Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Erik Neveu, Des Soixante-huitards...

Erik Neveu, Des Soixante-huitards ordinaires

Lilian Mathieu
Des soixante-huitards ordinaires
Erik Neveu, Des soixante-huitards ordinaires, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2022, 448 p., ISBN : 978-2-07-277910-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guy Hocquenghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary Club, Paris, Albin Mich (...)

1La recherche dont est issu le livre d’Erik Neveu, Des Soixante-huitards ordinaires, s’est étalée sur une très longue durée, puisque la collecte des entretiens qui lui fournit l’essentiel de ses données a débutée en 2004. L’auteur – professeur émérite de science politique et ancien directeur de l’IEP de Rennes – s’en explique en introduction, en exposant les contraintes de la vie académique qui ont freiné son travail, mais également les enjeux méthodologiques qui l’ont guidé. Il s’agissait de prendre le contrepied des représentations devenues courantes – ce qu’il désigne comme « la vulgate » – réduisant les soixante-huitards à quelques anciens leaders de l’extrême gauche des années 68, passés, selon la cruelle formule de Guy Hocquenghem, du col Mao au Rotary club1. Cette sorte de synecdoque sociologique est lourdement fautive puisque l’écrasante majorité des femmes et hommes qui ont milité en rêvant de révolution dans les années 68 n’ont pas connu de réussite sociale spectaculaire et, surtout, n’ont rien renié de leurs engagements de jeunesse.

2Erik Neveu en fait ici la magistrale démonstration en s’appuyant sur un corpus de 65 entretiens biographiques auprès de personnes ayant milité dans divers groupes ou mouvances (maoïsme surtout, mais également trotskisme et, dans une moindre mesure, Parti socialiste unifié et anarchisme) et n’ayant jamais accédé à une notoriété politique de premier plan. Contribue à l’« ordinaire » de cette population sa localisation dans la région bretonne, certes particulièrement riche en luttes dans la séquence post-68 mais qui permet de contourner les parisiano-centrisme de bien des évocations des événements de Mai. Les nombreux et souvent longs extraits d’entretiens donnent une incarnation sensible à un propos qui, l’auteur de s’en cache pas, présente des harmoniques autobiographiques : un temps engagé dans la mouvance maoïste, Erik Neveu fait lui-même partie de la population qu’il étudie dans son livre.

  • 2 Voir notamment Kristin Ross, Mai 68 et ses vie ultérieures, Bruxelles, Complexe, 2005, et Serge Aud (...)
  • 3 L’auteur du présent compte rendu peut par exemple témoigner que le documentaire de Chris Marker Le (...)

3L’ouvrage s’ouvre, précisément, par un chapitre dédié à la construction et aux usages de cette « vulgate » dépeignant les soixante-huitard·es comme autant d’arrivistes cyniques, n’ayant épousé des idéaux de transformation sociale dans leur jeunesse que pour ensuite mener de fructueuses carrières individuelles. La démonstration, si elle n’est pas totalement inédite2, est convaincante et présente des développements suggestifs sur les ambivalences de la figure de l’ex-soixante-huitard, héroïsé ou stigmatisé selon les périodes et les camps idéologiques. Elle néglige cependant le fait qu’il n’existe pas qu’une seule vulgate de Mai 68 et que l’événement et ses suites font également l’objet d’une célébration parmi ceux qui, notamment au sein des groupuscules d’extrême gauche contemporains, se posent en héritiers d’un souffle révolutionnaire tout autant mythifié. S’intéresser à cette postérité alternative des années 68, avec ses supports mémoriels et ses processus d’identification, représenterait un chantier de recherche pertinent pour contrebalancer cette impression d’écrasement par une humeur anti-68 homogène et hégémonique3.

4Avec le deuxième chapitre, intitulé « les chemins de l’hétérodoxie », débute la véritable analyse du matériau biographique recueilli lors des entretiens. La plupart des enquêté·es sont des promu·es scolaires, issu·es de familles modestes dont ils et elles sont les premier·es à accéder à l’enseignement supérieur. L’ancrage breton de la recherche fait apparaître la fréquence de profils d’enfants de paysans catholiques, tout en soulignant combien l’ouverture progressiste de l’Église a, dans les années 1960, pu nourrir une sensibilité de gauche. Mais c’est l’accès à la condition d’étudiant·e – avec la « disponibilité biographique » qu’elle accorde – qui apparaît comme le principal moteur d’une politisation aussi rapide que radicale. L’étude confirme que si des variables sociologiques pèsent sur le « choix » de rallier telle organisation plutôt que telle autre, les facteurs idéologiques sont en revanche d’un faible poids et que jouent également hasards des rencontres ou solidarités fondées sur des logiques autres que strictement politiques. Surtout, Erik Neveu souligne la complexité du rapport à la culture et à la mobilité sociale de ceux qu’il appelle joliment les « malgré nous de la promotion sociale ».

5Le troisième chapitre, sans doute le plus original, documente l’ordinaire de la vie militante des années post-68, en soulignant combien l’extrême gauche de l’époque valorisait les ressources intellectuelles (ou du moins un certain type de ressources intellectuelles) tout en recourant volontiers aux illégalismes et aux démonstrations de force. L’éclairage sur les sociabilités militantes permet de souligner que le « style gauchiste » relevait d’un isolat social, source de gratifications mais également révélateur d’une clôture dont le faible écho politique auprès des « masses » a pu constituer une douloureuse démonstration.

6Reprenant plaisamment la formule de Paul Veyne, Erik Neveu se demande si les gauchistes croyaient à leurs mythes et, pas plus que l’historien du monde gréco-romain, ne livre de réponse tranchée. Force est cependant de constater que les démentis que le réel a infligé aux espoirs révolutionnaires de ses enquêté·es les a conduit·es à réviser leurs engagements, à les interrompre ou à les réorienter (chapitre 4). Qu’elle soit délibérée ou imposée (par exemple par la dissolution de son groupuscule), vécue sur un mode heureux ou douloureux, la sortie du militantisme n’est jamais totale tant ce dernier a façonné le patrimoine de dispositions des individus et bousculé leur trajectoire. C’est ici que l’ouvrage inflige sa réfutation la plus cinglante à la caricature du soixante-huitard renégat, en montrant la fréquence des réinvestissements militants, spécialement (mais non exclusivement) dans la sphère syndicale, et la continuité d’une sensibilité de gauche qui reste défiante des logiques institutionnelles.

7Le cinquième et dernier chapitre poursuit l’analyse des devenirs post-soixante-huitards en les appréhendant dans leur dimension professionnelle. C’est, une nouvelle fois, une certaine ambivalence devant la réussite sociale qui se dessine : leur bagage militant a doté les soixante-huitard·es de savoirs et savoir-faire qui trouvent à se réinvestir dans la sphère professionnelle (métiers du care et du secteur public, en large part) mais aussi de savoir-être qui les prémunissent devant l’exercice du pouvoir ou les compromissions avec un ordre du monde qui leur reste insupportable. Et si le livre révèle que certains des enquêtés sont effectivement devenus entrepreneurs, c’est significativement sous des formes associatives ou coopératives, à distance, précisément, du carriérisme d’inspiration néolibérale.

  • 4 Voir spécialement Collectif Sombrero, Olivier Fillieule, Sophie Béroud, Camille Masclet, Isabelle S (...)
  • 5 On pense ici aux deux tomes de René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost, Danielle Tartakowsky (...)

8On l’a dit, la genèse de l’ouvrage a été particulièrement longue et sa parution beaucoup plus tardive que ce qu’avait initialement prévu son auteur. Il serait de ce point de vue injuste de lui reprocher de livrer des constats précédemment exposés par d’autres et qui, eux aussi consacrés à des soixante-huitards anonymes, ont d’ores et déjà conduit à révoquer la figure de l’ex-gauchiste renégat4. Produit d’une démarche de recherche parfaitement maîtrisée, Des Soixante-huitards ordinaires démontre surtout que la confirmation et la consolidation de résultats antérieurs est en soit un résultat scientifique de premier plan. On est en revanche un peu plus gêné par le silence de l’auteur sur certains travaux antérieurs, et notamment ceux produits par les historiens qui, avant les sociologues et politistes évoqués page 74 du livre, avaient engagé une exploration délibérément « banalisée » et localisée de Mai 685.

  • 6 Le Freedom Summer fut une opération militante pendant laquelle, à l’été 1964, des étudiants blancs (...)
  • 7 Sur la notion d’événement transformateur, voir Muriel Darmon, La Socialisation, Paris, Armand Colin (...)
  • 8 La notion de « moment critique » est employée par Pierre Bourdieu dans son analyse de la crise univ (...)

9On est également frappé par le paradoxe d’une démarche qui prend les soixante-huitard·es pour objet de recherche en faisant silence sur ce qui les définit, à savoir l’expérience de l’événement Mai 68 lui-même. Erik Neveu s’inspire, comme bien d’autres sociologues du militantisme, du travail devenu classique de Doug McAdam qui avait montré comment l’expérience du Freedom Summer avait marqué de manière indélébile la trajectoire et l’identité sociales de celles et ceux qui y avaient participé6. Mais l’ouvrage de McAdam livre de nombreux éléments sur le déroulé de cet engagement à haut risque et montre ainsi comment il a joué comme un événement transformateur des socialisations de ses protagonistes7. En reléguant les événements de mai et juin 1968 hors du radar de son investigation, Erik Neveu paraît avoir délaissé une composante majeure de son objet et manqué l’opportunité d’intégrer la force propre du « moment critique » à son analyse8. Si cela ne remet pas en cause l’acuité ou la pertinence des observations formulées sur les parcours de ses enquêté·es, la portée de l’étude en paraît singulièrement amputée.

Haut de page

Notes

1 Guy Hocquenghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary Club, Paris, Albin Michel, 1986.

2 Voir notamment Kristin Ross, Mai 68 et ses vie ultérieures, Bruxelles, Complexe, 2005, et Serge Audier, La Pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration anti-intellectuelle, Paris, La Découverte, 2009.

3 L’auteur du présent compte rendu peut par exemple témoigner que le documentaire de Chris Marker Le fond de l’air est rouge, consacré aux révoltes des années 68 à travers le monde, constituait un support de formation pour les nouveaux et nouvelles militant·es de la Ligue communiste révolutionnaire et, sans doute depuis, du Nouveau parti anticapitaliste. Un travail serait également à mener sur les évolutions, au travers des décennies, du récit que le Parti communiste français livre de sa participation aux événements de mai et juin 1968.

4 Voir spécialement Collectif Sombrero, Olivier Fillieule, Sophie Béroud, Camille Masclet, Isabelle Sommier (dir.), Changer le monde, changer sa vie, Arles, Actes Sud, 2018, ainsi que les résultats des études locales menées dans le cadre de la recherche « Sombrero ».

5 On pense ici aux deux tomes de René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost, Danielle Tartakowsky (dir.), 1968. Exploration du mai français, Paris, L’Harmattan, 1993, et Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000.

6 Le Freedom Summer fut une opération militante pendant laquelle, à l’été 1964, des étudiants blancs séjournèrent dans le Sud des États-Unis pour favoriser l’inscription des citoyens noirs sur les listes électorales, s’exposant ainsi à la violence des tenants de la ségrégation. Doug McAdam a réalisé une étude comparée des parcours ultérieurs de ceux qui participèrent à cette opération et de ceux qui, finalement, renoncèrent, laquelle montre que les premiers ont connu un destin social sensiblement différent de celui des seconds. Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, Marseille, Agone, 2012.

7 Sur la notion d’événement transformateur, voir Muriel Darmon, La Socialisation, Paris, Armand Colin, 2007.

8 La notion de « moment critique » est employée par Pierre Bourdieu dans son analyse de la crise universitaire de Mai 68 : Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Erik Neveu, Des Soixante-huitards ordinaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 mars 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60430

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search