entre les deux, dont témoignent des travaux récents (pour l’époque) comme ceux de Marshall Sahlins.

7L’ouvrage se termine par une postface des auteurs qui revient, trente en plus tard, sur la pertinence et l’actualité de l’ouvrage ainsi que sur ses objectifs. Ils expliquent avoir eu la volonté de procéder à contre-courant de ce qui se faisait jusque-là, en présentant une histoire de la discipline qui ne soit pas centrée sur ses grands courants. C’est à cette considération que vient répondre l’entrée par des notions ou questions d’ordre général, qui permet de traiter plusieurs approches théoriques dans un même mouvement. Ils insistent aussi sur leur désir commun de mettre en lumière l’armature intellectuelle nécessaire à la pratique de l’anthropologie, selon eux trop souvent délaissée au profit de sa méthode.

8Outre la qualité intrinsèque des textes, la plus-value de cette nouvelle édition pour le lecteur actuel réside, en amont des quatre essais, dans la préface de Grégory Delaplace. Celle-ci met en lumière les principales caractéristiques de l’ouvrage ainsi que ses singularités, sur lesquelles il vaut la peine de s’arrêter brièvement pour compléter cette présentation.

9Le lecteur se trouve, comme le remarque Grégory Delaplace, face à un ouvrage singulier, d’abord du fait de son statut de livre quasi introuvable, voire en partie oublié, depuis sa première parution il y a plus de trente ans. Singulier, il l’est aussi par l’identité de ses auteurs, jeunes chercheur·e·s dans les années 1980, qui sont toutes et tous devenu·e·s des figures très importantes et reconnues de la discipline, voire au-delà, notamment pour Philippe Descola. Ces chercheurs n’ont d’ailleurs plus jamais collaboré tous ensemble dans un autre projet scientifique et éditorial. Une autre singularité du livre tient encore au fait, déjà mentionné plus haut, de ne pas du tout aborder la question du terrain et des méthodes de l’anthropologie mais de se cantonner au débat d’idée. Ce choix reste très original puisque, si l’anthropologie a connu plusieurs crises d’identités dans les dernières décennies du XXe siècle, c’est d’abord par son ancrage méthodologique qu’elle s’est sans cesse réaffirmée et partiellement reconfigurée, alors que ses objets et concepts (culture, traditions…) étaient plus ou moins fortement remis en causes. Encore aujourd’hui, c’est à travers la méthode qu’elle reste en dialogue avec d’autres disciplines, l’observation participante étant utilisée par beaucoup de chercheurs non anthropologues – sans d’ailleurs que ses tenants et aboutissants soient toujours pris en compte.

10Le dernier aspect qui rend cet ouvrage singulier est son ancienneté, sur laquelle reviennent la préface comme la postface. Cette ancienneté lui confère un statut de témoignage des préoccupations de la discipline dans les années 1980, notamment face au succès alors grandissant du post-modernisme aux États-Unis. Cela se retrouve aussi dans le souci de tous les textes de faire le bilan des approches en termes de structure qui avaient cours dans l’anthropologie française de l’époque, en particulier du structuralisme, pour réfléchir à son éventuel dépassement. Mais cet aspect daté n’enlève rien à la qualité des réflexions proposées, qui reste toujours importante en 2022.

11Il s’agit donc d’un livre hybride, entre manuel, histoire des idées et travail d’épistémologie de l’anthropologie. Un livre dense aussi, du fait de son ambition de présenter l’anthropologie autrement, par une perspective théorique pure, et du fait de l’ampleur des sujets traités par rapport au format des textes. Dans cette perspective, il s’adresse à la fois aux étudiant·e·s de la discipline, aux chercheurs et chercheuses. Son niveau d’érudition et certains débats techniques qu’il aborde nécessitent cependant des connaissances préalables. Les plus novices gagneront donc à compléter cette lecture par celle d’ouvrages plus « classiques », pour une meilleure vision d’ensemble de l’histoire de la discipline et des enjeux théoriques qui la traversent. Au-delà de cet aspect, l’ouvrage reste encore aujourd’hui un outil de grand intérêt pour toute personne qui souhaiterait développer ou approfondir ses connaissances en anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Dubertrand, « Philippe Descola, Gérard Lenclud, Carlo Severi, Anne-Christine Taylor, Les idées de l’anthropologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mars 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60414

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Dubertrand

Maître de conférences en anthropologie à l’Université de Perpignan Via Domitia, membre du laboratoire CRESEM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search